Presses de Sciences Po

  • Lislam des jeunes fait peur. Tantôt perçu comme un dangereux repli communautaire favorisant un machisme rétrograde, tantôt comme lantichambre du terrorisme, son retour serait lié à la situation internationale et à la présence dimams recruteurs en banlieue. Mais que sait-on vraiment des moteurs de cette demande dislam par les jeunes ?Au terme dune longue enquête, Nathalie Kakpo montre la diversité des trajectoires individuelles au sein de la société française et donne en portrait des jeunes loin des préoccupations du Moyen-Orient : garçons et filles recourent différemment à lislam, selon leurs expériences familiales, scolaires, leurs échecs ou réussites malaisées, leurs rapports aux institutions locales et aux discriminations.Revers de la démocratisation de lenseignement et du défaut dintégration sociale et professionnelle, lislam est utilisé comme tentative de requalification symbolique, dynamique dapprentissage valorisante et inscription dans une généalogie prestigieuse ; mais aussi comme réarrangement de rapports déstabilisés entre sexes, ou argument identitaire lors de difficultés avec des collègues et de négociations avec les institutions locales.Lauteur montre des élus et des travailleurs sociaux empêtrés dans les grilles de lecture postcoloniales, souvent sourds à ces demandes de reconnaissance sociale, face à des jeunes qui souffrent de la stigmatisation et renversent le stigmate par laffirmation de la religion musulmane.

empty