• Un élève officier de l'armée austro-hongroise, aspirant écrivain, adresse ses tentatives poétiques à Rainer Maria Rilke et sollicite son avis. De 1903 à 1908, en quelque dix lettres, le jeune homme, alors à la croisée des chemins, hésitant entre la voie toute tracée de la carrière militaire et la solitude aventureuse de la vie d'écrivain, confie à son aîné admiré ses doutes, ses souffrances, ses émois sentimentaux, ses interrogations sur l'amour et la sexualité, sa difficulté de créer et d'exister. Le poète lui répond. Une correspondance s'engage. Refusant d'emblée le rôle de critique, Rilke ne dira rien sur ses vers, mais il exposera ce qu'implique pour lui le fait d'écrire, de vivre en poète et de vivre tout court.

    /> Publié pour la première fois dans son intégralité, cet échange intime ne permet pas seulement de découvrir enfin le contrechamp de lettres qui furent le bréviaire de générations entières, il donne au texte de Rilke une puissance et une portée nouvelles, et invite à repenser la radicalité de son engagement esthétique, mais aussi la modernité frappante de sa vision de la femme.

    Édition établie par Erich Unglaub.

  • " Les gens seraient étendus sur la plage ou bien, sirotant un apéritif, ils s'apprêteraient à déjeuner, et ils entendraient causer de Montaigne sur le poste. Quand Philippe Val m'a demandé de parler des Essais sur France Inter durant l'été, quelques minutes chaque jour de la semaine, l'idée m'a semblé très bizarre, et le défi si risqué que je n'ai pas osé m'y soustraire.
    D'abord, réduire Montaigne à des extraits, c'était absolument contraire à tout ce que j'avais appris, aux conceptions régnantes du temps où j'étais étudiant. À l'époque, l'on dénonçait la morale traditionnelle tirée des Essais sous la forme de sentences et l'on prônait le retour au texte dans sa complexité et ses contradictions. Quiconque aurait osé découper Montaigne et le servir en morceaux aurait été aussitôt ridiculisé, traité de minus habens, voué aux poubelles de l'histoire comme un avatar de Pierre Charron, l'auteur d'un Traité de la sagesse fait de maximes empruntées aux Essais. Revenir sur un tel interdit, ou trouver comment le contourner, la provocation était tentante.
    Ensuite, choisir une quarantaine de passages de quelques lignes afin de les gloser brièvement, d'en montrer à la fois l'épaisseur historique et la portée actuelle, la gageure paraissait intenable. Fallait-il choisir les pages au hasard, comme saint Augustin ouvrant la Bible ? Prier une main innocente de les désigner ? Ou bien traverser au galop les grands thèmes de l'oeuvre ? Donner un aperçu de sa richesse et de sa diversité ? Ou encore me contenter de retenir certains de mes fragments préférés, sans souci d'unité ni d'exhaustivité ? J'ai fait tout cela à la fois, sans ordre ni préméditation.
    Enfin, occuper l'antenne à l'heure de Lucien Jeunesse, auquel je dois la meilleure part de ma culture adolescente, c'était une offre qui ne se refuse pas. " En 40 chapitres, Antoine Compagnon interprète Montaigne d'une façon claire, limpide, drôle. De l'engagement jusqu'au trône du monde en passant par la conversation ou l'éducation. Professeur au collège de France, ce grand spécialiste de l'autobiographie nous présente un Montaigne estival qui permet de bronzer notre âme.
    L'été avec Montaigne bénéficiera d'une forte promotion sur l'antenne de France Inter (Messages et émissions).

  • Édition enrichie de Jean Starobinski comportant une préface et un dossier sur l'oeuvre. "Rien n'a plu davantage dans les lettres persanes, que d'y trouver, sans y penser, une espèce de roman. On en voit le commencement, le progrès, la fin : les divers personnages sont placés dans une chaîne qui les lie. À mesure qu'ils font un plus long séjour en Europe, les moeurs de cette partie du monde prennent, dans leur tête, un air moins merveilleux et moins bizarre : et ils sont plus ou moins frappés de ce bizarre et de ce merveilleux, suivant la différence de leurs caractères. Dans la forme de lettres, l'auteur s'est donné l'avantage de pouvoir joindre de la philosophie, de la politique et de la morale, à un roman ; et de lier le tout par une chaîne secrète et, en quelque façon, inconnue." Montesquieu.

  • Pour chaque " entrée ", les auteurs ont également pris le parti de ne pas revenir sur les aspects classiques du proustisme (il existe de nombreux dictionnaires qui s'acquittent déjà, et admirablement, de cette mission), mais de pointer des bizarreries, des " angles ", des " curiosa " inédites : de " A " comme Agonie, à " Z " comme " Zinedine de Guermantes ", de " Datura " à " Rhinogoménol ", de " Kabbale " à " Asperge ", de " Plotin " à " Schopenhauer " ou " Walter Benjamin ", ils se sont ainsi amusés à parler du Proust qu'ils vénèrent depuis toujours, de sa biographie autant que de son génie d'écrivain, veillant chaque fois à apporter de la " valeur ajoutée " à leur texte. Les proustiens de coeur y trouveront leur compte, ainsi que les proustologues de tête. De nombreux extraits de correspondance et de l'oeuvre elle-même sont reproduits dans ce " D.A " volontairement facétieux, érudit et, espérons-le, aussi savant que divertissant.

  • Céleste Albaret fut la gouvernante et la seule confidente de Marcel Proust pendant les huit dernières années de son existence, durant lesquelles il acheva l'écriture de son chef-d'oeuvre - elle est d'ailleurs une des clefs du personnage de Françoise dans

  • L'enfance : épreuve de français-philosophie ; prépas scientifiques ; concours 2021-2022, tout-en-un, toutes les citations en audio Nouv.

    Tous les outils indispensables, pour réussir l'épreuve littéraire des prépas scientifiques sur le thème de l'enfance :

    Les repères essentiels sur l'enfance : notions indispensables, textes-clés, repères historiques et analyse des problématiques que le thème soulève.
    Une étude détaillée de chacune des oeuvres : présentation de l'auteur, résumé, analyse et place du thème dans l'oeuvre, texte-clé commenté, bilbiographie et filmographie succintes.
    Une étude transversale et problématisée du thème de l'enfance à travers les trois oeuvres au programme.
    Une méthode accompagnée de conseils concrets et de rapports de jury pour chacune des épreuves : dissertation, résumé, synthèse et oraux.
    12 sujets corrigés pour vous entraîner de manière intensive : résumés, dissertations avec corrigés entièrement rédigés ou sous forme de plan détaillé.
    Les 60 citations essentielles sur l'enfance, tirées des oeuvres au programme.

  • L'enfance en 30 fiches : épreuve de français-philosophie : prépas scientifiques ; concours 2021-2022 Nouv.

    30 fiches pour réussir l'épreuve littéraire des prépas scientifiques sur le thème de l'enfance :


    Une biographie des auteurs et une présentation des contextes historiques et culturels dans lesquels les oeuvres ont été écrites.


    Une étude détaillée de chacune des oeuvres : résumé, structure, place du thème dans l'oeuvre.


    Une étude transversale et problématisée du thème à travers les trois oeuvres au programme.


    Une méthodologie du résumé et de la dissertation, ponctuée de conseils.


    Deux sujets corrigés pour vous entraîner de manière intensive.


    Les 60 citations essentielles sur l'enfance, tirées des oeuvres au programme.

  • Dix siècles de littérature, un manuel d'initiation à la critique de textes, un outil de référence pour les étudiants à la recherche de synthèses.

  • Les 200 notions et citations indispensables sur le thème : réussir sa dissertation, épreuve de français Nouv.

    Découvrez les 200 notions et citations clés sur le thème "L'enfance", à apprendre par coeur pour construire une dissertation d'excellence. Une argumentation riche et bien construite s'offre à vous grâce à ce livre clé-en-main !
    Vous trouverez dans ce livre :
    - Des repères sur les auteurs et les résumés des trois oeuvres au programme pour tout savoir en un clin d'oeil (biographies, chronologies, contextes dans lesquels ils ont écrit les oeuvres, etc.) ;- Tous les thèmes principaux et secondaires issus des oeuvres, commentés et développés, pour etoffer l'argumentaire de sa dissertation et cerner les sens cachés et les subtilités des liens entre les 3 oeuvres ;- Plus de 200 citations clés des oeuvres au programme mais aussi issues d'autres oeuvres et auteurs phares à connaître (films, peintures...) pour assurer le jour J et proposer des ouvertures pertinentes au sujet.

  • «Fait des proses et des poèmes que je connais ? ou connaissais ? par coeur, ce livre n´aspire à rien d´autre qu´à donner un peu de plaisir, et peut-être d´émotion, à ceux qui le liront.Voilà des mots qui ne sont pas de moi et qui valent mieux que moi, mais qui, à force de familiarité, d´admiration, d´une répétition intérieure proche de la rumination, ont fini par se confondre avec moi: il m´arrive de les dire au soir quand il tombe sur la ville, sur la campagne, sur la neige ou au matin qui se lève sur la mer. Ils tournent, pour la plupart, autour de ces passions qui nous donnent à tous tant de bonheur et tant de souffrance. Et toi mon coeur, pourquoi bats-tu?Renonçant à la fois à l´ordre chronologique ou alphabétique et au classement par thèmes, j´ai choisi de présenter en désordre, en vrac, comme ils me venaient à l´esprit et au coeur, ces mots ailés aux lecteurs. Avec pourtant, un dessein nonchalant ? changements de lumière, passage du temps, résonances, contrepoints ? qu´au fil des pages chacun découvrira.Plaisirs. Émotion. Jusque dans les vers et les proses les plus simples de ce livre, il y a encore autre chose: une élévation, une hauteur, une sorte d´appel vers ailleurs. "La littérature, écrit Pessoa, est la preuve que la vie ne suffit pas." Les textes ici réunis ont le pouvoir mystérieux de rendre la vie plus belle et de transformer notre existence.»J. O.

  • Lettres

    Madame De Sévigné

    Madame de Sévigné, célèbre sans avoir jamais rien publié, demeure sans doute l'écrivain français le plus cité et le moins connu.Le mariage de sa fille, en 1670, avec le comte de Grignan, le départ de cette fille idôlatrée pour la Provence marquent le début d'une correspondance qui veut d'abord et surtout combler le vide de l'absence.En marge du Grand Siècle et de ses oeuvres d'apparat, les Lettres de Madame de Sévigné sont un peu la conscience intime de son temps. En même temps, au fil des années s'approfondit un de nos plus grands écrivains du moi, qu'il n'est pas injuste de placer entre Montaigne et Stendhal. De la mode à la Mort, de Dieu à l'argent, tout se glisse dans la lettre à travers le prisme d'un amour à la fois sombre et lumineux. La raison des classiques y côtoie une imagination souvent fantastique ; la sagesse s'y même à la folie, le besoin de séduire à celui de se dire.

  • Depuis des années maintenant les lecteurs et le monde de l'édition attendent la parution d'un nouveau livre de Dan Brown. Ce sera chose faite le 15 septembre prochain, date de la sortie américaine deThe Lost Symboldont le premier tirage s'élèvera à 5 millions d'exemplaires et qui est, avant même sa parution, un best-seller sur amazon.com. Même si le plus grand mystère entoure le manuscrit, nul n'ignore que le sujet du roman aura pour axe principal la franc-maçonnerie. Parce que l'un est journaliste et l'autre franc-maçon et parce qu'ils sont les auteurs à succès d'une série de thrillers ésotériques dont le décor est justement la franc-maçonnerie, Éric Giacometti et Jacques Ravenne, en toute connaissance de cause, vont nous livrer un décryptage unique et passionnant de cette appropriation par Dan Brown de la franc-maçonnerie américaine...

  • Les pensées de l'un des plus grands auteurs anglais sur le style de ses prédécesseurs, l'art du roman et les enjeux du début du XXe siècle.

    Lectures intimes est un recueil de textes courts où l'on retrouve le style, la densité de réflexion et l'humour corrosif propres à Virginia Woolf. En révélant sensibilité à fleur de peau et fermeté absolue de jugement, talent dans l'évocation des personnages de romans qui peuplent ses articles, ce livre constitue un chemin passionnant dans la littérature qui précède son temps et qui lui est contemporaine : celle de la Grande Époque.
    Si Virginia Woolf figure parmi les plus grands romanciers du XXe siècle, elle est également l'auteur de nombreux articles critiques et satiriques dans lesquels elle observe, avec beaucoup d'humilité, les auteurs qu'elle a lus, de Montaigne à Joseph Conrad, de Mme de Sévigné à Poe ou encore Jane Austen, Emily Brontë et Walter Scott. L'oeuvre de ces écrivains lui inspire des réflexions sur l'art du roman, qu'elle ne prétend jamais maîtriser elle-même. Elle se nourrit au contraire du génie de tous, des classiques aux modernes, des plus reconnus aux anonymes, pour réfléchir aux nouvelles voies que la littérature pourrait emprunter, et trouver, sans doute, le sien. Elle partage ainsi ses vues sur le roman contemporain, mais aussi la façon dont il peut évoluer : en ce début de XXe siècle, la psychanalyse, la quête de soi sont omniprésentes dans les pensées des auteurs et transparaissent de plus en plus dans leurs écrits. Virginia Woolf soulève également des questions qui ont trait à la traduction, au style, au réalisme, à la place du roman, de la poésie, des femmes... et alimente ainsi des débats encore ouverts aujourd'hui. Sans jamais se défaire de son style mordant, la romancière aspire surtout à travers ses critiques, à servir la littérature, et invite ses lecteurs à l'enrichir à leur tour.
    " Qu'elle soit amicale, exaltée, enthousiaste ou vibrante de colère, Virginia Woolf se dévoile, parfois sans le vouloir, et nous laisse d'elle une image passionnée et passionnante. " Claudine Jardin, dans sa préface.

  • «J´aime les livres. Tout ce qui touche la littérature ? ses acteurs, ses héros, ses partisans, ses adversaires, ses querelles, ses passions ? me fait battre le coeur. Le triomphe du «Cid» m´enchante. La «petite société» autour de Chateaubriand et de cette raseuse de Mme de Staël m´amuse à la folie. La mort de Lucien de Rubempré me consterne autant que Wilde ou le baron de Charlus. Et, j´aime mieux le dire tout de suite, Proust me fait beaucoup rire.»En un temps où les livres sont contestés et menacés par la montée de quelque chose d´obscur qui ressemble à la barbarie, cette histoire de la littérature n´a pas d´autre ambition que d´inviter le lecteur à en savoir un peu plus sur les oeuvres passées ici en revue. Si elle donne à quelques jeunes gens d´aujourd´hui l´envie d´ouvrir un roman de Stendhal ou de Queneau ou de découvrir un poème d´Aragon, l´auteur aura atteint son but. Il aura largement été payé de son temps et de sa peine qui fut aussi un plaisir.

  • «Je voudrais ici, tout de suite, dire et répéter avec force que le second tome est très loin de signifier un second choix. Je n´allais pas tirer toutes les cartouches d´un coup, dès le premier assaut. Je gardais pour la suite quelques biscuits de réserve et des trésors encore cachés.La méthode suivie dans ce deuxième volume est la même que dans le premier: présenter en quelques mots l´écrivain et son oeuvre; les situer dans leurs temps; tâcher de leur rendre, sous la rouille leur jeunesse et leur nouveauté; montrer ce qui fait leur importance, et mieux encore leur charme; donner quelques exemples de leur manière et de leur génie. Je ne parle pas des vivants, parce que la mort et le temps n´ont pas pu accomplir leur travail de faucheur, de crible, de critique et d´arbitre; et je parle des morts comme s´ils étaient vivants.S´il fallait résumer en deux mots l´image que nous nous faisons de la littérature, nous dirions: le plaisir et le style. Le plaisir: les histoires, l´intrigue, les personnages, la surprise et la gaieté, l´intelligence et la hauteur, le souvenir et l´espérance. Tout cela n´est rien et ne peut rien être sans le dieu mystérieux qui règne sur les mots et qui donne son statut à la littérature: le style.Tels qu´ils sont, en tout cas, les deux tomes de cette histoire menée au pas de charge et pleine d´impertinence ? dans tous les sens du mot ? peuvent peut-être constituer une sorte d´introduction à un des chefs-d´oeuvre les plus accomplis de l´esprit des hommes depuis son éclosion: la littérature française.»

  • Roméo aimait Rosaline. Lysandre aimait Hermia et Démétrius Héléna. Tout à coup, comme en dansant, les hommes changent de cavalières. Juliette apparaît à Roméo et leurs lèvres se joignent au milieu du bal.
    Une nuit d'été, un lutin effleure les paupières d'un homme endormi, à son réveil il en aime une autre.
    Illumination pour Roméo et Juliette, illusion pour les amants du Songe, l'amour est fou. Shakespeare en chante la douce et terrible folie, l'enchantement quand il donne l'amour de la vie, le désespoir quand il l'anéantit et appelle la mort.
    Truculence et humour, fantaisie, charme et poésie, Shakespeare parle toutes les langues d'un monde universel. Roméo et Juliette sont le symbole de l'amour parfait et l'on voudrait que l'alouette n'ait jamais chanté après le rossignol.
    Edition d'Yves Florenne. 

  • « C'est peu après sa rencontre avec Kerouac et Ginsberg que Cassady entame Première jeunesse : premier tiers de son autobiographie, qui sera publiée en 1971, trois ans après sa mort. Il y raconte une enfance sordide dans une famille de ploucs, auprès d'un père alcoolo qui le traîne, en auto-stop ou en resquilleur sur des trains de marchandises, à travers une Amérique de trimards et de clochards : saga mi-cocasse, mi-tragique d'un futur hors-la-loi ayant grandi dans un monde vagabond et insalubre, identique à celui des pionniers de l'Ouest sauvage. Le récit s'interrompt bien avant l'irruption de Kerouac. Mais l'édition que nous propose ici Gérard Guégan englobe un complément : des textes en friche, lettres, récits de dragues, digressions et confessions : le type de flux verbal dont Kerouac était admiratif et jaloux, dont il chercha à imiter le tempo, de la prose beat type, avec pick up, petites brunes et surdoses. » Jean-Luc Douin, Le Monde Neal Cassady (1926-1968) est une personnalité de la Beat Generation, le Dean Moriarty de Jack Kerouac dans son livre culte Sur la route. C'est sur la route, d'ailleurs, entre Salt Lake City et Denver, que Maud Cassady, en 1926, met au monde son neuvième enfant, Neal. Sa mère meurt alors qu'il n'a que dix ans. Il est élevé par son père alcoolique. Il connaît très tôt une vie de délinquance et les maisons de correction. Mais l'énergie est là : « À vingt ans j'avais volé 500 voitures et connu autant de femmes. » Son parcours s'achève en février 1968, dans le désert mexicain, où il meurt d'une overdose, mais sa légende, elle, commence.

  • Faire effraction dans le réel : voilà le voeu qui anime l'écriture d'Emmanuel Carrère. Ne pas se contenter de la réalité mais en attendre - avec effroi - une puissance de révélation. Cette capacité de vengeance du réel oblige l'écrivain à se confronter aux limites de son pouvoir, à tout ce qui du réel reste fatalement en souffrance. Carrère fait dérailler le monde quotidien parce que ses héros sont en quête de lieux et de situations où ils pourraient enfin être « hors d'atteinte ».
    Une rencontre a tout changé dans les années 1990 : celle de Jean-Claude Romand et de sa terrible histoire. Soudain la fiction ne suffit plus. « J'ai renoncé à m'absenter, j'ai écrit le livre à la première personne. Je pense sans exagérer que ce choix m'a sauvé la vie » avoue ici Emmanuel Carrère. L'écrivain devient alors autant le témoin du réel que son narrateur malgré lui.

    Ce volume dirigé par Laurent Demanze et Dominique Rabaté prend la mesure de l'oeuvre, et ouvre l'atelier de l'écrivain. On y trouvera un ensemble de textes d'Emmanuel Carrère, articles, scénarios inédits, correspondances, un cahier iconographique, des témoignages d'amis et d'écrivains, des études critiques.

  • Cet ouvrage est destiné en priorité auximmigrésqui, nouvellement arrivés en France, désirent apprendre efficacement lefrançais oral et écrit.
    La démarche pédagogique, qui part de lavie quotidiennedans sa diversité et son actualité, s'efforce de donner aux apprenants des bases linguistiques solides tout en rejoignant, au mieux, leur profil d'apprentissage.

    Elle vise principalement à :


    Répondre aux besoins de tous les jours(vie pratique, déplacements, santé, travail, droits sociaux...) en s´appuyant sur les 1 500 mots les plus usités de la langue française ;
    />
    Permettre une insertion effective dans la société et sur le marché de l´emploi, impossible à réussir si l´on ne maîtrise pas les bases de l´oral et que l´on ne sait ni lire ni écrire le français ;

    Tenir compte de la diversité actuelle des publics migrantspar la variété des situations proposées.


    Unguide du formateur, indispensable, détaille la démarche adoptée.


    Dans la rubrique "Télécharger", vous avez accès à certainsDOCUMENTS AUTHENTIQUESprésents dans le cahier du stagiaire, ainsi qu'àd'autres documents et/ou écrans intéressants (formulaires pdf àtélécharger, formulaires pdf à remplir en ligne, sites à consulter,etc.). Le tout est régulièrement actualisé :http://www.editions-retz.com/telecharger.html

  • Libertin jamais repenti ou grand seigneur flamboyant, séducteur notoire ou amoureux éconduit. A chacune de ses missives, Sade se révèle un autre. Du débauché embastillé au révolutionnaire endiablé, toutes les personnalités du marquis s'incarnent dans sa correspondance, marqué d'une plume de feu : celle de l'insolence suprême et de la liberté absolue.

  • Que s'est-il passé à la conférence de Bandung ?
    Peut-on distinguer les idées de Platon de celles de Socrate ?
    Qu'est-ce que la machine de Marly ?
    Comment sont fabriquées les couleurs au Moyen Âge ?
    Le plaisir de se cultiver !

    Cet ouvrage vous propose un parcours à la carte pour développer votre culture générale en histoire, histoire des sciences, histoire des arts, lettres et philosophie.
    Les auteurs sont spécialistes de leur domaine.

    Le plaisir de la lecture et de la découverte vous permettra de développer vos connaissances avec :

    Des fiches synthétiques et tout en couleur
    Des encadrés variés (Controverse, Le saviez-vous ?, Étymologie, Définition...) et des conseils personnalisés
    De nombreuses photos et reproductions de tableaux
    /> Des pages de jeux (quiz, « qui suis-je ? »...)

  • Cette méthode de lecture-écriture s´adresse à des adultes et des adolescents débutants ; elle vise à lesrassureren leur fournissanttrès progressivementles repères et les outils nécessaires à leur apprentissage.
    En s´appuyant sur latranscription des sonset lareconnaissance de syllabes de plus en plus complexes, elle leur donne d´emblée dusensen abordant les syllabes dans des mots. Elle permet ainsi de découvrir, en parallèle, la nature des mots puis la fonction des mots dans la phrase. En cela, elle se différencie d´une méthode purement syllabique.
    Lelivret d´exercices, destiné aux stagiaires, sert de support (consommable) aux entraînements proposés dans le livret du formateur qui décrit très précisément la démarche générale et le déroulement des séances.

  • L'épreuve de français-philosophie des concours 2020-2021 des classes préparatoires scientifiques porte sur le thème "La force de vivre" et les trois oeuvres au programme sont les suivantes :


    Hugo, Les Contemplations, livres IV et V


    Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, avant-propos et livre IV


    Svetlana Alexievitch, La supplication

    Ce livre vous propose 30 fiches pour réviser l'essentiel :


    Tout sur les auteurs en 9 fiches : pour tout savoir sur les auteurs au programme, biographies et contextes dans lesquels ils ont écrit les oeuvres.


    Synthèses et analyses détaillées des oeuvres en 9 fiches : pour connaître les oeuvres au programme et savoir s'y référer dans vos dissertations.


    Étude transversale du thème en 10 fiches : pour réviser les connaissances indispensables sur la force de vivre grâce à une analyse comparative des oeuvres.


    Méthodologie en 2 fiches : pour acquérir les techniques indispensables.


    Dissertation et résumé corrigés : pour s'entraîner efficacement, grâce à des corrigés entièrement rédigés.


    Les 60 citations incontournables : pour retenir facilement les citations clés issues des trois oeuvres au programme.

  • Qui penserait attribuer une origine étrangère à des mots comme jupe, épinard, braguette, violon ou encore sentimental ? Et pourtant, jupe vient de l'arabe, épinard du persan, braguette du gaulois, violon de l'italien et - qui l'eût cru ? - l'adjectif sentimental nous est venu du latin, mais par l'anglais.
    Si l'on sait bien que la langue française est issue du latin, on oublie souvent qu'elle s'est enrichie au cours de sa longue histoire de milliers de mots venus des quatre coins du monde : du grec, du celtique, du francique, mais aussi de l'italien, de l'anglais, de l'espagnol, du portugais et encore de l'arabe, du persan, du turc, du japonais, et des langues amérindiennes ou africaines.
    Henriette Walter raconte l'histoire de ces mots, de ces vagues d'immigration parfois clandestines qui ont petit à petit donné des couleurs à la langue française.

empty