KARINE DEGLIAME-O'KEEFFE

  • Padania blues Nouv.

    Padania blues

    Nadia Busato

    • Table ronde
    • 9 June 2022

    Barbie travaille au salon Hair&Beauty d'Ogno, petite ville de la vallée du Pô perdue au milieu des champs et des usines, où elle est née et a grandi.
    Quand Barbie regarde sa mère, elle lui en veut de baisser la tête et d'accepter sans rien dire le retour de son mari après deux ans d'absence. Quand Barbie regarde son père, elle voit un raté scotché devant les interviews du président de la Ligue du Nord. Quand Barbie traverse la nationale perchée sur ses talons, elle s'imagine assistante d'un présentateur télé, ou mariée à un footballeur. Quand Barbie regarde le photographe avec qui elle a couché, elle voit son ticket d'entrée dans le milieu de la mode. Et quand elle se regarde dans le miroir, elle se rappelle ses ambitions. Elle sait se mettre en valeur et saura obtenir des hommes qu'ils l'amènent là où elle veut arriver : loin d'Ogno. Tout ce qui lui manque, c'est de quoi se payer une belle paire de seins.
    Alors, quand Barbie regarde le bidon d'essence qu'elle a entre les mains, elle ne voit pas le drame qui approche : elle voit s'ouvrir la porte de sortie.

    Nadia Busato, s'emparant d'un fait divers aussi tragique que déroutant, dresse le portrait d'une jeune femme d'aujourd'hui, dont la vision du bonheur se situe à l'exact opposé de sa réalité.

  • Mrs Hemingway

    Naomi Wood

    • Table ronde
    • 11 May 2017

    C'est un fait : Hemingway était un homme à femmes. Seulement l'auteur du Vieil homme et la mer ne se contentait pas d'enchaîner les histoires d'amour. Il a voulu épouser ses maîtresses. L'une après l'autre, à l'issue d'un scénario qui ne variait que de quelques lignes, il en a fait des Mrs. Hemingway : la passion initiale, les fêtes, l'orgueil de hisser son couple sur le devant d'une scène - la Côte d'Azur, le Paris bohème, la Floride assoiffée, Cuba, l'Espagne bombardée... - puis l'alcool, les démons, les noires pensées dont chacune de ses femmes espérait le sauver.
    Naomi Wood se penche sur la figure d'un colosse aux pieds d'argile, et redonne la voix à celles qui ont sacrifié un peu d'elles-mêmes pour en ériger le mythe.
    "Derrière la légende hyper-masculine se trouvait un homme dont quatre femmes, sur quatre décennies, étaient tombées follement amoureuses. Toute sa vie, il a entretenu avec elles des relations qui donnent à voir une part de sa personnalité laissée de côté par les biographies classiques de l'écrivain. Mrs. Hemingway tente de raconter l'histoire de ces quatre femmes, qui se sont toutes retrouvées à la fois dans le rayonnement et dans l'ombre du grand homme."
    Naomi Wood.

  • La princesse de Bakounine

    Lorenza Foschini

    • Table ronde
    • 21 September 2017

    La princesse Zoé Obolenskaïa, épouse du gouverneur de Moscou, s'ennuie à la cour, ne supporte plus les règles et convenances. Elle décide de quitter Saint-Pétersbourg pour l'Italie avec ses cinq enfants, prétextant le besoin d'un climat chaud pour la santé fragile de l'un d'entre eux. Elle arrive à Naples en 1866 avec sa suite princière (dames de compagnie, instituteurs, valets, secrétaire et médecin personnel) et rencontre Bakounine dans l'ancienne capitale du royaume des Deux-Siciles. Recherché par toutes les polices d'Europe, il vient de s'enfuir de Sibérie où il était en exil après douze ans passés en prison. Il pense pouvoir faire éclater la révolte entre les garibaldiens, les mazziniens déçus par les promesses du Risorgimento, et les masses paysannes. Zoé est conquise par les idées de Bakounine et décide de mettre son immense fortune au service de l'anarchie.
    Pendant deux ans, entre Naples et Ischia, ils se consacrent à des activités subversives et à d'autres, plus aristocratiques, comme le théâtre ou les croisières dans le golfe de Naples. Puis Zoé tombe amoureuse du plus fidèle compagnon de Bakounine, mais le tsar, apprenant ses agissements, demande à son mari de mettre fin au scandale. Celui-ci la répudie et fait enlever ses enfants.
    Zoé ne cessera jamais d'aider la mouvance anarchiste. Elle a inspiré Anna Karénine à Tolstoï, Sous les yeux de l'Occident de Conrad et La Princesse Casamassima de Henry James.
    L'impressionnant travail de recherche accompli par Lorenza Foschini pour la reconstitution des événements intimes autant qu'historiques permet de reconstruire la figure fascinante et complexe de ce personnage, dans une biographie captivante qui reflète les conflits et les passions d'une époque.

  • Je ne ferai une bonne épouse pour personne

    Nadia Busato

    • Table ronde
    • 2 May 2019

    Le 1er mai 1947 au matin, une jeune comptable, élégamment vêtue, monte jusqu'à la terrasse panoramique du 86e étage de l'Empire State Building, le gratte-ciel emblématique de New York, saute dans le vide et s'écrase sur le toit de la limousine d'un diplomate des Nations Unies. Quelques minutes après sa chute, Robert Wiles, jeune photographe inconnu, immortalise son cadavre, resté miraculeusement intact et beau. Le cliché deviendra l'une des images les plus fortes et célèbres publiées par le magazine Life. La jeune femme s'appelait Evelyn McHale.
    Nadia Busato s'est inspirée de cette photo qui a fasciné notamment Andy Warhol, la mode et l'avant-garde pop, pour retracer la vie d'Evelyn McHale à travers une narration chorale et dépeindre l'Amérique de la Grande Dépression à l'après-guerre.
    Mélange de fiction et de réalité historique, Je ne ferai une bonne épouse pour personne apparaît comme le cri de rébellion et de désespoir d'une femme devenue une icône.

  • à Rome avec Nanni Moretti

    ,

    • Table ronde
    • 23 March 2017

    Journal de voyage sur les lieux du cinéma de Nanni Moretti, de Je suis un autarcique (1976) à Mia madre (2015), les promenades de Paolo Di Paolo et Giorgio Biferali évoquent les atmosphères, les personnages, les répliques devenues proverbiales du célèbre réalisateur.
    De ces pages émerge un portrait en perspective de l'homme mais aussi de sa ville. Le lecteur y découvre une Rome de tous les jours, multiple, où rues, terrasses, bancs publics et pâtisseries sont autant de décors des films comme des souvenirs de Moretti.
    Le livre se clôt sur un dialogue inédit entre les deux auteurs et le cinéaste.

empty