• La génétique, l'informatique, les neurosciences et ce que certains nomment déjà la bionique sont porteuses d'un avenir prodigieux tout autant par ses promesses que par ses périls. La technique exerce désormais une fascination sans rivale sur nos sociétés. Le risque paraît grand qu'une telle ivresse ne dissimule un affaissement du sens moral, or il n'y a de civilisation possible que dans l'équilibre entre la puissance qu'engendre le savoir et la sagesse nourrie par la réflexion éthique. Daniel Jacques entend montrer ici que notre puissance technique doit être assujettie à la compassion, compassion pour nos semblables, mais aussi compassion pour tous les vivants qui nous accompagnent. Il nous faut entrer dans le règne de la technique par la voie la plus humaine. Autrement dit, suite au déclin du christianisme et de l'humanisme classique, il ne nous reste, pour fonder l'humanisme - à la marge du discours que tiennent les sciences naturelles sur l'homme, devenu mi-machine, mi-animal - que cette expérience brute du mal qui se trouve au coeur du XXe siècle, soit le génocide des Juifs d'Europe. D'une certaine manière, ce gouffre moral, cet abîme d'inhumanité, nous tient lieu de révélation, la seule révélation qui puisse encore nous guider dans le grand oeuvre technique auquel nous semblons destinés. Par-delà le devoir de mémoire qui nous rattache à cet événement, la compassion représente un don d'humanité qu'il nous faut apprendre à préserver au moyen d'un langage nouveau.

  • Daniel Jacques se donne ici pour but de penser la nation d'un point de vue philosophique. Il cherche à établir quelle peut être la légitimité politique de la nation dans un contexte démocratique et ce qu'une telle enquête peut nous apprendre sur la nature et le sens du projet moderne.

    Il fonde principalement sa réflexion sur la pensée de trois auteurs : Rousseau, Tocqueville et Nietzsche, qui témoignent chacun à sa façon d'une prise de conscience quant à la difficulté de constituer une véritable communauté politique au sein de la modernité. Il se demande ensuite à quelle nécessité politique la nation constitue une réponse, et s'il est encore possible aujourd'hui de répondre à une telle nécessité, compte tenu du climat moral qui prédomine dans les sociétés occidentales ?

    Si on ne peut délivrer tous les esprits du soupçon qui pèse aujourd'hui sur la nation, peut-être est-il encore possible d'atténuer certaines craintes qu'elle suscite de manière à faire apercevoir les avantages qu'elle comporte. À ce jour, le destin de la liberté paraît lié à celui de la nation. Loin d'être opposée à l'idéal moderne, elle représenterait l'une des conditions de son accomplissement. S'il est vrai que la nation fut et demeure favorable à la liberté, il se pourrait ainsi, par conséquent, que l'une soit mise en péril par la disparition de l'autre.


  • "Qu'est-ce qu'un démocrate, je vous prie ? C'est là un mot vague, banal, sans acception précise, un mot en caoutchouc." Cette question, ce jugement sans appel d'Auguste Blanqui datent d'un siècle et demi mais gardent une actualité dont ce livre est un signe. Il ne faut pas s'attendre à y trouver une définition de la démocratie, ni un mode d'emploi et encore moins un verdict pour ou contre. Les huit philosophes qui ont accepté d'y participer n'ont sur le sujet qu'un seul point commun : ils et elles rejettent l'idée que la démocratie consisterait à glisser de temps à autre une enveloppe dans une boîte de plastique transparent. Leurs opinions sont précises dans leurs divergences, voire contradictoires - ce qui était prévu et même souhaité. Il en ressort, pour finir, que tout usé que soit le mot "démocratie", il n'est pas à abandonner à l'ennemi car il continue à servir de pivot autour duquel tournent, depuis Platon, les plus essentielles des controverses sur la politique.

  • Depuis les premières chroniques et l'anthologie poétique du Recueil des dix mille feuilles, au VIIIe siècle, le Japon a élaboré une tradition littéraire profondément originale, aux genres et aux formes extrêmement variés, qui a donné à la littérature mondiale quelques-uns de ses plus grands chefs-d'oeuvre : Roman du Genji, Dit des Heiké, poésie haikai de Matsuo Bashô.
    Renouvelée au contact de l'Occident à la fin du XIXe siècle, la littérature japonaise s'épanouit de nouveau tout au long du XXe siècle, de Natsume Sôseki à Haruki Murakami. Aujourd'hui encore d'une grande vitalité, elle s'interroge et cherche de nouvelles voies pour offrir une vision contrastée, passionnante et souvent décapante, de la société japonaise.


  • Passez en mode lean !

    Le Lean est une véritable stratégie de succès, pas une simple méthode pour réduire les coûts. L'adopter dans votre entreprise, c'est développer l'autonomie de vos collaborateurs par l'apprentissage, en vue d'améliore

  • Les politiques publiques constituent une facette centrale de l'activité des gouvernements, que ce soit pour distribuer des revenus, collecter des impôts, conduire une politique extérieure, assurer la sécurité des citoyens, communiquer sur l'action gouvernementale, inciter les acteurs privés ou réguler l'action administrative.
    Analyser les politiques publiques, c'est donc étudier les gouvernements en action. En s'appuyant sur de nombreux exemples empiriques, l'objectif principal de l'ouvrage est d'apporter des éléments d'analyse de l'action gouvernementale sur les plans local, national, européen et international.
    L'ouvrage commence par dresser un bilan des différentes entrées (mise sur agenda des problèmes, décision, mise en oeuvre) permettant d'analyser l'action publique. Puis les auteurs discutent les principaux cadres théoriques mobilisés (intérêts, institutions, idées).
    Cette nouvelle édition, entièrement actualisée, intègre un nouveau chapitre abordant l'action publique comme le produit d'interactions entre institutions, acteurs individuels et collectifs, idées et savoirs au sein de configurations d'action publique.

  • On évoque couramment l'intelligence économique, l'intelligence stratégique, celle du numérique... comme facteurs de développement et progrès dans les organisations, la notion d'intelligence du social est rarement convoquée. La voici explorée dans les contextes de la consommation et des médias, des territoires et de l'environnement, dans ce premier volume.

  • Dans ce second tome, l'intelligence sociale est analysée dans les contextes relatifs aux savoirs, à l'éducation, à la culture et à l'interculturalité. Ainsi la notion d'intelligence du social offre ici à travers une grande diversité d'exemples et de témoignages une nouvelle mise en perspective des habiletés requises pour accompagner les changements.

  • Une crainte nous hante, nous, les modernes, celle que le développement technique et économique conduise à une perte de notre humanité. Trop d'information, trop de technologie, des activités et des masses humaines toujours plus imposantes font que notre monde nous paraît « démesuré ». Mais à quelle aune jaugeons-nous cette démesure ? Quelle est donc cette « mesure » de l'être humain qui est à l'origine de ce sentiment ? C'est une vaste histoire politique de l'humanisme que Daniel D. Jacques nous propose ici, où il suit le développement de l'idée d'humanisme, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours. Il montre comment l'humanisme est posé à la Renaissance comme un retour à la sagesse des Anciens, puis comment il est, à l'époque des Lumières, la mesure suprême de l'action et de la pensée des forces progressistes. Il montre enfin comment, à partir du XIXe siècle - et encore plus violemment dans la seconde moitié du XXe -, des critiques perçoivent l'humanisme non plus comme l'heureuse manifestation d'une liberté conquise de haute lutte à l'encontre des traditions passées, mais comme la cause même de cette démesure et du déclin du sens moral qui l'accompagne. Puisant surtout dans les outils offerts par la philosophie politique, cette passionnante enquête sur l'humanisme permet de comprendre les différentes opinions entretenues au cours des siècles quant à la mesure de l'action humaine et ouvre sur une essentielle remise en question de notre condition morale et intellectuelle.

  • Qu'est-il advenu des québécois sous l'influence de la passion qu'a suscitée, depuis quatre décennies, le projet de fonder un État souverain sur le territoire du Québec ? Si le projet d'indépendance du Québec fut autrefois élaboré dans une grande liberté d'esprit, il est aujourd'hui sous la surveillance des « fiduciaires » de ce qui n'est plus qu'un simple patrimoine symbolique, c'est-à-dire un amalgame indistinct d'espérances révolues et d'intérêts bien réels. Pour reconquérir une part de cette liberté de pensée perdue, il nous faut franchir les limites du cercle dans lequel s'est enfermé notre imaginaire politique. Les réflexions rassemblées ici s'inscrivent dans un dialogue avec l'oeuvre d'Hubert Aquin, celui qui écrivit autrefois, dans La Fatigue culturelle du Canada français, qu'on ne saurait parvenir à penser notre destin véritable sans accepter la dimension proprement dramatique qui lui est inhérente.

    Il est nécessaire aujourd'hui de mettre fin à la confusion entourant notre destinée politique, à tout le moins d'amorcer une sortie progressive de l'ambivalence dans laquelle nous nous sommes enfoncés depuis la Révolution tranquille. Il nous faut parvenir à penser autrement les événements qui ont marqué notre histoire, à commencer par le référendum de 1980. C'est donc un retour sur l'histoire qui est proposé ici, plus particulièrement sur le rôle joué par les élites politiques et intellectuelles dans cette affaire. Voilà pourquoi le présent ouvrage prend la forme d'une galerie de portraits, à caractère philosophique, de personnages comme René Lévesque, Fernand Dumont, Paul-Émile Borduas et d'autres. Par l'examen de ces figures éminentes, Daniel D. Jacques a tenté de faire apparaître certains aspects de la méprise qui a conduit à l'avortement du projet d'indépendance de ce pays.

  • « Indépendance économique et révolution » est un manifeste d'un jeune économiste et essayiste congolais sur les problèmes posés par le développement du Tiers-Monde en général et plus précisément du Congo. Cette étude se caractérise par sa lucidité et son courage qui se manifestent notamment dans ses constats de carence prononcés aussi bien à l'encontre des pays industrialisés qu'envers les pays en voie de développement trop souvent mal engagés dans ce que l'auteur appelle la troisième guerre mondiale : une guerre livrée avec des armes économiques et dont l'enjeu sont la paix et la survie de l'humanité entière. Dans son analyse du chemin parcouru jusqu'ici, J.-D. Bongoma fustige d'une part les pays nantis, inconscients du danger que l'iniquité existante fait courir au monde et la naïveté dont ils font preuve en s'imaginant que leur sauvegarde dépend de la course aux armements. Leur sort, en effet, pourrait être celui de l'empire romain submergé par les invasions de peuples impatients de « bien-être ». Il en résulterait le même chaos. L'auteur n'épargne pas davantage les pays concernés par des aides rarement désintéressées, mais trop souvent gaspillées en dépenses improductives. L'accent est mis sur l'urgence d'une action concertée et réaliste, évitant les méandres et illusions d'une logomachie tant politique que pseudo-scientifique et la recherche à tout prix d'un système original au détriment du réalisme, sur l'accession de l'ensemble des masses déshéritées à une maturité psychologique et politique en prenant conscience de la nécessité de déterminer elles-mêmes leur propre destin.

  • Entre les dépenses militaires et l'aide au développement il existe un énorme contraste.
    En 1978 selon l'agence américaine pour le contrôle des armements et le désarmement les dépenses militaires auraient atteint le chiffre de 480 milliards de dollars. Mais l'aide publique au développement des pays du comité d'aide au développement de l'OCDE ne s'élevait en 1979 qu'à 22,3 milliards de dollars.
    Quelles que soient les nuances et les réserves avec lesquelles il faut accueillir ces chiffres, en particulier ceux concernant les dépenses militaires, il est difficile dans un monde où sévissent la faim et la misère de ne pas considérer que ce contraste est dramatique et tragique et de ne pas souhaiter un transfert, le désarmement pour le développement.

  • This book discusses the operation of electrical distribution systems, presenting contemporary concepts and applications with a focus on integration for smart operation and grids. The authors address the main concepts and techniques of active management of smart electrical distribution system operation, including state estimation, self healing, volt-var control, protection systems, operations planning, and commercial and emergency dispatch. From each topic, an overview of concepts are given together with examples related to the management of these systems, thus providing a valuable resource for the design, implementation and management of efficient and truly sustainable smart systems.

  • This book provides a comprehensive overview of the main nuclear characterization techniques used to study hydrogen absorption and desorption in materials. The various techniques (neutron scattering, nuclear magnetic resonance, ion-beams, positron annihilation spectroscopy) are explained in detail, and a variety of examples of recent research projects are given to show the unique advantage of these techniques to study hydrogen in materials. Most of these nuclear techniques require very specialized instrumentation, and there are only a handful of these instruments available worldwide. Therefore, the aim of this book is to reach out to a readership with a very diverse background in the physical sciences and engineering and a broad range of hydrogen-related research interests. The same technique can be used by researchers interested in the improvement of the performance of hydrogen storage materials and by those focused on hydrogen ingress causing embrittlement of metals. The emphasis of this book is to provide tutorial material on how to use nuclear characterization techniques for the investigation of hydrogen in materials - information that cannot readily be found in conference and regular research papers.Provides a comprehensive overview of nuclear techniques used for hydrogen-related researchExplains all nuclear techniques in detail for the non-expertCovers the whole range of hydrogen-related researchFeatures chapters written by world-renowned experts in nuclear technique and hydrogen-related research   

  • This book contains a collection of instructional course lectures given during the 15th ESSKA (European Society of Sports Traumatology, Knee Surgery and Arthroscopy) Congress, held in Geneva during May 2012. The lectures cover a wide range of hot topics in the field, including diverse injuries and management techniques. Each lecture has a practical focus and provides an up-to-date synthesis of core knowledge on the subject in question with the aid of high-quality illustrations. Take home messages and key recommendations are highlighted. This book will be of value to practitioners and researchers alike.

  • Everything you ever wanted to know about the electric car

    o Electric driving: is it really greener?
    o Driving and staying Zen: a guide to charging stations
    o Are electric cars really more expensive?
    o Can you use electric cars in the winter?

    Top experts share their perspectives

    o 18 models premiered
    o Dream electric cars
    o The top 10 of the Green Vehicle Hall of Shame

  • Depuis l'implantation des premiers vergers d'argousiers au Québec vers la fin des années 1990, cet arbuste pique notre curiosité en raison de ses fruits et de son port ornemental. Cet ouvrage arrive à point pour faire connaître cette culture et en présenter les différents éléments, depuis le choix du site et des cultivars jusqu'à la récolte et la mise en marché, en passant par la préparation du sol, la plantation, l'entretien et la protection contre les maladies et les insectes.

  • Le 1er janvier 1999, l'Europe vivra, avec la création de l'euro, un événement unique. Pour la première fois dans l'histoire économique contemporaine, onze pays sur les quinze que compte l'Union européenne auront renoncé volontairement à leur monnaie nationale pour adopter une monnaie unique et unir leur destin monétaire. Une formidable aventure dans laquelle se sont engagés près de 300 millions d'Européens. Avec le double espoir de faire de l'euro l'instrument d'une meilleure intégration européenne et un facteur de rééquilibrage du système monétaire international susceptible, à terme, d'atténuer l'actuelle suprématie du dollar américain. La parole est maintenant aux acteurs de la vie économique : financiers, industriels, consommateurs, épargnants, investisseurs. Désormais, c'est au monde des affaires que revient le devoir de se réapproprier l'euro, d'expliquer les avantages - ou les inconvénients - qu'il pense retirer d'une Europe monétairement unie et de l'accroissement de la concurrence qui va nécessairement en résulter. C'est à cet exercice que se sont livrés, dans le présent ouvrage, les présidents-directeurs généraux de quelques-uns des principaux groupes français, représentatifs de l'industrie, de la finance et des services. Chefs d'entreprise, ils s'expriment sur le nouveau paysage résultant de la création d'Euroland. Citoyens du monde, ils évoquent l'avenir politique de l'Europe, bientôt élargie aux pays de l'Est, et le rôle dévolu désormais à la Nation comme à la région.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le guide d'élevage « Les grands gibiers domestiques » se compose de 21 feuillets techniques distincts traitant de l'élevage du cerf rouge, du wapiti, du bison et du sanglier. Outre le démarrage d'une entreprise, l'amélioration génétique, la médecine préventive, la viande et la commercialisation, ce guide d'élevage sur les grands gibiers s'intéresse à la gestion de la reproduction, aux principales maladies, à l'alimentation et aux installations d'élevage de chaque espèce. Ces feuillets sont aussi offerts à l'unité ou en collections (cerf rouge, wapiti, bison, sanglier).

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Séchéké, juillet 1899. (La première page manque)Nos lettres, la semaine passée, ont été arrêtées par négligence une huitaine à Kazoungoula. Elles étaient arrivées avant le départ des messagers de la poste hebdomadaire qui retournaient à Boulawayo. Mais M. Coryndon a oublié de les leur remettre. Pour un fonctionnaire de la Rhodésia, receveur des postes, cette négligence est assez singulière.Nouvelle visite au jardin de Jalla dans l'île, en face de la station.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty