• Le journaliste Éric Dupin, auteur du succès de librairie Voyages en France (Seuil) a recueilli de nombreux témoignages des acteurs d'un mouvement social invisible. En effet, loin des start up et des vendeurs compulsifs, d'une manière plus ou moins radicale, nombreux sont ceux qui se sont détachés du modèle productiviste et consumériste qui nous étouffe. Cette minorité agissante expérimente, innove, invente, guidée par un idéal lesté de pragmatisme. Une enquête vivante et passionnante. Bien plus de Français qu'on ne l'imagine vivent déjà selon une échelle des valeurs différente de celle qu'impose la société actuelle. Plus ou moins radicalement, ils se sont détachés du modèle productiviste et consumériste et expérimentent dans des domaines fort divers. Certains, souvent en rupture franche avec la société, vivent dans des yourtes ou dans des " habitats légers ". D'autres sont des " alterentrepreneurs " qui se fraient un chemin exigeant dans l'économie de marché. Et le champ des expérimentations est vaste : agriculture paysanne et circuits de proximité, écovillages et habitats partagés, renouveau coopératif et solidarité inventive, éducation populaire et écoles alternatives. C'est cette richesse et cette diversité que révèle ce livre, fruit d'une vaste enquête conduite pendant près de deux ans dans une dizaine de régions. L'auteur a recueilli de très nombreux témoignages des acteurs de ce mouvement social invisible, souvent surprenants, toujours passionnants. L'ouvrage s'interroge enfin sur le sens de ce fourmillement d'initiatives. Le changement social peut-il naître de l'essaimage d'alternatives locales ? Et, au-delà de la convergence vers des valeurs écologiques et sociales qui caractérisent cette mouvance, comment définir la postmodernité à laquelle de plus en plus de gens aspirent ?

  • L'obsession de l'identité taraude une France bousculée par la crise et la mondialisation, sur fond d'immigration mal intégrée. À travers plusieurs rencontres significatives de cette veine identitaire plutôt disparate, le livre explore cet univers où l'on craint pour la survie d'un peuple français, blanc et chrétien. L'obsession de l'identité taraude une France bousculée par la crise et la mondialisation sur fond d'immigration mal intégrée. C'est ainsi que se développe une mouvance identitaire de plus en plus influente dans le monde politique et intellectuel. Dans cet univers où l'on craint pour la survie d'un peuple français blanc et chrétien, on croise les jeunes militants de l'extrême droite identitaire mais aussi l'écrivain Renaud Camus, l'inventeur du " grand remplacement ", ou encore Pierre Sautarel, l'animateur du site très fréquenté " desouche ". Éric Dupin montre comment ce courant d'idées et de militants pénètre le Front national, même si ses thèses y sont discutées. Il interroge les intellectuels qui s'inscrivent, chacun à sa manière, dans la veine identitaire comme Alain de Benoist ou Alain Finkielkraut. Il examine comment cette question percute l'ensemble du champ politique, avec le témoignage de personnalités aussi diverses que Marion Maréchal-Le Pen ou Jean-Pierre Chevènement. L'auteur s'interroge enfin sur la profonde mutation du peuple français et sur la crise du " vivre ensemble " qui imposent une redéfinition des valeurs républicaines. C'est l'un des grands défis pour une gauche désemparée par la question de l'identité et profondément divisée sur les réponses à y apporter. Une réflexion d'autant plus indispensable que la pulsion identitaire, avivée par le terrorisme islamiste, travaille l'ensemble des sociétés européennes.

  • La campagne présidentielle à contrechamp Comment l'habile François Hollande a-t-il gagné ? Quelle est la vraie signification de sa victoire au-delà du rejet qui a frappé le président sortant ? À quelles préoccupations et à quelles attentes a-t-il répondu

  • Journaliste politique, l'auteur a décortiqué la première année du gouvernement Jospin et montre que c'est surtout de François Mitterrand qu'il s'inspire : rassembler les gauches, respecter les symboles, contrôler et limiter la dynamique néolibérale, jouer les divisions de la droite... Un essai qui va à contre-courant de certaines idées reçues.

  • Qui croit encore à ce qu'il fait ? Nous vivons dans une société d'acteurs désabusés. L'effondrement des idéologies et des croyances laisse libre cours au jeu des petits calculs et des grands intérêts. Le cynique moderne se situe en apparence aux antipodes de son ancêtre de l'Antiquité. Mais, se prenant pour un Dieu et vivant comme une bête, il partage avec Diogène le mépris du genre humain. Or cette maladie de la morale sociale se révèle contagieuse. Le cynisme des puissants exerce des effets en cascade sur l'ensemble de la société. Instrumentaliser autrui sans scrupules, tout ramener à soi, profiter de la confusion des genres, abuser du pouvoir de l'argent, professer que toutes les vérités se valent : nos cyniques ont plus d'un tour dans leur sac pour se frayer un chemin dans un monde réduit à une jungle. Cet essai démonte quelques-uns de ces stratagèmes maîtrisés par d'importants personnages. De Thierry Ardisson à Nicolas Sarkozy, en passant par Jean-Marie Messier ou Bernard-Henri Lévy, les cyniques tiennent le haut du pavé dans nombre de sphères. Le moralisme ostentatoire du discours public masque mal ce règne généralisé de la ruse et cette primauté des rapports de forces. Promoteurs d'un état de défiance généralisée, les cyniques nous préparent une société de chiens.
    Éric Dupin est journaliste. Ancien éditorialiste à Libération, il a collaboré à de nombreux titres de la presse française. Auteur de plusieurs essais, il enseigne l'analyse des médias à l'Institut d'études politiques de Paris et publie un blog (http://ericdupin.blogs.com).

empty