• À en croire le nombre de poètes contemporains, il serait tentant de penser que nous vivons un âge d'or de la poésie. Évidemment, il n'en est rien. Dona Gioia pose ici un regard acerbe sur la moindre exigence esthétique des poètes d'aujourd'hui. Cette crise de la poésie est symptomatique d'une époque obnubilée par le paraître, au détriment des charmes de l'anonymat. L'ambition d'être publié n'est-elle pas finalement le plus grand obstacle à la libre création poétique ? Quoi de moins poétique que la course à la notoriété ?

    Sans pour autant sacraliser les icônes du passé, Dana Gioia constate surtout l'absence de projet esthétique profond et novateur chez les poètes d'aujourd'hui. Publié dans les années 1990, cet essai n'a rien perdu ni de son actualité, ni de sa force provocatrice.

    Dana Gioia est un écrivain et poète américain, né en 1950. Après avoir étudié à la Stanford Business School, il travaille dans l'agroalimentaire, et occupera le poste de vice-président de la General food corporation. Lorsqu'il publie Can Poetry Matter ?dans le journal The Atlantic en 1991, il gagne une renommée mondiale. En 1992, il quitte le monde des affaires pour se consacrer exclusivement à l'écriture, en tant que poète et critique littéraire.

  • Comète

    Hans Limon

    Né dans un milieu défavorisé de Calais, confronté très jeune à la violence ainsi qu'à la pauvreté intellectuelle et sociale, Hans Limon nous livre ici sa genèse atypique à travers deux voix distinctes : la sienne et celle d'un de ses frères, mort-né.
    La plume est ici tenue par le trépassé, qui raconte l'autre, le vivant, l'enfant à la tête et aux désirs trop grands, celui qu'on appelle Gros mais qui préfère Comète.
    Un roman où le vrai et le faux se mélangent, et où les chapitres, instantanés de vie, mettent en lumière à la fois la faculté de résilience de l'enfance et les découvertes de l'adolescence, le corps organique et sexuel, les douleurs et les plaisirs, la plongée dans un monde aussi brutal et sordide que féerique et propre aux échappées littéraires, les femmes et la famille, points de chute et points de ralliement. Où commence l'amour et où s'achève-t-il ? Peut-on aimer qui nous fait souffrir ? Un texte radical, d'une rare poésie.

  • En 1948, Jules tourne la page de la Résistance et s'embarque pour l'Indochine. Il part seul, laissant femme et enfants en Normandie.
    Loin des débats qui agitent la France, celui qui s'apprête à devenir le capitaine Typhon s'enflamme pour l'idéal colonial. Le Tonkin l'exalte jusque dans les combats contre le Viet-Minh. Sa rencontre avec Jeanne, l'Indochinoise, le maintient encore du côté des vivants, mais pour combien de temps ? Pour vivre ce nouvel amour, il faudrait cesser de se battre et s'il ne se bat plus, il n'a plus de raison de rester. Jules se raconte aussi par la distance qu'il met entre lui et ceux qui l'aiment.
    Soixante ans plus tard, son petit-fils Fabien doit répondre des absences de ce mystérieux héros de guerre. Les délaissés ont besoin de lui et peut-être des comptes à faire valoir.
    L'Indochinoise et le silence est le second et dernier tome de l'épopée de Guillaume Mazeline intitulée Le goût de la tempête.

  • Malgré ses études universitaires, Sabrina est femme de ménage pour une agence de location saisonnière à Campofelice di Roccella, dans la province de Palerme en Sicile. Elle partage ses journées entre ses aspirateurs, l'homme avec qui elle vit, leur famille respective et les traditions religieuses. Son avenir semble tout tracé : une vie de couple banale, des enfants et puis l'ordinaire... Jusqu'à ce jour ensoleillé et chaud de juillet qui voit arriver ce mystérieux locataire ! Des vagues déferlent alors sur sa petite vie tranquille, la ballottant comme une coque de noix entre Campofelice di Roccella, Cefalù et les îles Éoliennes. Elles l'entraînent dans un tourbillon de sentiments passionnés à la découverte d'un érotisme éblouissant ! Sa folie amoureuse semble vouée à l'échec avec la fin des vacances. Mais la vie réserve bien des surprises !

  • Le 6 avril 1974, ABBA remporte le concours Eurovision de la Chanson avec Waterloo. Un tremplin qui va propulser les quatre Suédois en tête de tous les hit-parades planétaires durant huit années consécutives. Le succès s'achève avec la séparation non officielle du groupe, en 1982, mais le culte est en marche...
    Quarante ans plus tard, ABBA est devenu un véritable phénomène musical. Le cinéma leur a rendu hommage avec plusieurs films, les plus grands artistes avouent s'en inspirer, de nombreux groupes font revivre l'ambiance de leurs concerts aux quatre coins du monde, la comédie musicale Mamma Mia! se joue à guichets fermés partout où elle se produit et, cerise sur le gâteau, le Musée ABBA a ouvert ses portes à Stockholm en mai 2013.

    Avec ABBA. Les coulisses du succès, Jean-Marie Potiez retrace l'incroyable carrière de ces quatre Suédois avant, pendant et après la folie des années 1970. Cette biographie ne relate pas seulement l'histoire d'un groupe, elle dresse également un portrait complet et inédit de chacun de ses membres : Agnetha, Bjrn, Benny et Anni-Frid (Frida).

  • Le commissaire Jack Monroe est confronté à des crimes hors normes le faisant plonger dans un enfer d'enfance.

    Il devra affronter ces démons.

    Sa foi sera-t-elle une alliée ?
    Catherine saura-t-elle lui indiquer le bon chemin ?
    Et si tout cela était dans sa tête ?!

  • Emy, Titi, Ted et Blaise forment la bande des Oizofilos. Ces drôles de volatiles aux nez en forme de carotte se posent quotidiennement une foule de questions: «Se tromper, c'est grave ou non?» «C'est quoi, le respect?» «Le sens des mots peut-il nous mélanger?» Pause philo regroupe 10 histoires parues dans le magazine Les Explorateurs entre novembre 2018 et avril 2020. Entre chaque planche, une double page permet d'approfondir la réflexion, seul ou en groupe.

  • Mes hiers assassinés

    Alexandre Rabor

    Pour Eric, un ouvrier agricole handicapé, aujourd'hui est un jour comme un autre, il nous raconte sa journée dans les champs. Le lendemain, à Paris, Diane, la fille de son patron, se réveille et réalise que cette journée, si simple, elle venait de la rêver.
    Pourquoi a-t-elle fait un tel rêve ?
    C'est le début d'une histoire où la vie, l'amour, le passé et un rien de poésie s'enchevêtrent.

    Dans un second temps, quand Warren, un journaliste originaire de Philadelphie, s'installe dans le roman et que la mort joue à nouveau le rôle du passager clandestin, vous serez très certainement amenés à vous poser cette question : ce roman est-il fantastique ou bien est-ce l'inconscient qui en usurpe les habits ?

    Mes hiers assassinés ou quand le vrai devient faux.

  • Roman choc traitant de la désinstitutionnalisation
    En 2004, ceux qui se prononçaient contre la
    désinstitutionnalisation se voyaient répondre qu'ils n'avaient pas de coeur.
    C'était vouloir garder les "fous" dans leurs geôles. Le personnel qui les
    traitait au quotidien se devait de laisser partir leurs patients du jour au
    lendemain, sans poser de question. Le silence d'alors fut considéré tel un
    consentement. Il était si payant de sortir les fous et de les accueillir chez soi !
    Du coup, les pauvres devenaient une marchandise TRÈS payante, qui
    s'échangeait et se monnayait une fois la maison de leurs "hôtes" payée.
    Bruno Jetté, psychosociologue, était de ceux qui ont osé s'opposer à
    la désinstitutionnalisation. Ayant vu ses ex-patients se nourrir
    à même les poubelles, mendier dans la rue et dormir dans les ruelles,
    ses pires craintes se sont confirmées.
    Il se porta à leur défense en
    dénonçant la situation. Ce faisant, il faillit tout perdre, y compris la raison.
    Et si le roman qu'il nous livre ici n'en était pas tout à fait un ?

  • Du même auteur que le roman à succès La ruelle.

    Une nouvelle enquête drôlement relevée pour Gus et Jerry !

    Pour assurer la réussite de son rêve, un millionnaire philanthrope procède à l'enlèvement de jeunes étudiants en art par l'entremise de mercenaires. Plusieurs mois plus tard, un enquêteur remarque un faible lien unissant toutes les victimes, ce qui déclenche une enquête à l'échelle internationale, confiée à l'équipe dirigée par le commandant Gustave Côté. Mais l'enquête est rapidement compromise par les ficelles de la corruption que manipule avec soin le millionnaire. Non content de la progression de son rêve, le nébuleux personnage, sous l'influence de ses sbires, veut étendre sa toile dans les sphères du monde interlope.
    En plus d'une enquête qui s'avère des plus compliquée, l'assassinat d'un ami de Gus et le retour d'un vieil ennemi viennent réveiller les réminiscences d'un choix délictueux. Parallèlement, Vladimir Azarov, le garde du corps de l'homme assassiné, est prêt à tout pour venger la mort de son patron. Que doivent faire Gus et ses acolytes? Traquer le meurtrier de leur ami ou empêcher Vladimir d'assouvir sa vengeance?
    Un choix qui s'avère des plus difficiles, surtout lorsque la raison est confrontée aux sentiments.

  • À la Renaissance, les inventions techniques comme la boussole, les lunettes ou l'imprimerie, mais aussi les cabinets de curiosité, les monstres, les merveilles ou les grotesques fascinent les esprits. Les amateurs de surprise et de nouveauté se recrutent aussi bien parmi les souverains et leur cour que parmi les lettrés, les humanistes, ou dans le peuple épris de fêtes et de spectacles. Les récits de voyages, les jardins, les réalisations architecturales qui se multiplient alors donnent l'impression d'un foisonnement de choses inédites, voire insolites, où l'innovation, mais aussi l'exagération, ont leur part. Avec Shakespeare, Ben Jonson et bien d'autres, la scène élisabéthaine va s'efforcer de répondre à ce goût grandissant pour la nouveauté, dont elle donne parfois une image grinçante et satirique. Au XXe siècle, après la remise en cause du drame bourgeois par Antonin Artaud qui redécouvre en France le théâtre élisabéthain, les mises en scène audacieuses de Patrice Chéreau (Hamlet) ou de Peter Sellars (Le Marchand de Venise) font apparaître la nouveauté de ces textes. Les différents parcours proposés dans ce recueil sont à lire comme autant d'invitations à voir ailleurs ou autrement, à s'ouvrir à ce qui apparaît bien comme autant d'expériences et d'esthétiques de la nouveauté. Ce terme parfois décrié à la Renaissance prend donc ici tout son sens et ouvre clairement la voie vers la modernité.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • C'est étrange comme le fait d'enterrer un proche peut exhumer les plus profonds secrets d'une famille. Chaque pelletée de terre lève le voile sur les fantômes du passé. Milène, dite Nouche, une trentenaire issue d'un milieu aisée, n'aurait jamais imaginé que l'enterrement de son père déclencherait un tel raz-de-marée. Jusque-là, rien n'avait été découvert. Elle se croyait à l'abri et avait même réussi à tourner la page. Mais quand plusieurs personnes partagent un même secret, chacun peut le faire resurgir au grand jour, éclaboussant des vies jusque là irréprochables... Lorsque tout n'est qu'apparence, il y a certains secrets que l'on devrait taire à jamais...
    Le mot de l'éditeur :
    Pour son deuxième roman, Ellen Guillemain raconte l'histoire d'une famille qui pourrait être la nôtre. Son écriture vive, incisive, franche, et épurée lui permet d'aborder des thèmes de la vie ordinaire, tout en conservant la capacité de surprendre le lecteur. Dans ce roman, les personnages sont très humains et attachants. De la région parisienne, au Sud de la France, et même le Cambodge, le lecteur partage leur vie aussi touchante que violente. Un roman que Flamant Noir est ravi de vous faire découvrir !
    Extrait :
    "Papa est mort. Depuis une semaine, ce n'étaient que des mots sans réelle consistance qu'elle s'empêchait de ressentir vraiment. Pour se protéger. Avant que la douleur de l'absence ne la saisisse à la gorge. Avant que la réalité ne la terrasse. Ne pas réfléchir, ne pas perdre pied. S'anesthésier la tête par n'importe quel moyen pour ne pas penser que c'était le corps de son père, sa chair, son cerveau qu'on allait mettre tout au fond d'un trou, tout seul dans le noir, pour toujours. Elle se disait finalement que l'humanité était prête à tout accepter, que la condition de l'être humain était tout aussi étrange qu'absurde : s'autoriser à aimer des gens plus que tout, se reproduire même, tout en sachant que l'on peut perdre cet amour d'un coup, pour rien."

  • 60 jours

    Claude Marais

    Elle et Lui décident de faire une pause de 60 jours dans leur relation amoureuse. Durant cet éloignement, Elle et Lui vont tenir un journal intime afin de clarifier leurs sentiments. Au fil des jours, des événements imposent leur dureté pour les entraîner vers d'autres tourments que leurs questionnements amoureux...

  • Gilles et Laurianne vivent ensemble depuis trente ans, lorsqu'une rupture inattendue brise le couple, qui semble pourtant si solide. Laurianne n'a pas le choix, son mari l'ayant laissée pour Christine, elle doit se refaire une nouvelle vie. Commence alors une remise en question totale, non seulement d'elle-même en tant que mère et épouse, mais de sa vie de couple tout entière. Car au fil des ans, elle s'est souvent oubliée pour les siens. Désormais seule, Laurianne ne se connaît plus, ne sait plus se faire plaisir; elle se questionne, elle doute...

    Gilles a-t-il eu raison de croire que l'herbe serait plus verte chez le voisin? À cinquante ans, pourra-t-elle s'abandonner à un nouveau partenaire, après trois décennies d'une fidélité à toute épreuve? Saura-t-elle encore plaire à son âge, surtout que beaucoup d'hommes de sa génération, selon elle, préfèrent les femmes plus jeunes?

    Mais au fait, que pense Gilles de tout ceci?

    Roman au style solide et juste, Hier et Aujourd'hui nous fait entrer intimement dans la nouvelle vie d'une femme dont les observations, toujours teintées d'humour et d'autodérision, sont lucides et réalistes. Ce texte offre en arrière-plan un examen détaillé de notre société et de ce que sont devenues les relations entre les hommes et les femmes. Un bon roman, sans prétention, de lecture agréable!

empty