• 6 avril 1917. Le Président Wilson signe la déclaration de guerre contre l'Allemagne et rejoint les pays de l'Entente. Malgré cette entrée tardive dans la Première Guerre mondiale - 32 mois après la France et l'Allemagne - et contrairement aux idées reçues, les États-Unis ne sont pas un acteur passif du conflit entre 1914 et 1917. Mais le sacrifice américain paraît modeste vu de ce côté de l'Atlantique : tandis que les Alliés ont perdu des millions d'hommes au combat, les Américains déplorent à peine 116 000 tués. Dès lors, comment aborder l'histoire des États-Unis dans la Première Guerre mondiale ? Comment les Américains vivent-ils la neutralité au milieu d'un monde en guerre et pourquoi abandonnent-ils cet état au printemps 1917 ? Comment s'organise la mobilisation du pays à une époque où la guerre se fait aussi idéologique ? Dans quelle mesure cette guerre transforme la société américaine ? Pourquoi la participation américaine est-elle considérée en France comme importante mais pas nécessairement déterminante ? Un siècle après l'entrée en guerre des États-Unis, Hélène Harter démontre son rôle majeur dans la victoire alliée. Elle revient à la fois sur le corps expéditionnaire en France, sur le rôle de figures militaires comme Pershing et MacArthur, mais montre également comment la Première Guerre mondiale pose le premier jalon d'un « xxe siècle américain » où les États-Unis deviennent les acteurs incontournables du système international.

  • « Pour être honnête, je voudrais ne rien me rappeler. Quelle personne saine d´esprit le souhaiterait ? Mais la vérité vraie est aussi que je suis encore plus terrifié à l´idée de tout oublier. Je suis piégé. » Alex Kurzem, un Australien moyen d´une soixa

  • A l'occasion du centenaire de la Première guerre mondiale, Sud Ouest retrace l'histoire de Poilus célèbres ou anonymes. Le coureur de fond Jean Bouin, les cyclistes Lucien Petit-Breton et Octave Lapize, ou bien encore le joueur de rugby Aimé Giral : tous morts au combat parmi 420 autres champions. S'il ne s'agit que d'une goutte de sang dans la mer d'hémoglobine qui submergea 1,3 million d'autres soldats français, le sport de haut niveau aura payé un lourd tribut à la guerre. A travers les archives du journal Sud Ouest, découvrez les destins tragiques ou héroïques des Poilus de la région.

  • Première Guerre mondiale !
    La lutte fait rage entre les membres de l'équipe de Thérèse ARNAUD alias C. 25, la célèbre espionne française du Deuxième Bureau et les agents de la Tiergarten, le service d'espionnage allemand.
    Bien décidé à se débarrasser définitivement de C. 25, l'ennemi a missionné la terrible Rita Metzel pour l'éliminer.
    Aussi, lorsqu'une mystérieuse jeune femme aménage dans l'immeuble en face de celui de Thérèse ARNAUD, ses moindres faits et gestes sont immédiatement scrutés.
    Mais quand un ministre en place est surpris à rendre visite régulièrement à la dangereuse voisine, l'affaire prend une tout autre tournure, autrement plus risquée politiquement, et surtout physiquement...

  • Première Guerre mondiale !
    Julius Himmelfeld, le fils de Karl Himmelfeld, l'ennemi juré que Thérèse ARNAUD alias C. 25, l'espionne française, a eu tant de mal à vaincre, est, lui aussi, mort. Son corps a été retrouvé broyé aux abords d'une ligne ferroviaire alors qu'il essayait d'échapper aux agents du Deuxième Bureau.
    Pourtant, il se chuchote qu'un homme, ressemblant trait pour trait au défunt, hante les soirées mondaines parisiennes.
    Sous couverture, Thérèse ARNAUD va tenter d'approcher l'énigmatique personnage afin de vérifier l'identité du mort vivant...

  • Première Guerre mondiale !
    Un corps est retrouvé pendu à un arbre du Bois de Boulogne.
    Toute trace d'identification du défunt a été scrupuleusement effacée.
    À la morgue, un étrange individu tatoué s'intéressant à la victime est rapidement pris en filature par l'un des fidèles lieutenants de Thérèse ARNAUD alias C. 25, agent du Deuxième Bureau.
    L'homme au tatouage, en quittant l'Institut Médico-Légal, se livre à une mystérieuse promenade dans Paris, achetant divers journaux pour les jeter sans les lire, visitant longuement une librairie.
    Il n'en faut pas plus à Thérèse ARNAUD pour soupçonner avoir affaire à un terrible ennemi.
    Mais, même si un espion averti en vaut deux, nul, dans cette guerre, n'est à l'abri du danger...

empty