• Glacé

    Bernard Minier

    • Xo
    • 28 August 2014

    Décembre 2008, dans une vallée encaissée des Pyrénées. Au petit matin, les ouvriers d'une centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d'un cheval sans tête, accroché à la falaise glacée.
    Le même jour, une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
    Le commandant Servaz, 40 ans, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier cette enquête, la plus étrange de toute sa carrière. Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d'altitude ? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar ?
    Une atmosphère oppressante, une intrigue tendue à l'extrême, une plongée implacable dans nos peurs les plus secrètes, ce premier roman est une révélation !
    Bernard Minier a grandi au pied des Pyrénées. Primé à l'issue de plusieurs concours de nouvelles, il publie avec Glacé son premier roman.

  • Le Cercle

    Bernard Minier

    • Xo
    • 28 August 2014

    Pourquoi la mort s'acharne-t-elle sur Marsac, petite ville universitaire du Sud-Ouest ?
    Une prof assassinée, un éleveur dévoré par ses propres chiens... et un mail énigmatique, peut-être signé par le plus retors des serial-killers.
    Confronté dans son enquête à un univers terrifiant de perversité, le commandant Servaz va faire l'apprentissage de la peur, pour lui-même comme pour les siens.

  • Ici ça va

    Thomas Vinau

    Un jeune couple s'installe dans une maison apparemment abandonnée. L'idée ? Se reconstruire en la rénovant. Tandis qu'elle chantonne et jardine, lui - à pas prudents - essaie de retrouver ses souvenirs dans ce lieu qu'il habita enfant. Ses parents y vécurent heureux, avant que la mort soudaine du père coupe le temps en deux. Dans ce paysage d'herbes folles et d'eau qui ruisselle, ce sont les gestes les plus simples, les évènements les plus ordinaires qui vont réenchanter la vie : la canne à pêche, la petite voisine, les ragondins, la tarte aux fruits, l'harmonica. Petit à petit, il reprend des forces et se souvient tandis qu'elle lui fait le plus beau des cadeaux en ne lui demandant rien : " Elle n'a pas besoin d'être confortée sur ma virilité. Ma capacité à être un bonhomme. À construire. À la protéger. Elle n'aime pas ma perfection. Ça tombe bien. J'apprends à ne plus écouter la chanson lancinante de mes plaintes. J'apprends à rire plus fort. J'apprends à recommencer. "

  • Une synthèse exhaustive de trois siècles dramatiques et flamboyants. La référence indispensable. Michel Roquebert a reconstitué avec une minutie inégalée la société cathare, son histoire et celle de sa répression, en se fondant uniquement sur les sources du temps : traités et rituels cathares, chroniques, interrogatoires et sentences de l'Inquisition, correspondances des papes, des rois et des grands, canons conciliaires, actes publics et privés de tout ordre. Cette "Histoire des Cathares", couvrant plus de trois siècles, raconte l'hérésie, sa nature exacte, son essor dans l'Europe entière et les raisons de son développement particulier dans les Etats du comte de Toulouse et des vassaux, correspondant, en gros, aux régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon; la croisade, lancée en 1209 par le pape Innocent III, jusqu'à la chute de Montségur en 1244; l'Inquisition, fondée en 1233 à Toulouse, pour éradiquer le christianisme dissident dont elle ne vient à bout que dans le premier quart du XIVe siècle. Michel Roquebert, Grand Prix d'Histoire de l'Académie française, lauréat de l'Académie des Jeux Floraux et de l'Académie du Languedoc, est très connu de tous ceux qu'intéresse l'histoire du catharisme. Les quatre premiers tomes de son Epopée cathare, ainsi que le cinquième - Les Cathares, de la chute de Montségur aux derniers bûchers -, paru chez Perrin, ont été des succès, tout comme son fameux album, Les Citadelles du vertige (1972) ou Montségur, les cendres de la liberté (1992), et La religion cathare (2001).

  • Gardienne et témoin de l´histoire familiale - une histoire de femmes, de soeurs, de mères -, Blanche va en retisser tous les fils pour tenter de réparer le lien brisé avec sa propre fille, Violette...
    Un matin, très tôt. Le téléphone sonne. Blanche n´aime pas ça : les coups de fil au petit matin n´annoncent jamais rien de bon. Cette fois, pourtant, c´est une bonne nouvelle : Violette a accouché dans la nuit d´un petit garçon. Blanche est bouleversée : elle ne savait même pas que sa fille était enceinte. Et puis un garçon, le premier au bout de cette lignée de filles, quelle histoire... Dans le train qui la mène de Toulouse vers Paris, le trac au coeur, Blanche relit les carnets de moleskine destinés à Violette où, remontant le temps, elle a essayé de se souvenir de tout, tout ce qu´elle peut lui dire d´elles. Mais Violette l´attend-elle encore au bout de ce chemin à la fois heureux et cabossé ?

    Portés par une écriture ultrasensible, où sous l´apparente douceur du cocon familial gronde la violence des sentiments, on est entraînés dans l´histoire de Blanche, celle de quatre générations de femmes, des années 1950 à nos jours. De la minuscule bicoque d´un petit village des Pyrénées aux ateliers de la maison Balaguère, haute couture, à Toulouse, Blanche recrée ce petit monde que les accidents de la vie, et certains choix, ont rendu presque exclusivement féminin. Il y a d´abord Anna, la grand-mère, qui a élevé ses trois petites-filles, Angèle, Justine et Babé, tôt privées de mère. Angèle, la mère de Blanche, la magnifique, brillante et si fragile Angèle, journaliste àLa Dépêche du Midi ; Justine l´indépendante, la féministe, la couturière aux doigts de fée qui, partie de rien, va créer sa propre maison et devenir la coqueluche des élégantes Toulousaines ; la douce et vaillante Babé, pilier de cette famille bien peu conventionnelle dans laquelle grandit Blanche. Sans père (il est mort avant sa naissance) mais avec trois mères, avant de devenir, à son tour, la mère sans homme de Violette...

    Chaleureux et coloré comme une promenade dans la Ville rose (ou comme une collection de Justine...), le roman de cette tribu de femmes émancipées avant l´heure explore avec autant de tendresse que d´acuité toute la complexité des liens maternels.

  • Louis Roubieu avait tout pour tre heureux : une famille aimante, des rcoltes abondantes... C'tait sans compter les caprices de la Garonne qui, aprs avoir fertilis ses terres, lui reprend tout. En l'espace de quelques heures, le conte de fes vire au cauchemar. Les destines humaines sont dcidment bien fragiles. S'inspirant des crues exceptionnelles de la Garonne l't 1875, Zola livre une nouvelle au rythme haletant : les eaux furieuses emportent avec elles personnages et lecteurs dans un tourbillon dont nul ne sort indemne. Rcriture du Dluge, ce rcit est aussi une dmonstration par l'exemple des rapports troits qu'entretiennent littrature et fait divers.

  • Juste après la pluie

    Thomas Vinau

    Tandis que d'autres s'étirent et ouvrent les volets Thomas Vinau, depuis longtemps, écrit de la poésie. Chaque matin.
    Après Nos cheveux blanchiront avec nos yeux (2011), Ici ça va et Le Bric à brac hopperien, (2012) voici donc, écrit dans la même veine

  • Le combat de Pèire Autier, notaire à Ax en Ariège, pour faire renaître l'Eglise cathare, cinquante ans après Monségur, entre 1300 et 1310.
    1300, le bûcher de Montségur n'est pas oublié et l'insoutenable souvenir de la répression cathare en Occitanie a étouffé tout désir de rébellion. La sainte Inquisition triomphe. Pourtant, alors que tout semblait être rentré dans l'ordre royal et catholique, Pèire Autier, un notaire réputé d'Ax, proche du comte de Foix, abandonne tous ses biens et prend le chemin de la clandestinité. Dix ans durant, sillonnant le pays, de cache en cache, fidèle à sa foi, il entreprend de reconstruire l'Église cathare. Dernière dissidence religieuse, ultime résistance à la normalisation monarchique, l'histoire de Pèire Autier est le récit d'une trajectoire hors du commun. La lutte sera inégale, l'Inquisition se donnant cette fois les moyens d'éliminer toute hérésie d'Occitanie.

  • En ce printemps 1983, la vertigineuse cité de Rocamadour est en proie à un retentissant scandale : on a volé " La Pomme d'or ", fierté du musée d'art sacré de ce haut lieu de la foi. Vénérée par les femmes frappées d'infertilité, cette pomme sème soudain la discorde et le crime dans cette citadelle traditionnellement vouée à la Vierge Noire. Bien malgré eux, Séraphin Cantarel et son jeune assistant Théo sont plongés dans un inextricable noeud de vipères où ils auront bien du mal à faire triompher la vérité. Le ver du vice se serait-il logé dans une pomme d'or qu'on dit pourtant miraculeuse ?
    Séraphin Cantarel, fameux conservateur des Monuments Français, mène une enquête palpitante mêlant moeurs provinciales et art sacré.

  • Imaginez une monnaie qui permettrait de capitaliser des remises comme une carte de fidélité et d'emprunter à taux zéro pour de la construction ou de la rénovation écologique. Imaginez une monnaie qui favoriserait les achats régionaux. Imaginez une monnaie entièrement numérique.
    Cet ouvrage montre comment, en complément de l'euro, une monnaie à rayonnement régional pourrait développer des circuits nouveaux, plus réactifs, plus citoyens, davantage en harmonie avec les notions d'un développement durable. Elle pourrait être un facteur de pouvoir d'achat, un outil de la transition énergétique, une stimulation pour l'emploi régional, une manière de consommer « local », quel que soit le produit. Au coeur de la réflexion sur les monnaies complémentaires en marche en France et à travers le monde, la proposition d'expérimentation régionale traitée ici permet d'ouvrir de nouveaux horizons.

  • Dans la région d´Armagnac, la vie quotidienne de Germain Lescat, médecin de campagne, à la fin duXIXesiècle.

    « Germain avait besoin de l´obscurité du chai, de son odeur si particulière de temps, de poussière et d´humidité mêlés. La quiétude du lieu, le silence eurent tôt fait de l´apaiser, comme au sortir de chacune de ses nuits blanches. Ses angoisses fondaient comme les bruits de l´extérieur dont il suivit la lente disparition. Une carriole sur le chemin empierré, les clarines d´un troupeau changeant de pâture, les cris d´enfants rentrant dans les fermes du voisinage, après l´école. » A la fin du XIXe siècle - au temps de la République triomphante, de la science pasteurienne, des anarchistes -, l´histoire d´un médecin de campagne aux prises avec son passé. Solitaire, républicain à l´esprit libre et ouvert, Germain Lescat se préoccupe du seul salut de ses patients et de la distillation à venir.

    La découverte d´une sordide affaire d´avortement chez des ouvriers vendangeurs et le harcèlement criminel dont il est l´objet projettent Lescat dans son passé d´officier de santé et bien plus loin encore... dans une jeunesse ténébreuse enfouie au fond de sa mémoire. Quels sont les secrets du docteur Lescat ? Gravement malade et se devinant condamné, aimé sur le tard par Clélia, jeune aristocrate autrefois sauvée par lui, Lescat va tenter de renouer les fils de sa propre histoire. Ses enfants seront les compagnons de route de ce retour aux sources difficile et douloureux au moment où s´annonce la plus belle vendange du siècle.

  •  0500En 1807, dans les Pyrénées ariégeoises, deux chasseurs aperçoivent et traquent une femme nue, accompagnée d´un ourson. Capturée, hurlant comme une démente ? on l´appellera désormais la Folle du Montcalm ?, elle est conduite chez le curé du village. L´inconnue ne prononce que ces mots : « Robespierre a tué ma famille », et s´échappe dans la nuit. Elle passera encore deux années dans la montagne avant d´être reprise et jetée en prison, à Foix. Pour y mourir peu après. Qui était cette femme ? Comment a-t-elle pu survivre ? Est-elle vraiment morte en prison comme on l´a dit ? Pourquoi le redoutable Fouché, ministre de la Police de Napoléon, s´intéressa-t-il tant à elle ? Et pour quelles curieuses raisons le préfet de l´Ariège tenta de la sauver ?C´est cette incroyable mais authentique histoire qu´a reconstituée Michel Gardère, secondé par Anne-Charlotte Delangle. Palpitant comme un polar et admirablement documenté,La Femme sauvagenous raconte une extraordinaire aventure humaine.0300« Une femme nue au milieu des ours ! » Telle est la rumeur qui circule, en cet été 1807, dans la haute vallée ariégeoise. Au terme d´une enquête minutieuse, l´auteur Michel Gardère raconte et met en scène cette incroyable histoire.A Suc (Suc-et-Sentenac aujourd´hui), village de métayers miséreux où l´on ne parle que l´occitan ariégeois, deux chasseurs en quête d´isards découvrent une femme nue en compagnie d´un ourson. Une battue est organisée alors pour traquer la « Nue ». Capturée, hurlant comme une folle - on l´appellera désormais la « Folle du Montcalm » - elle est conduite chez monsieur le curé qui sera chargé de l´interroger. Mais elle ne parle pas. D´où vient-elle ? Comment est-elle arrivée là ? Comment a-t-elle pu survivre dans l´environnement hostile des montagnes où, l´hiver, il peut faire jusqu´à moins trente ? La femme qui, selon certains témoins, n´appartient pas au peuple, ne parle pas. Cependant le père Dandine, qui, lui, parle le français, parvient à lui faire dire ces mots : « Robespierre a tué mes parents »... La « Nue », l´héroïne de cet incroyable fait divers, réussira à s´échapper, sera rattrapée, s´évadera encore pour, enfin, être mise en prison à Foix où elle meurt le 29 octobre 1808, victime de la lenteur et de l'incurie administratives, emportant dans la tombe le secret de sa naissance et de sa destinée tragique.

  • Sous forme de chroniques regorgeant d'anecdotes drôles et savantes, Jean-Pierre Otte se penche sur la région où il a élu domicile depuis plus de vingt ans. Louant non seulement la beauté du paysage et la majesté du Causse, l'auteur dévoile aussi la dignité austère, la magie, les zones d'ombre, l'isolement, le côté sauvage et surréel de ce lieu protégé de l'invasion touristique, comme de la spéculation immobilière. Sous la plume de l'auteur, le Lot devient alors une contrée exotique et fascinante, dont le canton méconnu de l'Arnal semble représentatif à maints égards, avec ses « autochtones », ses « parachutés » et ses « nomades » dont il nous raconte les passions très particulières et les amours. Des exilés volontaires, hommes et femmes en quête d'une manière plus exaltante d'être au monde, il décrit le sentiment d'avoir enfin trouvé là leurs vraies racines. Et lorsque Jean-Pierre Otte et ses voisins ont la bonne idée d'organiser chez eux des cycles de conférences ouverts à chacun, la vie dans l'Arnal devient pour cette drôle de communauté une véritable université de tous les savoirs. C'est enfin dans cette belle commune que l'auteur fait la connaissance de celle qui deviendra sa femme, Minna, écrivain comme lui, et pour ajouter à l'originalité du tout, spécialisée dans le roman préhistorique ! Pour vivre heureux, vivons caché, professe le dicton. C'est en lisant ce livre que l'on comprend en quoi la notion de marge peut coïncider, parfois, avec celle de bonheur. Mais, surtout, ne le dites à personne. Seuls les initiés sont admis.

  • Pendant la guerre de 14-18, l'histoire de deux jeunes gens que tout sépare.

    Une étonnante histoire d'amour pour un vibrant hymne à la paix.
    « De part et d´autre du Tarn, les vergers s´avançaient vers les faubourgs. Ils les pénétraient même du côté de Villenouvelle, du Moustier où pommiers et cerisiers, poiriers, figuiers égayaient les hautes demeures des minotiers, brasseurs, des maîtres du textile : Montauban était une ville entourée de fruits. » Les blés deviennent paille et la paille devient blé dans ce pays de Quercy où, au début de 1914, arrive Janotte, la vagabonde pacifiste. L´amour est-il possible entre cette jolie protestante et Albin, le catholique patriote, héritier de la fabrique « Au joli canotier »? Il l´est sans doute puisque Albin épouse Janotte. Mais dès lors, la question devient : cet amour entre deux êtres si différents sera-t-il assez fort pour résister aux séparations créées par la guerre, aux évolutions de sentiments que suscite celle-ci ?

    Avec la force tendre qu´on lui connaît, Georges Coulonges peint ici la vie d´un couple bouleversé par les circonstances. Circonstances qui, sous la plume lucide et sensible de l´auteur, bouleversent tout autant les règles, la morale et les traditions au nom desquelles on prétend les diriger.

  • Loin de Paris

    Jean-Marie Perier

    • Kero
    • 18 September 2014

    " Mais tu ne t'ennuies pas là-bas ?
    Cette phrase-là, mes amis parisiens me l'ont tous sortie au moins une fois. D'abord, à part à l'école, je n'ai jamais connu l'ennui, ensuite malgré ma tronche de ludion métissé, il semblerait que j'aie contre toute attente une vie intérieure m'aidant à surmonter les longues soirées d'hiver.
    Et puis ici à Villeneuve, contrairement à la capitale, on ne gémit pas. On est gentil avec les chiens et même avec les étrangers. On ne se lève pas le matin pour être "contre', pour dire "NON', pressé de se plier ainsi à l'hégémonie du ricanement systématique de l'intelligentsia dominante, ou au cynisme des petits-bourgeois déguisés en prolos arborant Che Guevara sur des tee-shirts Prada.
    Ici, quand on est branché, c'est sur la tondeuse. " De l'Aveyron à New-York, de Françoise Hardy à Jean Batut, boucher à Villefranche-de-Rouergue, Jean-Marie Périer nous entraîne à la rencontre de ses amis, célèbres ou anonymes, en 100 portraits dans un livre humain, riche en anecdotes et empreint d'humour.

  • Pour la première fois, 24 jeunes chefs consacrés par Gault & Millau "jeunes talents de l'année" dévoilent leurs recettes pour un tour de France créatif et gourmand.
    72 recettes à partager avant de pousser la porte de leur maison afin qu'ils vous présentent toute l'étendue de leur savoir-faire et de leur talent !

  • Dans ce volume La quête du Graal - Lucrèce, victime des Borgia ? - Le drame de l'enfant du Temple - L'hérésie cathare - Valmy : vraie canonnade ou bataille truquée ? - L'assassinat de Lincoln - Le secret du Masque de fer - Les trésors de la Flibuste - La malédiction de la Vallée des Rois - Qui a ordonné la Saint-Barthélemy ? - Cortés et Mexico : une conquête étrangement rapide - Mirabeau et l'armoire de fer - L'assassinat de Concini : la revanche de l'enfant-roi - La fin du Canada français - L'enlèvement du duc d'Enghien.
    Avec la collaboration deEdmond Bergheaud, Frank Chenecchi, Claude Guillaumin, Claude Couband, Michel Honorin, Francis Mercury, Guy Claisse, Lucien Viéville, Jean-Claude Kerbourc'h, Jean Lanzi, René Duval.

  • Qui est Séraphin Cantarel ?Depuis son plus jeune âge, Séraphin Cantarel rêvait d'être diacre. Mais Comment préten-dre entrer dans les ordres quand, au lendemain de la seconde guerre mondiale, on est issu d'un père ouvertement com-muniste et d'une mère dont l'unique religion est la neurasthénie ? Inscrit en catimini à l'Institut des Arts de la ville rose, il aspire à décrocher une licence de Lettres Classiques, Grec et Latin, avant de convoiter la très prestigieuse Ecole du Louvre. Lettré, humaniste, Séraphin Cantarel se plaît à résoudre, avec une jubilation qui force l'admiration, les grandes énigmes de l'Histoire.

    Résumé :
    Ce matin d'avril 1975 tout le Palais de la Berbie à Albi est en émoi. Deux tableaux de Toulouse-Lautrec ont été décrochés dans la nuit et Paul Dupuy, l'un des plus fidèles gardiens du célèbre musée, est introuvable. À l'évidence, le système d'alarme a été neutralisé par les voleurs, à moins que ces derniers aient bénéficié de quelques complicités parmi un personnel que l'on croyait pourtant au-dessus de tout soupçon ?... La valeur des deux toiles subtilisées est considérée « inestimable » par Séraphin Cantarel, le très docte conservateur en chef du musée des Monuments français. Aussitôt, affublé de son jeune assistant Théo Trélissac, Cantarel se rend sur place. Les deux hommes sont très vite confrontés à une enquête pleine de chausse-trapes où la réputation de chacun est sérieusement mise à mal dans ce musée de province où les apparences sont trompeuses.

  •  0500 0300Un homme fortuné acquiert un village abandonné dans les gorges du Tarn. Il veut le reconstruire à l'identique et lui redonner vie.Constantin Méliès a bâti sa fortune dans le monde de la publicité mais souffre de ne pas avoir donné un but à son existence. En 2000, sous le charme du village, il acquiert Peyreméjean, commune caussenarde, sans communication aucune. A sa surprise, un habitant, irréductible ermite du nom d´Eusèbe Flahaut y vit encore. Cet original aux multiples facettes, est le dernier témoin de l'histoire compliquée des familles qui ont fait prospérer le village jusqu'à son déclin. Mais Eusèbe se révèle surtout être un vieil hibou taciturne difficile à apprivoiser. Un jour, pourtant, le déclic s'opèrera. Et Constantin comprendra alors qu'il n'est guère aisé de porter sur ses épaules la mémoire de Peyreméjean et de ses fantômes...

  • Quand ils topèrent, les Parisiens étaient persuadés de sacrifier à un usage local ; les Aveyronnais, eux, l'avaient vu faire à la télévision.
    Ainsi commence un singulier jeu de dupes entre des producteurs parisiens en quête de terroir « authentique » et les édiles de Sauvagnac, bastide rurale confite dans la nostalgie de sa splendeur perdue. Pour que leur bourgade devienne une vedette du petit écran, les élus se sont autorisé quelques libertés avec la réalité...
    Et quand la mascarade fait naître une irrépressible histoire d'amour, la bastide de Sauvagnac se réveille tout à fait.

  • Les Chevaliers du Fiel font rire la France entière. On retrouve dans cet almanach loufoque tout l'humour libre, pertinent et sincère qui a fait le succès de leurs spectacles. Pensées et aphorismes, personnages hauts en couleurs récurrents, sketches... C'est un concentré des Chevaliers que nous vous proposons ici.

  • À Toulouse, en 1608, Violante est une jeune veuve d'origine catalane, extrêmement belle et trop libre pour son époque. Pour survivre dans une société qui n'offre pas d'autre statut à une femme que ceux de femme mariée ou de prostituée, elle cherche des protecteurs après la mort de son mari.
    Au gré des rencontres, Violante va nouer des liaisons avec quatre personnages importants. Ces amants, fous d'elle bien qu'ils n'ignorent pas la présence des autres, finissent par s'entendre pour lui trouver un mari, car la belle tombe enceinte de l'un d'entre eux et attirera bientôt sur eux la vindicte populaire.
    Malheureusement, l'homme qu'ils ont choisi pour être son mari est loin d'être idiot, leur a menti sur sa fortune et se montre très violent avec elle. Contraints de chercher une nouvelle solution, et alors que la peste bubonique rôde dans la région, les amants de Violante décident de faire assassiner son mari.
    Un roman historique au ton enlevé grâce à ses nombreux dialogues qui sonne juste associé à un style fluide et vivant.

  • Ceux de la plaine

    Olivier Maison

    • Kero
    • 8 January 2015

    " Avez-vous remarqué comme les granges sont belles et imposantes par ici ? Ils y mettent ce qu'ils ont de plus beau : leur argent ! Par chez nous, les femmes y déposent leur virginité et les hommes y mettent leur âme, dans les granges. Je vais vous dire : lorsque ces hommes couchent une femme dans un champ, ne croyez pas qu'ils se retirent de peur de les engrosser. Non, c'est une façon d'ensemencer la terre. Leur jouissance, c'est la terre, leurs terres et leurs bêtes, et seulement ça ! Rendre leur femme heureuse... mais c'est le cadet de leurs soucis ! " Dans la plaine du Vaunard se croisent des personnages hauts en couleur, mais aussi taiseux, semblables à la campagne alentours, dure, contrastée, jalouse de ses secrets et de ses mystères. D'une plume sobre et magnifique, Olivier Maison nous offre un tableau de ce bout de terre, à la fois violent, poétique et crépusculaire.

empty