• Au pays, il est le mal blanchi. Ici, il est le moricaud. Petit mulâtre aux yeux verts, André est fraîchement débarqué en France. Il y découvre le jazz moderne dont les rythmes réveillent en lui le souvenir des rives du Congo. Malgré ses efforts, il ne parvient pas à honorer la promesse faite à sa mère : approcher le docteur Leclerc, un ancien colon épris de l'Afrique auquel il ressemble étrangement...
    Romancier congolais né en 1937, Henri Lopes a été Premier ministre dans son pays de 1973 à 1975. Le Grand Prix de la francophonie de l'Académie française lui a été décerné en 1993.
    " Un français très classique et en même temps profondément africain. "
    Paris Match

  • Huit ans après l'indépendance du Congo, le gouvernement demande à ses cadres de justifier leur filiation, de prouver qu'ils sont bien congolais. Henri Lopes a trente ans. C'est une déflagration. Il n'a jamais oublié cette blessure et l'indignation ressenties. Comment prouver ce que l'on est  ? Quelles identités multiples et changeantes composent notre être  ? Henri Lopes plonge dans l'histoire de ses parents. Ils étaient tous les deux métis, nés d'une mère «  indigène  » et d'un colon, «  nègres de préférence  » un jour, «  blancs de préférence  » un autre. Henri Lopes a hérité de leurs histoires. Il a grandi au bord du fleuve Congo et du fleuve Oubangui avant de découvrir la Loire puis la Seine. Il est rentré au Congo, est reparti, a voyagé, écrit, s'est engagé. Toute sa vie a été placée sous le signe de l'errance et du métissage.
    Ce récit superbe, bouleversant, nous livre aussi le portrait d'un continent qui n'est dans aucun guide  : une Afrique intérieure.

  • 'À la une, la photo d'une foule en liesse... En bas, dans le coin gauche, quelqu'un lève deux doigts. C'est Pélagie. À sa gauche, c'est moi, Kimia... C'était le 15 août 1960. La nuit de notre Indépendance... Pour Pélagie et moi, il s'agissait plus d'une occasion de réjouissance que d'une date historique.' Suit le récit d'une amitié liant deux jeunes femmes que l'évolution de leurs pays va séparer un temps. Amitié profonde, complexe, sillonnée de rivalités, de jalousie et, surtout, mue par une indéfectible solidarité au coeur d'un monde divisé.
    Entre Pélagie et Kimia, un Moundélé, comme on appelle les Blancs, là-bas! Mais ne serait-il pas, lui aussi, un enfant de Poto-Poto?... Doublant l'intrigue amoureuse, une plongée dans les consciences de trois êtres dont les identités se forgent à la fusion des boues et des glaises des sols d'Afrique et d'ailleurs. À contre-courant des clichés, l'auteur, à l'écriture dépouillée, rapide, cinématographique, nous offre trois palpitants destins en perpétuels dialogues.
    De l'Europe aux États-Unis, ce trio fiévreux de passion et d'intelligence reste uni par une aspiration commune, le désir de s'assumer et de se dépasser, que traversent les parfums et les saveurs du Congo dans les rythmes des rumbas du pays bantou.

  • Sur l'autre rive

    Henri Lopes

    " Jour après jour, s'insinuant en moi à pas de loup, la mer a accompli sa tâche. Elle m'a envahie, a noyé tous les paysages de la mémoire, et les bougies de l'enfance se sont éteintes. Mais on a beau laver son corps, le savonner et le parfumer, l'odeur de la peau finit toujours par remonter. Ils ont retrouvé ma piste la nuit dernière. "
    Dans une île des Caraïbes, vit Marie-Eve, une femme apparemment comblée. A la veille d'un vernissage qui va assurer sa consécration, elle rencontre un couple étrange, qu'elle a peur de reconnaître.
    Commence alors un long voyage intérieur qui nous conduit au Gabon, puis sur les rives du Congo. Au centre du roman une histoire d'amour dans une Afrique ensoleillée, qui danse et chante ; une Afrique qui veut demeurer attachée à d'anciennes croyances et, dans le même mouvement, s'interroge sur sa place dans ce siècle de vitesse. La narratrice nous fait découvrir une société sur laquelle elle pose un regard affectueux, souvent ironique, toujours lucide. Au-delà d'un pays, c'est une plongée dans la profondeur d'un être décidé à aller jusqu'au bout d'elle-même. Il lui faudra franchir le fleuve, changer de paysage, aborder l'autre rive.
    Henri Lopes, congolais (Brazzaville), est né en 1937. il a débuté par un recueil de nouvelles, Tribaliques (Grand Prix de la littérature d'Afrique noire, 1972). Le Pleurer-Rire (1982) est considéré comme un classique de la littérature africaine. Aux Editions du Seuil, il a déjà publié Le Chercheur d'Afriques (prix Jules-Verne, 1990). Sur l'autre rive est son cinquième roman.

  • Qui est ce mystérieux Méridional, établi dans l'île de Noirmoutier ? Pourquoi se dérobe-t-il au narrateur ? Pourquoi celui-ci le poursuit-il à la Maison d'arrêt de La Roche-sur-Yon ? Pourquoi, et par quel biais, de cette intrigue plantée au coeur du pays vendéen surgit lentement, de manière lancinante, au point d'envahir le décor, l'Afrique contemporaine ? Plus précisément le Congo, des années soixante, confronté aux questions qui se posent à un jeune pays indépendant, proie facile d'idéologies séduisantes, généreuses, aveuglantes, sans prise sur la société.

    Dans ce roman, l'auteur campe des personnages habités par une question qui irrigue toute l'oeuvre d'Henri Lopes, le métissage. Qu'est-ce qu'être métis ? Serions-nous tous des métis ? Une autre question surgit de ce roman : Est-il possible de disparaître à l'autre bout de la planète en effaçant hier, sans qu'un oeil indiscret, inattendu, braque sur vous sa pupille, vous perce à jour ? Des pages poignantes. Une écriture métisse.

  • Dossier classé

    Henri Lopes

    "La République du Mossika ne figure sur aucun Atlas. Ce pays existe pourtant. Je l'ai visité il y a quelques années ; il appartient à mon Afrique intérieure." Lazare Mayélé a la quarantaine accomplie et apaisée, lorsque la revue américaine pour laquelle il travaille l'envoie en reportage dans ce pays qu'il a dû fuir à l'âge de six ans. Un autre mobile pousse le narrateur à ce retour : quelques années après l'Indépendance, son père a été assassiné dans des circonstances jamais élucidées. A sa descente d'avion, c'est la peur qui accueille Lazare Mayélé. La nuit africaine est noire comme un cachot et il y a perdu tous les repaires de son enfance.
    Haletant comme une enquête policière, Dossier classé est l'histoire des retrouvailles impossibles entre un homme et son histoire.

  • Ouvrage des éditions Clé en coédition avec NENA
    Un enseignant patriote, Gatsé affecté à l'intérieur du pays, écrit à son ami haut fonctionnaire et membre éminent du parti dans la capitale, pour lui expliquer les raisons qui le poussent à refuser le poste de Conseiller Culturel à l'étranger que lui propose le Gouvernement.

  • Ouvrage des éditions Clé en coédition avec NENA
    Dans ce premier roman, Henri Lopes fait vivre devant nos yeux N'Kamba dit « Delarumba », champion de football dans son pays, et Wali, sa femme. Ils vivent la vie de beaucoup de couples africains, avec une grande liberté pour l'homme et un rôle plutôt secondaire, fait de soumission, pour la femme. Si Delarumba peut « progresser » socialement - il devient diplomate grâce à ses relations tribales - sans que cela change quoi que ce soit à son attitude envers le monde et à ses relations avec sa femme et les femmes en général - il n'en va pas de même pour Wali, sa femme. Elle évolue, et rapidement. Trop rapidement ? Sa désillusion après le mariage, sa rencontre avec l'Europe - pourtant berceau du colonialisme - et avec les Blancs, avec la politique aussi, la font réfléchir profondément et progresser plus vite - et plus loin - que son mari. Alors, elle refuse le simple rôle de bonne-à-tout-faire et de reproductrice dans lequel semble l'enfermer son mari (et la conception traditionnelle ?). Et c'est la rupture. Est-ce la fin inéluctable de « l'émancipation de la femme » ? L'auteur ne se prononce pas. Il ne se prononce même pas sur la valeur de cette évolution particulière de Wali où sans doute beaucoup d'arguments sont plus « appris » que réellement intégrés. Son histoire est ouverte. Elle pose une question. Une chose seulement semble sûre : l'évolution de la femme, son émancipation, ou plus simplement une meilleure relation dans le couple, ne sont possibles - en Afrique comme ailleurs - que si l'homme évolue. Il n'est donc pas étonnant d'apprendre que la première ébauche de ce roman portait le titre plus dur de « Les charognards ». Maintenant, ici commence la nouvelle romance. Ici finit le roman de chevalerie. Ici, pour la première fois dans le monde, la place est faite au véritable amour. Celui qui n'est pas souillé par la hiérarchie de l'homme et de la femme, par la sordide histoire des robes et des baisers, par la domination d'argent de l'homme sur la femme ou de la femme sur l'homme. La femme des temps modernes est née, et c'est elle que je chante. Et c'est elle que je chanterai. - ARAGON (Les cloches de Bâle).
    Henri Lopes est né le 12 septembre 1937 à Kinshasa. Enseignant, il est professeur d'Histoire, il passe, après son retour au Congo-Brazzaville en 1965, rapidement de l'enseignement de l'histoire à l'Ecole Supérieure d'Afrique Centrale à la Direction générale de renseignement avant de devenir ministre de l'Education et, de 1973 à 1975, Premier Ministre. Les Editions CLE ont déjà publié de lui un recueil de nouvelles, TRIBALIQUES, qui obtint en 1972, le Grand Prix Littéraire de l'Afrique Noire.

  • Ce recueil, Tribaliques, que nous présentons en sixième édition a obtenu le Grand Prix Littéraire de l'Afrique Noire. Il contient huit nouvelles qui sont autant de portraits. Huit portraits qui dépeignent autant des individus que la société dans laquelle ils vivent. Huit histoires fortes, variées, bien écrites, qui, sans avoir l'air d'y toucher, abordent quelques problèmes essentiels de l'Afrique moderne et les passent au crible d'une critique toute de finesse et de discernement.

  • Née à Brazzaville au temps des colonies, Simone Fragonard connaît un destin fabuleux, jusqu'à devenir l'égérie des mouvements révolutionnaires et la plus grande chanteuse africaine. Autour d'elle est évoquée, sans autre souci que d'être vrai, toute l'histoire de l'Afrique contemporaine.

empty