• Crac

    Jean Rolin

    "Entre Lawrence et moi, il y a au moins ceci de commun qu'à un peu plus d'un demi-siècle de distance, nous avons passé l'un et l'autre une partie de notre enfance à Dinard."
    De là à vouloir partager avec le futur Lawrence d'Arabie quelque chose de plus, et à partir sur ses traces, aujourd'hui, parmi les forteresses croisées du Moyen-Orient...

  • Loin des régions où se déroulent les principaux épisodes de la guerre de Cent Ans, Nathalie Nicolas, docteur en archéologie médiévale, a étudié les conséquences des principaux combats en Dauphiné. Dans cette province relativement épargnée, le passage récurrent des bandes de routiers - d'abord les Provençaux en 1368, puis les hommes de Raymond de Turenne et du comte Jean d'Armagnac - perturbe le quotidien des habitants. S'ajoutent à ces incursions, des guerres privées qui accentuent le sentiment d'insécurité et fragilisent l'économie comme la société. Entre Provence et Piémont, toutes les autorités - principalement le dauphin, l'évêque de Gap et l'archevêque d'Embrun - organisent alors, avec, plus ou moins de rapidité et de rigueur, la défense des villes. Les fortifications, leurs commanditaires et leurs constructeurs, forment le sujet de cet ouvrage. En plus de l'inventaire des coûts des aménagements défensifs et des installations domestiques des châteaux, la variété des textes - comptes de construction, rapports des maîtres d'oeuvre, inventaires d'armes et de mobilier... rend compte des techniques de constructions utilisées. Les sources écrites mettent également en évidence ce que fut le quotidien des chantiers (matériaux, main-d'oeuvre, modes de construction...) dans les châteaux et les villes de montagne à la fin du Moyen Âge.

  • Entre Provence et Dauphiné, les Baronnies de Mévouillon et de Montauban, comprises entre Rhône et Durance, au nord de la chaîne Ventoux-Lure, constituent le champ de géographie historique retenu pour cette étude sur la naissance et la réussite de l'enchâtellement en zone de moyenne montagne. L'attraction du château sur l'habitat est cependant nuancée par la présence d'anciens prieurés séculiers relevant de grandes abbayes. Cette terre des Préalpes, de 178 alleux au XIIIe siècle bénéficiant de l'immunité impériale du Xe siècle à 1317, partagée entre plusieurs diocèses et d'anciens pagi relève d'un prestigieux lignage proche du comte de Provence et de Forcalquier. L'annexion des Baronnies principalement par le dauphin au XIVe siècle, est suivie d'un mouvement de désertion des castra au XVe siècle, conjugué à une véritable désertification de la région.

empty