• Ce roman est le compte rendu à la fois nostalgique et espiègle de la randonnée qu'effectua Stevenson avec une ânesse obstinée dans les Cévennes en 1878. Tandis que l'animal réinvente, à mesure de sa fantaisie, le chemin du voyage, son maître se prend peu à peu aux joies de l'errance. Éloge de la lenteur et du goût pour l'inutile, Voyage avec un âne dans les Cévennes nous invite « à voir le monde comme une bohème non pas vraiment raffinée, mais glorifiée et pacifiée » (Henry James).

  • Après la disparition de ses parents, Pierre, pour nourrir sa soeur Marion et son frère François, obtient une ferme en exploitation. Contre vents et soucis, la fratrie réussit peu à peu à s'adapter à cette vie nouvelle. Le mariage de Pierre avec Euphrasie va pourtant pousser Marion, ne trouvant plus sa place dans la maisonnée, à partir se louer à la Farelle, la ferme d'Alexandre Lacoste, jeune veuf à la recherche d'une servante. Tout de suite, Marion reconnaît cet homme. Il est l'auteur d'une scène de meurtre dont elle fut le seul témoin et qui la hante depuis son enfance...

  • Pour échapper au STO, Camille et Augustin sautent du train et se réfugient dans la ferme de Samuel et sa mère, qui les aident à se cacher dans le maquis. 25 ans plus tard, les deux amis décident d'aller retrouver cet homme qui leur a sauvé la vie : mais il a disparu ! Quand les gendarmes leur apprennent finalement qu'il a été retrouvé mort, la fille d'Augustin, Martine, s'effondre : comment le connaît-elle ? Martine tournera la page d'une histoire commencée par son père 25 ans plus tôt...

  • Episto

    Jean-François Pré

    Une ancienne gloire des hippodromes, un éditeur à succès et un chirurgien briguant un portefeuille ministériel sont assassinés. Les armes utilisées par le meurtrier sortent pour le moins de l'ordinaire, tout comme les missives qu'il adresse à l'ex-commissaire Langsamer pour annoncer chacun de ses crimes. Points communs entre les trois premières victimes - eh oui il y en aura d'autres - leurs visages sont vitriolés post-mortem...

    Des crimes vraiment mystérieux, une atmosphère chic, une écriture presque british, un héros, l'ex-commissaire Langsamer, dont les méthodes rappellent parfois celles d'Hercule Poirot : le successeur d'Agatha Christie est arrivé !

  • - 60%

    Juillet 2015, alors que la menace terroriste est à son plus haut niveau, l'adjudant de gendarmerie Éléonore Darras rejoint sa nouvelle affectation, au fin fond de la Lozère, où elle a été mutée pour avoir dénoncé le harcèlement sexuel permanent dont elle était victime de la part de son supérieur.
    À peine arrivée, elle va devoir résoudre une série de crimes abominables, dont les victimes semblent liées à la mouvance anarchiste.
    Parallèlement à cette enquête le sous-officier doit faire face à l'hostilité apparente de sa chef, le lieutenant Sonia Hurni, officier énigmatique à la personnalité pour le moins déroutante.

  • Jean a disparu depuis trop longtemps. Il est sûrement tombé au champ d'honneur à Verdun. C'est du moins ce que pense son épouse, Amandine. En attendant des jours meilleurs, elle se réfugie avec son fils chez sa belle-mère Marie qui la déteste. Amandine n'a qu'un rêve : partir dans le Sud de la France dès que l'État lui accordera une pension. Jusqu'à ce qu'elle reçoive une lettre anonyme prétendant que Jean est bien vivant...

  • Enfant de l'assistance publique, recueillie par une famille de fermiers, Marie a été chassée pour s'être laissée séduire. Enceinte, elle se voit contrainte d'épouser Basile pour garder l'enfant. Mais la vie conjugale est loin d'être idyllique. Basile, colérique et versatile, bat souvent Marie. Le voici victime d'un accident de chasse. Marie se retrouve seule avec sa fille pour assumer les travaux de la terre, sous l'oeil acerbe et envieux de sa belle-soeur. Elle rencontre heureusement une ancienne couturière qui lui apprend le métier. Une autre vie s'offre à elle, tout aussi semée d'embûches.

  • En Lozère, dans le village du causse Méjean, Damien reprend la ferme de ses grands-parents. Mais face à cette nouvelle vie d'agriculteur dont il ignore tous les rouages, désespéré, il s'apprête à commettre l'irréparable.

  • La toute jeune Joséphine, que tout le monde appelle Fine, est méprisée des gens de son village. Elle souffre de la réputation de sa mère, une femme peu aimante à la moralité douteuse. Très tôt, Fine doit travailler comme vachère, jardinière, servante... pour subvenir à ses besoins. Heureusement, elle trouve du réconfort auprès de Brumaire, un vieux célibataire, et de mademoiselle Julie, qui enseigne la lecture aux enfants. Entre vexations et espoirs, Fine n'abandonne pourtant pas l'idée d'accomplir un jour ses rêves...

  • Charles, garçon rêveur, a huit ans quand l'Assistance publique le confie à Marceau et sa femme Jeannette, deux braves paysans de Lozère. À la ferme du Hibou, Charles serait presque heureux s'il ne songeait toujours à sa mère. S'il ignore tout de sa naissance, de nombreuses personnes du pays semblent être dans le secret et c'est par bribes que le voile par moments se soulève. Mais la vérité sera bien différente du rêve qu'il s'était construit... différente et terrible.

  • Dans la région du mont Lozère, Louise, une jeune paysanne, est amoureuse d'Adrien, un garçon rêveur du village voisin et cadet d'une famille paysanne très aisée. Cet amour est contrarié par la mère d'Adrien qui lui prépare un mariage d'intérêt. Les amoureux tiennent bon mais la déclaration de guerre de 1914 retarde leurs projets. Cette guerre va transformer la vie de tous et briser bien des destins.
    Ce livre nous fait revivre ou découvrir la vie dans nos campagnes pendant la période de la Première Guerre mondiale, une guerre qui va changer profondément les mentalités et les manières de vivre. Louise tentera, à travers cette tragédie, de forcer le destin et de trouver une nouvelle vie.

  • Parti à la recherche d'un ancien château pour rendre service à son cousin André, Damien se demande bien pourquoi il a accepté d'aller se perdre sur ces petites routes sinueuses de campagne ; d'autant que, pour faire plaisir à sa grand-mère, il a promis de se rendre dans le village d'où est originaire sa famille. C'est là qu'il rencontre Valentin, un retraité à la fois bourru et attachant, qui s'avère être un cousin. Alors que Damien s'apprête à repartir, sa voiture tombe en panne, et le voilà contraint de passer quelques nuits sur place. C'est le début d'une grande amitié entre les deux hommes. Au fil du temps, Damien va en apprendre un peu plus sur l'histoire de Valentin, mais un mystère demeure : pourquoi le surnomme-t-on le « Valet de pique » ?

  • Un soir, dans une auberge du Mont Lozère, les pensionnaires s'extasient sur un escoussoun, antique fléau à battre le blé, tandis que dans la nuit, de titanesques machines effectuent la moisson sur le causse voisin. Mais, plus que le fléau, ce qui intéresse Jo qui, par astreinte, accompagne sa mère, amatrice de cuisses de grenouilles pour un séjour en pension, c'est une énigmatique employée des cuisines qui lui rappelle l'héroïne d'un film qui a marqué son adolescence.
    Il n'en faut pas plus pour s'éprendre du Mont Lozère, passion d'ailleurs tout à fait justifiée. Et même pour une Lozère au présent, qui n'a plus grand-chose à voir avec les vieilles cartes postales racornies. Une trame romanesque qui permet aussi de redécouvrir les sites de légende du Massif, moins sensibles que les humains à l'emprise du Temps.

  • Le commandant Gerfaut est en vacances quand Adriana, son assistante, le prévient qu'un meurtre atroce vient d'être commis en Lozère, dans la famille de Paul, son second adjoint. L'expert des tueurs en série doit élucider un assassinat si horrible que le légiste hésite à se prononcer sur l'origine des blessures. Les gens de la région, soutenus par une association d'éleveurs, accusent déjà les loups et des émeutes sèment la pagaille dans l'enquête.
    Mais les meurtres se poursuivent !
    La population évoque alors le retour de la bête du Gévaudan, cet animal mystérieux qui avait terrorisé la Lozère au XVIIIe siècle.
    Coincé par la guerre entre éleveurs et défenseurs du loup, faisant les frais des ambitions politiques de certains et confronté à un tueur non identifié que rien ne semble pouvoir arrêter, Gerfaut doit gérer une situation de crise en s'appuyant sur son instinct.
    La solution se trouverait-elle dans le passé ? Et si la bête du Gévaudan était vraiment de retour ?
    Le commandant Gerfaut va montrer les crocs et sa morsure sera fatale.

  • Veillées

    Patrick Heurley

    « Ce matin, même les murs de clôture étaient couverts de givre, et les prés, les taillis, les buissons d'aubépines et leurs cenelles de vermillon clair, étaient comme poudrés d'un sucre cristallisé dans lequel la lumière étincelait doucement. Mais vers dix heures le soleil de cette fin d'automne est devenu assez chaud pour que du petit poirier sauvage venu pousser devant la maison s'égoutte toute la blancheur de la glace en poudre ; on eût dit qu'en coulant vers leur pointe l'eau de fonte précipitait dans sa chute celle des feuilles jaunies par le froid : elles tombaient à un rythme accéléré, par dizaines à la fois ; sur le chemin planté d'herbe rase, un tapis d'or s'épaississait doucement sous l'arbre que novembre dévêtait... » Entre lectures et promenades, entre réflexions, rêveries et souvenirs, le nouveau recueil de notes de Patrick Heurley nous entraîne librement dans un voyage sensible et profond au fil de ces paysages de Camargue et de Lozère qu'il aime et connait bien...

  • Une administration dématérialisée, mais pas forcément connectée avec tous ses administrés. Les potentialités du numérique se fraient parfois un chemin difficile jusqu'à leurs destinataires. Cet ebook rend compte de la double étude menée par la fondation Emmaüs Connect et WeTechCare : « Les pratiques numériques des jeunes en insertion socioprofessionnelle » et « Les travailleurs sociaux, médiateurs numériques malgré eux ». « Nombreux sont les acteur.ice.s de la médiation numérique qui se retrouveront dans la vingtaine de propositions qui concluent cette étude, et constituent un éclairage d'actualité utile à toutes celles et ceux qui s'attachent à ce que la transformation numérique n'aggrave encore plus les inégalités mais soit, à l'inverse, synonyme d'inclusion et de pouvoir d'agir de chacun.e. » Michel Briand (extrait de la préface)

  • Il faut se rappeler que du 30 juin 1764 au 19 juin 1767, plusieurs femmes et enfants furent atrocement assassinés dans les contrées les plus reculées de la Lozère. C'était l'époque où sévissait la bête du Gévaudan, qui sema terreur et colère sous Louis XV. Mais cette bête, était-elle réellement un animal féroce, horrible, invincible, comme le décrièrent les quelques témoins de l'époque ? Je suis sceptique. Pour moi, à mon humble avis, je pense qu'il devait s'agir d'un homme avide de sang, aux instincts morbides, poussé par une pathologie mentale qui aurait pu le ranger dans la catégorie des psychopathes, si cette maladie avait été connue au dix-huitième siècle. Depuis la disparition de ce monstre, la paix sociale était revenue en Lozère, du moins jusqu'à nos jours, en 1998, date où la « bête humaine » commença ses exactions meurtrières, mais cette fois, est-ce une légende ? Ce récit est un fiction racontée sous la forme d'une enquête judiciaire menée par les gendarmes de ce département. Les techniques décrites sont celles encore employées de nos jours par les officiers de police judiciaire et les techniciens en identification criminelle.......

  • Jusqu'au bout de soi



    Quelle sera la destinée de ce médecin qui, écrasé par son devoir et hanté par ses souvenirs d'enfance en Algérie, s'évade de sa charge en allant à la chasse. Après la mort prématurée d'une épouse adulée, cet homme de rigueur transgresse sa morale, prend une maîtresse et délaisse peu à peu son métier. Il chasse à l'approche, solitaire en Lozère puis, voyage en Ecosse et s'aventure en Afrique. Transcendé par les charmes du continent africain, prisonnier de ses sortilèges, il perd peu à peu la raison et s'engage à corps perdu à la poursuite de braconniers d'éléphants.

empty