• Le rapport de l'école primaire aux technologies numériques fait l'objet d'une attention constante et suscite encore aujourd'hui de nombreuses questions : quels sont les usages qui en sont faits en classe ? Quelles modifications des pratiques pédagogiques induisent-elles ? Sur un autre plan, comment l'action pédagogique mobilisant ces instruments est-elle accompagnée ?C'est à ce double enjeu que tente de répondre cet ouvrage. En mobilisant différents cadres théoriques, il propose un ensemble de recherches récentes sur ces questions vives. L'influence des tablettes sur les pratiques d'écriture en classe ainsi que la question très actuelle de l'apprentissage de l'informatique à l'école primaire sont abordées. L'évolution des modes et pratiques de supervision pédagogique en France et dans différents pays d'Afrique subsaharienne est également développée.Cet ouvrage présente l'originalité de s'inscrire dans un contexte francophone, il met en avant la contribution des recherches en éducation aux débats sur le numérique à l'école.

  • [Ce numéro est lisible sur tous supports. Possesseurs de tablettes, préférez la version qui leur est destinée, elle contient les morceaux audio. Possesseurs de liseuses, choisissez plutôt la version plus légère.] Le onzième (et dernier) numéro de la revue d´ici là est consacré au langage :
    « Au commencement était le verbe, à la fin le monde sans fin. » Ulysse, James Joyce, traduction d´Aguste Morel revue par Valery Larbaud, Stuart Gilbert et l´auteur, Gallimard.
    Présentation complète des auteurs et liens vers leurs sites sur le site de la revue 36 auteurs / 100 pages Sommaire :

    Corinne Lovera Vitali, Cy Twombly, Bruno Fern, André Tarkovski, Franck Queyraud, Agathe Lippa #1, Samuel Beckett, Christophe Petchanatz (Klimperei), Isabelle Pariente-Butterlin, Claude Chambard, Cody Rocko, Akuma Aizawa, Isabelle Voisin, Martial Verdier, Aurore Soares, Patrick Joust, Eric Dubois, Françoise Gérard, Pierre-Yves Freund, Jérémy Taleyson, Daniel Cabanis, Thierry Fontaine, Christine Jeanney, Florence Noël, Mel Bochner, Sol LeWitt, April Gertler, Catherine Barsics, Agathe Lippa #2, Josée Marcotte, Adriana Gheorghe, Nicolas Tardy, Arnaud Maïsetti, Kenneth Anger Bande son :

    Gilles Weinzaepflen : Au commencement était le verbe Christophe Petchanatz (Klimperei) : un esprit sain / margolins / porous set / ombre au tableau ana nb / Ebi Meisel (naabtaldeath) : La langue du brouillard Direction artistique : Pierre Ménard

  • Le sixième numéro de la revue d´ici là est consacré à la création :

    L´immobilité de celui qui écrit met le monde en mouvement.


    « L´immobilité de celui qui écrit met le monde en mouvement.


    C´est dans la mesure même où l´on est arrêté dans une immobilité voyeuse que les choses sont mobiles. La pensée aussi n´existe que par rapport à un arrêt qui est un blanc. Joël Bousquet a écrit : ce paralytique a fait un trou dans l´espace. Écrire, c´est faire ce trou dans l´espace. Tout part de l´immobilité, de ce travail corporel. Le funambule a le même problème, il tente de réunir le mouvement et l´arrêt, de trouver le juste équilibre entre eux. La table de l´écrivain est mentale, c´est une façon de savoir s´arrêter, de commencer en sachant qu´il n´y a aucune origine. Écrire est un métier d´ignorance.


    Le silence est une forme » La poésie entière est préposition, Claude Royet-Journoud, éditions Éric Pesty.

  • Le septième numéro de la revue d'ici là est consacré au temps :

    Le présent n'est que la crête du passé et l'avenir n'existe pas | Vladimir Nabokov, Partis pris.

    « L'écrivain n'a pas pour tâche de créer du nouveau de l'original, mais d'être expert dans l'art de l'imitation. Imiter, c'est, avons-nous dit, mimer un affrontement pour combler le manque, l'écart, afin de faire advenir de la présence. Savoir imiter le futur toujours déjà là, toujours d'une certaine façon présent, contre le passé qui ne demande qu'à céder pour le réaliser, tel est le pouvoir de celui qui aime. »

empty