• La gestion intégrée des zones côtières impose de prendre en considération les espaces marins et terrestres. Ce territoire « entre-deux » est soumis plus que d'autres à un ensemble de risques, que les évolutions climatiques semblent renforcer pour certains. En s'appuyant sur une démarche interdisciplinaire et opérationnelle, il s'agit dans le cadre de cet ouvrage de comprendre les enjeux que représentent les risques marins et côtiers, puis de déterminer, d'un point de vue juridique leur portée.

  • La gestion intégrée des zones côtières est un des moyens de répondre à différents problèmes induits par l'intensification et la densification croissante des activités humaines. Des problèmes qui se posent de manière exacerbée sur les littoraux, alors même que la menace d'une montée de la mer se fait jour, et que le littoral est plus que les autres régions touchées par la pression d'aménagements urbains, touristiques et routiers notamment. Les différentes contributions de cet ouvrage permettent d'aborder ses enjeux cruciaux du développement durable dans les zones côtières et maritimes.
    Résolument multidisciplinaire, cet ouvrage regroupe des contributions de juristes, politistes, biologistes et géographes permettant d'établir une approche croisée du concept de gestion intégrée des zones côtières (GICZ) tournée vers la mer. Au gré des discours, des textes juridiques et de l'évolution des connaissances scientifiques, le concept connaît des adaptations qui ouvrent de nouvelles perspectives pour réaliser les objectifs de gestion durable dans une démarche intégrée responsable et ancrée dans des processus participatifs, à plusieurs échelles d'espaces et de temps.

    Cet ouvrage amène à découvrir les nouvelles « frontières » du concept de GIZC, c'est-à-dire ses potentialités, ses applications élargies ou redimensionnées, repensées en convergence avec des exigences décisionnelles et d'intervention garantissant son caractère opérationnel dans un contexte global, national ou local particulièrement évolutif.

  • Cet ouvrage a pour ambition de rendre compte d'une double réalité différenciée et en construction. Il s'agit pour la Commission d'une part de promouvoir auprès des Etats à littoral de l'U.E. l'élaboration d'une approche stratégique nationale d'aménagement et de GIZC, selon l'échéance programmée de 2006 et de soumettre à évaluation les rapports nationaux notifiés par les Etats à la Commission. D'autre part de lancer un vaste débat auprès de toutes les parties prenantes de l'U.E. sur la construction d'une politique maritime intégrée européenne (PMI).
    Il apparaît tout d'abord que la stratégie de GIZC et la PMI sont étroitement liées entre elles, notamment autour de l'appel à une méthode d'approche commune, la GIZC appliquée à des échelles différenciées ; celles de la zone côtière et celle des espaces marins, la PMI étant par ailleurs enracinée dans le programme de Lisbonne pour la promotion de l'emploi et la stimulation de la croissance.
    On note d'emblée que la GIZC apparaît nettement à travers les textes fondamentaux pertinents comme une source d'inspiration méthodologique pour une approche globale et intégrée de la PMI aussi bien du point de vue des caractéristiques de la GIZC sur les espaces de référence que de l'équilibre vertueux exigé pour l'approche de la durabilité à la fois éco-systémique, économique et sociale, voire culturelle. A la dimension des mers et océans, une autre exigence se manifeste nettement, celle de renouveler l'appareil conceptuel et instrumental de la GIZC pour tenir compte des nouvelles échelles d'analyse entraînant le déplacement vers la mer du centre de gravité de la GIZC et du profil nouveau de la gouvernance. La conséquence logique de ce préalable important apparaît dans les caractéristiques des concepts utilisés, c'est-à-dire le territoire de la GIZC, la gouvernance, la planification participative, la répartition des compétences.

empty