• Dix ans après l'effondrement du système bipolaire, le nucléaire civil et militaire demeure un enjeu de puissance majeur entre les nations. Dans ce contexte, la politique nucléaire de la Chine et, en particulier, ses transferts de technologies nucléaires, sont devenus une source de préoccupations et de tension entre Pékin et Washington. Histoire du nucléaire en Chine, depuis les premiers travaux de recherche entamés dans les années cinquante pour la mise au point de la bombe atomique, jusqu'au développement récent de l'industrie électronucléaire, cette étude répond à toutes les grandes questions que pose aujourd'hui l'attitude de la Chine à l'égard du nucléaire civil et militaire.

  • Un panorama des différentes interprétations qui vise à montrer que la question du régime reste la question politique par excellence. Au XXe siècle, la question essentielle est : quelle version de la démocratie libérale aura le dessus ?

  • Une présentation de la défense nationale française et des forces armées sous les angles éthique, politique, diplomatique, militaire, industriel et financier. Analyse également les conséquences de la disparition du service national.

  • Alors que la guerre ravageait le Viêt-nam, le Laos et le Cambodge étaient-ils vraiment les îlots de neutralité tant vantés ?... Au-dessus de la jungle laotienne, un groupe d'opérations spéciales appartenant aux Bérets Verts saute en chute libre. Son objectif ? Quatre instructeurs d'un pays de l'Est... Après une évocation historique de l'origine des Forces spéciales, cet ouvrage retrace le rude entraînement du Béret Vert. La guérilla au Tibet, les embuscades au royaume de Sihanouk, les parachutages clandestins en République démocratique du Viêt-nam, autant d'activités insoupçonnées révélées au fil des pages... Mais la guerre secrète n'est nullement circonscrite à la seule Asie du Sud-Est : fer de lance de la CIA, les Forces spéciales ont le monde comme terrain d'action. L'auteur nous entraîne dans les Andes, où un âpre corps-à-corps oppose les Bérets Verts et les parachutistes péruviens aux guérillas gauchistes. La collusion entre les techniques d'investigation de la CIA et la trame tissée par le KGB, jette un nouvel éclairage sur la fin tragique de Che Guevara. Enfin, d'inquiétantes divulgations sur les carences de la machine de guerre américaine sous l'ère Carter, expliquent le camouflet infligé par l'Iran khoméniste. Ces révélations spectaculaires sont l'aboutissement d'une longue enquête, menée par un spécialiste, auprès des témoins eux-mêmes.

  • Une histoire du service national en France, qui prit les traits du service militaire pendant deux siècles.

  • Écrire une histoire de la Marine, c'est, au-delà de l'histoire militaire, aborder le problème politique essentiel de la place de la Marine dans la défense du territoire, et de son rôle pour assurer la présence de la France dans le monde. C'est aussi une histoire institutionnelle (la Marine est le plus ancien des grands services publics), économique (l'arsenal est la première grande entreprise de l'ère pré-industrielle), humaine (celle de ces équipages venus du commerce et de la pêche), et aussi technique, de la voile à vapeur au nucléaire. La question reste posée de savoir si la France, profondément terrienne, a une vocation maritime.

  • Cook hurle dans la radio : Attention derrière ! Messerschmitt à six heures ! Mais, ni Peter ni Michael ne semblent l'entendre. Ils continuent à foncer imperturbablement sur les Stukas. Juillet 1940, la Bataille de France vient d'être perdue, et les forces allemandes occupent la majeure partie de l'Europe occidentale. Pour que la victoire du Reich soit complète, un seul bastion reste à réduire, l'Angleterre qui refuse de capituler. C'est par la voie des airs que le premier assaut sera lancé, préludant, en principe, à un débarquement. Dès les premiers jours du mois de juillet, la Luftwaffe, usant de son écrasante supériorité numérique, part à l'attaque des îles Britanniques, s'efforçant, à la fois de détruire les installations vitales du pays, et d'éliminer la Royal Air Force. Mais celle-ci, à force d'obstination et d'héroïsme, résiste à tous les assauts. Soutenue par toute une population, elle tiendra jusqu'au bout, elle tiendra cent vingt jours de bombardements terrifiants et de combats incessants. Et le miracle se produit, qui va changer radicalement le cours de la Deuxième Guerre mondiale.

  • Si, dans l'institution judiciaire, le meilleur coexiste souvent avec le pire, il est incontestable que son potentiel humain permet tous les progrès. Le constat dressé par la commission pourra effrayer ; il va en effet bien au-delà des cris d'alarmes lancés chaque année au Parlement à l'occasion de l'examen du projet de loi de finances, selon un rituel qui a prouvé son inefficacité. Les solutions préconisées appellent une véritable révolution dans les mentalités et les habitudes. Il doit désormais être acquis que toute autre démarche ne serait que faux-semblant. Il est urgent d'agir. Avec raison, les Français s'impatientent. Puissent les responsables politiques, les magistrats et l'ensemble des professions de justice leur apporter la réponse qu'ils sont en droit d'exiger.

  • Anaïs, une experte comptable divorcée qui rêve de changer de vie, décide un jour de tout recommencer. Direction le Kosovo ! Embauchée au sein d'une organisation internationale, ses idéaux éthiques et humanitaires vont très vite être assombris par le pouvoir, la manipulation et l'hypocrisie de ce milieu.
    De Pristina à La Haye, piégée dans un monde masculin et corrompu où les intérêts privés sont la seule morale valable, Anaïs ne peut compter que sur ses propres valeurs et son courage.
    Plongez sans plus attendre dans ce roman palpitant, qui vous fera passer de l'autre côté du miroir des organisations internationales !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'ensemble des mesures prises en leur faveur et les diverses lois sociales dont ils peuvent bénéficier.

  • Cet ouvrage pénètre un fief relativement clos, celui d'une société militaire française dont le quotidien vécu, les langages, les repères symboliques, les ritualisations ont été, jusqu'à ce jour, peu étudiés. Des historiens, des linguistes, des ethnologues explorent certaines de ces expressions culturelles, et mettent à jour leurs logiques de production et d'usage. Des symboliques et des ritualités solennelles, joyeuses, frondeuses, des expressions chantées, des formes et des contenus de la pensée sociale, politique ou doctrinale de militaires sont analysés, cependant qu'apparaissent des mythes mobilisateurs. Ces produits d'une culture racontent le corps militaire. Leur création, dans des circonstances historiques données, leurs transformations et leurs manipulations, renvoient à ses conditions d'existence hors du commun, au débat incessant entre son unité et ses différences, à ses jeux de pouvoir, aux tensions internes à l'institution militaire, comme aux rapports avec le pouvoir politique ou la société civile, à ce qui en est perçu dans les communautés militaires... Au cours de ces textes se manifestent les mouvements d'une société militaire en voie de rétraction depuis quelques décennies, de plus en plus inquiète des regards extérieurs, travaillée par une dialectique du présent et du passé, dont l'ordre, les forces et les fidélités tiennent moins aux conformités et aux règles imposées, qu'à la vitalité de cultures solidaires et différenciées.

  • Ces pages regroupent un ensemble d'études qui éclairent des aspects laissés dans l'ombre des rapports entre langage et pouvoir à l'âge classique. Elles révèlent un langage qui est puissance de l'union de l'âme ballottée entre l'idée claire et distincte et l'imagination, puissance constitutive de l'espace public et non simple police des âmes par le pouvoir, chair et sang enfin du mouvement par lequel la pensée humaine tente de s'approcher d'une infinité divine qui la dépasse.

  • Quelle politique de défense pour la France ? Cette question n'appartient plus au cercle fermé des seuls responsables civils et militaires. Elle est devenue l'objet d'un débat public, auquel participent non seulement les stratèges, mais aussi les hommes politiques et les journalistes de toutes tendances. L'installation des S.S. 20 à l'Est, et l'invasion par l'U.R.S.S. de l'Afghanistan, ont révélé brutalement les modifications intervenues récemment dans l'environnement technologique et diplomatique international. Il s'agit alors de savoir si le système de défense de la France, mis en oeuvre depuis une quinzaine d'années, et fondé sur le concept de dissuasion nucléaire national, demeure le mieux adapté pour répondre à cette nouvelle situation. Le général Valentin, qui tire son argumentation d'une longue expérience, acquise aux différents postes de responsabilités qu'il a occupés, tant sur le terrain que dans les états-majors, pense que le maintien des options fondamentales de notre politique de défense n'est pas incompatible avec certains aménagements. Rappelant la vision, essentiellement pragmatique, du général de Gaulle, il montre notamment que l'arme nucléaire tactique, dont il prône un développement raisonnable, trouve sa place naturelle à l'intérieur de notre doctrine de dissuasion nucléaire. Mais ses réflexions ne concernent pas seulement le volet nucléaire de nos forces. Elles couvrent également la défense opérationnelle du territoire, et l'intervention extérieure : autant de sujets importants sur lesquels l'auteur développe des idées réalistes. Ennemi du tout ou rien, le général Valentin offre dans cet ouvrage un panorama complet des missions contemporaines, qui incombent à la défense de la France, et discute, avec rigueur et précision, les différentes solutions proposées, avant de se prononcer pour des formules nuancées, qui n'excluent pas une ardente conviction.

  • Une étude sur la protection sociale spécifique des militaires.

  • Les mutations techniques et industrielles sont à l'ordre du jour. Elles nous concernent tous, aussi bien dans notre vie professionnelle que dans notre vie personnelle. Mais nous n'y voyons pas toujours très clair car les avantages et les apports constructifs se mêlent à des inconvénients et à des effets pervers. L'auteur s'efforce d'expliquer les raisons et les conséquences de nos retards de modernisation avant de recenser et de présenter, aussi simplement que possible, les nouveautés technologiques et les choix industriels des dernières années. Il met en garde contre toute orientation exclusivement économique des changements amorcés. Ils devraient plus servir l'homme que l'asservir. D'où la nécessité de rechercher un équilibre rigoureux entre impératifs économiques et impératifs sociaux. Les mutations conditionnent l'avenir économique du pays, avenir dont nous ne pouvons-nous dissocier. C'est pourquoi cet ouvrage s'adresse à tous, mais plus particulièrement à ceux et celles qui, dans l'exercice de leurs fonctions professionnelles et responsabilités sociales, syndicales et associatives, sont confrontés aux mutations en cours.

  • Claude-Marcel Hytte mériterait, en URSS, le titre envié (parce que de plus en plus rare) de « prolétaire héréditaire ». Tout le monde est travailleur manuel dans la famille d'où il est issu : maréchal-ferrant, ébéniste, boulanger, ouvrier tourneur, etc. Lui-même a dû à l'âge de 12 ans, commencer à gagner sa vie comme berger, puis valet de ferme, avant d'entreprendre son apprentissage d'ouvrier boulanger. Exerçant ce métier la nuit, il étudie le jour pour compléter le faible bagage qu'il devait à « la laïque ». Très jeune, il donne son adhésion au socialisme puis au communisme, et crée un groupe de « jeunesses ». Il est secrétaire adjoint de son syndicat alors qu'il a à peine 18 ans. Pour avoir organisé une réunion publique il est renvoyé, pour la première fois, de son entreprise. Communiste actif, il connaît à partir de ce moment la rude existence du militant vite repéré et chassé des entreprises qui l'ont engagé. Il passe ainsi d'une industrie à une autre, et successivement il est métallurgiste, biscuitier, livreur au Planteur de Caïfa, débardeur sur les quais de la gare de Lyon-Vaise, etc., etc. Devenu membre de l'appareil permanent communiste, « apparatchik » à l'échelon régional puis national, il est chargé de diverses missions qui lui font connaître la prison dans quelques pays, en même temps qu'il est poursuivi et condamné, en France, pour ses écrits ou ses conférences. Il a fait ses premières armes comme journaliste à l'Humanité du Midi et comme responsable de l'hebdomadaire communiste « Travail ». En désaccord avec les « lignes » successives du P.C., il s'en sépare très jeune encore, comme beaucoup d'autres qui ont cessé de croire « aux lendemains qui chantent ». Sous l'effet de la réflexion et de son expérience personnelle, il a répudié la conception de la dictature du prolétariat et de « l'État-ouvrier » et, d'une manière plus générale, la croyance que le socialisme peut se réaliser par le moyen de la conquête de l'État. Revenu depuis longtemps aux origines du socialisme français et plus particulièrement aux thèses de Proudhon, il a exercé de nombreuses responsabilités depuis la Libération, dans les mouvements fédéralistes et européens, notamment comme Directeur ou Rédacteur en chef de « La République Moderne », « La République fédérale », « L'Ouvrier libre », « France-Europe ». Il est actuellement un des secrétaires nationaux de la Fédération des Socialistes démocrates (F.S.D.) et rédacteur en chef de son organe « Socialisme et liberté ».

  • Cet ouvrage se situe à contre-courant de la mode idéologique actuelle qui fait feu de tout bois contre la pensée de Marx, en l'assimilant abusivement aux déformations bureaucratiques et étatistes de sa postérité, évitant ainsi de l'affronter sur son terrain même : celui de la théorie critique de la pratique sociale. Dans cette perspective, l'ouvrage s'attache en particulier à reprendre en les approfondissant les principales thèses marxistes de l'économique comme monde réifié et représentation fétichiste. Il s'efforce d'analyser dans toutes ses implications le développement monstrueux de l'aliénation marchande au sein du monde moderne. Chemin faisant, c'est le processus de la reproduction du capital comme rapport social qui se révèle comme problématique centrale au sein du capitalisme actuel. De ce processus, il est ici proposé une première approche globale qui met en évidence le rôle médiateur fondamental qu'y jouent certaines formes mentales et sociales : la marchandise, la centralité urbaine, la contractualité civile, le spectacle, l'État. Ainsi s'esquissent les éléments d'une théorie à la fois globale critique et utopienne du mode de production capitaliste dans son ensemble.

  • L'anthropologie travaillée par le marxisme. Le marxisme agité par l'anthropologie. Des Ochollo aux Trobriands, des Kachin aux Nuer, une même exigence : l'analyse de la reproduction contradictoire des systèmes sociaux. En rupture avec le fonctionnalisme et le structuralisme, l'anthropologie d'aujourd'hui focalise ces contradictions. Résultat : un bouleversement de perspective sur des mondes trop souvent réduits au primitif et au sans histoire. S'en trouvent mis en question les concepts clés du matérialisme historique : mode de production, classe, superstructure, État. Repenser les rites, le fonctionnement de l'idéologie et son rôle déterminant dans l'apparition de l'État et des classes sociales, tels sont, parmi d'autres, les enjeux de ce livre. Mais l'anthropologie, c'est aussi une intervention permanente sur le « terrain ». Faut-il dénoncer les anthropologues comme des intrus et des voyeurs, ou des agents de l'impérialisme ? À quoi, à qui sert l'anthropologie ? L'anthropologie ça sert surtout à faire notre histoire.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Problèmes de méthode pour une approche cohérente de la défense civile non-violente. Apports de la recherche historique à l'élaboration d'une telle défense. Exposé de quelques mesures pouvant préparer la société française à une dissuasion de cet ordre.

  • Anoblis, faux nobles, Provençaux, Normands, Poitevins, Parisiens et courtisans voisinent dans la marine du roi et sont étudiés au plan de la naissance, de la fortune, du métier de marin. Index de 14329 noms propres, de 500 vaisseaux...

  • Anoblis, faux nobles, Provençaux, Normands, Poitevins, Parisiens et courtisans voisinent dans la marine du roi et sont étudiés au plan de la naissance, de la fortune, du métier de marin. Index de 14329 noms propres, de 500 vaisseaux...

  • Présidentielles 1988 : une situation inédite, des acteurs désarçonnés : la cohabitation a modifié la règle du jeu. Preuve est faite que le partage des pouvoirs est viable, même si c'est contraints que les hommes politiques s'y sont pliés. « De la monarchie tempérée » analyse ce nouvel équilibre, symbole de modernisation de la vie publique qui s'oppose au très archaïque absolutisme du monarque. Préfacé par Jacques Chaban-Delmas, l'ouvrage de Pierre Seince plaide, à la veille des élections, pour une harmonie librement consentie : un Président garant de l'intérêt supérieur du pays et des gouvernants qui gouvernent. Quel homme politique osera désavouer ce principe ?

empty