• Au peril de la mer

    Dominique Fortier

    • Alto
    • 15 September 2015

    Aux belles heures de sa bibliothèque, le Mont-Saint-Michel était connu comme la Cité des livres. C'est là, entre les murs gris de l'abbaye, que trouva refuge, au quinzième siècle, un peintre hanté par le souvenir de celle qu'il aimait. C'est là, entre ciel et mer, que le retrouvera cinq cents ans plus tard une romancière qui cherche toujours le pays des livres. Ils se rencontreront sur les pages d'un calepin oublié sous la pluie.

    Avec ferveur et intelligence, Dominique Fortier grave dans notre esprit un texte en forme de révélation, qui a la solidité du roc et l'ivresse des navires aban-donnés. À la fois roman et carnet d'écriture, Au péril de la mer est un fabuleux hommage aux livres et à ceux qui les font.

  • Les chroniques de Follebreuil t.1 : le jour de l'ours Nouv.

    Au paisible royaume de Follebreuil, vous rencontrerez : le roi Crépin 1er qui, de tous les Crépin, n'est vraiment pas le plus malin; la princesse Colysne qui manie mieux l'épée que l'aiguille à tricoter; frère Sixte, de l'abbaye de Saint-Loup, qui vit dans le silence et la prière (enfin... le plus souvent !); le fidèle lieutenant Tristiver, toujours sur le pied de guerre; le chevalier de Cornemolles, qui ne s'est pas lavé depuis la dernière croisade et que plus personne n'ose approcher, de peur de mourir intoxiqué; mais aussi des brigands sans pitié, un ours affamé et même des Vikings qui viennent d'accoster sur les plages de l'Ouest...Un royaume à mourir de rire, sous la plume alerte de Paul Beaupère.

  • Les chroniques de Follebreuil t.2 : le tournoi Nouv.

    Au royaume de Follebreuil, le calme est de retour, jusqu'à ce que Crépin Ier ait une idée : organiser un tournoi pour désigner son héritier. Chacun se presse pour participer, du pêcheur Amédée qui sent le poisson pourri, à l'empereur des Outre-Monts qui s'offrirait bien quelques terres supplémentaires. Privés de tournoi par le roi, Colysne et Pio enragent et trépignent tandis que les candidats se présentent au château. On voit s'avancer Aladric le Velux, un bûcheron lanceur de troncs; le prince Romulf des Confins, qui frappe et cogne plus qu'il ne réfléchit; Carolus, un petit berger emporté par son flot de moutons; Hyacinthe, vieux noble désargenté, tout tremblant et presque déjà mort; le baron Pierre du Long qui ne veut pas gagner, seulement participer; et un mystérieux chevalier, qui refuse de retirer son heaume pour saluer...Sous la plume de Paul Beaupère, un tournoi haut en couleurs !

  • Toute la vie du bienheureux Charles de Foucauld : un récit passionnant accompagné de 176 vignettes illustrées pour les enfants.Découvrez la vie de ce grand priant assoiffé d’absolu. Officier, puis explorateur, Charles de Foucauld passe une jeunesse tumultueuse avant de se convertir brutalement à 28 ans. Désormais sa vie a trouvé un sens : il part en quête de Dieu. D’abord trappiste, il se fait ermite en Algérie pour mener une vie pauvre et cachée comme Jésus à Nazareth. Façonné par la prière, il devient pour les habitants du désert, comme pour les hôtes de passage, ce « frère universel », proche de tous car passionné de Dieu.Collection historique fondée en 1947, « Belles histoires belles vies » présente aux enfants les plus beaux exemples de sainteté du christianisme !À partir de 7 ans.

  • La biographie-portrait d'un journaliste qui a rencontré à de nombreuses reprises le dalaï-lama.
    Ce livre est le fruit de dix années de rencontres et d'échanges au temple de McLeod Ganj siège du gouvernement tibé- tain en exil, au cours desquelles Mayank Chhaya a débus- qué des facettes insoupconnées du dalai-lama.
    Pour raconter l'homme derrière l'icône, Mayank Chhaya retrace le parcours de Tenzin Gyatso: sa jeunesse mouve- mentée au Tibet, sa formation spirituelle, sa vie en exil, les personnalités politiques et intellectuelles qui ont joué un rôle dans l'élaboration de sa réflexion.
    Il y aborde des thèmes très personnels, tels son célibat, son prix Nobel, sa gestion de la notoriété, son attitude face à la mort, sa succession et, bien sur, son action en faveur du peuple tibétain et de la paix.

  • Toute la vie de saint Benoît : un récit passionnant accompagné de 164 vignettes illustrées pour les enfants.Découvrez la vie de ce père des moines. Ce jeune Romain était destiné à des affaires mondaines, mais il s'enfuit de Rome où ses parents l'ont envoyé à 15 ans et décide d'être ermite. Mais sa réputation attire à lui des disciples qui veulent suivre ses traces. C'est ainsi que Benoît décide de fonder le premier monastère et de lui donner une règle fondée sur la prière, le travail et le repos. Sa règle sert toujours de guide à des milliers de religieux et de religieuses.Collection historique fondée en 1947, « Belles histoires belles vies » présente aux enfants les plus beaux exemples de sainteté du christianisme !À partir de 7 ans.

  • Comment un moine peut-il s'intéresser au monde qui l'entoure ? Comment le temps court de l'actualité peut-il rencontrer le temps long du spirituel ? Sans doute en étant libre de tout préjugé et en faisant preuve, avec les personnes qu'il croise et les événements dont il rend compte, d'une inaltérable attention bienveillante.
    Au hasard de ses rencontres ou de ses lectures, au gré des événements qui font la petite et la grande chronique de notre époque, François Cassingena-Trévedy fait part de ses enthousiasmes, de ses réticences, de ses réflexions consignés ces cinq dernières années dans les colonnes de la revue Études. Dans la France marquée par les attentats, mais aussi la victoire des Bleus en Russie, le macronisme puis l'antimacronisme, il pose un regard fraternel mais lucide sur ses contemporains, développant une pensée parfois à contre-courant, souvent là où on ne l'attend pas.

  • On l'appelle l'élixir de longue vie...Depuis le XVIe siècle, le manuscrit de la recette de l'élixir de Chartreuse se transmet de moine en moine dans la région de Grenoble. De nos jours, Ayumi, une jeune étudiante japonaise, part en France pour un projet de livre sur le Cognac. Arrivée sur place, elle se rend compte que sa destination n'est pas du tout celle qu'elle croyait : on lui explique qu'elle doit se rendre à Grenoble pour y étudier la fabrication de la Chartreuse. Déçue, elle n'imagine pourtant pas tous les secrets qui entourent la confection de cette liqueur...Dans un récit construit sur deux époques - historique avec la transmission des moines Chartreux ; contemporain avec l'enquête de la jeune étudiante japonaise -, Laurent Bidot nous plonge dans les secrets fascinants de cette liqueur emblématique de la région grenobloise.

  • L'auteur nous raconte, au fil des saisons et des différentes fêtes de l'année, l'apprentissage d'un moine dans la tradition zen, à travers notamment, sa première rencontre avec le Maître, le rituel du thé, les veillées nocturnes, le rasage du crâne, ou encore la pratique de la méditation. Illustré de savoureux dessins débordant de finesse et d'humour.

  • Lyon, avril 1473. Dans la ville cernée par une épidémie de peste, une succession de meurtres frappe les frères du couvent des Cordeliers et l'on découvre bientôt le cadavre d'un notaire influent. Devant chaque corps, le meurtrier a déposé un extrait de la prophétie d'Isaïe qui identifie les victimes comme des cibles de la colère divine. Quel est donc le secret dissimulé par les religieux qui leur vaut ce sort terrifiant ? Qui est en vérité ce saint homme qu'ils tiennent reclus dans une de leurs cellules et dont ils affirment qu'il est un miraculé de la Vierge Marie ?
    L'enquête que mène le prévôt Arthaud de Varey le conduit tour à tour au coeur des couvents où se révèlent des rivalités et des vices inavouables, dans la société des imprimeurs tout récemment implantée à Lyon, auprès du jeune et dynamique médecin François Montpansier, protégé par un célèbre physicien qui a ses entrées chez le roi.
    Si des reliques prétendues miraculeuses semblent à l'origine des crimes, c'est pourtant du passé des suspects et des victimes que surgira, mêlant amour et mort, l'insoutenable vérité.

  • « Né en 1090 à Fontaines-les-Dijon dans une famille aristocratique, Bernard décide de quitter le monde à 22 ans, et se fait moine là où la règle bénédictine est appliquée à la lettre, c'est à dire dans le monastère de Citaux, fondé à la fin du XIème siècle. Trois ans après, il est chargé d'établir un nouveau monastère à Clairvaux sur la rive gauche de l'Aube. Mais ce moine qui a choisi la solitude et le silence fut bientôt un homme d'action, un prédicateur qui consacra sa vie à la réforme de l'Église. Celui qui se voulait humble fut impérieux et passionné pour convertir à la vie évangélique pape, évêques, clercs, moines, rois, chevaliers. Malgré une activité débordante il trouva le moyen d'écrire de nombreux traités qui firent de lui "le dernier Père de l'Eglise" pour reprendre le mot de Jean Mabillon (...)On aurait pu redouter une évocation poétique de Bernard voire hagiographique. Il n'en est rien, car l'auteur a longuement lu l'oeuvre de saint Bernard et les écrits des contemporains. Il s'est imprégné de tout ce qui touche ce "maître de la vie intérieure" (...)Tout en sympathisant profondément avec son héros, il ne tombe jamais dans les travers de bien des hagiographes, sait les limites humaines de Bernard, n'hésite pas à dire par exemple que, dans la controverse avec Abélard, l'abbé de Clairvaux n'est pas sorti grandi (...)Enfin, faut-il le dire, Irénée Vallery-Radot écrit fort bien. Sans lourd apparat critique, sans se cacher, comme il le dit joliment, derrière son "arbre à fiches" qui risquerait de masquer la forêt, il nous donne un récit qui a su concilier l'exactitude et les poésie. Je souhaite au lecteur autant de plaisir que celui que j'ai eu en lisant ce beau livre. »
    Pierre RICHÉ

  • Florence, fin du XVe siècle. Les Medicis ont été chassés. Savonarole, du haut de sa chaire de San Marco, règne sur les âmes. Les fidèles s'enflamment, les « bûchers des vanités » se multiplient, les artistes eux-mêmes brûlent leurs oeuvres ; toute la cité participe de la ferveur ascétique de son prédicateur. Raffaella - une jeune vénitienne, transplantée à Florence par son mariage avec Matteo, un riche bourgeois - est fascinée par cette exhortation à la pureté. Sa fragilité, sa prédisposition à l'exaltation, en font la victime idéale du mysticisme qui fanatise la ville. Mais l'intransigeance et l'austérité de Savonarole lasseront et diviseront les Florentins versatiles... Raffaella, elle, poursuivra sa quête jusqu'en ses ultimes conséquences.

  • Des amants pris dans un engrenage mortel. Au coeur de la plus formidable manipulation clandestine de la fin du siècle. Ils vont lutter, à deux contre tous, pour sauver leur vie et leur amour. Dans ce monde sans pitié, ils sont Amants de guerre.

  • Deundrop et Tensin sont deux jeunes Tibétains de quinze et treize ans. Le Tibet, ils ne le connaissent pas. Ils sont nés dans l'exil, en Inde. Mais par-delà le pays des neiges, ils savent chacun à leur manière, vivre au même rythme que leurs ancêtres. Leur amitié pourra-t-elle sauver Pô-La, le grand-père de Deundrop ?

  • A Dharamsala, capitale en Inde des Tibétains en exil, Benjy, un globe-trotter de douze ans, se lie d'amitié avec Chokla, un petit moine du monastère Namgyal.

  • Quelle vie extraordinaire fut celle du Sixième Dalaï-Lama, Bouddha réincarné et poète scandaleux ! Deux êtres vont marquer son existence : son grand-père, un aimable vieux fou se partageant entre réclusions dans sa maisonnette accrochée à la montagne et provocations dans les monastères ; puis une jeune et belle chanteuse, grâce à laquelle il découvre la musique, la poésie et l'amour, sublimé par les enseignements du tantrisme. L'histoire déroule sa trame implacable, de l'enfance dans un village himalayen jusqu'au Potala, des grands monastères aux pires lieux de débauches de Lhassa. Elle entraîne le lecteur à travers le Tibet de la fin du XVIIe siècle, à la rencontre des grands Lamas retors, des Mongols redoutables et des espions de l'Empire du Milieu, mais aussi du petit peuple - nomades, bandits, moines errants, baladins donnant d'étranges opéras qui faisaient courir les foules, sur fond de prairies turquoise et de montagnes étincelantes.

  • « Au revoir, les enfants. » Ces paroles, immortalisées par le ­ film de Louis Malle, sont les dernières que le père Jacques, directeur du Petit Collège d'Avon, adressa à ses élèves. Arrêté par la Gestapo le 15 janvier 1944 pour actes de résistance, il est déporté à Mauthausen. « Juste parmi les Nations », son procès de béati­fication est en cours.
    Lucien Bunel entre au petit séminaire de Rouen à l'âge de douze ans. Ordonné prêtre en 1925, il intègre l'ordre des Carmes à Lille six ans plus tard, où il devient le père Jacques de Jésus. Épris d'absolu et de vérité, pédagogue et éducateur hors pair, il fonde et dirige à partir de 1934 le Petit Collège d'Avon, près de Fontainebleau. Pendant l'Occupation, membre d'un réseau de résistance, il cache de nombreux proscrits, dont des enfants juifs, avant d'être déporté au camp de Mauthausen, et de mourir d'épuisement peu de temps après sa libération.
    « L'enfant est devenu prêtre, le prêtre s'est fait carme et le carme s'est transformé en résistant. »
    En le suivant dans son milieu familial, puis au séminaire et dans ses premiers apostolats, de l'ambiance feutrée du couvent à l'horreur des prisons et des camps, Alexis Neviaski, avec beaucoup de finesse et de compréhension, fait revivre cette grande figure religieuse et de la Résistance.
    Le père Jacques est celui que le poète Jean Cayrol, l'un de ses compagnons d'infortune à Mauthausen, célébra par ces vers : « Père Jacques, tu es le feu qui va nous éclairer le visage encore obscur de Dieu. »
    Une leçon d'humanité, de courage et d'espoir.

  • Des modèles pour répondre vite et avec efficacité à tous les problèmes quotidiens rencontrés par l'entreprise : rapport avec le personnel, les fournisseurs, les clients et les différentes administrations.

  • Hiscoutine, 1370

    Le bourreau Louis Ruest et sa jeune épouse Jehanne d'Augignac se sont installés dans leur existence de couple marié et s'efforcent, autant que possible, de s'y habituer. Si le partage de leur lit se fait aussi aisément que celui de leur toit, le partage d'idées et d'émois est pour sa part ainsi dire inexistant. Les communications de Louis s'en tiennent au strict minimum. Il s'absente des jours durant pour se vouer à toutes sortes de travaux. Et Jehanne, emprisonnée par son statut de maîtresse de maison, souffre en silence de cette incompréhension mutuelle, car elle aime son époux de tout son être, ne souhaitant que son bonheur qui est aussi le sien.

    Or, voilà qu'avec la période des nombreuses festivités hivernales survient une série d'événements dont le dessein semble être de mettre la solidité de leur union à rude épreuve. En outre, l'arrivée dans leur domaine d'une personne que nul n'attendait donne le signal au dévoilement d'aveux qui risquent de fissurer une cellule familiale déjà fragile.

    Louis s'instituera alors en juge de qui dépendra le sort des siens. Choisira-t-il l'option qu'il connaît si bien, soit celle de repousser leur amour, de les faire condamner, de leur donner la mort et, ainsi de se condamner lui-même au néant, ou sera-t-il prêt à pardonner, à naître vraiment, pour vivre enfin? La réponse viendra par l'aveu bouleversant d'un secret longuement gardé, dans lequel réside pour Louis un terrifiant remède possédant le pouvoir soit de le guérir soit de le tuer.

  • La fin dramatique du premier tome de La coiffeuse de Dieu appelait une suite. La voici, pleine de rebondissements, de moments à la fois touchants et cocasses.
    Sans laisser un instant de répit au lecteur, l'auteur déploie les charmes de l'étonnante histoire de Gabrielle, cette jeune coiffeuse qui prédit l'avenir, ce pendant féminin du Millionnaire, célèbre personnage de Marc Fisher dont le roman s'est vendu à plus de deux-millions d'exemplaires.

    Encore dévastée par sa rupture avec Francesco, le coeur en mille miettes, la coiffeuse de Dieu a quitté le Village gai ainsi que le salon où elle exerçait ses dons de divination pour se réfugier dans le couvent qui l'a vue grandir. Or, Gabrielle apprend qu'elle est enceinte et doit échapper aux griffes d'un moine malveillant qui cherche à mettre un terme à cette grossesse. Forcée de retourner dans son quartier d'adoption, la jeune femme retrouve Josette, Carlo, Paul, sans oublier ses fidèles clientes, toujours avides de ses précieux conseils spirituels. Entre son amitié avec Simona, la prostituée surdouée, et sa rencontre avec Loisette, la borgne, Gabrielle revoit cet homme qu'elle aimait et qui en a épousé une autre. Mariage de coeur ou de raison ? Chose certaine, la jeune coiffeuse ne baisse pas les bras facilement, sans compter qu'elle devra redoubler d'ardeur pour semer le moine qui a retrouvé sa trace.

  • Carnets d'un moine errant Nouv.

    De l'Institut Pasteur à l'Himalaya auprès des maîtres spirituels, les Carnets de Matthieu Ricard racontent une vie de moine errant, sans attache matérielle ou géographique, toujours en chemin vers la liberté intérieure et le bien d'autrui.Matthieu Ricard est né en 1967, à l'âge de 21 ans, à Darjeeling, en Inde. Ce jour-là, il rencontre Kangyour Rinpoché, son père spirituel qui l'émerveille par son extraordinaire qualité d'être
    . Cinq ans plus tard, alors chercheur en génétique à l'institut Pasteur, promis à un bel avenir, Matthieu Ricard abandonne tout pour vivre dans l'Himalaya. Un choix décisif dont il se félicite chaque jour depuis cinquante ans.
    Sa première vie, partagée entre la ville et la campagne, avait fait de lui un jeune homme aimant la nature et la musique classique, curieux de spiritualité et de percer les mystères de la biologie moléculaire. Sa deuxième vie le conduit sur le chemin de l'Éveil, dans les pas de ses maîtres, exemples de cohérence entre leurs paroles et leurs actes. Il partage ainsi pendant douze ans le quotidien de Dilgo Khyentsé Rinpoché, maître admiré du Dalai-lama, source inépuisable d'inspiration.
    Pendant trois décennies, la vie à la fois simple et extraordinaire de Matthieu Ricard alterne retraites méditatives dans des lieux les plus inaccessibles et voyages fascinants au Bhoutan, au Népal et au Tibet. Puis, en 1997,
    Le Moine et le Philosophe, coécrit avec son père, le philosophe Jean-Francois Revel, paraît. Son succès international inattendu plonge le paisible moine dans un maelstrom d'interviews et de conférences à travers le monde. De livre en livre, il met alors son travail d'auteur et ses talents de photographe au service de son message d'amour altruiste.
    Ses
    Carnets racontent une vie de moine errant, sans attache matérielle ou géographique, toujours en chemin vers la liberté intérieure et le bien d'autrui.
    Matthieu Ricard reverse l'intégralité de ses revenus droits d'auteur de tous ses livres, photographies et conférences à l'association humanitaire Karuna-Shechen.

  • D'une manière générale, il ne reste que peu de chose des bâtiments qui existaient avant la Révolution française. Jean Viallet attire notre attention sur la vie religieuse que menaient, dans l'Abbaye de Saint-Michel de Cuixa, les moines Bénédictins à l'époque de son apogée. Non seulement leur influence s'étendait sur le Conflent et la Cerdagne, mais leur action se faisait encore sentir de Perpignan jusqu'à Barcelone. C'était le Haut lieu de toute la Catalogne. Nous découvrons ici son histoire et l'état actuel des lieux, tels qu'ils nous sont connus.

  • D'une manière générale, il ne reste que peu de chose des bâtiments qui existaient avant la Révolution française. Jean Viallet attire notre attention sur la vie religieuse que menaient, dans l'Abbaye de Saint-Michel de Cuixa, les moines Bénédictins à l'époque de son apogée. Non seulement leur influence s'étendait sur le Conflent et la Cerdagne, mais leur action se faisait encore sentir de Perpignan jusqu'à Barcelone. C'était le Haut lieu de toute la Catalogne. Nous découvrons ici son histoire et l'état actuel des lieux, tels qu'ils nous sont connus.

empty