• Voici enfin la suite tant attendue de La Femme parfaite est une connasse ! Pourquoi une suite ? Mais parce que la connasse ne meurt jamais ! Avec humour et légèreté, les auteurs continuent de s'attaquer à celle qui les fait tant culpabiliser : la « femme parfaite ».
    Vous y découvrirez de nouvelles théories telles que le « frisson de la honte » ou la technique du « tiré/décalé », mais vous apprendrez aussi « comment reconnaître l'homme parfait », « comment savoir qu'on ne vit pas dans une comédie romantique américaine », ou le concept universel du « mec à trois bières ». Bref, tout ce qu'il faut pour assumer enfin votre imperfection !

    © Izabela Habur / Getty Images

  • Propulsé en 1940 à Londres par le professeur Dunworthy sans la moindre préparation, John Bartholomew intègre la brigade des veilleurs du feu, ces héros qui ont sauvé la cathédrale Saint-Paul des bombes allemandes... À cette époque, de nombreux Londoniens se réfugiaient dans le métro, dont plusieurs stations portent aujourd'hui encore de bien curieux stigmates... Et tandis que d'autres vont chercher la mort beaucoup plus loin, sur les rives antiques du Nil, certains accueillent en eux la présence des dieux à têtes d'animaux pour en faire un commerce fort lucratif... Voici quelques-uns des thèmes abordés dans ces neuf nouvelles et courts récits primés - parmi lesquels « Les veilleurs du feu », préquelle au roman Black-Out et au cycle temporel -, qui donnent à voir un aperçu complet des talents de conteuse de Connie Willis.

  • Chers voisins t.2

    Collectif

    Ce livre est vendu au format PDF et au format ePub à maquette fixe, pour une lecture optimisée sur tablette.

    « Le voisin est un animal nuisible assez proche de l'homme. » Pierre Desproges « Pourquoi sommes-nous au monde sinon pour amuser nos voisins e

  • L'oenologue amateur aime nous rabaisser : « C'est pas un merlot, c'est un pinot, ça n'a rien à voir. » Ou encore : « Si tu ne carafes pas ce vin une demi-heure avant, autant boire du Coca. »Heureusement, le temps est venu pour nous, pauvres ignorants, de prendre notre revanche grâce à cet antiguide qui nous permettra de faire croire à notre entourage que nous avons grandi au milieu des ceps de vigne et des barriques en chêne.Vous trouverez notamment dans ce livre les lois du vin (comme l'obligation de dire : « Il a un goût de banane », en cas de dégustation d'un beaujolais nouveau), des phrases à apprendre par coeur pour se la péter grave (« C'est un vin aimable, acerbe mais très enjoué, avec une dominante de fruits à pépins. »), ou encore les trucs et astuces pour se sauver de toute situation gênante (par exemple, dire : « Il a une robe rubis », plutôt que : « T'as vu le vin, il est rouge foncé, on dirait le vernis à ongles de Martine. »)Vous l'aurez compris, il s'agit donc d'un livre à consommer sans madérisation*. * Jeu de mots déposé à la SACD.

  • Ce livre au titre un brin provocateur est en réalité un concentré d'autodérision qui s'adresse à tout le monde, juif ou non.
    À travers 10 grands chapitres (famille, nourriture, mariage, voyages, etc.), vous découvrirez notamment que tous les chemins mènent à Enrico Macias, vous comprendrez enfin les subtilités de la cuisine casher et vous apprendrez les phrases de drague typiques d'un Séfarade (qui n'ont rien à voir avec celles d'un Ashkénaze).
    Un livre à lire au second degré, mais à mettre entre toutes les mains pour combattre les pires clichés grâce à l'humour et à la dérision.

  • Où part Zaz en vacances ? À quoi rêve une fan d'Indochine ? Quel chanteur de droite êtes-vous ? Quelles sont les mesures sanitaires à prendre avant d'écouter Mylène Farmer ? Comment la carrière de Christophe Maé peut-elle être stoppée ?
    Véritable plongée en eaux troubles dans la chanson française, cet ouvrage vous permettra de répondre à toutes ces questions et bien plus encore.
    Je vais pas me taire parce que t'as mal aux yeux vous rendra incollables sur cette grande famille à problèmes et vous rendra ainsi capables de briller en société grâce à des savoirs (plus ou moins) essentiels.

  • Le secret d'une relation sereine entre parents et enfants ? COM-MU-NI-QUER ! Par SMS, c'est encore mieux ! Du moins, c'est encore plus drôle... Car s'il y a un domaine où les parents ont tout (ou presque) à apprendre de leurs ados, c'est bien celui des nouvelles technologies ! Émoticônes, émojis, langage abrégé, clavier tactile et correcteur automatique... c'en est trop pour eux.Attention toutefois, certains cachent bien leur jeu. Et s'ils étaient en train de nous la faire à l'envers... ? À la lecture de ces SMS, tous 100 % véridiques et plus loufoques, maladroits - voire carrément gênants - les uns que les autres, vous aurez le choix entre rire (aux larmes) et pleurer (de rire) !

  • Vous pensiez que les bancs de l'école étaient de l'histoire ancienne ? Détrompez-vous ! La liste interminable des fournitures de rentrée, le supplice des devoirs du soir, le redouté carnet de liaison, le casse-tête des congés, la corvée de kermesse de fin d'année... ça vous parle ? Mais oui, c'est bien ça : vous êtes PARENT D'ÉLÈVE ! Suivez le quotidien d'un jeune papa dans ce monde drôle et étrange, peuplé de personnages hauts en couleur (maîtresse canon, famille parfaite, papa relou, maman nympho...), tout au long d'une année scolaire. Car le pire quand on est parent d'élève... ça peut être les autres parents d'élèves ! Vivement les grandes vacances !

  • Depuis son séjour à Uji, il n'avait jamais vu cette personne d'aussi près, et comme le jour avait fini par se lever et que le ciel était dégagé, il eut tout loisir de l'observer. Il y avait sur le pourtour de ses lèvres des traces de barbe qu'il ne s'attendait pas à trouver... Mais qu'est-ce à dire ? Qui est ce personnage ? Et où a pu disparaître la personne que je fréquentais ? Plus il se posait ces questions, moins il comprenait la situation.

    Nous sommes au Japon, à la fin du XIIe siècle. Un auteur anonyme (homme ou femme, nul ne le sait) s'amuse à opérer de mystérieuses transformations... Non content(e) de rire de la littérature romanesque en vogue à la cour impériale, l'auteur(e) se joue de la notion de genre en travestissant son héroïne en héros, en transformant un frère en soeur, et en forçant le lecteur à s'interroger sur la place de l'homme et de la femme dans une société bien peu disposée à aborder cette question. Son arme est l'humour, manié sous toutes ses formes, et parfois jusqu'au burlesque. C'est parce que la farce a semblé à différentes générations déplacée, absurde ou obscène, que ce récit a été relégué pendant des siècles au rang des oeuvres mineures, avant d'être pleinement redécouvert au cours du XXe siècle, et apprécié à sa juste valeur.

    Le début du Xe siècle a vu apparaître au Japon des fictions écrites pour le plaisir de distraire les lecteurs, le plus souvent par des dames de cour. On les appelle monogatari, ce qui signifie littéralement « ce que l'on raconte ». De nombreux écrits de l'époque, notes ou mémoires, nous donnent à penser que cette littérature romanesque s'est développée de manière prodigieuse, bien que la plupart des oeuvres aient été perdues. Il nous reste cependant le modèle du genre, écrit aux environs de l'an 1000 par Murasaki Shikibu, Le Dit du Genji, que l'on tient pour un des premiers chefs-d'oeuvre de la littérature universelle. Remarquable par son style, sa composition et sa finesse psychologique, autant que par sa peinture de la vie de cour et la qualité des poèmes qui émaillent ses cinquante-quatre chapitres, cette oeuvre est le reflet d'un monde raffiné qui considérait la sensibilité esthétique comme la plus haute vertu sociale. Jusqu'à l'établissement au Japon d'un régime militaire (1185), des dizaines de récits ont raconté les aventures galantes de séducteurs qui ressemblaient beaucoup au « radieux » héros de Murasaki Shikibu. Sin on les échangeait, un des rares monogatari qui soient parvenus jusqu'à nous, ne fait pas exception à la règle, si ce n'est qu'à la fin du XIIe siècle les auteurs de littérature romanesque, tout en reconnaissant l'immense dette qu'ils avaient envers leur modèle, commençaient à se dire que l'inspiration avait besoin d'être renouvelée, au risque de choquer un peu...

  • Plouc toujours vous propose une plongée dans le pire des expressions françaises à travers des thématiques drôles et parfois absurdes, pour vous défouler contre tous ceux qui souhaitent un « Noyeux Joël », ceux qui disent « oki doki », ceux qui vous passent « un coup de bigo », ou encore ceux, et ils sont nombreux, qui vous disent les mains posées sur les hanches :
    « Alors là, c'est le pompon ! » Un livre « bueno » à lire « tranquillou bilou », ou à offrir à ses amis pour leur « filer la banane ».

  • Pourquoi les toilettes ne seraient-elles pas un lieu de culture ?Dans la continuation du tome 1, Se cultiver en faisant caca ou pipi (ou tout ce que vous voulez) - 2 a recueilli :Le meilleur de l'humour (juif, mais aussi belge, corse, breton ou africain)Le meilleur des citations (de Woody Allen à Guillaume Musso)Le meilleur des lettres célèbres (d'Henri IV à Madonna)Le meilleur du New Yorker (les fameux dessins de presse, subtils et amusants)... et bien d'autres informations... toujours utiles, légères, intelligentes et divertissantes.Installez-vous bien confortablement !

  • Ce livre est vendu au format PDF et au format ePub à maquette fixe, pour une lecture optimisée sur tablette.

    Accordéonistes roumains, fêtards endormis dans leur vomi, cheminots en grève le premier jour des vacances scolaires, abrutis qui hurlent dans leur téléphone portable à dix centimètres de votre oreille, la liste des gens qui font de vos voyages en transport en commun un calvaire est infinie. Malheureusement, ce livre ne les fera pas disparaître. Tout au plus vous permettra-t-il de vous défouler en vous moquant copieusement d'eux, et c'est déjà beaucoup ! Bien plus qu'un simple livre d'humour, Comment survivre dans les transports en commun deviendra vite le compagnon idéal de vos trajets quotidiens.
    Couverture : illustration © J'ai lu

  • Inclus :
    O Le DSKâma-sûtra o Le journal intime de Marion Maréchal Le Pen o Le poil en politique o Le classement des civilisations o La profession de foi de Manuel Valls 2017 o Sondage : êtes-vous raciste ?
    O La campagne dont vous êtes le héros o L'historique Google des politiques

  • Ce livre est vendu au format PDF et au format ePub à maquette fixe, pour une lecture optimisée sur tablette.

    Mais comment faisait-on avant Internet ? Ce livre nous donne une réponse en jouant avec la nostalgie des années 80-90, quand le Club Dorothée et les Chevaliers du Zodiaque étaient à leur apogée, quand K2000 et Arnold et Willy étaient les séries les plus regardées AU MONDE... Une époque où les téléphones portables et les GPS n'existaient pas ! Davy Mourier nous replonge dans notre enfance en pointant du doigt les différences entre le monde d'hier et celui d'aujourd'hui. Tendre et ironique mais toujours drôle, ce livre comblera tous ceux qui ont grandi à une époque où les stars du rap français s'appelaient Benny B, où les slogans publicitaires étaient « Treets : fond dans la bouche, pas dans la main », et même tous ceux qui ont un jour essayé de danser le smurf...
    Couverture © J'ai lu

  •  On n´a pas l´habitude de voir en Machiavel un auteur comique. Et pourtant ses collègues de la chancellerie, de leur propre aveu, riaient à s´en décrocher la mâchoire en lisant ses lettres et, outre les textes politiques qui l´ont rendu célèbre, il a écrit des nouvelles et des comédies. La Clizia écrite et jouée en 1525 raconte une histoire cent fois mise en scène : le père et le fils tous deux amoureux de la jeune et belle Clizia.

  • L'assemblée

    Micheline Belle

     Lors d'une assemblée, le débat porte sur la falsification du compte-rendu  de la précédente réunion de la copropriété. Une partie des protagonistes, menée par Elle, est décidée à rendre justice. Avec le rétablissement de la vérité, de nouvelles intrigues apparaissent... Hypocrisie, ruse, mensonge, envie de possession, corrupton...Ainsi va le monde...Grâce à  Elle, les forces de l'égoïsme seront-elles vaincues ? Cocasse et mordant...www.lassemblee-leroman.com

  • Cette collection de classiques, depuis le début, c'est ma bibliothèque numérique personnelle, constituée au fil des années. Mon cabinet de curiosités, les textes auxquels je suis le plus attaché.
    Nous proposons simultanément deux textes majeurs de Marivaux, mais beaucoup, beaucoup trop méconnus. Pourquoi, parce que révolutionnaires avant l'heure, instables, malsains ?
    Parce que, dans ces deux pièces brûlots, écrites et jouées à 20 ans d'intervalle, en 1725 et 1744, Marivaux, le roi du travestissement, des fausses apparences, le funambule des jeux de dialogue, prend pour thème l'ordre social lui-même, et la domination d'un homme sur un autre homme.
    Pour chaque texte, une idée de départ renversante : dès leur naissance, deux garçons et deux filles ont été élevés dans des murs, sans aucun contact avec l'humanité. Le Prince vient assister au lâcher des fauves : on les met en présence, on les confronte à un miroir - ce qui fonde notre humanité part-il d'un principe naturel ? Et s'ils réinventent nos perversions, cela les justifie-t-elle ? Voilà pour La Dispute, dont Koltès a fait l'exergue à son Solitude dans les Champs de Coton. Ou bien, voici des naufragés dans une île où les maîtres deviennent esclaves, et les esclaves, maîtres. C'est une république, mais on ne peut s'enfuir. Comment chacun va-t-il se glisser dans la peau du rôle contraire à ce que le destin lui avait assigné ? Voilà pour L'Île aux esclaves.
    Marchandises dangereuses, manipulation de l'être humain : mais on est sur la scène de théâtre, c'est Arlequin, à la fois naïf et rusé, avec le grain de méchanceté qu'il faut. Trop osé pour Louis XV : par un ultime artifice rhétorique, qu'il affectionne, Marivaux fera bien rentrer tout son dispositif dans l'ordre, avant de ranger.
    Il me semblait important de proposer ensemble ces deux singularités majeures, ces prouesses de la langue, mais ces deux laboratoires à cru de la nature humaine. Un prodige - on est quelques-uns à le savoir, on le met en partage.
    Chacun des textes, à titre exceptionnel dans publie.net, est accompagné d'une présentation d'une dizaine de pages.

    FB

  • Arlequin, poursuivi par ses coquineries, rencontre toutes sortes de mésaventures sur son chemin, les brigands, la prison, l'amitié et même l'amour.
    Cette pièce de théâtre destinée aux jeunes comédiens a été écrite par Florence Delorme d'après un canevas de Carlo Goldoni, pour être utilisé en cours de théâtre. Il peut et doit même être amendé, augmenté, réinventé, réécrit et reconstruit de toutes les façons possibles et imaginables par ses utilisateurs

empty