Langue française

  • Il a fallu à la Révolution trois jours et deux nuits, du 14 au 16 octobre 1793, pour juger et exécuter Marie-Antoinette. Elle était condamnée d'avance. Ce face-à-face dramatique entre l'ancienne reine de France et ses juges dans la salle de la Liberté du Tribunal révolutionnaire de Paris tient tout à la fois du huis clos, du dialogue de sourds et de l'épreuve de force. C'est bien sûr le procès d'une reine, c'est aussi celui d'une étrangère, c'est enfin celui d'une femme et c'est celui d'une mère. Emmanuel de Waresquiel le raconte, à la lumière de sources jusqu'alors inédites, en montrant tour à tour l'accusée et ses accusateurs, leurs peurs, leurs courages et leurs certitudes, leurs fantasmes et leurs haines. Il en fait à la fois un tournant de la Révolution et l'un des moments paroxystiques de la Terreur. Un miroir aussi, comme si tout était dessiné en noir et blanc : les hommes et les femmes, la vertu et la trahison, l'égalité et le privilège, la nation et l'Europe, la République et la monarchie. Les grandes fractures françaises ont en commun d'avoir été des tragédies. Elles font de ceux qui s'y débattent des personnages de la 25e heure. Victimes et bourreaux n'ont plus de prise sur leur destin.

  • Élevée dans un cocon familial sécurisant, Sandrine est une jeune femme naïve qui n'a jamais été confrontée au mal. Convaincue d'avoir trouvé l'homme de ses rêves, Denis, elle l'épouse rapidement. Il est grand, jeune, fort et beau. Une véritable vie de conte de fées, quoi!

    Mais son bonheur est de courte durée, lorsqu'elle découvre d'abord que son prince charmant possède un côté sombre qu'elle ne lui connaissait pas, et surtout qu'elle vient de tomber follement amoureuse de Gabriel, son beau-père. Le cauchemar est terrible, car elle doit faire face aux pires infamies, ce qui la force à revoir ses propres valeurs d'honnêteté, d'intégrité, de fidélité et de droiture.

empty