• Pourquoi le Y est-il « grec » ? Cadet, aîné et benjamin... quel est le bon ordre ? Peut-on rencontrer un chevau au singulier et des oeils au pluriel ? Quel est le rapport entre Robin des Bois et un robinet ? « Tire la chevillette et la bobinette cherra », ça veut dire quoi ?
    Amis des mots, si comme Muriel Gilbert vous vous régalez des bizarreries de la langue française sans jamais être rassasiés, préparez-vous à un festin avec ce nouveau recueil des chroniques de la plus sympathique des correctrices.
    Avec elle, vous partirez à l'aventure pour découvrir d'où vient le tréma (et surtout où il va !), vous apprendrez à vous méfier des « gens » (on n'est jamais trop prudent...), et vous saurez enfin s'il faut écrire fabriQUant ou fabriCant.
    Allez, vous reprendrez bien un bonbon sur la langue ?

  • Comme le chat aime les souris, moi, j'aime les fautes. Les attraper, c'est mon plaisir - et mon gagne-pain : je suis correctrice au journal Le Monde.
    Les fautes, elles sont partout car tout le monde en fait. Beaucoup sont drôles ou instructives, certaines sont belles comme des bijoux précieux.
    Avec ce livre, j'ai voulu vous ouvrir la porte du bureau des correcteurs, lieu mystérieux où l'on tutoie les dictionnaires et où l'on s'interroge sur la couleur des vaches, la différence entre une mitraillette et une mitrailleuse, les noms des fromages et les accords du participe passé.
    Mais je partage aussi mes trucs et astuces pour déceler les fautes en un clin d'oeil et vous verrez qu'à l'heure des logiciels de correction rien ne remplace un bon vieux stylo rouge...
     
    Muriel Gilbert nous transmet avec humour et érudition son amour de la langue et nous entraîne dans les coulisses d'un grand journal.

  • "On ne nait pas femme, on la devient."


    Telle est la phrase que Simone de -Beauvoir aurait écrite si, fille de l'école, elle n'avait assimilé les règles concoctées à partir du xviie siècle pour donner au "genre le plus noble" la place qu'il occupe aujourd'hui dans la langue française.


    Contestée dès l'origine, longtemps négligée, imposée pour finir par des -institutions puissantes, cette entreprise a commencé d'être démantelée dans les pays francophones depuis une quarantaine d'années. Petit à petit, d'une -controverse à l'autre - et elles sont particulièrement vives en France -, la démasculinisation du français a ainsi fait des progrès notables : les titres de "chancelière" ou de "présidente du conseil", les mots "pharmacienne", "autrice", "compositrice" ont à nouveau droit de cité dans la langue.


    Le travail se poursuit désormais plus largement avec le langage inclusif, qui intègre des exigences propres au temps présent, visant à réaliser l'égalité entre tous les êtres humains. Ce livre donne à la fois les bonnes raisons -d'approfondir cet effort, et les moyens simples qui sont à notre portée pour le soutenir.

  • Amis des mots, phobiques de l'orthographe et amateurs de la langue de Molière vont se frotter les mains : Muriel Gilbert est de retour avec un livre malin, ludique et désopilant pour tous les amoureux du français.
    En une centaine de chroniques, la plus célèbre des correctrices distille ses petits conseils et déchiffre les excentricités de notre langue.
    Elle tente par exemple de nous réconcilier avec la ponctuation, fait le point sur ce qu'on appelle les signes diacritiques, ou lève le voile sur les mystères de l'impératif. Le tout en répondant à un tas de questions que l'on n'oserait jamais se poser : comment accorder le pronom « on » ? Faut-il dire « c'est les vacances » ou « ce sont les vacances » ?
    Pourquoi écrit-on « finiS ta soupe », mais « mangE ta soupe » ?
    Des textes aussi courts qu'éclairants qui mettent la langue française et ses mystères à la portée de tous.

  • Toute l'orthographe dans votre poche ! Règles de grammaire (accord du participe passé, etc.), conjugaisons et mots difficiles : tous les points de vigilance à retenir pour ne plus faire de fautes !

  • Après LOL est aussi un palindrome et ses 20 000 ex vendus (GFK), voici un petit bijou caustique sur la rhétorique incroyablement inventive et franchement osée des élèves ! Mathilde Levesque s'amuse à passer au crible de la rhétorique le discours de ses élèves. En ressort un petit dictionnaire des figures de style pas piqué des vers, où cohabitent définitions parfaitement académiques et illustrations souvent déjantées... Ainsi le sacrosaint oxymore (l'"obscure clarté" de Corneille) devient une saillie irrésistible attrapée au vol en plein cours : - Non mais c'est pas possible, Kevin, vous êtes vraiment un cancre ! - Peut-être madame, mais un cancre sérieux. De même, le paradoxe impose le respect lorsqu'il est servi avec un aplomb imperturbable par Ali : - Madame mais faut vraiment qu'on sache la différence entre sonnet français et italien, là ? - Evidemment ! C'est très utile, vous verrez. - Ouais ben c'est de l'utile qui sert à rien, quoi. De quoi redonner un sacré coup de jeune aux figures de style, et prouver, s'il en était encore besoin, que la rhétorique est bel et bien pratiquée dans le 93, et de belle manière, s'il vous plaît !

  • Pourquoi les Bourbons prennent-ils un « s » quand les Macron n'y ont pas droit ? Pourquoi le nom de Charles de Gaulle est-il un aptonyme ?
    Amis des mots, vous le savez, le français est une langue compliquée mais elle est aussi savoureuse, acidulée, colorée, sucrée... comme un bonbon ! Toutes ses bizarreries, ses règles alambiquées et ses exceptions sans fin sont autant de friandises.
    Au fil de ce livre, je vous raconte ces erreurs qui sont entrées dans le dictionnaire et lève le voile sur des accords qui causent bien des désaccords. Vous apprendrez aussi à résoudre le casse-tête des prépositions et percerez le secret des calembours.
    Régalez-vous, la boîte de bonbons est ouverte !
     
    Chaque semaine, sur RTL, Muriel Gilbert partage son amour du français et de ses délices. Correctrice au Monde, elle est l'auteure d'Au bonheur des fautes (La Librairie Vuibert, 2017).

  • Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Léon Bloy. L'"Exégèse des Lieux Communs", livre terrible sous son apparente cocasserie, se présente sous la forme de quelque trois cents textes en deux séries où sont analysées, interprétées et commentées une à une les expressions toutes faites par quoi se traduit la "sottise bourgeoise". Comme Flaubert avec son "Dictionnaire des idées reçues", Bloy s'attaque férocement à l'homme "qui ne fait aucun usage de la faculté de penser" et se contente d'un répertoire limité à quelques formules toutes faites. L'énumération des lieux comuns fait ressortir la prédominance des préoccupations d'argent: "Les affaires sont les affaires, Qui paie ses dettes s'enrichit, Les bons comptes font les bons amis, etc." D'autres expriment avant tout la bonne conscience et l'assurance qu'il n'est besoin d'être ni un héros ni un saint pour mériter considération: "On ne se refait pas, Je m'en lave les mains, Être à cheval sur les principes, etc." Bloy s'empare à chaque fois d'une expression, et la poussant au terme de sa logique secrète, en déduit magistralement l'imbécillité ou la perversité cachée du petit bourgeois qui l'emploie. Mais ce n'est là qu'un artifice de méthode pour laisser entendre que sous chacune de ces paroles mortes subsiste la vertu inchangée de la Parole sacrée. Bloy interprète avant tout les lieux communs à la lumière de l'Écriture et le mot "Exégèse" doit être entendu ici dans son sens précis. Ce qu'il tente, c'est de tirer de l'absurdité même, ou de la pesanteur humaine, ce qui peut s'y dissimuler qui appartient à la révélation de Dieu aux hommes. Toute parole, selon lui, est "réellement dérobée à la Toute-Puissance créatrice", si bien que "les plus inanes bourgeois sont, à leur insu, d'effrayants prophètes". Dès lors, le sens le plus mystérieux réapparaît sous les pires platitudes, et le génie contemplatif et verbal de Bloy parvient sans cesse à tirer du plus pauvre langage la solennelle attestation du mystère de notre humaine nature.




  • Pour en finir enfin avec l'angoisse du participe passé !
    "Elles se sont lav
    é les mains car les sorbets qu'elles s'étaient fai
    t servir et qu'elles avaient dévor
    és avaient coul
    é sur leurs doigts."
    L'accord du participe passé est un casse-tête pour nombre d'entre nous ! Pour en finir avec les hésitations incessantes que ce terrible accord nous impose, voici un petit livre fort bien conçu pour revoir avec méthode - et humour - toutes les règles d'accord des participes passés de tous poils.

  • 200 répliques célèbres pour avoir de la repartie en toutes circonstances !
    "Tout ce qui peut être fait un autre jour, le peut être aujourd'hui", a dit Montaigne, "Vouloir être de son temps, c'est déjà être dépassé", a affirmé Eugène Ionesco.
    Ce petit livre recense 200 répliques qui vous permettront d'émailler vos conversations de brillantes citations empruntées aux plus grands génies ! Pour avoir toujours le dernier mot !

  • La poésie serait-elle une guerre ? Le vers, le corps d'élite de la langue ? En retraçant l'histoire de notre prosodie, Jacques Réda dévoile les processus de transformation du français aussi inéluctables que ceux de la physique. Où les poètes sont les exécutants plus ou moins conscients d'un mouvement naturel.
    Du Roman d'Alexandre à Armen Lubin, en passant par Delille, Hugo, Rimbaud, Claudel, Apollinaire, Cendrars et Dadelsen, Jacques Réda promène son oeil expert sur des oeuvres emblématiques, et parfois méconnues, de notre littérature. Inspirée et alerte, sa plume sait malaxer comme nulle autre la glaise des poèmes pour y dénicher les filons les plus précieux. À la fois leçon de lecture et d'écriture, et essai aux résonances métaphysiques, Quel avenir pour la cavalerie ? constitue la « Lettre à un jeune poète » de Jacques Réda, et le sommet de sa réflexion poétique.
    Jacques Réda est poète, auteur de récits en prose et chroniqueur de jazz. Il a dirigé La Nouvelle Revue française de 1987 à 1996. Il a notamment obtenu le grand prix de poésie de l'Académie française pour l'ensemble de son oeuvre, ainsi que le prix Goncourt de la poésie en 1999. Il a publié chez Buchet/Chastel La Fontaine (« Les Auteurs de ma vie », 2016) et Une civilisation du rythme (2017).

  • Que savons-nous vraiment des mots que nous utilisons chaque jour ?
    Est-il imaginable de conter ses sous sans faire de faute ? Peut-on porter une calvardine tout en restant élégant ? Comment dénommer la femelle du boa ? Et si je verlanise, c'est grave docteur ?
    Magicien des mots, Jean Pruvost nous fait partager sa passion et dévoile un univers méconnu, celui des mots-valises, des antonomases et des anagrammes, et foule d'autres particularités, un univers où des mariages de mots, des résurrections, des changements de sexe et force voyages au long cours façonnent une langue et forgent notre quotidien.
    « On ne se méfie jamais assez des mots » disait Céline. On peut en effet être étonné sans se rendre compte que l'on vient d'être frappé par le tonnerre et moudre une vache sans lui faire de mal...
    Il y a les mots des dictionnaires, il y a ceux qui volent de bouche en bouche et n'y sont toujours pas recensés, il y a ceux qu'on invente qui y laisseront peut-être une trace ou jamais.
    C'est leur merveilleuse histoire, pleine de surprises et de découvertes, qui est racontée ici.


    Jean Pruvost est professeur émérite de lexicologie, d'histoire de la langue française à l'Université de Cergy-Pontoise et chroniqueur de langue. Il est entre autres l'auteur de Nos ancêtres les Arabes. Ce que notre langue leur doit (J.-C. Lattès, 2017).

  • Entre 2017 et 2019, La Croix a publié une série de reportages sur « les parlers français d'ailleurs » pour comprendre comment la langue française s'était implantée dans plusieurs pays d'Asie, d'Amérique, d'Europe et d'Afrique, et comment vivent ceux qui la parlent bien loin de Paris.
    Réunis ici en un volume, ces articles montrent que parler français à Montréal, à Kinshasa ou à Bruxelles, c'est d'abord un mode de vie qui dépasse la simple question du vocabulaire.
    Les langues s'imprègnent de leur environnement, elles plongent leurs racines dans l'histoire des peuples et se nourrissent de leur milieu et des imaginaires pour forger une vision du monde. On découvre ainsi des français bien différents du français de France, souvent pour le meilleur.
    Un voyage qui dévoile des facettes méconnues de notre langue, bien plus surprenante qu'on ne pourrait l'imaginer.

  • Une histoire amusante de l'orthographe, des Gaulois à nos jours L´orthographe, ses règles obscures et ses exceptions vous font souffrir ?
    Rassurez-vous, c´est voulu !
    Comment pourrait-il en être autrement dans un pays à l´histoire si tumultueuse ? Comme la France, notre orthographe a traversé les siècles en empruntant des voies détournées, sans craindre détours ni autres pirouettes.
    Il fallait un Belge tel que Bernard Fripiat pour raconter cette histoire avec un humour et une irrévérence qui déculpabiliseront les pires cancres.
    En une centaine de questions-réponses, il explique l´origine de chaque difficulté et raconte la folle épopée d´une orthographe que le monde entier nous envie...

  • Dictionnaire : derrière cette façade imprimée, il y a l'aventure des hommes, linguistes, philologues, encyclopédistes, écrivains, savants. Souvent érudits, curieux de tout, opiniâtres, ils ont mis par ordre alphabétique le grand désordre de toutes nos curiosités. Remettre le dico en amour, faire l'éloge d'une passion du dictionnaire, c'est un peu boucler la boucle.0500 Ainsi l´ouvraged´Alain Rey s´en prend amoureusement à ses semblables et à leursauteurs. Le « dico », avec sa petite famille, lexiques, glossaires,encyclopédies et un instrument de connaissance, un outil familier etnécessaire. C´est une célébration de la parole et de l´écrit, un livrebanal et déconcertant, un texte migrateur, du papier à l´écran. C´estsurtout un livre ludique qui nous raconte avec bonheur et curiositél´aventure des mots et du langage, c'est-à-dire des hommes.

    AlainRey, spécialiste de la langue française, philosophe et historien dulangage, est l´auteur de nombreux dictionnaires, parmi lesquels lePetit Robertet leDictionnaire historique de la langue française.0300 Ainsi l´ouvrage d´Alain Rey s´en prend amoureusement à ses semblables et à leurs auteurs. Le « dico », avec sa petite famille, lexiques, glossaires, encyclopédies et un instrument de connaissance, un outil familier et nécessaire. C´est une célébration de la parole et de l´écrit, un livre banal et déconcertant, un texte migrateur, du papier à l´écran. C´est surtout un livre ludique qui nous raconte avec bonheur et curiosité l´aventure des mots et du langage, c'est-à-dire des hommes.

    Alain Rey, spécialiste de la langue française, philosophe et historien du langage, est l´auteur de nombreux dictionnaires, parmi lesquels lePetit Robertet leDictionnaire historique de la langue française.

  • On peut aimer la grammaire, trouver l'orthographe amusante, se délecter des règles d'accord les plus absconses, se réjouir à l'idée de faire une dictée... C'est le cas de Julien Soulié.

    Expert de la langue française et de ses turpitudes, il nous donne les clés pour ne plus voir trouble devant les consonnes doubles, savoir quand se coiffer d'un circonflexe, résoudre nos problèmes conjugaux avec les verbes et ne plus avoir mauvais genre.

    Car, après tout, pour éviter que les mots se jouent de nous, mieux vaut jouer avec eux. Jouer avec modestie, mais sans complexe ; avec curiosité, mais sans cuistrerie ; avec malice, mais sans sévices.

    En nous dévoilant dans la bonne humeur les mille et un secrets du français, Julien Soulié nous initie aux bonheurs de la langue, notre trésor commun.


    Fanatique du latin, incollable en grec ancien, champion de dictée, formateur du Projet Voltaire, Julien Soulié est le plus passionnant de tous les profs d'orthographe.

  • Devenez une bête en grammaire !

    "La grammaire est une chanson douce", écrit Erik Orsenna. Oui, sans doute, mais à condition d'en connaître la mélodie ! Cet ouvrage vous permettra de faire le point avec ces notions lointaines de sujet, verbe, COD, COI e

  • Amoureux de la langue, Daniel Lacotte rassemble dans ce dictionnaire les mots issus de noms propres et remonte le fil de leurs origines pour nous offrir leur histoire rocambolesque. Comment et pourquoi sont-ils passés à la postérité ?
    Histoire, mythologie, littérature, géographie livrent leurs secrets dans cet ouvrage désopilant, où Félix Kir et Louis de Béchamel côtoient Hercule et Mazarin. Une plongée au coeur des mots qui nous prouve, une fois encore, que la langue française n'a pas fini de nous étonner !
    Quant à cette pipelette en bikini qui marivaude dans le jacuzzi avec un gringalet en bermuda, d'où vient-elle ? Voilà une question farfelue dont la réponse peut nous être soufflée par Eugène Sue, Marivaux, Candido Jacuzzi ou le chevalier Gauvain de la Table ronde. À moins qu'un détour par les Bermudes ou l'atoll de Bikini ne nous éclaire...
     
    Daniel Lacotte est journaliste. Il a publié de nombreux dictionnaires consacrés aux aspects jubilatoires de la langue française.

  • Tout savoir sur la réforme de l'orthographe ! 26 ans après sa validation par l'Académie française, l'orthographe rectifiée entre dans les manuels scolaires à la rentrée de septembre 2016. Pour tout comprendre des tenants et des aboutissants de cette réforme si décriée, et surtout savoir ce qui change réellement dans l'orthographe française, voici un petit guide éclairant et pédagogique qui vous permettra de ne pas perdre votre latin à la rentrée !

  • Un vent de swag souffle sur l'histoire habituellement poussiéreuse de la langue française... Par un jeune Youtubeur qui monte ! AVOIR LE CUL BORDÉ DE NOUILLES Alors là, non ! J'ai beau m'imaginer avec des nouilles plein le slip, je vois pas ça comme de la chance ! Avoir les fesses qui grattent et gâcher la nourriture sont les deux choses que je m'interdis ! Comment un cul bordé de nouilles pourrait être assimilé à quelqu'un de chanceux ? Jonathan donne un bon coup de jeune à l'histoire de la langue française, en s'attaquant aussi bien aux expressions les plus éculées qu'aux mots récemment apparus dans la langue comme Zlataner, Troll ou Emoji. Découvrez l'histoire de ces mots et expressions, les hypothèses sur leurs origines, avec l'humour et la fraîcheur d'un jeune YouTubeur qui affirme sa différence !

  • Mes astuces pour ne plus faire de fautes est un vade-mecum destiné à ceux qui rougissent de leur orthographe et chez qui l'approche scolaire classique n'a pas fonctionné.
    L'ouvrage propose 100 astuces simples et visuelles afin de dédramatiser les règles d'orthographe apprises à l'école et redonner confiance aux lecteurs. Cette remédiation orthographique en douceur est le fruit de l'expérience de coaching de l'auteur, recommandée par le Projet Voltaire, auprès de publics variés.
    En fin d'ouvrage, les lecteurs trouveront un petit carnet, dans lequel ils pourront noter leurs astuces favorites ainsi que les principales difficultés qu'ils sauront désormais surmonter.

  • Le Bruissement des matins clairs révèle les arcanes de la traduction par le prisme de l'expérience d'un de ses praticiens les plus fervents. Confidences personnelles et considérations professionnelles se chevauchent pour offrir une vision élargie d'une profession qui compte parmi les plus nobles mais aussi les plus exigeantes qui soient. Émaillé d'anecdotes plaisantes et d'exemples pertinents, l'ouvrage révèle en toile de fond toute la passion de l'auteur pour son métier.

  • Un petit guide ultra simple pour en finir avec les fautes de français ! Par le Dr Julaud, spécialiste ès mots douloureux ! 16,95 euros
    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Voilà ce qui pourrait fort bien apparaître comme la devise de notre belle langue française...
    Et bien Jean-Joseph Julaud vous propose de retourner cette devise comme une chaussette dans ce petit guide inédit : Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?
    La langue française peut être apprivoisée à condition de savoir comment la prendre : avec ces 10 règles à connaître scrupuleusement, faites la ronronner en toutes circonstances ! Finies les fautes d'orthographe et les constructions chaotiques de grammaire : faites le point une bonne fois pour toutes en vous concentrant sur l'essentiel, et soyez enfin sûr de vous en français !

  • L'interculturel est aujourd'hui partout. Dans les rapports Nord-Sud, bien sûr, mais aussi et surtout dans les rapports européens appelés à revêtir une importance croissante, jusque dans la vie quotidienne. C'est cette perspective qu'explorent les auteurs en prenant les rapports franco-allemands comme exemple privilégié. Partant d'une expérience concrète des rencontres interculturelles, ils l'éclairent en la confrontant aux acquis de la recherche en sciences humaines. Comment, dans ces rencontres qui s'inscrivent dans des contextes historiques, culturels et politiques spécifiques, véhiculant des représentations stéréotypées de l'« autre », une communication véritablement interculturelle peut-elle s'instaurer ? Comment s'« entendre » lorsqu'on parle des langues différentes ? Car prêter une langue, n'est-ce pas porter toute une culture, au risque d'en être prisonnier ? Mais aussi, quel impact ces différences ont-elles sur la communication ? Nos identités culturelles existent-elles indépendamment de la rencontre qui les met en relation ? Autant de questions que les auteurs abordent dans une démarche originale de « recherche-action », qui font l'objet d'analyses sémiotiques et idéologiques, et autant de raisons d'affirmer l'urgence d'une réflexion et d'une pédagogie de l'interculturel.

empty