• Féminismes islamiques : un titre qui en fera sursauter beaucoup, y compris parmi celles et ceux qui se pensent à l'abri de tout préjugé. C'est ce que le stéréotype "islam=oppression de la femme" croise partout comme une sous-marin, tantôt en surface et pavillon haut, tantôt dans les profondeurs de l'insconscient. Ce que montre ce livre, le plus souvent on ne le sait pas : que dans les pays où l'islam est la religion dominante, des croyantes puissent lutter pour l'égalité, retourner les textes sacrés contre le patriarcat, s'élever contre les autorités politiques et religieuses qui bafouent les droits des femmes. De l'Egypte à l'Iran, du Maroc à la Syrie, en France, aux Etats-Unis et jusqu'en Malaisie, des intellectuelles, des chercheuses et des militantes sont engagées dans une démarche féministe à l'intérieur du monde religieux musulman. Zahra Ali nous fait entendre leurs voix et propose ainsi de décoloniser le féminisme hégémonique. Zahra Ali est enagée depuis de nombreuses années au sein de dynamiques musulmanes, féministes et antiracistes. Elle est doctorante en sociologie à l'EHESS et à l'IFPO.

  • La science moderne a dû se libérer de l'héritage antique pour prendre son essor. Les mathématiques s'occupent d'entités abstraites, sans rapport avec le monde qui nous entoure, alors que la physique manipule des objets réels. En cette époque de boom technologique, la science bat le haut du pavé et le niveau de culture générale scientifique n'a jamais été aussi élevé. Autant d'idées reçues que le mathématicien et historien des sciences Lucio Russo dément avec brio dans cet essai court et incisif. Textes à l'appui, l'auteur montre combien la dette des sciences modernes à l'égard de l'Antiquité est importante. Il rappelle le rôle essentiel des phénomènes observables dans la genèse des théories scientifiques, aspect dangereusement occulté par les processus d'abstraction complexes des sciences modernes et par l'évolution des programmes scolaires. Il souligne que la science même la plus contemporaine implique une méthode qui, en l'occurrence, est directement héritée des travaux d'Euclide et de ses successeurs hellénistiques. Synthèse des recherches de toute une vie, Notre culture scientifique convoque les différents domaines de la connaissance (cosmologie, chimie, mathématiques, théorie des marées...) et nous invite à comprendre notre passé scientifique en profondeur, seul moyen de s'en affranchir pour bâtir notre futur.

  • Que penser de Cronos dévorant ses enfants ? D'Athéna sortie de la tête de Zeus ou de Persée décapitant la Méduse ? se demande d'emblée Walter F. Otto. L'invraisemblance de ces mythes tend à maintenir une distance avec ce qu'ils entendent illustrer. Pourtant, le mythe est constitutif de notre être, il gît dans l'ombre quand la raison se déploie dans la lumière, comme le jour cède à la nuit. Il est aussi un garant de la poésie. Que l'on songe à Dante, Homère ou Goethe. Dynamique, le mythe apparaît créateur et appelle l'action. Avec passion, Otto révèle son essence et, par là, nous invite à comprendre ce qui, fondamentalement, nous anime, voire nous enthousiasme, au sens propre.

    Le philosophe et historien des religions Walter Friedrich Otto (1874-1958) est l'auteur de deux chefs-d'oeuvre, Les Dieux de la Grèce (1929) et Dionysos, le mythe et le culte (1933). Aux côtés de Karl Reinhardt, il est l'une des grandes figures de la philologie allemande. Son approche originale du paganisme et des mythes a permis de renouveler la connaissance de la civilisation grecque.


  • Dans le quatrième tome de ses mémoires, la célèbre et scandaleuse lady Trent nous emmène en Akhie, contrée désertique avec laquelle son propre pays souhaite s'allier.

    À la suite de ses découvertes du volume précédent, le Scirland a décidé de lancer un programme d'élevage de dragons afin de contrer les actions du Yélang. Isabelle Trent et Tom Wilker se rendent donc en Akhie pour le superviser.
    Mais en dépit du peu de goût de lady Trent pour la politique, celle-ci la rattrape, sous la forme d'enlèvements par des tribus du désert et de sabotages qui mettent sa vie et celle de Tom Wilker en danger.
    Les deux chercheurs n'en continuent pas moins à mener leurs recherches sur les dragons locaux, s'aventurant jusque dans le terrible désert du Jéfi.
    C'est là qu'accompagnée de Suhail, l'archéologue akhien rencontré dans le volume précédent, elle fera les découvertes majeures qui vont bouleverser son monde. Au passage, préjugés et archaïsmes auront été écorchés par son humour à froid et son obstination hors du commun.

  • À l'occasion d'une conférence sur la langue des Draconiens, lady Trent fait la connaissance de Thu Phil Lat, un Yélangois venu apporter la preuve qu'il existe peut-être une nouvelle espèce de dragons dans les montagnes du Mrtyahaima.
    L'expédition s'annonce très dangereuse, non seulement à cause de la géographie des régions concernées (on pense bien sûr à l'Himalaya), mais aussi parce que Thu est membre d'une faction révolutionnaire dans son pays, contre qui le Scirland mène une sournoise guerre aérienne.
    Il va sans dire que ni l'un ni l'autre danger ne peuvent arrêter l'intrépide lady Trent, d'autant qu'elle ressent le besoin d'entamer une nouvelle période de sa vie de scientifique, frustrée de ne toujours pas faire partie de l'Académie des philosophes parce qu'elle est une femme.
    Au cours de cette expédition, qui sera l'occasion d'une découverte fondamentale sur la nature des Draconiens, l'humour et l'obstination de la naturaliste font à nouveau merveille. Et on saura enfin pourquoi lady Trent est devenue un personnage aussi important que la reine de son pays...
    « J'espère que mes mots seront à même de vous transmettre ne serait-ce que le quart de la stupéfaction absolue et de l'émerveillement que j'ai ressentis - ainsi qu'un peu de ma terreur. Après tout, sans les deux faces de cette pièce, on ne peut en connaître la réelle valeur. »

  • Mamma maria Nouv.

    Mamma maria

    Serena Giuliano

    • Lizzie
    • 11 March 2021

    " Un roman savoureux comme un bon plat de pasta ! " MaxiSous le coup d'une déception amoureuse, Sofia a quitté Paris pour son petit village natal de la côte amalfitaine. Là, la jeune traductrice respire enfin. Attablée à sa place habituelle, sur la terrasse du Mamma Maria, le bonheur est simple comme un espresso au soleil ou une chanson d'Adriano Celentano... Ce caffè, c'est le coeur du village, le rendez-vous des jeunes, des vieux, dans le généreux giron de la patronne, Maria, leur mère à tous. Or ce matin-là, pour la première fois depuis des lustres, il s'est glissé comme une fausse note dans la partition. Le vieux Franco ne s'est pas présenté pour son éternelle partie de scopa... La fin de la dolce vita ?
    PRIX BABELIO LITTERATURE FRANCAISE 2020

  • Les gays sont depuis longtemps perçus comme une minorité engagée à gauche, tolérante et progressiste. Figure éminente et dérangeante de la communauté gay, Didier Lestrade affirme que ce n´est plus le cas. Il montre que le racisme gagne du terrain chez les gays, en France mais aussi en Europe. On oublie ainsi souvent que Pim Fortuyn, le leader de l´extrême droite aux Pays-Bas, était ouvertement gay. Et, à la différence de son père, Marine Le Pen s´est bien décidée à « draguer » les homosexuels qui, parfois, se laissent séduire par son discours.
    Mais ce n´est pas tout. La France découvre l´égoïsme et l´absence de scrupule de certaines personnalités gays dont les « frasques » (pour rester poli) sont révélées à l´opinion publique. Pour Didier Lestrade, cette élite gay (souvent au « placard »), obsédée par ses privilèges, son prestige et son argent, témoigne aussi de la droitisation des gays, symptôme d´un individualisme et d´un consumérisme forcenés qui gagnent la communauté.
    La charge est rude, elle appuie là où ça fait mal.
    Un livre fort, emporté, personnel.

  • Un accident de voiture mortel, des touristes victimes de phénomènes naturels spectaculaires ; les tragédies se multiplient de part et d'autre du globe, sans lien apparent. Et si ces morts étaient le résultat d'une mécanique criminelle bien huilée ? L'oeuvre d'une vengeance savamment orchestrée ?

    Face à des enquêteurs convenus ou désemparés, le meurtrier est persuadé de son impunité ; par défi, il abandonne près de chaque cadavre une carte postale à l'effigie d'un animal bien particulier : la vigogne.

    Cette provocation permettra-t-elle de s'émanciper des apparences et d'identifier un coupable ? Ou faudra-t-il que la mort se manifeste à nouveau, proche, capricieuse, imprévisible ?

    La planète va devenir le théâtre d'une poursuite mouvementée, chaotique, parfois burlesque.
    /> Et la chasse ne fait que commencer !

  • Croire ou savoir ?

    Gerard Santarini

    Un monde meilleur ? Tout le monde en rêve, plus ou moins... Mais il semble que le chemin soit encore long et pénible ! Ne serait-ce pas, entre autres, parce que les difficultés de la route sont souvent mal identifiées et les parades pour surmonter les obstacles méconnues ? Le monde souffre encore de tant d'obscurcissements, de tant d'emprisonnements intérieurs et extérieurs. La connaissance n'a pourtant jamais été aussi répandue et sa puissance aussi grande et disponible. Mais son pouvoir de libération reste encore largement ignoré, voire dénigré. La science est aujourd'hui très forte mais la conscience est encore très faible !
    Cet essai se veut une contribution à la réflexion sur les multiples résistances à l'avancement vers plus de liberté, de fraternité et de bonheur et sur les moyens de les vaincre. Il n'apporte, bien sûr, aucune réponse définitive, mais il livre quelques pistes.
    Réquisitoire contre les effets pervers des religions, nationalismes, patriotismes et autres communautarismes plus ou moins latents ou plus ou moins avoués, il est aussi un plaidoyer pour la connaissance universelle ainsi que pour le doute et la recherche qui permettent d'y accéder. Hymne à la vérité, il exhorte à l'ascèse de la compréhension, à la pratique de l'émerveillement, à l'éveil des consciences.
    L'auteur y livre son propre témoignage et propose un chemin vers une spiritualité ouverte, adaptée à notre époque et compatible avec les merveilleuses découvertes de la science.

  • Le parcours d'acceptation d'un papy raciste dans un quartier populaire.
    Papy Patachon, vieil anarchiste xénophobe, vit seul aux Buers, quartier populaire de Villeurbanne. Celui-ci est détesté pour son racisme primaire et ses propos injurieux. Sans vraiment d'ami, hormis ses poules avec qui il converse, il loge dans un vieil immeuble au fond d'une impasse en dessous du périphérique lyonnais, entouré de voisins issus de la France des migrants d'hier et d'aujourd'hui. Son animosité se concentre sur Kekeli, jeune togolaise et ses deux enfants. Ce n'est qu'après un incident que Papy se rapproche d'eux pour dévoiler sa vraie personnalité...

  • Cohabitation

    Sabrina Dumont

    Dilemme d´un dragueur gauchiste : une « chaudasse » encartée à droite ou une militante communiste de devoir ?



    Ce qui m´a toujours gêné, chez la passionaria communiste, c´est cette impression de la voir coucher comme elle milite, avec hargne, pas parce qu´elle en a simplement envie. Baiser par nécessité idéologique, parce qu´on a peur de passer pour une frigide de droite, ça va bien deux minutes, mais à force, ça devient lassant.

    Je suis tombé sur des nanas qui se laissaient ramoner par des sans-papiers uniquement par solidarité avec les damnés de la Terre...


    Humour, irrévérence, culot, Sabrina Dumont embarque la bataille amoureuse du côté de la lutte des classes. Combat incertain... réservant des surprises.

  • Louise et Adrien

    Michel Juste

    Le village d'Adrien n'a plus d'institutrice. Mais une nouvelle titulaire arrive.Avec la complicité d'Adrien, qui la loge, elle va bousculer le petit monde rural où elle pensait se réfugier. Entre préjugés, traditions et modernité, une fable philosophique sur la diversité et le respect des autres.

    Une histoire simple pour mieux combattre la complexité et les frontières artificielles que certains veulent maintenir ou construire.

  • Le jeune Mor-Lath se voit confier deux petites tâches plutôt anodines. Toutefois, la grande ville où son peuple n'est pas le bienvenu l'intimide beaucoup. Est-ce que l'imposante cité et les préjugés de ses habitants vont l'empêcher d'accomplir sa mission, ou fera-t-il preuve de résilience ?
    ___
    The young Mor-Lath is entrusted with two rather innocuous little tasks. On the other hand, the big city, where his people are not welcome, intimidates him a lot. Will the
    imposing city and the prejudices of its inhabitants prevent him from fulfilling his mission, or will he show resilience?

  • « Chez moi, tout vient en gros format, même ma personnalité. » Drôle et exubérante, Valérie a toujours prétendu qu'elle assumait son poids. Mais, d'excès en excès, la réalité la rattrape. Un jour, elle dit STOP. C'est le Jour où elle a arrêté d'être grosse. Un an plus tard, Valérie a perdu 130 livres. Elle partage son expérience sur les réseaux sociaux où plus de 20 000 fans sont tombés sous son charme. Véritable icône de la rondeur, Valérie inspire des milliers de gens. Elle nous livre ici son histoire, sans pudeur et avec sincérité.

  • Dans Si c'est un homme, Primo Levi écrit : « L'aversion pour les juifs, improprement appelée antisémitisme, n'est qu'un cas particulier d'un phénomène plus général, à savoir l'aversion pour ce qui est différent de nous. » En se fondant sur des recherches vastes et rigoureuses, Riccardo Calimani, dans cet ouvrage, recherche les origines du préjugé antijuif et analyse les matrices d'abord théologiques, puis philosophiques. Il démontre ainsi que l'antisémitisme, concept d'abord lié à l'idéemoderne de la race, est véritablement né à la fin du XIXe siècle. Bouc émissaire par excellence, parce que minorité politiquement faible, les juifs ont souvent été bannis mais, en de très nombreuses circonstances, ils ont su faire naître autour d'eux des sympathies et une profonde solidarité. Ce livre nous permet de mieux connaître l'histoire longue et tourmentée de ce peuple, marquée par la volonté d'extermination nazie. Il nous aide aussi à comprendre le regard paradoxal et contrasté de la société européenne sur la culture juive.

  • Jai été morte. Les médecins mont ramenée à la vie mais, pour Raymond Larose, mon père, je nai toujours été quune morte vivante. Lessentiel lui échappe : il refuse de voir quil en va de la beauté comme des bavoirs, que tout ce qui vole na pas deux ailes, et que le réel sapprête comme la dinde.



    Corinne est une fillette lourdement handicapée. Elle ne peut ni bouger ou si peu ni parler. À travers ses yeux, néanmoins très lucides, nous sommes témoins de ses petites victoires, mais aussi des exigences, des soucis et des déchirures que son état finit par entraîner dans sa famille. Son désir le plus cher : vivre malgré les différences

empty