Maison des Sciences de l´Homme d´Aquitaine

  • À l'évidence, les sportifs sont aujourd'hui de plus en plus nombreux à pratiquer en dehors des clubs. Cette forme d'organisation caractéristique qu'est le club, inventée à la fin du xixe siècle, perfectionnée et diffusée tout au long du xxe siècle, est-elle vouée à disparaître progressivement ? Critiqué par tous ceux et celles qui n'ont pas pu - ou pas su - trouver leur place en son sein, le club sportif est-il encore une solution d'avenir pour le développement de l'activité sportive ? Traduit-il les aspirations d'une majorité de pratiquants sportifs ? Reste-t-il un lieu privilégié pour accéder au plus haut niveau de compétition ? Les responsables de l'Université Sportive d'Eté entendaient relever le défi. Un autre club sportif pour le xxie siècle ? Telle est l'interrogation générale à laquelle les participants de FUSE 1997, qui s'est tenue à Nîmes du 29 août au 2 septembre 1997, avec le soutien du Sport Université Nîmois, se sont efforcés d'apporter des éléments de réponse sans pour autant ni éluder, ni mésestimer les contradictions qui caractérisent actuellement le sport. Sans doute n'est-elle pas aisée la tâche qui consiste pour les acteurs des clubs à dégager pour les années à venir une ligne de conduite à la fois cohérente et efficace. Faire cohabiter pratique traditionnelle et formes d'activités nouvelles... Favoriser l'accueil et la cohabitation de pratiquants aux attentes variées... Concilier un individualisme croissant et un besoin retrouvé de sociabilité, la gratuité de l'effort et le mercenariat, la fidélité à des valeurs anciennes et l'adaptation à de nouvelles normes de pratique... Ou bien le club sportif des prochaines décennies saura recomposer une synthèse cohérente entre les valeurs, des missions et la sollicitation des publics ou il ne sera pas !

  • Les sports d'eaux vives sont devenus un atout majeur dans le développement des activités sportives, estivales et de tourisme. En liaison avec les rivières et les gaves, l'édification des stades d'eaux vives est aussi un élément important de réhabilitation et de reconversion de nombreux espaces urbains périphériques et sinistrés. De l'organisation de compétitions internationales à l'initiation sportive des jeunes scolaires, en passant par un éventail de stages diversifiés (préparation olympique, sélections régionales, initiations-découvertes tous publics, etc.) ou d'accueil journalier, ces sites ont un impact sur l'emploi sportif et la vie économique locale. Ils contribuent à l'attractivité des territoires, à la qualité du cadre de vie et à la protection de l'environnement. Seule une gouvernance partagée permet de conjuguer les compétences politiques, économiques, sociales et culturelles, de résoudre les problèmes rencontrés et de mobiliser les ressources indispensables pour promouvoir ces nouveaux territoires sportifs, en France et dans les pays voisins. Réunissant une vingtaine de personnalités compétentes qui sont intervenues face à un public motivé, l'Université Sportive d'Été de l'UNCU a dressé un état des lieux argumenté sur le thème des sports d'eaux vives en liant héritages du passé, problématiques actuelles et défis pour les prochaines décennies. Autre originalité, l'USE a permis de croiser l'analyse des acteurs et décideurs politiques, l'expertise des spécialistes de l'innovation technologique, avec les travaux des chercheurs universitaires, l'expérience des gestionnaires, celle des éducateurs sportifs et des compétiteurs. Quelle ville autre que celle de Pau, à la veille d'organiser les Mondiaux de canoë-kayak en 2017, bénéficiant du rayonnement du Club Universitaire Pau-Pyrénées Eaux Vives et du dynamisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, aurait été mieux armée pour accueillir la 32ème Université Sportive d'Été ?

empty