Sciences humaines & sociales

  • Instauré dans les années 1960 par les autorités sportives internationales, le test de féminité vise à distinguer les « vraies femmes » des autres. Quels autres ? Des hommes qui s'immisceraient en catégorie « Dames » pour y remporter des victoires faciles ? Les annales du sport ne gardent pas trace d'un tel cas. En revanche, bien des sportives ont été interdites de compétition car elles ne remplissaient pas les critères censés définir la féminité.


    Ces derniers ont varié au cours du temps : la féminité fut d'abord certifiée sur la base d'un examen gynécologique, puis chromosomique, puis hormonal. Mais la conformation anatomique des organes sexuels est parfois jugée « ambiguë », il existe d'autres formules chromosomiques possibles que « XX » et « XY », et des femmes certifiées « normales » à la suite d'un examen anatomique ou d'une analyse chromosomique peuvent avoir des taux de testostérone supérieurs à la moyenne.


    Le travail d'Anaïs Bohuon cerne une évidence qui embarrasse les autorités sportives : les caractéristiques sexuées s'expriment selon des modalités diverses et la partition des individus en deux catégories de sexe seulement est une fiction idéologique. Son livre révèle aussi que cette vision de la féminité a partie liée avec une histoire politique : celle de l'opposition entre l'Est et l'Ouest, du temps de la Guerre froide, et celle qui organise le partage inéquitable entre pays du Nord et du Sud. Dans le monde du sport, les « vraies femmes » restent conformes à l'idéal occidental de la féminité. La suspicion se porte sur « les autres », qui s'écartent de ce stéréotype.

  • Les sports d'eaux vives sont devenus un atout majeur dans le développement des activités sportives, estivales et de tourisme. En liaison avec les rivières et les gaves, l'édification des stades d'eaux vives est aussi un élément important de réhabilitation et de reconversion de nombreux espaces urbains périphériques et sinistrés. De l'organisation de compétitions internationales à l'initiation sportive des jeunes scolaires, en passant par un éventail de stages diversifiés (préparation olympique, sélections régionales, initiations-découvertes tous publics, etc.) ou d'accueil journalier, ces sites ont un impact sur l'emploi sportif et la vie économique locale. Ils contribuent à l'attractivité des territoires, à la qualité du cadre de vie et à la protection de l'environnement. Seule une gouvernance partagée permet de conjuguer les compétences politiques, économiques, sociales et culturelles, de résoudre les problèmes rencontrés et de mobiliser les ressources indispensables pour promouvoir ces nouveaux territoires sportifs, en France et dans les pays voisins. Réunissant une vingtaine de personnalités compétentes qui sont intervenues face à un public motivé, l'Université Sportive d'Été de l'UNCU a dressé un état des lieux argumenté sur le thème des sports d'eaux vives en liant héritages du passé, problématiques actuelles et défis pour les prochaines décennies. Autre originalité, l'USE a permis de croiser l'analyse des acteurs et décideurs politiques, l'expertise des spécialistes de l'innovation technologique, avec les travaux des chercheurs universitaires, l'expérience des gestionnaires, celle des éducateurs sportifs et des compétiteurs. Quelle ville autre que celle de Pau, à la veille d'organiser les Mondiaux de canoë-kayak en 2017, bénéficiant du rayonnement du Club Universitaire Pau-Pyrénées Eaux Vives et du dynamisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, aurait été mieux armée pour accueillir la 32ème Université Sportive d'Été ?

  • Comment peut-on s'engager dans les sports à risque ? La présente étude sociologique voudrait répondre aux énigmes que présentent ces pratiques. Car ces disciplines sportives interpellent : elles sont des activités de loisirs dans lesquelles la vie est mise en jeu. C'est par l'enquête menée sur les terrains de parachutisme, de BASE-jump, d'alpinisme ou de parapente que ce livre participe à la compréhension et à l'explication des engagements dans ces sports. D'abord en éclairant les parcours de vie qui conduisent à ces activités. Entre dispositions et situations, se construisent des engagements pluriels, mus par le jeu complexe d'influences biographiques et contextuelles façonnées par le genre. Ensuite en rendant compte des modes de pratiques, notamment dans les rapports que nouent les adeptes, hommes et femmes, avec les risques et les prises de risque. Enfin, en montrant comment s'établissent les rapports sociaux de sexe dans ces espaces sociaux « masculins », entre évolutions, reconfigurations et permanences. Cette étude des sports à risque apporte ainsi une contribution à la connaissance des dynamiques biographiques, des prises de risque et du genre.

empty