• "On n'a pas choisi ce drôle d'amour/ Qu'il te faut cacher, aux portes du jour"... chantait Gribouille dans "Ostende", en 1968.

    Selon les époques, l'homosexualité féminine fut tour à tour ou simultanément frappée d'opprobre, niée, invisibilisée. Mais clandestine ou pas, à mots couverts ou crus, cette réalité a trouvé pour se dire la voie de la chanson. Et de Suzy Solidor à Chris en passant par Barbara, Brigitte Fontaine, Marie Paule Belle, Juliette Armanet et bien d'autres encore, jusque dans le Club Dorothée, nombreuses sont les voix féminines à l'avoir chantée sur tous les tons.

    Rendant à Sappho ce qui est à Sappho, cet ouvrage illustré de dessins de Julie Feydel nous retrace l'histoire de 40 chansons lesbiennes - de la complicité de leurs paroliers et parolières et de leurs interprètes, aux cabarets et aux clips vidéo, de la réception par la critique à l'accueil du public... qui ne sait pas toujours d'où vient ce qu'il fredonne !


  • L'au-delà de l'eau de là délie le chant des phrases qui s'enchaînent, comme toute blessure, je pense. Mens-je ?

  • Stéphane Ternoise : 23 interprètes en 15 années d'écriture... Et cent textes parmi les disponibles... "Cent chansons sans chanteur"... Qui dénichera sa perle ?... Être chanté est une légitime ambition quand on ne chante pas, tout en écrivant des textes destinés à la chanson... Des textes sans musique. Chanteur-compositeur bienvenu. Chanteuse-co

  • A la suite de l'ouvrage « Regards sur le mariage traditionnel en Gascogne », Georgette Laporte-Castède complète son travail de mémoire sur le mariage en Gascogne.
    Reprenant le même principe de raconter le déroulement d'une noce dans les Landes de Gascogne, l'auteur s'attache à donner les textes (et les partitions musicales) des chants traditionnels - en gascon - et des "nouveautés" qui, elles, étaient en français : de Au barricot dou nòvi, au Temps des cerises, de Tant que haram atau au Credo du paysan.
    Une plongée "bilingue" donc dans une noce sans date mais qui aurait pu se dérouler entre la fin du XIXe siècle et les années 1930. Un document nostalgique et quasi ethnographique.
    (Les textes en gascon sont présentés en graphie classique modernisée).
    Georgette Laporte-Castède a écrit, de façon magistrale, sur ce qu'était la vie quotidienne dans les Landes de Gascogne, au début du XXe siècle, dans son évocation "pain de seigle et vin de grives". A une connaissance naturelle du parler gascon, elle ajoute des talents de conteuse et d'historienne de la mémoire du passé. On lui doit notamment Contes populaires des Petites landes, La Lande de « dautscops » : l'élevage des moutons, Autrefois dans la Lande, Regards sur le mariage traditionnel en Gascogne.
    Nouvelle édition qui remplace la précédente, épuisée, datant de 2005.

empty