• « Bien lire et Aimer lire, manuel issu de la célèbre méthode Borel-Maisonny, présente une démarche originale associant phonétique et gestuelle, qui fait référence dans l apprentissage de la lecture. L enfant commence par apprendre à déchiffrer toutes les graphies d un même son, auquel correspond un geste simple, expliqué en photo. Chaque geste associe la ou les lettres écrites à l articulation correspondante, ce qui favorise la mémorisation. L enfant progresse ainsi rapidement et apprend très naturellement à lire en décodant les syllabes simples et complexes puis en les manipulant. La méthode syllabique plébiscitée depuis 60 ans par les établissements scolaires, les orthophonistes, les rééducateurs et les parents Une approche simple et efficace, particulièrement recommandée pour les enfants DYS ou en difficulté La nouvelle édition de Bien lire et Aimer lire, toute en couleurs et enrichie en outils d apprentissage, apporte également de nombreux conseils pratiques aux enseignants et aux parents. Nouveau : le guide pédagogique complémentaire disponible en téléchargement. »

  • Ce cahier d'exercices est le complément indispensable pour apprendre à lire et à écrire en suivant la progression de la méthode gestuelle et phonétique développée dans le manuel de lecture Bien Lire et Aimer Lire et plébiscitée
    depuis 60 ans.
    Avec cette méthode originale et innovante créée par Suzanne Borel-Maisonny, chaque son est présenté de trois façons différentes : les graphies du son, la correspondance phonétique et le geste associé.
    Présentée en double page, chaque séance quotidienne d'activités comprend :
    - des exercices de déchiffrage et de lecture ;
    - des exercices de graphie et d'écriture.
    Mon cahier d'exercices pour Bien Lire et Aimer Lire permet à l'enfant de maîtriser successivement les sons simples (voyelles, consonnes continues et occlusives), puis les sons et graphies complexes (diphtongues, voyelles nasales, etc.).
    L'enfant progresse rapidement et apprend très naturellement à lire et à écrire.

  • Qu'ils arrivent seuls ou en famille, en situation légale ou irrégulière, les jeunes d'âge scolaire constituent une partie essentielle des flux migratoires. De nationalité étrangère ou nés hors de la France métropolitaine, ils et elles ont massivement connu l'école « ailleurs ». De nationalité française, ils communiquent régulièrement dans une autre langue que le français avec leurs parents. Or, en valorisant la culture et la langue nationales, l'école française n'accentue-t-elle pas le poids de l'origine ethnoculturelle dans les performances scolaires ? Quels dispositifs et quelles orientations de l'action éducative peuvent conforter l'espoir de mobilité sociale qui accompagne les projets migratoires ? Que disent les enquêtes de suivi sur la capacité de l'école à faire réussir les élèves « nouvellement arrivés » au même titre que les élèves « durablement installés » ? Dans quelle mesure l'histoire de l'immigration et des itinérances oriente-t-elle non seulement le recrutement scolaire, mais aussi les pratiques pédagogiques ? À l'épreuve des circulations et des parcours des jeunes d'origine immigrée, des jeunes réfugiés ou des jeunes « du voyage », l'institution scolaire révèle des rigidités différentes selon son cadre sociétal de référence, et des souplesses parfois inédites. À partir de la double considération des élèves migrants et des enfants d'immigrés, cet Entretien Ferdinand Buisson ouvrira donc la réflexion sur les capacités et les limites actuelles de l'école à valoriser les migrations à la fois comme projets de mobilité sociale, comme épreuves de déclassement et comme parcours d'accès aux droits.

  • Depuis le colloque du Forum Heracles de juin 2009 « Le Français sur Objectifs Universitaires », et l'ouvrage de Jean-Marc Mangiante et Chantal Parpette de 2011 Le français sur objectif universitaire, le FOU ne cesse de gagner du terrain. Dans cette optique, le symposium « Le français sur objectif universitaire, entre apports théoriques et pratiques de terrain » visait à réunir des contributions répondant à la problématique de l'intégration linguistique et la réussite académique des étudiants allophones dans l'enseignement supérieur en langue française, que ce soit en France ou à l'étranger. En effet, les contraintes de la mise en pratique du FOU rendent aujourd'hui essentielle une réflexion sur les liens entre théorie et terrain, non seulement du point de vue linguistique mais aussi du point de vue didactique et ceci en contexte de français langue étrangère, langue seconde et langue maternelle.

  • La classe et l'environnementLe groupe-classePréparer, enseigner, diriger, évaluerLes objectifs d'apprentissageL'enseignement des conceptsLa discipline en classeL'évaluation et la mesureEnseigner le françaisL'apprentissage langagier dans les programmes en immersion française. Considérations théoriquesDe l'immersion au français langue seconde. Considérations théoriques et applications pratiquesL'efficacitéCulture et multiculturalismeCulture, système scolaire et programmes d'immersionLe Canada multiculturel : considérations sur les écoles, les professeurs et le curriculum

empty