• La publication de L'Origine des espèces, en 1859, a marqué une révolution intellectuelle comparable à celle qui est associée aux noms de Copernic et Galilée. En proposant une théorie de la « descendance avec modification » et de la « sélection naturelle », Darwin apportait des réponses aux questions qui préoccupaient les naturalistes de son époque. Le caractère radical de ces réponses aussi bien que les problèmes qu'elles laissaient en suspens ont alimenté d'emblée polémiques et controverses. De là les ajouts et les digressions qui, au gré des six éditions successives de l'oeuvre, en vinrent à obscurcir le propos d'origine. En élaguant la traduction d'Edmond Barbier de ce qui ne figurait pas dans l'édition de 1859 et en y rétablissant ce qui en avait disparu, le présent volume permet au lecteur francophone de retrouver cette oeuvre dans sa fraîcheur initiale.
    © 1992, Flammarion, Paris.
    Édition corrigée et mise à jour en 2008 Titre VO : "On the origin of species by means of natural selection, or the Preservation of favoured races in the struggle for life" Couverture : Virginie Berthemet© Flammarion

    1 autre édition :

  • Plongés dans l'atelier d'un tailleur, on assiste ici à la dissection de tous les revers et autres boutonnières, comme il nous faut en découdre, pour notre plus grand plaisir, avec les plis tombants des redingotes. Doté d'un oeil aussi acéré qu'expert, Darwin fils révise ici les tenues, de la tête aux pieds. Déceler dans les formes actuelles du vêtement la survivance d'usages fort anciens, telle est la tâche qu'il se donne. Il applique pour cela la théorie de l'évolution à l'habillement, prompt à révéler la progression des besoins et des moeurs. Raison pour laquelle il choisit de s'inté­resser au vêtement masculin - plus changeant à l'époque -, depuis le chapeau jusqu'aux bottes, en passant bien entendu par l'habit, qu'il détaille dans toutes ses parties. La veste sera différente si, au lieu de monter à cheval, l'on emprunte la voie ferrée. Mais elle conservera des traces de cette nécessité d'aisance, jusque dans nos manteaux actuels, fendus à l'arrière. La manière même de retrousser les bords de son chapeau répond à différentes exigences jusqu'à l'habitude encore bien vivace de cirer ses bottes. Quant aux rubans qui enserrent la plupart de nos feutres, ils trouveraient leur source dans le cordon qui tenait la matière molle des couvre-chefs d'autrefois. Autant d'éléments de décor qui portent la marque du passé et retracent en eux-mêmes une évolution du vêtement. Mais la mode prend aussi sa source dans l'amour de la nouveauté et dans le désir de marquer par le détail sa position sociale.

  • Discipline relativement récente, la médecine évolutionniste s'appuie sur l'approche darwinienne de la sélection naturelle pour comprendre comment celle-ci agit sur l'évolution du corps humain et de ses pathologies. Alimentation, maladies infectieuses, cancers, maladies mentales, procréation, sommeil, sénescence... autant de domaines dans lesquels une approche évolutive peut influencer la médecine (différence
    entre les femmes et les hommes, adaptations locales, etc.).

    Comme toutes les disciplines nouvelles, la médecine évolutionniste suscite des débats parfois vifs, voire idéologiques, alimentés par de nombreuses idées reçues. Au travers d'explications précises et d'exemples concrets, Frédéric Thomas et Michel Raymond nous font découvrir la médecine sous un jour différent et passionnant.

  • L'origine et l'évolution des formes de vie terrestre peuvent être expliquées par les lois de la physique, de la chimie et de la biologie. Cet ouvrage nous dévoile nos connaissances sur l'origine et l'évolution du vivant, des premières molécules organiques aux premières cellules, des premiers organismes multi cellulaires à l'homme. La théorie scientifique de la sélection naturelle, proposée par Charles Darwin il y a 150 ans, est expliquée et discutée en s'appuyant sur les données les plus récentes issues du séquençage de nombreux génomes.
    On découvrira que les êtres vivants sont imparfaits, que le milieu naturel ne sélectionne pas des organismes optimisés mais simplement les plus aptes à se reproduire. Il y a peu d'inventions nouvelles, régulièrement des « bricolages évolutifs » créent les diversités génétique, physiologique et morphologique observées. Tout ce qui paraissait assez mystérieux aux scientifiques apparaît aujourd'hui plus clairement à la lecture des génomes.
    Finalement, le domaine de la biologie synthétique et de la modification dirigée des génomes est abordé, avec tout ce que ces approches apportent à la fois comme espoir pour l'humanité de transcender sa propre espèce et comme immense défi de société dans ce siècle encore jeune.
    Guy-Franck Richard est directeur de recherche à l'Institut Pasteur et dirige l'équipe « Instabilités naturelles & synthétiques des génomes » du CNRS.

  • La sélection naturelle de Charles Darwin est sans contredit la théorie scientifique la plus marquante de l´histoire des sciences de la vie. Elle a radicalement renversé les idées jusque-là admises sur l´origine de la vie et son évolution. Toutefois, le principe de la survivance du plus apte, de la victoire du fort sur le faible, a conduit à l´émergence des enjeux de classes et de races. Le principe de cette lutte farouche et bestiale a longtemps servi à justifier la colonisation et l´esclavage ou encore à légitimer les campagnes successives de stérilisation massive des pauvres et des inaptes, les génocides et les ethnocides des peuples, et ce, uniquement au nom de leur soi-disant « infériorité raciale ». C´est en tenant compte de cette perspective que l´auteur propose un bilan critique de l´histoire des idées sur l´origine de la vie, centré autour de la théorie évolutionniste de Darwin. Son livre se montre essentiel à la compréhension et, surtout, à la démystification des théories et idéologies pseudoscientifiques de « racialisation » des différences phénotypiques qui structurent la diversité des sociétés humaines.

empty