• Jeune et beau gabarier, Hugo, élevé par un père aimant mais taciturne, a toujours cru que sa mère était morte en le mettant au monde. Mais la réalité est tout autre. Lorsqu'il découvre la vérité, le jeune homme voit sa vie prendre un chemin qu'il était loin d'avoir soupçonné. Il va de mauvaises surprises en amères déceptions, se sent trahi à la fois par la personne la plus importante de sa vie et les ombres malveillantes du destin. Et son coeur tourneboulé l'empêche de voir que l'amour et le bonheur sont si près de lui qu'il n'a qu'à tendre la main pour les cueillir.

    Mais celle qui l'aime - et que lui ne voit pas - a la patience et la foi. Elle le sait: un jour, elle et lui, ces deux enfants du Pas du Loup, seront ensemble à jamais, comme les deux âmes soeurs qu'ils sont et ont toujours été.

  • Avec les Nuls, le Pays Basque n'a pas fini de vous surprendre !Vous êtes basque de coeur, d'origine ou d'adoption ? Vous pensez bien connaître cette région à l'identité forte, au coeur des turbulences de l'Histoire, ou vous voulez la découvrir ? S'intéressant à la fois aux Basques du Nord (Pays Basque français) et aux Basques du Sud (Pays Basque espagnol), ce livre est fait pour vous !
    Découvrez l'histoire d'un peuple et d'une région, à cheval sur les Pyrénées. Partez en voyage dans le temps, au Moyen Âge, sur les pas des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, dont les chemins confluaient vers le Pays Basque. Faites le premier tour du Monde avec Juan Sebastiàn Elcano. Suivez les chasseurs de baleine, les pirates et corsaires basques. Venez déguster quelques pintxos (tapas), accompagné d'un verre de txakolin.
    Partez à la découverte d'un peuple à l'identité (et au caractère!) forte, et d'une langue parlée actuellement par plus de 600 000 personnes. Enfin, appréhendez le Pays Basque aujourd'hui : son économie, sa politique, sa nature encore préservée, etc. Loin des clichés et des stéréotypes du béret, du jambon, de la partie de pelote et des bombes d'ETA, découvrez ou redécouvrez le pays des Euskaldun : "ceux qui parlent le basque".
    Dans ce livre :

    L'histoire du Pays Basque, des origines à nos jours
    Le tour du Pays Basque de Bayonne à Pampelune; de Mauléon à Bilbao
    Les traditions, les spécialités culinaires
    Les rudiments de la langue vivante la plus ancienne d'Europe
    Et bien d'autres choses encore !

  • Renée et Bernard Villebois ont hérité d´une grande maison ? une bâtisse du XVe siècle, abandonnée depuis longtemps, où tout est à refaire. L´événement fait resurgir un passé enfoui... L´aubaine se transforme en cauchemar.Une lettre anonyme est adressée à Renée: «Fille de Boche, fille de Boche...», suivie de plusieurs autres courriers et d´attentats... Il est vrai que Renée est née des amours de sa mère avec un jeune officier allemand, à la veille de la Libération. Qui la poursuit de sa haine cinquante ans plus tard? Qui est le corbeau? Pourquoi cet acharnement? Ils font face jusqu´à manquer, l´un et l´autre, y perdre la vie. Peut-être que sans la maison à reconstruire, ils se seraient abandonnés, mais la maison est là, qui chaque jour renaît de sa ruine. Et reconstruire le «château» de Tourtras, c´est se reconstruire soi-même...Yves Viollier est un Vendéen, mais c´est un amoureux de la Charente; de sa lumière, de sa douceur. Dans ce nouveau roman, il plante son décor et installe ses personnages dans un village et une maison situés sur un promontoire qui domine la vallée: toute la Charente est sous les yeux du lecteur.

  • Disons que nous sommes tantôt à la fin des années 20, tantôt au début des années 30. Vous arrivez dans un village d'une quinzaine de foyers, village situé au beau milieu d'une forêt, village où on ne parle à peu près que le patois, où le français ne s'apprend qu'à l'école. Vous ne faites que passer et n'y comprenez rien. Vous y séjournez quelque temps et commencez alors à comprendre. Vous y demeurez, et voilà que peu à peu dans la toile du langage vous distinguez qui est qui, quels sont les fils qui relient les uns aux autres, ainsi tissant un réseau de plus en plus complexe - et d'autant plus complexe qu'il est le fait d'âmes simples.

  • L'Histoire des Comtes de Poitou d'Alfred Richard - ancien archiviste du département de la Vienne -, éditée pour la première fois en 1903, est fondamentale pour la connaissance de l'histoire du Poitou et de l'Aquitaine des Xe, XIe, et XIIe siècles. Et pour mieux comprendre l'épopée de ces comtes qui devinrent les plus puissants seigneurs du royaume des Francs - ducs d'Aquitaine, ducs de Gascogne, et même, comtes de Toulouse, un court temps - avant d'être sacrés, au XIIe siècle, reines et rois d'Angleterre. Cent ans après cette première et aujourd'hui - introuvable - édition, voici une troisième édition en quatre tomes de ce grand oeuvre de l'Histoire « régionale » qui réjouira tous les amateurs et tous les chercheurs. Les trois « Guillaume » (VIII, IX, X suivant la terminologie « ducale » d'Aquitaine), en moins de cent ans, donne un éclat brillantissime au Poitou et à l'Aquitaine, à la fois politique et militaire mais aussi littéraire avec le premier troubadour (Guillaume IX).

  • Parmi les grandes collectes de contes du domaine français, celle de Léon Pineau a toujours fait référence depuis la parution, en 1891, des Contes populaires du Poitou et, en 1893, du Folklore du Poitou.
    Fils de paysans poitevins, Léon Pineau a livré, en toute intégrité, ce qu´il a trouvé en menant son enquête aux lieux mêmes où il avait vécu enfant. Il s´est efforcé de transcrire avec le plus de rigueur et de sensibilité possible ce qui lui avait été transmis d´enfance. Le parler poitevin, restitué avec authenticité, donne l´impression d´entendre le conteur, qu´il évoque Racapet, le diable, la douce Finon-Finette, la Cendrouse ou la chèvre et ses petits chebitous cabriolant sur la route de la foire de Bernendouille...
    Avec ces contes, depuis longtemps devenus introuvables, nous remontons aux sources de la tradition populaire.

  • Avoir un âne dans son pré ? Un rêve pour beaucoup. Mais encore faut-il savoir s'en occuper.

    Ce livre est là pour vous aider à vous lancer dans cette grande aventure. Il vous donne les pistes pour choisir votre âne dans les meilleures conditions, pour le loger, bien le nourrir, l'entretenir et aussi l'éduquer.

    Car un âne ne se dresse pas ! Il s'éduque. Votre compagnon devra apprendre à rester immobile, à marcher tranquillement à côté de vous, à votre rythme, pendant une randonnée. Il pourra aussi vous aider dans vos travaux au jardin.

  • Né d´une rencontre inattendue, ce nouveau roman poignant et inspiré d´Yves Violler retrace l´itinéraire exemplaire ? proche par bien des côtés d´un chemin de croix ? d´une femme animée par une foi absolue, et par l´amour qu´elle porte à ses enfants.

  • Le conte populaire est un conte oral traditionnel et communautaire. Il a longtemps régi la création et la circulation des histoires. C'est en fait la littérature de nos ancêtres, il a présidé les veillées de nos campagnes depuis la nuit des temps jusqu'aux années 1950. Il a aujourd'hui presque disparu. Fort heureusement, depuis le XIXe siècle, quelques érudits passionnés de notre folklore ont pris soin de transcrire ces contes, ce qui leur a permis de venir jusqu'à nous malgré le profond bouleversement de nos sociétés rurales, qui a rompu la transmission séculaire de ces contes par le bouche-à-oreille. Quelques familles ont su faire subsister cette tradition jusqu'à la fin du XXe siècle malgré la disparition des veillées. D'infatigables collecteurs ont poursuivi jusqu'à nos jours l'oeuvre de leurs prédécesseurs du XIXe siècle. Tout au long de ces pages, vous découvrirez ces récits authentiques qui faisaient le charme des veillées d'autrefois, et l'âme des campagnes : les contes animaliers, les récits sur le diable, tantôt dupé, tantôt triomphant et réellement terrifiant, ou encore les aventures merveilleuses et féeriques, de celles qu'on racontait volontiers aux enfants...

  • 150 recettes pimentées pour découvrir tout le goût du Pays Basque ! L'hiver, la soupe cuit lentement dans la tupina (chaudron) accrochée dans la cheminée qui répand sa bonne odeur dans toute la maison. Ici, on chasse la palombe, on pêche

  • De toutes les fées dont le souvenir soit vivant, Mélusine est peut-être la plus populaire et la plus sympathique. Fée très française, elle a pour berceau Lusignan, dans la vieille terre de Poitou, et son influence bienfaisante s'étend à toute la région de l'Ouest : outre la « forteresse nommée de son nom » , elle y a élevé Vouvant, Mervent, Parthenay, La Rochelle, Châtelaillon, Niort, et autres lieux. De nos jours encore, que de travaux on lui attribue!
    Son caractère ne dément pas son origine. Mélusine diffère entièrement des dangereuses fées bretonnes, des Viviane, des Morgane, belles et perfides amies de Merlin, de ces créatures d'égoïsme exalté, de passions mobiles et d'ambitions démesurées, qui voulurent être des « surfemmes ». Mélusine, aussi belle, aussi tragique, leur est supérieure non seulement par ses vertus morales, mais aussi par la puissance de ses dons intellectuels... Faut-il voir en Mélusine un personnage historique, par exemple la reine Sibille, reine de Jérusalem, femme de Gui de Lusignan ; ou ne reste-t-elle qu'une pure création de l'imagination ? La légende aurait-elle (ce qui est plus probable) fixé, en les grossissant, des traits empruntés à une ou plusieurs personnes? Autant de problèmes à résoudre...
    Nous possédons de la légende de Mélusine deux versions dont la principale et la plus ancienne, en prose, est due à Jean d'Arras, clerc du duc Jean de Berry, qui commença son récit à la demande de ce prince, en 1387. Quelles sources a utilisées Jean d'Arras, nous l'ignorons, on sait seulement qu'il a eu entre les mains d'« anciennes chroniques ». La version qu'on va lire suit d'assez près le texte de Jean d'Arras; mais il a fallu alléger ce récit, fort long, de plusieurs épisodes ne se rattachant que de très loin à Mélusine, ou ne s'y rattachant pas du tout. Pour l'illustration, elle est tirée d'anciennes éditions datant de la Renaissance.
    La présente édition reprend le texte et les illustrations de l'édition originale de 1927, parue chez Boivin & Cie.

  • « L'histoire d'une ville, qui n'a pas été capitale d'une province, est d'habitude assez insignifiante et assez monotone. Il n'en est pas ainsi pour Niort, qui possède des annales dramatiques d'un haut intérêt. Dans les temps les plus anciens, nous trouvons les premiers habitants des bourgades destinées à devenir la ville de Niort, adonnés à la pêche. Puis vient la culture des vignes, très répandue aux environs de Niort pendant le moyen âge. Enfin, la population se consacre au commerce ; la ville devient le grand entrepôt de l'Ouest ; par la Sèvre, elle touche à la mer, et la navigation prend une extension qui lui donne l'importance d'un port maritime. Le commerce l'avait enrichie, et l'avait mise en contact avec ces populations libres et indépendantes des Flandres. Elle en avait pris le caractère remuant et énergique, aussi était-elle très attachée à ses privilèges municipaux. C'est Aliénor qui a donné à notre ville la première charte municipale ; mais longtemps avant cette reine, Niort jouissait de droits précieux qui lui ont laissé ce fier sentiment de liberté que nous voyons subsister à travers les siècles... En écrivant l'histoire de Niort, nous avons essayé de retracer les événements dont cette ville a été le théâtre, et de montrer sa transformation à travers les siècles. Nous avons aussi cherché à reproduire le caractère de la population, les divers sentiments qui l'ont animée, les passions politiques et religieuses qui l'ont si profondément agitée. Nous avons aussi tenu à enregistrer ou à analyser tous les documents de l'Hôtel-de-ville qui offraient un certain intérêt. Nous avons pu ainsi reconstituer, en quelque sorte, la vie communale de notre cité. C'est principalement vers ce but que nos efforts ont tendu... » (extrait de l'Introduction, édition originale de 1880).
    Léopold FAVRE (1817-1891), historien, membre de la Société des Antiquaires de France, a publié de nombreux ouvrages historiques ainsi qu'un Glossaire du Poitou, de l'Aunis et de la Saintonge.
    Ouvrage indispensable et passionnant pour connaître l'histoire de la ville et de la commune de Niort. Nouvelle édition, entièrement recomposée : une «première» depuis l'édition originale de 1880.

  • Nos légendes populaires partent en général d'une histoire vraie, vieille de centaines ou de milliers d'années. La légende fait référence à un lieu, à un objet, à un personnage. Le conte populaire est un conte oral traditionnel et communautaire. Il a longtemps régi la création et la circulation des histoires. C'est en fait la littérature de nos ancêtres. Les légendes et les contes étaient racontés le soir à la veillée, de bouche-à-oreille et de génération en génération. Au fil du temps, la légende est devenue un mythe, elle a perdu en précision, mais elle a gagné en fantaisie. En Poitou, elle a pu naître d'une source, d'une forêt, d'un chevalier. Elle a rencontré des êtres fantastiques, des fées, des sorciers ou des rebouteurs. Les contes populaires sont l'âme des campagnes : les contes animaliers, les récits sur le diable, tantôt dupé, tantôt triomphant et réellement terrifiant. Nos légendes et contes du Poitou sont un élément essentiel de notre culture locale. Ils nourrissent profondément l'imaginaire de gens qui vivent dans notre terroir. Ils sont probablement l'élément le plus ancien qui forge notre culture régionale. Les légendes et les contes du Poitou sont notre imaginaire commun. À l'heure de la mondialisation et de la « culture unique », il est important de retrouver les mythes qui font notre identité régionale.

  • L'Histoire des Comtes de Poitou d'Alfred Richard - ancien archiviste du département de la Vienne -, éditée pour la première fois en 1903, est fondamentale pour la connaissance de l'histoire du Poitou et de l'Aquitaine des Xe, XIe, et XIIe siècles. Et pour mieux comprendre l'épopée de ces comtes qui devinrent les plus puissants seigneurs du royaume des Francs - ducs d'Aquitaine, ducs de Gascogne, et même, comtes de Toulouse - avant d'être sacrés, au XIIe siècle, reines et rois d'Angleterre. Cent ans après cette première et aujourd'hui - introuvable - édition, voici une troisième édition en quatre tomes de ce grand oeuvre de l'Histoire « régionale » qui réjouira tous les amateurs et tous les chercheurs.
    De la mort d'Henri II (1189) à celle d'Aliénor (1204), c'est à l'apogée - avec Richard et Othon -, puis, à la mort de Richard (1199), à la chute brutale de l'empire Plantagenêt que nous assistons. Un livre vraiment essentiel pour cette période cruciale de l'histoire de l'ancienne Aquitaine : Aquitaine, Poitou-Charentes et Vendée, Limousin, Midi-Pyrénées et Auvergne.

  • Gaston Dez fut, en son temps, le président d'une des plus prestigieuses sociétés savantes de Fran-ce : la Société des Antiquaires de l'Ouest, fondée en 1834. Son Histoire de Poitiers, « des origines jusqu'à nos jours », parue initialement en 1969, est une parfaite quintessence historique. D'une part, le texte, facile d'accès, permet à tout un chacun d'appréhender et de comprendre l'histoire véritable de la ville ; d'autre part, les notes conséquen-tes donneront les sources, les détails, les précisions anecdotiques à ceux que passionne une plongée plus en profondeur dans l'histoire de la cité poitevine.
    Gaston Dez, professeur agrégé d'histoire au lycée de Poitiers, inspecteur général de l'Instruction publique, fut également l'auteur d'un Visages du Poitou. A noter que L'Histoire de Poitiers forme le tome X (4e série) des Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest (paru en 1966).

  • Ce deuxième tome des oeuvres de Scévole de Sainte-Marthe contient ce qui fut imprimé entre les Premieres OEuvres de 1569 et les publications de 1575 (à paraître dans un troisième volume).,L'actualité des années 1569- 1573 est très présente dans le volume : troisième guerre civile, mariages de Charles IX avec Élisabeth d'Autriche puis de Marguerite de Valois avec Henri de Navarre, quatrième guerre et siège de La Rochelle. D'autre part Sainte-Marthe, pourvu de l'office de Contrôleur général des Finances en Poitou, adresse des vers à ses nouvelles relations, particulièrement les « gens des finances », qui se trouvent ainsi associés à ses connaissances parisiennes. L'annotation s'efforce d'apporter des informations sur les dédicataires du poète et les auteurs de pièces liminaires, complétant notre connaissance de la société poitevine et de la vie littéraire en France dans la seconde moitié du XVIe siècle.,Plus généralement, le livre s'inscrit dans une perspective clairement iréniste : dans le dernier sonnet, l'auteur attribue à sa poésie la capacité de « tempérer le Discord » et se juge par là investi du pouvoir de faire revenir la paix ; cette signification essentielle du recueil peut être étendue à l'ensemble du contenu du tome II.,,L'édition des OEuvres complètes de Scévole de Sainte-Marthe est établie par Jean Brunel, Professeur honoraire à la Faculté des Lettres de Poitiers, avec la collaboration de Pierre Martin, professeur dans la même Université.

  • Parus en 1891, ces contes classiques de la tradition populaire ont été patiemment recueillis par l'auteur du côté de Lussac-les-Châteaux au moment où ils étaient encore vivants dans la mémoire de leurs derniers locuteurs.
    On y retrouve toute la verve, la verdeur et la fraîcheur du conteur poitevin.
    Entièrement recomposés, retrouvez ces contes merveilleux, aventures extraordinaires, le diable et les sorciers, les fééries, les contes d'animaux, les facéties, les histoires de moines et de curés !
    Léon Pineau, né en 1861, originaire du Poitou, professeur au lycée de Tours, fut un spécialiste du folklore scandinave. Mais ses Contes populaires et son Folklore du Poitou (publié en 1892) restent les ouvrages de référence sur le sujet.

  • Jeune, gentilhomme d´ancienne lignée charentaise, instruit, habile, cultivé, Antoine Gombaud sut se créer un réseau de relations inattendues et se faire admettre parmi les courtisans précieux et libertins de Louis XIII et de Louis XIV. Sur ses vieux jours, toujours peu fortuné, dans « son désert », le château de Beaussais, tout en assumant la gestion de ses terres en seigneur épicurien, il s´est mis à écrire jusqu´à sa mort. Il nous a laissé ses Conversations, ses Discours, des poèmes, des Maximes et surtout ses Lettres dont Sainte Beuve a écrit « qu´elles étaient dignes de l´Académie Française ». Mais dans ces textes de sexagénaire, il a tout fait pour apparaître comme un maître de savoir dire et d´élégance remarqué et influent dans les meilleurs salons parisiens de l´époque, désireux de nous persuader d´avoir rencontré et conseillé des Dames et des Hommes devenus historiques. En voulant laisser de lui l´image d´un personnage digne de son « honneste homme », des contemporains le jugèrent souvent trop hautain, trop donneur de leçons. Les siècles suivants l´oublièrent ou le redécouvrirent plutôt comme continuateur de la réforme des belles moeurs venue d´Italie contribuant à polir le savoir-vivre des courtisans français. Dans ses traités moraux, la philosophie qu´il développe propose des valeurs fondamentales qui restent toujours les bases du lien social, essentielles à l´harmonie des relations humaines dans toute société.

  • L'Histoire des Comtes de Poitou d'Alfred Richard - ancien archiviste du département de la Vienne -, éditée pour la première fois en 1903, est fondamentale pour la connaissance de l'histoire du Poitou et de l'Aquitaine des Xe, XIe, et XIIe siècles. Et pour mieux comprendre l'épopée de ces comtes qui devinrent les plus puissants seigneurs du royaume des Francs - ducs d'Aquitaine, ducs de Gascogne, et même, comtes de Toulouse - avant d'être sacrés, au XIIe siècle, reines et rois d'Angleterre. Cent ans après cette première et aujourd'hui - introuvable - édition, voici une troisième édition en quatre tomes de ce grand oeuvre de l'Histoire « régionale » qui réjouira tous les amateurs et tous les chercheurs. La lente montée en puissance des comtes de Poitou qui deviennent duc d'Aquitaine, au milieu du Xe siècle et assoient leur puissance face aux comtes de Toulouse, d'Auvergne, et avec plus de difficulté face aux ambitieux comtes d'Anjou.

  • Le Prince Noir, "noir" peut-être d'après la couleur de sa cuirasse, est le fils d'Edouard III, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine. Il démontre très jeune de solides qualités guerrières : à Crécy, puis à Poitiers où il fait prisonnier le roi de France !
    Edouard III le nomme alors "lieutenant" en Aquitaine, puis érige, pour lui, le duché en principauté. Edouard de Woodstock - le Prince Noir - fera de sa cour d'Aquitaine, l'une des plus brillantes d'Europe. Pourtant l'aventureuse guerre de succession de Castille ruinera les finances et la santé de ce prince-chevalier fastueux qui, malade, mettra fin à la principauté d'Aquitaine. Ainsi disparaissait définitivement le rêve multiséculaire d'un royaume aquitain...
    Restent la légende... et l'histoire de ce destin exceptionnel que retrace le présent ouvrage.
    "La Bataille de Poitiers", extrait d'un ouvrage de J.-M. Tourneur-Aumont nous fait découvrir pas à pas le déroulement de cette bataille - gagnée par les Anglo-Gascons du Prince Noir sur les Français -, et qui faillit bien changer le cours de l'Histoire de France.

  • Poète et globetrotteur, Serge Patrice Thibodeau fait appel au récit pour raconter, à coups d'anecdotes et de clins d'oeil, une partie de ce qu'il a vu et entendu au fil des vingt-cinq dernières années qu'il a passées à parcourir le monde. Doué d'un sens de l'observation
    original, le voyageur témoigne de préoccupations universelles, telles la guerre, la pauvreté et l'intolérance, tout en ayant recours par moments à un humour inattendu qui donne à ces récits un ton très personnel. La traversée de ces lieux cachés est en soi un long
    voyage, dans tous les sens, mais elle est aussi l'histoire d'un retour.

  • L'Histoire des Comtes de Poitou d'Alfred Richard - ancien archiviste du département de la Vienne -, éditée pour la première fois en 1903, est fondamentale pour la connaissance de l'histoire du Poitou et de l'Aquitaine des Xe, XIe, et XIIe siècles. Et pour mieux comprendre l'épopée de ces comtes qui devinrent les plus puissants seigneurs du royaume des Francs - ducs d'Aquitaine, ducs de Gascogne, et même, comtes de Toulouse - avant d'être sacrés, au XIIe siècle, reines et rois d'Angleterre. Cent ans après cette première et aujourd'hui - introuvable - édition, voici une troisième édition en quatre tomes de ce grand oeuvre de l'Histoire « régionale » qui réjouira tous les amateurs et tous les chercheurs. La mort prématurée de Guillaume X amène une succession complexe. Aliénor, l'héritière, est mariée à l'héritier du royaume de France, le futur Louis VII, puis, une fois répudiée, à Henri comte d'Anjou, futur Henri II d'Angleterre. Tout est prêt pour l'avant-dernier acte de la dynastie des comtes de Poitou qui, en quelques décennies et querelles de famille, atteint le faîte de la puissance.

empty