• La complexité croissante de l'environnement induit une vision systémique des entreprises. Ces dernières sont ainsi placées au coeur d'interactions entre parties prenantes (salariés, investisseurs, opinion publique, etc.) aux objectifs divers, parfois contradictoires. Faire de la RSE (responsabilité sociale/sociétale des entreprises) un axe stratégique, donne les clés de compréhension de l'écosystème formé par les nombreuses parties prenantes. Cette approche est appliquée ici aux services et établissements sociaux et médico-sociaux qui font face à un environnement en pleine mutation : allongement de la durée de vie, introduction de technologies innovantes et coûteuses pour l'accompagnement et la prise en charge de publics fragiles, rationalisation des ressources financières, fort contrôle exercé par les tutelles, apparition d'investisseurs privés, exigences croissantes des usagers en matière de qualité ou d'éthique, etc. Pour mieux comprendre comment les dirigeants et leurs équipes peuvent répondre à la pression de leur environnement et des parties prenantes qui le composent, tout en faisant de la qualité de l'accompagnement et des soins leur préoccupation première, l'ouvrage propose de répondre aux questions suivantes : - quels sont les concepts et outils d'aide à la formalisation de la RSE, en particulier pour les organisations sociales et médico-sociales ? - quelles sont les parties prenantes des organisations sociales et médico-sociales et quelle peut être leur place dans la stratégie RSE ? - comment piloter la performance sociétale des organisations sociales et médico-sociales, avec quels outils et quels indicateurs ?

  • Nos ressources naturelles se raréfient. Le prix de l'énergie s'envole. Et pourtant, plus que jamais dans l'histoire de l'humanité, les besoins explosent : urbanisation rapide, accroissement démographique et développement économique absorbent toujours plus de matière et d'énergie. Le monde économique est mal préparé à ces sources de tension et la plupart des business models sont inadaptés. Nous arrivons en effet au bout d'un modèle de développement ; charge à nous d'inventer la nouvelle voie à suivre.Comment maintenir la compétitivité lorsque chaque point de croissance supplémentaire requiert davantage d'énergie et de ressources ? L'objet de ce livre est de répondre à cette question de manière pragmatique, d'ouvrir des voies nouvelles, de proposer des réflexions ancrées dans l'action. Illustré de nombreux cas concrets, il aidera les dirigeants d'aujourd'hui et de demain à devenir eux-mêmes acteurs de ces changements.Les modèles proposés vont du moins risqué (éco-efficience, éco-conception) et rapidement rentable à la rupture stratégique complète (passage du produit au service centré sur le résultat). Cette dernière est cependant indispensable pour créer une même quantité de richesses en divisant par 4 la consommation de ressources et d'énergie (le facteur 4, un des objectifs du Grenelle de l'environnement).Ces enjeux sont désormais à la portée des précurseurs qui oseront déployer les business models du futur. Ces pionniers prépareront ainsi durablement leur entreprise, nouvelle ou existante, à affronter les défis d'un monde aux ressources limitées.

  • Cet ouvrage - le premier en langue française spécialement conçu à des fins pédagogiques - vise à familiariser les étudiants avec les débats et les notions-clés, ainsi qu'à les former à évaluer décisions, pratiques et plans d'action à différents niveaux d'analyse. En tant que tel, le livre complète et illustre des discussions en classe et l'étude de textes à teneur plus théorique. Les approches retenues abordent une variété de contextes, sur quatre continents, selon différents angles d'analyse. L'ensemble des cas sont récents, en contexte réel ou basés sur des situations réelles. Ils s'appuient sur des recherches approfondies et certains de ces cas sont reconnus par des récompenses et prix internationaux.

    Lauréat 2009 Prix du livre d'affaires - HEC Montréal

  • La crise financière, les scandales, le maintien de très fortes inégalités de rémunération, le lourd impact social des mutations de notre système productif ont aggravé les incompréhensions récurrentes en France entre l´entreprise et la société. Le modèle dominant de l´entreprise fondé sur la seule maximisation de la valeur actionnariale est remis en cause, et une nouvelle approche, fondée sur la responsabilité sociétale de l´entreprise, se développe et s´élargit aujourd´hui au domaine fiscal. Enfin, de nouvelles formes de sociétés poursuivant un intérêt collectif commencent à apparaître, signe précurseur d´un nouveau paradigme ? La première partie du Rapport moral sur l´argent dans le monde 2013 revient en profondeur sur ces évolutions. Il questionne d´abord les règles de gouvernance, de rémunération, et de représentation des salariés, et dans un deuxième temps, les tendances les plus récentes en matière de responsabilité sociétale des entreprises.

    Les deux autres parties de l'ouvrage, plus concises, sont constituées d´un dossier d´actualité sur la finance, traitant en deux volets les nouvelles régulations et la lutte contre les délits financiers, et d´un recueil de témoignages de croyants des trois grandes religions monothéistes sur les origines morales de la crise financière.

  • Talking about culture in France... Art, literature, theater and the like immediately come to mind, without really lingering over the fundamental role culture plays as a constituent element of the societal link. Schools, families and the army can only exist because their cultures define and underpin their organization. Businesses are no exception to this iron law, and a lot of failures took place because it was neglected.
    Corporate culture isn't simply the story of a creation or of technological or commercial quests but a complex and dense collection of knowledge, behaviors and human relations whereby the company is able to exist, survive, move forward, and establish an intangible heritage of strategic importance.
    Assessing the challenges of a new world, technological changes such as the digital revolution or sociological disruptions such as the rise of women in businesses, European HR Directors are trying to pinpoint the resources of corporate cultures and to extract, at a time of globalization, a common that can transcend national cultures. It is because Europe's culture - rich and plentiful - reflects on businesses that understanding it, however difficult it may be, is essential to bring about a generation of combative companies that can tackle global challenges, accept their societal responsibilities and enrich, in every way, the men and women that work in them.
    Under the guidance of Yves Barou, entrepreneurs, administrators, strategists, philosophers, researchers, and teachers gathers to outline a subtle and constructive approach to corporate cultures.

  • À partir du constat que la mondialisation se fait principalement avec les grandes entreprises transnationales et les États dont le pouvoir reste cantonné, pour la plupart, à leur territoire, cet ouvrage s´efforce de voir comment il est possible d´infléchir la course naturelle des grandes entreprises, vouées à poursuivre le seul intérêt de leurs actionnaires, et de leur redonner ainsi une certaine légitimité à contribuer à la construction de la gouvernance globale. Cette légitimation passe par leur ouverture progressive à la pratique démocratique. Ce qui est ici visé, ce n´est pas le changement utopique du régime actionnarial de ces grands corps déjà constitués - ce serait une révolution dont on ne distingue pas aujourd´hui les causes possibles. Cependant, en adoptant les principes de la soft law et en reprenant la forme de ce qui s'élabore déjà dans les référentiels de responsabilité sociétale (dimensions économique, environnementale et sociale), il est possible d´introduire dans le système de la grande entreprise cotée en bourse une petite différence susceptible de changer la nature du fonctionnement de ces grands organismes et de les ouvrir ainsi à d´autres modalités de prise de décisions plus proches de l´esprit démocratique de nos sociétés modernes.

  • Prix spécial du jury du 12e prix Rotary du livre d'entreprise 2006.

    Cet ouvrage, sous-titré "Le coeur du développement durable est le "développement durable" du coeur", se situe à part dans la littérature de management, voir dans la littérature toute

  • Plus que jamais, les managers se bercent aujourd´hui de dangereuses illusions : « l´entreprise est une jungle », « la morale n´y a pas sa place », et quiconque tenterait de se montrer honnête serait voué à l´échec !

    Il est temps de rompre avec cette dynamique de la défiance et avec l´environnement professionnel délétère qui en découle inéluctablement. Il est temps de prendre conscience que l´intégrité au travail n´est pas une faiblesse, mais une force, n´est pas un boulet, mais un véritable accélérateur de carrière. Un manager intègre récoltera les fruits d´une heureuse alchimie entre qualités techniques et qualités humaines.











    Christophe Baki-Boisier, porté par plus de 27 années d´expérience professionnelle au sein de multinationales telles MDS Pharma et Agfa Healthcare , a oeuvré en tant que directeur général, directeur des finances et du management stratégique. Il a vécu en Suisse, en Australie, en Belgique et au Royaume-Uni. Il anime aujourd'hui des conférences et des séminaires de formation au management et à l´efficacité personnelle.

  • Pour la plupart des citoyens, la prison reste une zone d'ombre qui marque une ligne de partage entre deux mondes et entre deux sortes d'humains : ceux du dedans et ceux du dehors. Comment les rapprocher et construire un espace commun avec ce monde à part qui est aussi un lieu de vie ? Une réponse a été donnée par la musique en tant que milieu, au sein d'un orchestre participatif où l'on peut croître ensemble en ayant le sentiment d'exister, à partir d'une source individuelle et collective. L'expérience a été vécue par une équipe pluridisciplinaire et internationale de chercheurs, étudiants, artistes et s'est déclinée pendant trois ans dans les onze prisons de la région Nord - Pas de Calais, sous la forme d'une recherche-action en art dans le cadre du programme Chercheurs Citoyens. Ce dispositif, ouvert aux musiciens et aux non-musiciens, a-t-il permis aux détenus de lutter contre les effets destructeurs de la prison et de (re)naître à une identité nouvelle au sein d'une communauté musicale qui les soutient ? Ce livre tentera d'y répondre en mettant en résonance des expériences internationales déjà porteuses de résultats en Espagne et au Venezuela.

  • Parler culture en France... C'est avec gourmandise que l'on évoque les arts, la littérature, le théâtre, sans trop s'attarder sur la place fondamentale qu'occupe la culture en tant qu'élément constitutif du lien sociétal. L'école, la famille, l'armée n'existent que parce que leurs cultures définissent et sous-tendent leur organisation.
    L'entreprise n'échappe pas à cette loi d'airain, et c'est du fait de l'avoir trop négligée que de si nombreux échecs ont eu lieu. Culture d'entreprise ? Ce n'est pas seulement l'histoire d'une création ou des conquêtes technologiques et commerciales, mais bien un corpus complexe et touffu de savoirs, de comportements et de relations humaines qui permettent à l'entreprise de (sur)vivre, d'avancer, et de constituer un patrimoine immatériel d'importance stratégique.
    Prenant la mesure des défis d'un monde nouveau, des bouleversements technologiques comme le numérique ou sociologiques comme la montée des femmes dans les entreprises, les DRH européens tentent de cerner les ressorts des cultures d'entreprise et de dégager, à l'ère de la mondialisation, le commun qui peut transcender les cultures nationales. C'est parce que la culture européenne, riche et foisonnante, se reflète sur ses entreprises, que sa compréhension, aussi difficile soit-elle, est indispensable pour que puisse advenir une génération d'entreprises conquérantes, capables de se mesurer aux challenges mondiaux, d'assumer leurs responsabilités sociétales et d'enrichir dans tous les sens du terme les hommes et les femmes qui travaillent en leur sein.
    Sous la houlette d'Yves Barou se sont rassemblés entrepreneurs, gestionnaires, stratèges, mais aussi philosophes, chercheurs, enseignants, pour esquisser une approche fine et constructive des cultures d'entreprise.

empty