• Les exilés de Byzance Nouv.

    29 mai 1453. Byzance, dernière capitale de l'empire romain d'Orient, tombe après le siège le plus sanglant de l'Histoire. La fière cité qui a résisté pendant plus de mille ans à tous les assauts s'effondre sous la violence de l'offensive turque. Jusqu'à l'intérieur de la basilique Sainte-Sophie, le peuple se défend avec ardeur et fièvre. Mais les vainqueurs n'épargnent ni les vieillards, ni les femmes, ni les enfants. Deux frères, Nicolas et Constantin Dionous parviennent à s'enfuir, l'un vers la Russie, l'autre vers les rives de la Méditerranée. Ils se font le serment qu'un jour, leurs descendants se retrouveront.
    Dans cette fresque magistrale qui traverse cinq siècles, la romancière Catherine Hermary-Vieille retrace, d'une plume éblouissante, le destin d'une famille prise dans les turbulences de l'Histoire, la douleur de l'exil et la quête de ses racines.

  • Grand Prix RTL et Prix Femina 1981, Catherine Hermary-Vieille dessine le portrait sensible et flamboyant de Jeanne de Castille, mère de Charles Quint : une femme désespérément amoureuse, mais trahie par ses proches, aux premiers rayons du Siècle d'Or espagnol.
    En 1509, à trente ans, Jeanne de Castille, fille d'Isabelle la Catholique et de Ferdinand d'Aragon, héritière du plus grand empire au monde, est enfermée dans la sombre citadelle de Tordesillas : elle y restera quarante-six ans au secret absolu.
    Veuve de Philippe le Beau, souverain des Flandres, elle l'a aimé d'un amour fou. Qu'a-t-elle fait pour mériter ce châtiment ? Pourquoi son fils Charles Quint la surveille-t-il si étroitement ? On la dit démente : un prétexte pour la tenir éloignée du pouvoir ?
    Catherine Hermary-Vieille s'est penchée sur le destin de cette reine d'Espagne, au temps de sa splendeur. Une multitude d'indices lui ont permis de donner une réponse à " l'énigme de Tordesillas ", un sens à l'existence de cette femme solitaire, amoureuse, abandonnée par son père, trompée par son mari et trahie par son fils en un siècle raffiné et violent : celui de l'Inquisition, de la colonisation des Amériques et de la Reconquista.

  • L'auteure de L'Infidèle nous invite dans l'aristocratie parisienne du XVII e siècle à la rencontre de la marquise de Brinvilliers, jeune femme aspirant à une vie de douceurs, ambitieuse confrontée à la désillusion, meurtrière aux mobiles à jamais controversés... Après une enfance endeuillée par la mort de sa mère, Marie- Madeleine d'Aubray arrive en 1643 à Paris, où son père est nommé lieutenant civil. La jeune femme s'imagine grande dame, fêtée et surtout aimée.
    Son mariage avec le futur marquis de Brinvilliers ne lui apportera que le confort financier, sans combler ses désirs. Ses vraies passions, l'amour et l'argent, trouveront à s'incarner en deux hommes : M. de Penautier, trésorier des États de Languedoc et homme d'affaires, et Jean-Baptiste de Sainte-Croix, aventurier et alchimiste.
    Autour d'une femme entraînée par ses faiblesses et son orgueil, Catherine Hermary-Vieille peint la vie d'une société et d'une époque où l'éclat des uns ne cache pas la misère
    des autres. Sans innocenter la Brinvilliers de ses crimes, elle reconstitue les traits d'une héroïne hors du commun, tourmentée par un terrible secret intérieur.

  • Trois femmes au coeur du XVème siècle qui ont, dans l'ombre, façonné le destin de la France. Toutes sont reliées à Charles VII, personnage central de ce temps si violent. L'une est sa mère, Isabeau de Bavière, acculée par les circonstances à signer en 1420 le traité de Troyes, dépouillant de son héritage le roi de France au profit du roi d'Angleterre. La deuxième, Yolande d'Aragon, duchesse d'Anjou et comtesse de Provence, sa belle-mère, s'y oppose de toute son énergie, décidée à se battre pour qu'il retrouve sa couronne. C'est elle qui introduit auprès de Charles la troisième femme : une bergère prénommée Jeanne, extraordinaire meneuse d'hommes sans qui Charles VII n'aurait jamais pu être sacré à Reims. Inséparables les unes des autres, ces trois héroïnes sont en bien comme en mal les figures de proue de ce navire prêt à sombrer qu'est alors devenu le royaume de France. Après Moi, chevalier d'Eon, espionne du roi, Catherine Hermary-Vieille nous entraîne d'une plume passionnée dans les derniers remous de la guerre de Cent Ans aux côtés de trois personnalités inoubliables.

  • La bête

    Catherine Hermary-Vieille

    Au XVIIIe siècle, dans le petit village de La Besseyre-Sainte-Marie, en Gévaudan, on a moins peur des loups, que l'on sait traquer depuis longtemps, que du Diable. Seul le père Chastel sait le tenir à distance avec ses potions et ses amulettes. On respecte, on craint cet homme qui détient tant de « secrets ». Mais lorsque la région devient la proie d'un animal aussi sanguinaire qu'insaisissable, comme vomi par l'enfer, le sorcier reste impuissant. La perte de ses pouvoirs serait-elle liée au retour de son fils Antoine, cet étrange garçon solitaire et sauvage, échappé des geôles du dey d'Alger ?
    À la frontière du mythe et de l'Histoire, Catherine Hermary-Vieille revisite la légende de la Bête du Gévaudan en explorant notre part secrète de violence et de bestialité. Un roman fascinant qui sonde les plus obscures pulsions humaines.

  • Ni la guerre du Liban, ni la jalousie du Dr Selim, ni les regrets de Carol n'auront raison de l'amour foudroyant qui s'abat sur Samir et Joumana... Un grand roman sentimental, sur fond de guerre du Liban, par l'une des plus grandes romancières françaises.
    L'amour plus fort que la guerre Habitant New York auprès de sa femme et de ses enfants, Samir Khoury, riche négociateur libanais, est devenu citoyen américain. Il rencontre un jour, lors d'un court passage a Beyrouth, Joumana, une jeune Libanaise infirmière a la Croix-Rouge, adorée du docteur Selim Kassem. Coup de foudre entre ces deux êtres que rien ne destinait a se connaître.Mais le destin, aberrant et splendide, choisit librement ses proies. Les deux amants vont vivre l'absolu, tantôt séparés par les retours de Samir a New York, tantôt s'étreignant parmi les attentats, les bombardements et les ruines ou la vie cependant continue.Enfermés dans la force de leur amour, Samir ne verra plus les espérances comme les regrets de Carol, tandis que Joumana laissera Selim s'engager dans l'arme e palestinienne. Seuls de sormais en face l'un de l'autre, ils vont tenter de se rejoindre.Un roman lumineux sur la solitude et la folie de la guerre. " Une e criture prenante, tendue jusqu'a l'extre me de l'e motion et de la compassion. Un extraordinaire vibrato du coeur. "Madame Figaro

  • L'une voulait l'or et la gloire.
    L'autre ne demandait que l'amour de Dieu.
    Passionnée par l'Histoire et ses destins intimes, la romancière Catherine Hermary-Vieille, prix Femina pour Le Grand Vizir de la nuit, fait revivre le règne de Louis XIV et les débuts de la Régence dans une fresque éblouissante.
    Quand elle arrive en 1665 à Paris, Anne-Sophie n'a que seize ans mais beaucoup d'espérances. Issue de la noblesse bretonne, elle a quitté Lannion avec sa cousine Viviane pour se marier à un homme qu'elle ne connaît pas. Tandis qu'elle s'émerveille de la découverte de Paris, fréquente le salon de Melle de Scudéry et côtoie Mme de Sévigné, Viviane fait voeu de pauvreté en épousant la cause des Soeurs de la Charité et en se rapprochant de Jeanne Guyon.
    S'inspirant de ces deux chemins opposés, la plume flamboyante de Catherine Hermary-Vieille embrasse les contradictions d'une époque d'ombres et de lumières. Des fastes de Versailles à la misère du peuple qui crie famine, de l'exil de Fouquet à la révocation de l'édit de Nantes en passant par les fabuleux portraits de Mme de Maintenon et Ninon de Lenclos, de Fénelon et de Bossuet, l'inoubliable roman du Grand Siècle.

  • Scandale à la cour du calife Haroun al-Rachid : le grand vizir Djafar désobéit à son souverain, qui s'est épris de lui, pour épouser... sa soeur. Un roman digne des 1001 nuits, qui a des résonnances très contemporaines.
    Au soir de sa vie, Ahmed se souvient. Après tant d'années, le temps est venu pour le vieux mendiant de conter l'histoire de son maître Djafar al-Barmaki, jadis condamné à la mort et à l'oubli.Trop souvent, il est passé sans rien dire devant la dépouille du proscrit, cet homme qu'il aima passionnément. Mais qui se souvient encore, en ce milieu du IXe siècle, du grand vizir Djafar, favori du calife Haroun al-Rachid, et de sa brutale disgrâce ? On dit qu'il offensa le souverain en consommant son mariage avec la princesse Abassa. Mais cet amour méritait-il la mort ? Le calife était-il donc jaloux... de sa soeur ? Ou soucieux de soumettre l'ambitieux Djafar ?À Bagdad, sur la grand-place des artisans, Ahmed se dresse. Dix soirs de suite, au péril de sa vie, il va ressusciter le passé de la ville d'or. Inspirée par la légende des vizirs barmakides, cette histoire d'amour et de mort aux couleurs de miniature persane ressuscite la splendeur de l'Empire abbasside, comme le ferait un conte des Mille et une nuits.

  • Les grands destins de femmes passionnent depuis toujours la romancière et historienne Catherine Hermary-Vieille.
    Merveilleuses retrace le parcours des égéries de cette brève période qui suit la Terreur, où une fureur de divertissements et d’excès enfièvre Paris. On rit, on danse, on aime, on revit : jouissance et plaisirs sont les nouveaux mots d’ordre. Femmes d’esprit, frivoles et charmantes, Thérésia Cabarrus et Rose de Beauharnais sont les plus merveilleuses d’entre ces Merveilleuses, qui profitent de la liberté retrouvée : elles collectionnent les amants comme d’autres les chapeaux, lancent les modes les plus provocantes et mènent par le bout du nez les hommes au pouvoir.
    Thérésia épouse Tallien pour devenir la maîtresse de Barras, quitté par Rose pour Bonaparte, un obscur petit général corse qui l’aime à la folie, en partance pour l’Egypte. Il en reviendra premier Consul, exigeant de celle qu’il appelle désormais Joséphine qu’elle rompe avec son passé tumultueux. Le temps des Merveilleuses a vécu !
    Amours, ambitions, secrets d’alcôves, conspirations…, Catherine Hermary-Vieille restitue avec tout son talent romanesque et sa vivacité d’écriture les mœurs de cette époque charnière incertaine et libertine, qui mène de la Révolution à l’Empire.

  • Ils ont été les derniers rois de la Renaissance. Violents, cruels, dégénérés, soumis à la férule de Catherine de Médicis, mère abusive, régente ambitieuse, qui tiendra jusqu'au bout un pouvoir que ses fils étaient incapables d'assumer. François II, Charles IX, Henri III, le duc d'Anjou... tous disparaitront dans la fleur de l'âge, assassinés, emportés par la maladie ou la folie.
    Libre, rebelle, sensuelle, leur soeur Marguerite, « la perle des Valois », affiche une vie dissolue, collectionnant les amants. Elle acceptera pourtant de se plier à la raison d'Etat en épousant Henri de Navarre, le futur Henri IV.
    Femme fatale, la reine Margot domine l'extraordinaire roman de Catherine Hermary-Vieille qui nous plonge dans les fastes et les horreurs d'une cour de France hantée par les espions, les empoisonneurs et les spadassins, gouvernée par des fauves sanguinaires qui s'entredéchireront jusqu'à la mort de leur dynastie.

  • « Que pourrais-je vous dire ? Que je fus plus heureux durant les quarante-neuf années où je vécus en homme que pendant les trente où je fus femme ? Quarante-neuf années où il me semblait subir un état qui n'était pas le mien et trente à prendre conscience des exorbitants privilèges accordés aux mâles, même si le bonheur d'être enfin moi-même l'emportait sur les sacrifices qu'il fallait consentir. »
    Le chevalier d'Éon : un nom familier qui a pourtant conservé tout son mystère. Diplomate, officier, redoutable bretteur, cavalier hors pair ou femme séduisante, intrigante, habile, émissaire clandestine du roi Louis XV ? Un homme désirant être femme, une femme virile, un travesti ? L'énigme du chevalier d'Eon demeure et fascine toujours autant. Être d'exception incapable de se glisser dans le monde figé par les codes sociaux et sexuels de son époque, jamais il ne renoncera à être lui-même. Avec la rigueur historique et la sensualité d'une grande romancière, Catherine Hermary-Vieille fait revivre la figure ambigüe et controversée du plus célèbre agent secret de l'Histoire.

  • « Voulez-vous que je vous dise une belle histoire d'amour et de mort ? »
    C'est par ces mots que commençait la plus éblouissante, la plus tendre et cruelle légende jamais racontée par les bardes dans les royaumes celtiques, celle de Tristan et d'Iseult.
    Depuis son adolescence, Catherine Hermary-Vieille rêvait de cette oeuvre magique dont le thème fut si souvent repris, mais dont l'audace, la violence, les multiples péripéties restent curieusement méconnues.
    Respectant la trame primitive de l'intrigue classique, Le Rivage des Adieux ressuscite pleinement la liaison adultère et tragique d'une très jeune reine, l'indestructible fidélité de son amant, les atermoiements pathétiques d'un roi trahi par son épouse et son neveu, harcelé par les barons perfides derrière les murailles d'une vieille forteresse battue par les flots de la mer d'Irlande.
    Si, depuis l'aube des temps, l'amour reste une énigme, ne faut-il pas, s'il survient, le recevoir avec bonheur, l'accepter comme le plus précieux des dons, même s'il se révèle parfois si difficile à vivre ? Par-delà leur impérissable passion, les amants immortels du Rivage des Adieux témoignent que seul l'amour peut transcender notre existence, faire basculer nos croyances, repousser les limites de nos horizons, nous faire entrevoir des terres mystérieuses où s'accomplissent enfin les noces éternelles des corps et des âmes.


    En couverture : Persuasion silencieuse, Hugues Merle, XIXe siècle © Sotheby's / Akg-images

  • En 1509, à trente ans, Jeanne de Castille, fille d'Isabelle la Catholique et de Ferdinand d'Aragon, héritière du plus grand empire du monde est enfermée dans la sombre citadelle de Tordesillas. Veuve de Philippe le Beau, souverain des Flandres, qu'elle a aimé d'un amour fou, elle y restera plus de quarante-six ans au secret absolu. Qu'a fait Jeanne pour mériter ce châtiment, pourquoi son fils Charles Quint la surveille-t-il si étroitement ? Quel mystère plane sur le vieux château ? En tant qu'historienne et romancière, Catherine Hermary-Vieille s'est penchée sur le terrible destin de cette reine d'Espagne que tout prédisposait au bonheur. Une multitude d'indices lui ont permis de donner une réponse à l'énigme de Tordesillas, un sens à cette existence de femme solitaire, amoureuse, abandonnée par son père, trompée par son mari et trahie par son fils dans un siècle raffiné et violent.

  • Le roman de la vie cachée de George Sand
    De George Sand s'impose l'image de la " bonne dame de Nohant ". Celle qui, ayant derrière elle une riche carrière littéraire, s'occupait de son jardin et de ses oeuvres. Pourtant, la romancière fut tout autre que cette image surannée : une amoureuse ardente, une républicaine, une combattante de la cause des femmes. Pourquoi un tel fossé entre ce qu'elle fut et l'image qu'elle a laissée ? En grande partie parce que, dans ses mémoires, George Sand a occulté tout un pan de sa vie.
    C'est cette histoire cachée que font revivre ces Carnets secrets, histoire romancée qui repose entièrement sur des faits avérés. Alors que sa fille Solange lit les confidences - fictives - de George Sand, les points de vue de la mère et de la fille se répondent. Ils dressent le portrait d'une femme libre, passionnément amoureuse - notamment de Musset et de Chopin -, qui mène
    sa vie personnelle et sa carrière d'une même main de fer.
    George Sand est une fantaisiste organisée, une passionnée à la tête froide qui place sa liberté au-dessus de tout le reste. Une femme à la modernité éclatante.
    Dans la veine de ses grands romans historiques - Le Grand Vizir de la nuit (prix Femina), La Marquise des ombres ou encore Merveilleuse - Catherine Hermary-Vieille dresse le portrait d'une George Sand inconnue, une femme fascinante et libre.

  • Opening in the Danish dungeon where James raves at the end of his days, the book tells the story of his life from childhood to the betrayal by a spurned lover that leads to his imprisonment. Born in a climate of religious schism the young James Hepburn, Lord of Bothwell, soon finds himself divided between his loyalties and his conscience. Maturing rapidly into a brilliant young man, he is called home from Paris to take his place as Lord Bothwell. Life had taught him to be a fierce warrior and a passionate lover, and James's fate is set in motion when he meets his Queen. A love springs up between them that will overcome religious divides, spill blood, and haunt Bothwell until his dying day.BACK COVER The passionate and tragic story of Lord Bothwell, husband of Mary Queen of Scots, set against a background of religious turmoil, political strife and dramatic warfare.Told from his final days in a Danish dungeon, James Bothwell's tragic story, centring on his intense relationship with Mary Queen of Scots, unfolds. Set against the backdrop of French and Scottish history, in a climate of revenge, ruthless killings and religious strife, James finds himself divided between his loyalties and his conscience.The life of this fierce warrior and passionate lover is followed from his troubled childhood to the events of his final betrayal. Yet it is his meeting with the beautiful Mary Stuart that would ultimately secure his fate. Whilst Scotland, England and France grapple for power, tragic consequences await the lovers, with repercussions that would alter their country forever.

empty