• Dans ce nouveau séminaire, Jean-Richard Freymann poursuit son exploration subversive de la clinique analytique, à partir de l'idée que les praxis avec l'inconscient renouvellent toutes les pratiques du colloque singulier.  À regarder de près dans la cure analytique, il montre que l'inconscient est bâti sur un tissu complexe de mécanismes : le refoulement, la sublimation, l'idéalisation, la forclusion, le déni, la conversion... Il développe l'hypothèse personnelle que « chaque sujet est porteur de tous les mécanismes psychiques même s'il existe chez chaque être parlant un mécanisme prépondérant ». Les frontières entre les tableaux cliniques sont ainsi questionnées dans un retour à Freud pour interroger Freud avec Lacan mais aussi Lacan avec Freud.

    Témoignant de la vitalité de « l'école de Strasbourg », Jean Richard Freymann propose au lecteur un cheminement dans l'histoire de la psychanalyse, à la fois classique et moderne, pour découvrir une sorte de tresse de dynamiques psychiques qui traversent chaque être parlant.

  • Nous nous retrouvions à la terrasse de l'Excelsior. Tous les soirs. Quinze ans, c'était notre âge. L'Algérie était encore colonie française, mais la guerre, sous le nom de «?pacification?», était entrée en scène, balayant le rêve d'Albert Camus d'une union libre entre Algériens et Européens. La première action de masse du FLN eut lieu le 25?août 1955 à Philippeville, où je suis né. La ville basse est envahie par les habitants des hauteurs, Arabes et Berbères. Encadrés par quelques militants FLN, ils sont armés de faux, faucilles, pioches, haches - rares sont les fusils. Plus de cent Européens sont tués. La répression, menée par le colonel Aussaresses, est terrible?: les mitrailleuses abattent sans juge ni procès des milliers de prisonniers dans le stade de la ville. Je n'ai appris tout cela que plus tard. Ce jour-là, j'étais à trois?kilomètres de Philippeville, sur la plage de Stora. Nous ignorions que la guerre avait lieu. La radio, le journal, parlaient de «?rebelles?». Mes amis de l'Excelsior étaient aveugles et sourds, comme moi. Le déni régnait. La mer était si belle, nous étions dans l'ivresse de vivre, et tant pis si tout était faux en Algérie coloniale.

  • Elias passe son temps à s'inventer des histoires, des destinées incroyables qu'il dessine ensuite dans un cahier. Depuis quelque temps, il rêve qu'il vole comme un oiseau. Jusque-là, rien d'inquiétant, sauf quand son corps commence à se transformer en celui d'un corbeau... Rêve ou réalité ?

    Gilles Abier est né à Paris en 1970. Après une jeunesse en banlieue en Seine et Marne et des études de lettres à Grenoble, il a passé sept ans à Londres puis à Manchester, où il a notamment suivi les cours du Conservatoire de Théâtre. De retour en France, Gilles Abier travaille à mi-temps au Centre Pompidou et consacre le reste de son temps à l'écriture et au théâtre. Son premier roman est paru en 2000 chez Actes Sud Junior. Il a également publié au Rouergue et chez Sarbacane.

  • Des professionnels confrontés sur le terrain au déni de grossesse explorent les différents enjeux de ce symptôme et offrent un panorama complet du sujet.

    Les auteurs de cet ouvrage ont tous rencontré ces gestations particulières, qui, loin s'en faut, ne se résument pas aux cas exceptionnels de « néonaticides » faisant l'objet de procès largement médiatisés. Ils font part de leurs découvertes pour nous aider à comprendre ce symptôme déroutant et à accompagner ces femmes qui, parfois jusqu'à la naissance, dénient leur grossesse.

  • Lire l'entretien de l'auteur (propos recueillis par Audrey Minart)

    Comment dire le mal-être au travail ? Que faire des émotions ressenties au travail, celles qu'on ne peut pas exprimer parce qu'on se révèlerait « trop sensible », ou pas suffisamment « performant » ni « professionnel » ? Comment dire la peur, celle qui est jugée « irrationnelle » ? Considérés comme des « ressources humaines », les travailleurs n'arrivent plus à donner du sens à ce qu'ils vivent.

    Nourri d'une recherche socio-anthropologique, cet ouvrage présente une analyse du langage utilisé dans le management en articulant les registres de la pensée, de l'éprouvé et de l'action. Avec des illustrations saisissantes et des références théoriques diversifiées, l'auteur analyse les dévastations qu'occasionne le management moderne en toute tranquillité, en toute impunité :celui-ci ne provoque pas seulement du mal-être au travail. Par l'utilisation de sa novlangue, il participe aussi et surtout au corsetage des imaginaires, au façonnage des univers symboliques, au formatage des émotions, à l'écrasement des intelligences individuelles et collectives.

    Agnès Vandevelde-Rougale ne se contente pas de démonter le processus d'intériorisation du discours dominant, elle souligne le potentiel de résistance de l'individu et les voies qui s'offrent à lui pour se dégager de ces entraves langagières et faire face à la violence plus ou moins ordinaire à l'oeuvre dans les organisations.

  • São Paulo, San Francisco, Rome... Les métropoles, au Nord et au Sud, manquent régulièrement d'eau. Les 4 millions d'habitants de Recife, au Brésil, affrontent depuis plusieurs décennies les défaillances du réseau public : l'eau au robinet fait souvent défaut et sa qualité n'est pas assurée. Les habitants se sont organisés pour faire face selon leurs moyens financiers : puits profonds, ravitaillement par camions-citernes ou connexions illégales sont monnaie courante. Les pouvoirs publics minimisent les problèmes tout en tentant de réguler le secteur et d'investir dans les réseaux d'eau et d'assainissement. Cependant, la rapidité des changements climatiques et de l'impact de l'urbanisation a des impacts majeurs sur la ressource, en particulier sur les eaux souterraines. Est-il déjà trop tard ou quand le sera-t-il ? Fruit de la collaboration de chercheurs en sciences sociales et en sciences de la terre, cet ouvrage propose une analyse sans concession du défi de la gestion de l'eau dans les métropoles.

  • L'introduction de la notion de « clivage fonctionnel » par Gérard Bayle en 1988 marque un temps fort dans l'évolution de la théorie psychanalytique, qui tend de plus en plus à étudier le fonctionnement de la psyché plutôt que de se centrer sur des configurations pathologiques. Dans ce mouvement, la « fonction synthétique du Moi » prend une place centrale : des échecs de cette fonction surgissent les clivages. Ceux-ci ont d'abord une valeur protectrice contre tel événement traumatisant courant, mais peuvent aussi s'installer ou s'approfondir pour faire face à la permanence d'une situation traumatique ou devant la destructivité des grands traumatismes. Leurs conséquences ne se bornent pas au seul registre individuel mais touchent, et parfois violemment, les autres : « Tu cliveras ton prochain comme toi-même ». Ce livre, ancré dans la clinique, ouvre des voies nouvelles à l'écoute et à l'interprétation.

  • Les soins de l'âme contemporaine nécessitent l'analyse la plus fine des rapports entre le sujet parlant et ces nouvelles passions, les addictions. Si le discours sur les addictions se fait largement entendre chez les spécialistes et dans les médias, la parole des sujets est souvent réduite au rôle d'illustration, d'exemple. Cet ouvrage propose au contraire de s'attacher aux discours en eux-mêmes des sujets comme point de départ et présente une approche ancrée dans l'écoute étayée.

  • A partir d'exposés cliniques, l'auteur analyse la place de l'agressivité dans le fonctionnement psychique de ces patients en dépassant les classifications nosographiques habituelles. Il montre comment l'outil psychanalytique peut être utilisé en milieu carcéral pour obtenir des transformations parfois surprenantes du comportement. Un ouvrage devenu un "classique" dans la compréhension de ces comportements violents.

  • Le trauma associé à la violence extr ême (violence politique, torture) est interrogé à partir de l'expérience clinique et d'autres champs disciplinaires. L'ouvrage s'attache à repréciser ce que l'on entend par traumatisme, terme dont le sens a été largement remodelé depuis les premiers travaux entrepris par Jean-Martin Charcot jusqu'au discours neuropsychiatrique actuel. Il rend compte de cette clinique qui implique notamment un retour aux apports successifs de la psychanalyse concernant le trauma. Il s'agit de les retraverser, d'y trouver des outils d'élaboration, de prendre note aussi des questions laissées en suspens par Freud et ses élèves et par leurs successeurs, de rechercher comment s'articule le trauma freudien avec les traumatismes liés aux violences extr êmes...

  • Une petite inquiétude peut vous faire passer des nuits blanches ? Vous êtes insouciant ou parfois dans le déni ? Vous ne comprenez pas vos résultats d'examens ? Les forums des sites ne parlent que du pire ? Vous n'osez pas tout dire ou demander à votre médecin ? CE LIVRE ARRIVE AU BON MOMENT ! Savoir comment se déroule un examen, gérer les maux du quotidien, déchiffrer le jargon médical des comptes rendus, se préparer à une intervention chirurgicale, poser des questions intimes à son médecin, identifier ce qui est (vraiment) bon pour sa santé et ce qui l'est moins, n'est pas toujours simple. Sur la base des 650 questions les plus fréquemment posées sur le site lasantesurtout.com, plus de 50 spécialistes médicaux et 2 avocats (Droit de la santé) répondent simplement à toutes vos angoisses, interrogations ou simples doutes.. TOUTES LES RÉPONSES AUX QUESTIONS SANTÉ LES PLUS FRÉQUEMMENT POSÉES SUR INTERNET !

  • Un jour de novembre

    Og


    Émouvant et poignant.

    Depuis que son grand amour, Coralie, est décédé tragiquement, Guillaume est dans le déni et n'arrive pas à faire son deuil. Un jour de novembre, un an après la mort de la défunte, il trouve le courage d'aller se recueillir sur sa tombe. Il y fera la connaissance de Marine, une petite fille de 10 ans qui bouleversera son existence. Entraîné dans un voyage entre la vie et la mort, Guillaume verra ses certitudes vaciller.
    Ne perdez jamais l'espoir.
    ***
    L'auteur :
    OG est né en région parisienne en 1965. Diplômé en informatique et d'un MBA de l'université américaine, il a longtemps été Senior Vice President de sociétés de logiciels américaines pour lesquelles il a dirigé l'Europe, l'Asie, l'Amérique Latine, le Moyen-Orient et l'Océanie.
    En 2017, il décide de changer de vie, abandonne le monde du commerce international pour créer la société « Boutik L'imprévu » dédiée aux malades du cancer et écrit son premier roman Un Jour de Novembre.
    OG vit à Aix-en-Provence et est un fervent amoureux de sa région d'adoption.

  • 'Ce n'est pas ça, l'Islam', la phrase répétée, en boucle, par les musulmans après chaque attentat, est une réponse très insuffisante. Mauvaises traductions, interprétation diffi-cile, contexte à prendre en compte, ces trois arguments avancés par les musulmans, pour protéger une pseudo-complexité du Coran, ne résistent pas à l'analyse. Les traductions sont suffisamment fidèles, les interprétations triviales et le contexte, loin d'atténuer le caractère, violent ou malsain, d'un verset ne fait que le confirmer. L'auteur le démontre dans ce texte court, documenté et cinglant.

  • Des mots pour agir contre les violences faites aux femmes Nouv.

    Ce recueil rassemble des textes écrits par une cinquantaine d'écrivaines et écrivains américains, sous la direction d'Eve Ensler et Mollie Doyle, pour servir de base à l'organisation d'événements contre les violences faites aux femmes et aux filles. Les bénéfices de la vente de ce livre parlant seront versés à La Cité de la Joie, le centre révolutionnaire fondé par Eve Ensler et le Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix, où trouvent refuge et soutien les victimes de viols de guerre en République Démocratique du Congo.

  • Lorsque Anton Dogjan, maffieux d´origine albanaise, s´éteint d´une crise cardiaque sur un parcours de golf, Brian, fruit d´un viol collectif, naît sous le regard désespéré et haineux de sa jeune mère : Laurie. Anton et Brian ne font qu´un, et l´enfant se souvient de tout... Le destin de Brian est en marche. Il sait que sa renaissance n´est pas fortuite, elle est la porte de l´éternité, la chance de son rachat, sa rédemption. "Une Raison d'être" est le premier roman de Sandrine Klein.

  • Martine Warnier a publié en 2004, un cri de douleur qu'elle avait intitulé « Le Vieux ». Aujourd'hui, ce texte retravaillé, devient un cri de triomphe « Ma victoire sur l'inceste ». Cette victoire, elle veut la partager pour sensibiliser le public et briser le tabou de l'inceste. L'auteur, alors âgée de 45 ans, sort du déni et se confronte à l'horreur étouffée de sa vie le jour où elle dé-couvre que sa propre fille a également subi dans son enfance les tortures de l'inceste du même individu, son père. Ce livre nous permet de vivre avec elle, sa fille et ses proches, le combat pour l'émancipation des blessures internes de leur vie.

  • Après une série sans fin de tragédies survenues depuis son adolescence, Marie-Paule McInnis subit en 1996 une épreuve que peu d'êtres humains ont connue, c'est-à-dire la mort de ses deux fils, assassinés par leur père, lequel s'est ensuite suicidé. Bien décidée à s'en sortir, madame McInnis se donne trois objectifs qui deviendront autant de raisons de continuer à vivre : étudier à l'université, écrire son histoire et surtout faire inhumer de nouveau ses enfants loin de leur père, afin qu'elle puisse se recueillir en paix sur leur tombe.

  • En moins de quatre années, Mélanie St-Germain a successivement perdu sa fille Naomy, décédée d'une méningite en 2001, fait une fausse couche et vu mourir sous ses yeux son fils Joshua d'un bête accident, deux ans plus tard. Elle déplore aussi la perte d'une amie proche. Un destin cruel pour cette toute jeune femme déjà hantée depuis son enfance par des problèmes physiques. Mais sa détermination et son amour pour les siens seront plus forts que tout et Mélanie comprendra qu'il ne sert à rien de s'acharner à changer les choses.

  • Du déni de grossesse à l´excès de la procréation, au coeur de l´extrême, la vie maternelle se décale de plus en plus par rapport aux attentes d´une société occidentale qui diminue la femme face à son rôle le plus crucial, celui de mère. Plus que jamais, vouloir fonder sa propre famille nécessite aujourd´hui une volonté de fer. Comment alors gérer sa grossesse et s´épanouir pleinement ? Mère pour la quatrième fois à 38 ans, Marie a décidé de créer et de transmettre le concept du C-Mater, le Circuit de la Maternité...

  • Cette étude originale sur la fonction des rêves en psychanalyse met en lumière la nécessité de compléter l'approche classique de l'interprétation des rêves fondée sur l'analyse des contenus refoulés, par de nouveaux apports impliquant les notions de déni, de clivage et d'intégration dans la formation des rêves. Avant d'analyser les contenus refoulés, il s'agit d'interpréter la fonction du rêve au cours de la séance pour permettre ensuite au patient-rêveur d'accéder au sens symbolique des contenus refoulés.

  • Recueil de textes importants de la psychanalyste Evelyne Kestemberg parus dans différentes revues et difficilement accessibles.

  • Comment penser le cancer et le sujet cancéreux à l'aube du XXI siècle ? Une approche pluridisciplinaire pour cet ouvrage de fond qui devrait faire référence. Existe-t-il une dynamique psychique spécifique qui se déploie dans la maladie cancéreuse ? Comment saisir l'expérience de vie que cette maladie augure ? Comment une maladie grave comme la maladie cancéreuse vient-elle bouleverser la continuité de vie, la temporalité, l'identité même du sujet ? Quel langage le corps parle-t-il alors ? Et quels sont, en ce domaine de la maladie cancéreuse, les progrès et les techniques susceptibles de questionner encore davantage la psyché et l'humain ? Voici une sélection des recherches les plus récentes de grands spécialistes de la maladie cancéreuse, aux compétences reconnues et aux approches pluridisciplinaires. Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre, praticien hospitalier, dirige l'unité de psycho-oncologie de l'Institut Paoli-Calmettes (Marseille).

  • Les Grecs paraissent avoir conçu le monde idéal sans femmes. Pour résoudre la contradiction entre l'utopie d'un monde exclusivement masculin et la nécessaire présence des femmes pour perpétuer l'espèce, ils ont produit au moins deux types de discours relatifs à la paternité : des mythes donnant à voir un rêve, celui d'une paternité exclusive qui évincerait les femmes de leur pouvoir de reproduction ; des théories biologiques depuis les Présocratiques jusqu'à Aristote, qui, tout en admettant, à des degrés divers et sous des modalités variables, la participation des femmes au processus de génération, déprécient cependant la maternité au profit de la paternité. Ces deux formes de représentations mettent en évidence le phantasme de pouvoir se reproduire seul, ce que l'on peut appeler le complexe de Zeus, tant ce dieu semble en avoir été particulièrement investi. Ce complexe, dans lequel s'exprime une volonté de puissance par le déni de la maternité, manifeste que les Grecs ont pensé la paternité sous la catégorie du pouvoir.

empty