• Le 13 novembre 2015, des terrasses et restaurants de Paris, la salle de concert du Bataclan et le Stade de France étaient pris pour cibles par trois commandos kamikazes. Ces tueries de masse ont fait 130 morts et des centaines de blessés.Le procès historique qui s'ouvre à Paris le 8 septembre 2021 devra répondre aux questions que se pose toujours la France entière. Qui a commandité, organisé et exécuté ces attentats sans précédents ? Comment des doctrinaires islamistes sont-ils parvenus à enrôler des petits délinquants tout à coup prêts à sacrifier leur vie ? Mais aussi pourquoi nos services de renseignements n'ont-ils pas réussi à déjouer ces projets criminels, alors que la quasi-totalité des auteurs étaient fichés et connus de la justice ? Pourquoi nos forces d'élite ont-elles mis plus de deux heures pour neutraliser le commando du Bataclan ? Et si demain un autre attentat d'envergure se reproduisait, serions-nous mieux équipés pour y faire face ?
    Georges Fenech, ancien juge d'instruction, a présidé la commission d'enquête parlementaire consacrée aux attentats du 13 novembre 2015. Il a déjà publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Gare aux gourous, aux éditions du Rocher.

  • Depuis l'avènement du New Age dans les années soixante et l'engouement pour le développement personnel, des charlatans ont pris possession de notre santé et de notre bien-être.De nos jours, quatre français sur dix et 60 % des malades du cancer ont recours aux médecines dites complémentaires, douces ou alternatives. Du jeûne hydrique au respirianisme, en passant par la macrobiotique, la naturopathie, la kinésiologie, l'anthroposophie, le reïki, la dianétique, l'Access bars ou encore la méditation curative, les offres se multiplient à profusion.À partir de témoignages et de documents inédits, Georges Fenech lève le voile sur les dangers de certaines pratiques.Il dénonce sans langue de bois l'infiltration des communautés pseudo-thérapeutiques à tous les niveaux de la société : écoles, universités, entreprises, églises, ministères et réseaux sociaux.Ce cri d'alarme est lancé avant que le piège ne se referme définitivement sur notre bien le plus précieux, la santé.
    Georges Fenech, député honoraire, ancien juge d'instruction, a présidé la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES). Il est aujourd'hui membre du cabinet d'avocats 28 octobre et consultant sur CNEWS.

  • Dans les coulisses de "l'affaire Fillon"...Les réunions secrètes, les tractations, les négociations entre "amis", mais aussi le courage de certains élus, leur droiture et leur sens des responsabilités.
    Dans ce livre en forme de journal intime écrit au fil des jours, Georges Fenech nous raconte l'affaire Fillon mais vue de l'intérieur, au plus près des événements et des hommes. Des réactions extrêmement violentes qu'a déclenché la prise de position de ceux qui demandaient le retrait du candidat à la suite du "Pénélopegate", en passant par les menaces reçues, jusqu'aux réunions publiques et secrètes ayant eu lieu en marge des affres judiciaires de l'ancien Premier ministre, l'auteur, sans mâcher ses mots, dévoile au lecteur les " riches " heures de la campagne Fillon. Fondant sa démarche sur l'honnêteté et le devoir d'exemplarité des élus, ne réclamant ni poste ni médaille, il a décidé de livrer sa version des faits, sans fard, et de prendre date avec l'histoire politique française. Un document choc, intime, plein de révélations mais aussi une réflexion sur la nécessaire réforme de la vie publique et le changement de paradigme auquel n'échapperont pas les élus de tous les partis politiques. La chronique d'une défaite annoncée en quelque sorte...

  • Au nom du peuple Français. " Madame la ministre, n'entendez-vous pas le peuple de France qui gronde contre votre laxisme inspiré de la culture de l'excuse, contre vos amis du Syndicat de la magistrature qui épinglent, sans condamnation de votre part, la photo des pères de jeunes filles assassinées sur un " mur des cons ", contre cette spirale de la violence, source de dislocation de la paix sociale ? Le peuple vous conjure de renoncer de toute urgence au dépérissement de la justice répressive, et de ne pas passer les victimes innocentes par pertes et profits... "
    Georges Fenech, ancien magistrat, interpelle d'emblée Christiane Taubira, sur un ton direct et combatif. Mais la fermeté de ses propos est dictée par la gravité de la situation : la réforme de la politique pénale voulue par la garde des Sceaux menace la justice et la sécurité des Français nous dit-il. En appuyant sa démonstration sur des faits concrets et sur les chiffres les plus récents de la délinquance, Georges Fenech démonte un à un les rouages d'une politique de l'excuse dangereuse, et de la réforme pénale voulue par une ministre de la Justice préférant l'incantation au réalisme, et l'utopie à la fermeté.

  • .Les sectes ont annoncé l'apocalypse pour le 21 décembre 2012. Pour preuve, elles utilisent le calendrier Hotzkin des Mayas. Voilà leur dernier filon pour faire de nouvelles recrues et engranger des bénéfices. Et ça marche, surtout à l'heure d'internet !L'enquête internationale réalisée par le plus grand spécialiste de la lutte antisectes en France révèle l'ampleur inégalée du phénomène « 2012 ». Ses conclusions ne peuvent que nous inciter à la plus extrême vigilance. Qui ne se souvient, en effet, des « tueries-suicides » des sectes apocalyptiques du Temple du Peuple en 1978 en Guyana (923 morts) des Davidiens en 1993 à Waco (Texas - 82 morts) ou de l'ordre du Temple Solaire en 1994-1995 (74 morts) ? Autre constat alarmant : les mystificateurs, messies autoproclamés, guérisseurs ou prétendus humanitaires, enregistrent des avancées à chaque fois que notre monde est violemment secoué par toutes ces crises financières, climatiques, religieuses ou morales... Dans les cas les plus extrêmes, le fondamentalisme religieux à visage sectaire profitant du désarroi de jeunes individus en perte de repères arme leur bras pour, au nom de Dieu, faire des victimes innocentes.Enfin, fortes de soutiens occultes ou affichés, les sectes infiltrent les institutions, noyautent les lieux de pouvoirs, dénigrent sur la scène internationale la politique volontariste menée par la France contre l'obscurantisme. Certaines d'entre elles s'activent en coulisses pour mettre en oeuvre la « propagande noire » contre tous ceux, à l'instar de l'auteur, qui s'aviseraient de se dresser sur leur route.

  • Guy Georges, Francis Heaulme, Emile Louis, Fourniret, Alègre... Souvent, les tueurs en série ont échappé à la police pendant des années avant d'être jugés et condamné à perpétuité. Le récit de leur parcours criminel permet souvent de comprendre comment ces prédateurs ont réussi à déjouer un système judiciaire défaillant.En janvier 2009, l'Assemblée a approuvé le projet de loi créant des centres fermés où pourront être enfermés des criminels dangereux à leur sortie de prison. Rapporteur de cette loi sur la rétention de sûreté, Georges Fenech décrit les nouveaux dispositifs aujourd'hui en vigueur pour identifier plus précocement ces psychopathes, mieux évaluer leur capacité de nuire et tout mettre en oeuvre pour les empêcher de récidiver. Il formule également de nouvelles propositions à l'égard des malades mentaux dangereux.

  • Alors que les affaires continuent, que craque le système, voici, sur deux décennies, l'histoire secrète des années noires de la justice ; le récit, vu de l'intérieur, de sa politisation, de son inféodation, de sa destruction. Ce livre raconte comment une nouvelle nomenklatura s'est emparée, dès 1981, de tous les postes, en pratiquant l'épuration idéologique ; comment, dans le sillage de l'argent sale, l'Urba-Justice a donné lieu au coup d'éponge permanent ; comment dans le tourbillon des mises en examen - maires, députés ou même ministres - le juge est devenu à droite comme à gauche un homme à abattre. Mais il questionne aussi le mystère qui a recouvert tant de morts violentes autour de François Mitterrand - Pelat, Bérégovoy, Grossouvre ; les dessous de la lutte antiterroriste ; les relations parfois dangereuses, toujours subtiles entre les élus, les médias et la magistrature. Il dénonce enfin les vrais enjeux des fausses réformes, la volonté obstinée, presque unanime, de retirer aux juges toute légitimité, de les abandonner à l'utopie du tout-social au sein de palais lézardés. Des coulisses de la place Vendôme aux QG des partis, des prétoires aux salles de rédaction, alternant les portraits des gardes des Sceaux, des politiques, des magistrats célèbres comme anonymes, ce constat implacable constitue le plus vibrant des réquisitoires pour une libre justice.

  • S'appuyant sur des affaires récentes (Outreau, Alègre-Baudis, Outreau, Grégory?), Georges Fenech s'interroge sur les relations troubles entretenues par la justice et les médias, et fustige la collusion entre ces deux pouvoirs dont l'indépendance est censée assurer la transparence. Mieux : il démontre comment, au mépris de la vie privée et de la présomption d'innocence, ces rapports incestueux mettent en péril l'indépendance de la presse comme de la justice. Georges Fenech analyse la part de responsabilité de ces instances qui peuvent se transformer en une machine à broyer les individus. Il mène également une réflexion sur les causes de leurs dérives (exigence toujours croissante de productivité, pression de la concurrence, etc.) La justice doit-elle être dictée par les autorités politiques ou est-elle l'expression de la société jusque dans ses réalités les plus sombres ? Georges Fenech compare le droit français aux droits étrangers, et décrit l'exercice de la justice telle qu'elle est réellement pratiquée et telle qu'elle devrait l être. Il formule enfin dix propositions pour protéger les citoyens des abus de pouvoir, rendre la justice plus transparente et, du même coup, les médias plus libres.

  • Lyon, le 8 décembre. Le juge Renan Le Goff est saisi d'une enquête sur la mort d'un adepte des survivalistes. Il s'attaque à la plus puissante secte au monde, et peut-être aurait-il dû faire comme d'autres, ne pas s'en approcher. Mais ce quadra solitaire, entêté, un brin macho, est aussi pétri d'idéal de justice et va enquêter au mépris du danger. 
    Le juge Le Goff n'a pas la moindre idée de ce qu'il déclenche : infiltrés dans toutes les strates de la société française, même au plus haut niveau du pouvoir, les survivalistes lancent contre lui la propagande noire. 
    Attaqué dans son intégrité, épié jusque dans le palais de justice, atteint dans sa vie privée, Renan Le Goff va mener un combat dantesque. Seul, ou presque, face à cette force occulte qui a déjà commencé à ronger la charpente de notre société.
    Les liens occultes entre une secte et les pouvoirs qui nous gouvernent.
    Un thriller judiciaire glaçant
    Une intrigue intense, bâtie sur des années de lutte contre les sectes : seuls Georges Fenech, magistrat et député, ancien président de la Miviludes, Mission de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, et Alexandre Malafaye, écrivain qui aime lire entre les lignes de l'Histoire, pourraient démêler le vrai du faux dans cette formidable première enquête du juge Renan Le Goff.

empty