• Loin d'être tout simplement conflictuelles, les relations entre juifs et musulmans en France sont anciennes, complexes, changeantes. La République qui les abrite et accueille tous ceux qui traversent la Méditerranée au moment des indépendances leur offre sa laïcité. Le monde tel qu'il se reconfigure au lendemain de la guerre impose interrogations, contradictions et violences. Comment, dans l'espace colonial d'abord, puis sur le sol de la métropole, ces deux groupes ont-ils cohabité au XXe siècle? Quelles ont été leurs relations, au Maghreb d'abord, en France ensuite?

    Ethan Katz, à l'issue de plus de 10 années de recherches, s'attache à décrire et analyser ces relations entre juifs et musulmans. Il montre que la réduction de ces catégories de Français à des identités religieuses et conflictuelles est récente et que la question coloniale en premier lieu a créé un fossé progressif entre les deux communautés. 

    Juifs et musulmans en France offre un regard neuf sur une histoire, ici toute en nuances, des relations entre juifs et musulmans depuis la Première Guerre mondiale. Cet ouvrage constitue une contribution inédite à la compréhension de la société française contemporaine.

  • Ce livre tente d'établir un bilan historique, politique et juridique, de l'action des différents présidents de la République en ce qui concerne la protection, parfois aussi la restriction, des libertés fondamentales. Les chercheurs étudient en outre la palette des instruments juridiques dont les présidents se sont dotés pour agir dans ce domaine et comment le rôle du Président a pu être également variable en fonction des personnalités et des contextes politiques et sociaux. Des analyses générales de l'implication présidentielle alternent avec l'étude plus précise de quelques grandes libertés (vie privée, religion, expression, droits politiques...). Sont rassemblés les souvenirs de quelques « grands témoins » des différents mandats présidentiels comme Robert Badinter, Michel Charasse, Claude Guéant, Jean-Paul Costa... Mais cet ensemble réunit aussi certains des meilleurs spécialistes du droit public et de la science politique dans des analyses historiques et juridiques.

  • Alors que le château de La Brède est connu dans le monde entier, les héritiers du philosophe ne surent jamais trop quoi en faire. La rentabilité de la propriété était insuffisante pour permettre de tenir un rang de plus en plus difficile à assumer. De la fin du xviiie siècle à la veille de la Première Guerre mondiale, l'emprise des femmes est spectaculaire. Ce sont les épouses, les mères ou les filles qui souvent par correspondance négociaient les mariages, imaginaient les successions et au besoin géraient les domaines. Au-delà d'une unité familiale incertaine, les Montesquieu, qui évitaient de trop facilement diffuser les oeuvres inédites de leur ancêtre, avaient investi une partie de leur fortune dans des affaires trop risquées et après l'indépendance d'Haïti exigeaient le remboursement des plantations de leurs parents. Les Montesquieu héros de l'indépendance américaine n'aimaient pas les Américains et la République française mais n'hésitèrent pas à combattre et à mourir pour la Patrie en 1870 et en 1914. L'histoire des Montesquieu c'est sans doute celle de toute une partie de la noblesse française.

  • À la veille de l'élection présidentielle, le candidat favori des sondages est surpris, alors qu'il se croit seul, dans le bureau de son QG de campagne prosterné sur un tapis en direction de La Mecque. La rumeur ne tarde pas à se répandre : le futur président de la République française serait musulman. En quelques heures, la nouvelle fait l'effet d'une bombe. Le candidat à la magistrature suprême doit s'expliquer.
    Après plusieurs romans à tonalité autobiographique, Abd al Malik s'essaie à un genre nouveau.

empty