• Si à présent tout le monde et en tous domaines en appelle à « la responsabilité », c'est en demeurant dans un flou artistique, et sans que cela se traduise dans la réalité sociale puisque prévaut toujours plus une irresponsabilité massive. En contre-feu aux processus de déresponsabilisation institutionnelle et idéologique (culture de l'excuse, maternage infantilisant, vulgate déterministe des neurosciences et du sociologisme, bientôt emprise de l'Intelligence artificielle) qui sapent en son amont et son aval le ressort personnel du choix responsable, cet ouvrage entend promouvoir une robuste philosophie de la responsabilité individuelle (d'Aristote et Kant à Karl Popper et Jankélévitch) sans la logique et l'éthique de laquelle le principe de responsabilité est moralement et intellectuellement privé de son sens authentique et de toute efficience. Contre le réductionnisme scientiste et « naturaliste » qui prive la responsabilité d'assise substantielle, cette réflexion réaffirme aussi la validité de l'autonomie du sujet et de son libre arbitre ressourcé dans les travaux d'une nouvelle génération de philosophes américains et désormais français ainsi que de neuroscientifiques dépourvus d'à priori déterministes. Tout en faisant litière des lieux communs voulant que la responsabilité soit le « revers de la liberté » et en soutenant que souvent nous sommes responsables de notre irresponsabilité ou que trop de responsabilités tue la responsabilité, l'auteur plaide pour une responsabilisation personnelle moins culpabilisante qu'attractive et « proactive », récompensant des individus fiers de répondre d'eux-mêmes et d'ainsi inspirer confiance aux autres - et pilier régulateur du lien social d'une véritable société ouverte.

  • À quoi sert l'école ? Le débat fait rage. Lycéens engagés, Arthur Moinet et Eliott Nouaille ont milité pour que les élèves deviennent les acteurs de leur éducation. Abattre
    les murs qui séparent les lycées en filières pour construire une école plus juste, inventer de nouveaux modes de notation et évaluer par contrat de confiance, repenser
    les rythmes scolaires, réorganiser le baccalauréat... Autant de propositions concrètes, parfois iconoclastes, pour un lycée plus ouvert qui permette la réussite de tous.
    L'Alternative lycéenne ! est un appel au réveil de la jeunesse et à sa responsabilisation. Avec un mot d'ordre : que les adultes et le système éducatif donnent la parole aux élèves et leur fassent enfin confiance !

  • Même s'il lui arrive souvent de s'amuser avec ses compagnons et cousins, Raphaël Émond fait partie de cette espère rare qui vit entre deux couvertures de livres. Très jeune, il a appris à lire par lui-même, dévore des ouvrages d'histoire et de géopolitique et, surtout, retient tout ce qu'il lit et voit.

    Et lorsque Jean-Claude Larouche, président des Éditions JCL, lui promet de publier ses réflexions sur la politique, il rétorque sur-le-champ : « Est-ce que ce livre pourrait me nuire si, un jour, je me présentais en politique? » Car ce jeune homme a une idée très précise de ce qu'il veut faire plus tard: devenir politicien. C'est ce qu'il affirme dans ses écrits, où il prend position sur des enjeux importants tels la souveraineté du Québec, le système électoral canadien, l'immigration, la santé, la défense nationale et même les accommodements raisonnables.

    Cet ouvrage unique en son genre nous invite à une sorte d'expédition dans l'esprit d'un adolescent qui tient à son pays, le Canada, et qui est en mesure de nous expliquer pourquoi avec un aplomb impressionnant.

    «Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années », disait justement Corneille...

  • Les recherches menées sur le bien-être en contexte scolaire connaissent un véritable essor depuis les années 2000. Ces travaux, anglophones et francophones, s'ils mesurent le bonheur à l'école, révèlent également la relativité des critères de définition du concept de «bien-être». Les enfants passant une grande partie de leur vie à l'école, la qualité de l'expérience scolaire est essentielle pour le développement de leurs compétences sociales et de leur capacité d'apprentissage. En tant que milieu où surviennent nombre de situations et où gravitent nombre de personnes, l'école doit donc s'efforcer de fournir un environnement sain aux élèves qu'elle accueille - quel que soit leur niveau de scolarisation -, et ce, peu importe les moyens matériels et humains dont elle dispose.

    /> Parmi les disciplines étudiant le bien-être à l'école, la psychopédagogie, qui s'intéresse particulièrement à l'utilisation de théories et de recherches issues du domaine de la psychologie dans la résolution de problèmes en éducation, permet de miser sur le mieux-être des enfants et des adolescents en milieu scolaire. Cet ouvrage, composé de 15 chapitres proposant des réflexions et des travaux belges, canadiens, français et suisses, présente, d'une part, les enjeux du bien-être de l'élève à l'école et, d'autre part, les stratégies gagnantes pour tendre vers cet état de satisfaction. Il s'adresse aux professeurs, aux enseignants, aux futurs enseignants ou aux professionnels des services éducatifs complémentaires, tant pour susciter leurs réflexions que pour les outiller en matière de bien-être à l'école.

  • Puisant dans sa vaste expérience d'enseignante dans le milieu franco-ontarien, Lise Paiement témoigne ici de sa passion et de son engagement envers l'éducation et la francophonie. À travers des anecdotes touchantes, l'auteure pose les balises d'une approche pédagogique inédite fondée sur sept principes allant de la construction identitaire à la responsabilisation, en passant par la confiance, la motivation et le leadership. Elle identifie ainsi les conditions nécessaires à la réussite scolaire et à l'affirmation culturelle, notamment en situation minoritaire. Une goutte d'eau à la fois... raconte l'évolution d'une petite idée de l'enseignement qui, rappelle la pédagogue, «a fait bien du chemin».
    Grâce à ce livre, Lise Paiement devient un «modèle accessible» non seulement pour le personnel enseignant, mais aussi pour tous les francophones qui s'interrogent sur leur rôle d'agent de francisation. Son approche pédagogique [...] est le produit d'une recherche expérientielle fructueuse et continue tout autant que d'un questionnement constant sur son rôle d'enseignante dans une école de langue française. La francophonie a besoin de «trouveuses» et de «trouveurs» de sa trempe.
    Rodrigue Landry

  • Teta, une Africaine immigrée au Canada, espère se guérir de sa folie en racontant sa vie au père Robert. Mère de trois garçons, elle confie à ce vieux missionnaire qu'elle a rencontré en Afrique, son enfance, ses exils, le meurtre de son mari et sa fuite vers le Canada. Cette terre d'exil représente le paradis terrestre pour de nombreux Africains. Mais est-ce que ce pays qui devait être un endroit si merveilleux pour les réfugiés, le sera pour cette femme monoparentale? Pourra-t-elle, un jour, se libérer du souvenir des atrocités qu'elle a vécues pour enfin mener une vie calme et connaître la paix de l'âme ?

  • En étant témoins de diverses expériences sur les missions sociales des comités d'éthique, sur l'éthique des professionnels et sur le mouvement institutionnel vers la responsabilisation des entreprises, vous pourrez entrevoir les enjeux qui traversent nos milieux institutionnels et professionnels et constater que l'éthique dépasse l'isolement disciplinaire et professionnel.

empty