• Prix Goncourt des lycéens 2020
    Finaliste du Prix Goncourt 2020
    Prix Orange du livre en Afrique 2019
    Prix de la meilleure auteure africaine 2019
    Trois femmes, trois histoires, trois destins liés.
    Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l'époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser son cousin.
    Patience !
    C'est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu'il est impensable d'aller contre la volonté d'Allah.
    Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. »
    Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles à se libérer ?
    Mariage forcé, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djaïli Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.
    Née en 1975 dans l'extrême nord du Cameroun, Djaïli Amadou Amal est peule et musulmane. Mariée à 17 ans, elle a connu tout ce qui fait la difficulté de la vie des femmes au Sahel. C'est une conteuse hors pair.
    Devenue écrivaine, Amal s'est affirmée en militante féministe à la tête de l'association « Femmes du Sahel » devenant ainsi « la voix des sans voix ». Lauréate du Prix Goncourt des Lycéens 2020 & Lauréate du Prix Orange Livre en Afrique 2019 pour son roman Les Impatientes, paru au Cameroun sous le titre Munyal ou les larmes de la patience, Amal est une des valeurs sûres de la littérature africaine et l'un des plus importants auteurs peuls du Sahel. Amal est publiée pour la première fois en France.
    « Un roman bouleversant racontant le destin de deux femmes du nord du Cameroun, peules musulmanes, à qui on n'assigne qu'une seule place : épouse soumise au mari désigné dès l'entrée dans la puberté. Amal sait pourtant que l'espoir, même infime, existe. Et cet espoir a un nom : éducation. » - PARIS MATCH
    « Djaïli Amadou Amal est une conteuse qui, tout en laissant se poser la voix de ses personnages, fait tout autant entendre la sienne, en murmure subtil. » - LE POINT

  • Lorsque Yan Lianke s'empare du célèbre slogan de la Révolution culturelle, c'est pour piétiner au passage les tabous les plus sacrés de l'armée, de la révolution, de la sexualité et de la bienséance politique. Son court roman est aussi iconoclaste que jubilatoire. Ou comment Servir le peuple devient, pour l'ordonnance d'un colonel de l'Armée populaire de libération, l'injonction de satisfaire aux besoins sexuels de la femme de son supérieur. Le mari s'étant absenté pour deux mois, les deux amants passent leurs journées cloîtrés dans la maison, où ils découvrent par hasard, en brisant une petite statue en plâtre de Mao, que ce geste sacrilège décuple leur désir. Dès lors, c'est à qui se montrera le plus « contre-révolutionnaire » en détruisant le maximum d'objets liés au Grand Timonier. Un amour fétichiste et une variation insolente de l'Histoire officielle qui ont valu au livre d'être saisi et interdit en Chine dès sa publication.

  • Clémentine Autain livre ici un réquisitoire sans pathos mais néanmoins effarant contre le viol, elle appelle à briser le silence qui entoure le viol, cette expression ultime de la domination masculine.

  • On connaît les beaux, mais aussi les bêtes. Une belle bête tout autant qu'un beau bête. Bêtement, les humains s'installent dans des situations où l'échappée belle confine à la catastrophe. En fait, on s'en tire mal.

    Les 15 nouvelles de ce recueil portent toutes un nom associé aux animaux élevés en totems. Elles écorchent les tabous. Elles explorent les relations fille-mère, homme-femme, amour-haine, conscient-inconscient. Elles écorchent les lieux communs. Elles font fi du normal et de l'anormal.
    Un recueil de nouvelles remarquables, percutantes, intrigantes.

    Michel-Rémi Lafond, dans Beaux et bêtes. Portraits en bestiaire, n'hésite pas à aborder des questions fort dérangeantes qu'il traite avec humour et humeur. On ne peut que se reconnaître ou identifier quelqu'un de notre entourage dans ces portraits que l'auteur dresse sans aucune complaisance et parfois d'une manière crue.

    Michel-Rémi Lafond a choisi Gatineau comme lieu où se déroulent les actions et où vivent les personnages. Il souhaite ainsi créer des espaces où l'imaginaire colle au réel. Ce recueil de nouvelles puissant ne laissera personne indifférent?!

    Michel-Rémi Lafond est romancier, poète, nouvelliste et essayiste. Il détient un doctorat en philosophie. Il a été un acteur culturel important en Outaouais et la Fondation pour les arts, les lettres et la culture en Outaouais (FALCO) lui a décerné le prix Hommage de la Ville de Gatineau en reconnaissance de son exceptionnelle contribution au développement culturel. Il a enseigné la philosophie au Cégep de l'Outaouais.

  • Dirigé par Michelle Chanonat, le dossier de ce numéro est consacré à la représentation de la mort au théâtre. Indicible, inénarrable et irreprésentable, la qualifiait le philosophe Vladimir Jankélévitch. La mort est un des tabous les plus forts des temps modernes. Le théâtre serait-il le dernier endroit où l'on en parle, où on la représente, où on la figure? Sont notamment abordées les démarches de Marcel Pomerlo, Denis Lavalou, Rabih Mroué, Lina Saneh, Denise Guilbault, Michel Nadeau et Pier-Luc Lasalle. Hors dossier, on trouve entre autres un récit de voyage signé Annick Lefebvre et Olivier Sylvestre, une entrevue avec Akram Khan et un portrait de Ivan Viripaev.

  • Quand Jeanne apprend que son mari Médecin des quinze dernières années la quitte pour une jeune résidente, son monde s'effondre. Pour qu'elle parvienne à se Relever de son choc posttraumatique, son amie psychiatre lui prescrit champagne, sexe et sérotonine. À ce cocktail puissant, Jeanne ajoute des soirées de swing et c'est dans les bras d'un expat français de vingt-cinq ans son cadet qu'elle renouera avec ses pulsions, l'érotisme, l'abandon. Et lâchera tout - les larmes, la révolte, la reconnaissance - avant d'avancer courageusement sur le chemin d'une ouverture périlleuse : polyamour, réunions de millénariaux, weekend d'ayahuasca... Car par-dessus tout, il lui faudra trouver comment demeurer définitivement fidèle à elle-même et ne plus jamais s'éteindre au nom de l'amour.

  • Joannie Thomas signe un premier recueil d'une dureté troublante, renouvelant du coup le discours au féminin dans la poésie contemporaine. Femme de théâtre, elle nous présente un texte qui se décline comme un long monologue intérieur, le récit d'une jeune femme qui fait table rase des tabous les plus coriaces.

  • Dans ce sixième roman mettant en scène les aventures de Josette Marchand et de Vincent Bastianello, l'auteure explore différents aspects de la tension entre intimité et distance, entre pouvoir et soumission lorsque des croyances
    sont présentées comme des faits rédempteurs. Quand Josette, massothérapeute patentée et expérimentée, accepte une mission, elle s'y
    consacre corps et âme. Et d'autant plus sérieusement lorsqu'il s'agit de démasquer des manipulateurs pour sauver une jeune fille sous influence. Mais doit-elle respecter son engagement de ne pas impliquer dans l'aventure son ami Vincent, inspecteur au SPVM, même si elle découvre des pratiques
    illicites, voire criminelles? Josette parviendra-t-elle à démêler les bonnes intentions des mauvaises?

  • À peine quelques semaines se sont écoulées depuis les Fêtes. Que de choses se sont passées dans ma vie!!! Je me retrouve avec un père qui, soudainement, veut prendre beaucoup de place, et avec un amoureux, Mathias, que j'adore, mais avec qui je ne me sens pas toujours à la hauteur. Heureusement, mon ami Julien est toujours là pour m'écouter lorsque je fais des gaffes. Mais, victime d'intimidation liée à son orientation sexuelle à l'école, celui-ci se sent trahi. Je suis pourtant la seule à connaître le secret de Julien. À moins que...

  • Le coprophile

    Thomas Hairmont

    «Puisque Dieu se détourne de moi, puisque la grâce du défricheur, du concepteur, du voyant, ne m'est pas octroyée, je n'ai plus aucune raison, désormais, de retarder mon entrée au service de la merde. J'ai divorcé avec les nombres et les lois pour rejoindre les tas mous, les macérations interdites, les excréments intouchables. Vous allez, dans quelques instants, écouter mon histoire, celle d'un homme autrefois convaincu par la beauté polygonale du monde. Il s'aperçoit soudain qu'il s'est égaré dans un cachot de verre où les visages sont des miroirs, qu'il s'empresse de briser pour y découvrir une fange mangée de microbes. J'ai débusqué la vraie merde derrière l'ordre et l'or de notre temps. Ce qui va suivre est le récit de ma traque.»

empty