• Explorateur d'océans Nouv.

    Jean-Louis Étienne revient sur son parcours d'explorateur des pôles et des océans. Un livre très personnel dans lequel il rappelle à quel point l'océan, l'autre poumon de la planète, est au coeur de l'avenir du climat de la Terre et des ressources pour l'humanité.
    Lorsqu'il voit la mer pour la première fois, Jean-Louis Étienne a 10 ans. Enfant, c'est la montagne qui hantait ses rêves de bravoure. Pourtant, quand il s'engage pour son service national c'est la Marine que le jeune médecin choisit. Puis, les rencontres et les embarquements s'enchaînent. Avec le père Jaouen sur le
    Bel Espoir, qui emmène en mer des jeunes en rupture avec la société et leur dispense sa leçon d'humanité " Démerdez-vous pour être heureux. " Avec Alain Colas, et à l'école du grand Éric Tabarly pour la course autour du monde, avant de lancer
    Antarctica et de mener ses propres expéditions. D'autres constructions suivront, comme la capsule
    Polar explorer, avec toujours la même ambition : inventer des expéditions à vocation scientifique et pédagogique.
    Aujourd'hui encore, l'explorateur regarde vers la mer. Bientôt il mettra à l'eau
    Polar Pod, une plateforme océanique qui dérivera dans l'océan Austral méconnu.
    Jean-Louis Étienne est bien le plus marin des terriens. La mer est son champ d'investigation, d'expérimentation et de liberté. En homme de terrain, il se fait passeur et nous amène à comprendre l'urgente nécessité de préserver ces océans qui nourrissent les hommes et régulent le climat de la Terre.

  • D'année en année, le grand ours blanc de l'Arctique voit la banquise se rétrécir, son territoire s'amenuiser... Son destin lui échappe. L'homme, quant à lui, a conscience d'un monde qui se dégrade mais pourtant il continue à vivre tête baissée sans rien changer.
    A travers quinze chroniques, Jean-Louis Etienne nous décrit le monde polaire, sa stupéfiante beauté, sa pureté, son rôle fondamental dans les équilibres climatiques, ses terribles métamorphoses. Avec passion, il nous raconte comment les savants auscultent les glaces, observent les migrations, analysent l'eau et l'air. Et comment les explorateurs et les habitants de ces contrées lointaines hésitent entre l'héroïsme et le fatalisme face à cette sournoise dégradation.
    Le monde polaire est une parabole de notre avenir. Dans son absolue blancheur, les stigmates de notre aveuglement se voient de façon encore plus éclatante.
    Médecin, explorateur, homme de science, écrivain, Jean-Louis Etienne tente ici de nous sensibiliser à la puissance et à la beauté de la Nature et de nous faire prendre conscience aussi de sa fragilité.

  • Jean-Louis Etienne a toujours aimé marcher. Davantage attiré par la vie au grand air que par l'école, le jeune garçon rêve de voyages et de neiges éternelles, et se passionne pour les récits d'explorateur. Ouvrier, rugbyman, chirurgien... son étonnant parcours enrichit son regard sur le monde. Bientôt, la voix de l'Aventure lui souffle des désirs de montagne et de mer...

  • L'explorateur, le médecin, l'aventurier des déserts blancs, célèbre la forêt dans un livre intime et rappelle combien il est essentiel pour l'homme de se rapprocher de la nature.
    Pôle Nord en solitaire, traversées du Groenland, de l'Antarctique en traîneau à chiens... Certes, Jean-Louis Étienne est l'homme des déserts blancs, mais ce voyageur au long cours, bricoleur et bâtisseur dans l'âme, est un amoureux de la forêt et du bois. Il a d'ailleurs installé son port d'attache dans une forêt de son Tarn natal, là où, tout jeune, il s'évadait, où il s'échappe encore pour retrouver la cabane qu'il y a construite.
    À l'instar du philosophe américain Henry-David Thoreau, l'un de ses inspirateurs, Jean-Louis Étienne est en quête d'alliances intimes avec la nature qu'il côtoie depuis son plus jeune âge. Elle est son champ d'observations, d'émotions, de découvertes, d'inspirations, son espace de liberté et d'apaisement.
    C'est ce qu'il nous raconte à partir d'anecdotes et de souvenirs d'enfance, mais c'est surtout le génie de l'arbre qui fascine l'auteur. Ces géants du règne végétal nous gratifient de leurs multiples potentiels : le gîte et le couvert de la biodiversité, les châteaux d'eau entre la terre et le ciel, pourvoyeurs d'oxygène et régulateurs du climat, ils sont les garants de la conservation des sols. Avec passion, et un don pour la pédagogie, l'auteur nourrit notre curiosité de questions inattendues. Pourquoi les racines plongent-elles vers le centre de la Terre ? Un arbre transpire-t-il ? Pourquoi les feuilles sont-elles vertes ? Qui est le véritable poumon de la Terre ? Il fait également état de recherches prometteuses en biomimétisme, comme la photosynthèse artificielle qui permettra de produire un " carburant solaire ", et expose des solutions pour demain, comme l'agroforesterie et la construction d'immeubles en bois pour séquestrer le carbone.
    Jean-Louis Étienne, homme de terrain et d'expériences, observateur attentif des équilibres minuscules et immenses qui régulent la marche du monde, nous dit avec conviction et réalisme qu'il existe un chemin pour une coévolution durable entre l'homme et la nature. Nous avons tous un rôle à jouer, à chacun de donner un sens à sa vie.

  • Inventer sa vie

    Jean-Louis Etienne

    Dans un abécédaire intime, Jean-Louis Étienne, célèbre pour ses expéditions en Arctique et en Antarctique, se livre comme il ne l'avait jamais fait, avec sincérité, profondeur et humour.
    Médecin, homme de terrain, conférencier, écrivain, passeur entre les différents champs d'investigation scientifiques, Jean-Louis Étienne est un explorateur singulier, un infatigable éveilleur de consciences au défi écologique que pose à l'humanité le réchauffement climatique.
    Dans cet abécédaire, à partir des " mots de sa vie ", Jean-Louis Étienne se raconte comme il ne l'avait jamais fait. L'enfance, la timidité et la dyslexie, l'appel irrésistible de la vie au grand dehors, les personnes qui l'inspirent, mais aussi les voitures, les souvenirs, les oiseaux, les enfants, les émotions, l'amitié, l'amour - et de nombreuses histoires inattendues. Sous diverses formes, il nous dévoile les grandes lignes de force de son existence, d'une persévérance et d'une humanité exceptionnelles. Ce veilleur écologique élabore ici une sagesse en route, celle du voyageur qui avance dans un pays où il n'existe pas de chemins tracés. Il cherche la voie, il trouve un passage, en marche vers son " pôle intérieur ".
    Avec beaucoup de modestie et de simplicité, Jean-Louis Étienne nous rappelle notre capacité à la liberté et à l'action. Une sagesse acquise pour soi mais exercée loyalement sur cette terre et envers les hommes.

  • Autonome, se débrouiller seul, se prendre en main, un mot qui sonne comme une indépendance, une fierté aussi. Autonome, pour se protéger des événements extérieurs, de ses propres contraintes, du poids des indécisions, de la torture de liens invisibles. Autonome pour consolider son territoire intérieur, construire une assise au plus près de ses forces, de ses désirs, pour élargir ses étendues de liberté, de maîtrise personnelle. Être soi, en quelque sorte. Il y a dans la recherche de l'autonomie la quête d'exigence, d'élégance envers soi-même, le chemin pour plus de disponibilité aux autres.Fort de son expérience humaine, professionnelle, scientifique et intérieure, Jean-Louis Étienne vous invite à découvrir vos ressources ignorées. Jeune ou moins jeune, homme ou femme, actif ou non, votre force est en vous, dans votre capacité à devenir autonome.

  • En 1986, Jean-Louis Étienne est le premier homme à atteindre le pôle Nord à pied, en solitaire, tirant lui-même son traîneau pendant 63 jours avec des températures qui ont atteint -52°C. En 1989-90, il traverse l'Antarctique en traîneau à chien : 6 300 km, sept mois d'expédition, la plus longue traversée de l'Antarctique jamais réalisée. Cet infatigable défenseur de la planète évoque ses extraordinaires périples, ses projets d'étude de l'Océan Austral avec Polar Pod et raconte comment les régions polaires jouent un rôle vital pour la terre et son climat.
    L'auteur : Jean-Louis Étienne, né en 1946 dans le Tarn, est médecin spécialiste de nutrition et de biologie du sport et explorateur. Il a publié de nombreux livres qui ont tous remporté un grand succès.

  • Dans mes pas

    Jean-Louis Etienne

    La biographie du dernier grand aventurier du XXe siècle.
    Pendant dix mois, il peut porter la djellaba, boire un cocktail d'eau saumâtre et de pisse de chameau, grignoter une poignée de dattes véreuses, abattre un lion pour rendre service...
    Et réintégrer, l'espace de quelques semaines, son costume de gentleman à melon et parapluie, capable de se tordre le nez au-dessus d'une tasse d'Earl Grey trop infusée.
    Wilfred Thesiger est un caméléon, à l'aise dans tous les mondes. Mais il ne faut pas s'y tromper : les paysages ne l'intéressent guère. Ce sont les hommes qui l'aiguillonnent. Fiers bédouins du désert, guerriers soudanais nus comme des vers, pasteurs abyssins en peaux de bêtes, imprévisibles nomades afghans, Arabes amphibies de Mésopotamie...
    C'est à eux qu'il a consacré sa vie, explorant les terres interdites de l'Afrique et de l'Asie, pour sauver de l'oubli le monde barbare et splendide des nomades qu'il admire tant.
    Inspirateur d'Hugo Pratt et de James Bond, Thesiger est le " dernier explorateur du XXe siècle ". Sa vie d'aventure, à la marge, libre et frondeuse, le rend admirable.
    Et admirer Thesiger, c'est déjà admirer le monde.

  • Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transformeEn reprenant la célèbre formule de Lavoisier, Jean-Louis Etienne veut nous sensibiliser sur le fait que la planète et l'homme ont aujourd'hui perdu leur entente mutuelle : « Nous sommes devenus de super consommateurs et de piètres décomposeurs qui se gavent à l'excès... » 
    Comment réintégrer le fonctionnement de l'écosystème Terre sans que la vie s'engage sous la tutelle d'une autorité décrétée insoutenable pour l'avenir de l'humanité ? Comment satisfaire les besoins croissants d'une démographie galopante tout en maintenant les équilibres écologiques indispensables ? A travers une vingtaine de textes inspirés par des rencontres ou par des réflexions - le nucléaire, la démographie, le krill, les microbes... - Jean-Louis Etienne nous explique comment l'homme et son génie doivent réinventer leur relation à la Terre. Un défi passionnant que l'on peut considérer comme l'équation du siècle.

  • La véritable histoire des virus comme on ne vous l'a jamais racontée ! Des virus, on connaît souvent le pire, voici qu'un livre nous en révèle toutes les facettes. Savez-vous par exemple que ce sont des virus qui ont permis à notre espèce humaine de fabriquer un placenta, ou que certains d'entre eux nous aident à nous défendre contre d'autres virus ? Deux avantages décisifs dans l'évolution. Alors, ennemis ou alliés ? Une chose est sûre, les virus sont bien plus anciens que l'humanité. Insolites, fascinants, incasables, ils excitent la curiosité des chercheurs. On en connaît des minuscules et des cinquante fois plus gros, certains parasitent leurs propres congénères, d'autres, comme le SARS-CoV-2, sautent la barrière d'espèce pour nous contaminer. D'ailleurs, comment les classer : sont-ils même des êtres vivants ? Et demain, que nous réservent-ils ?

  • Entrepreneurs, élus, agriculteurs, acteurs associatifs... Ils nous livrent leurs expériences.
    En marge des discours politiques, des citoyens audacieux s'engagent et entreprennent. Cinquante «bâtisseurs d'avenir» partagent dans ce livre leurs aventures. Qu'ils créent de l'emploi, redynamisent l'industrie, innovent dans l'éducation, le numérique ou la transition écologique... ils agissent et réussissent à force d'optimisme et de persévérance.
    Comment s'y sont-ils pris ? D'où viennent leurs idées et pourquoi se sont-ils engagés ? Quelles difficultés ont-ils rencontrées? Quels changements demandent-ils pour mieux vivre dans notre pays ?
    Cinquante réalisations concrètes qui donnent envie d'agir.
    La France des solutions est une initiative de Reporters d'Espoirs. Identifier des "acteurs de solutions" en France et dans le monde ; s'associer aux médias pour en diffuser la connaissance auprès de plusieurs millions de Français chaque année : tel est le rôle de l'association. Son objectif : faire que l'information donne envie d'agir.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Fait à la Société royale et centrale d'agriculture, et Médaille d'or, à l'effigie d'Olivier de Serres, décernée à M. MULLOT, ingénieur civil et mécanicien, à Épinay-Saint-Denis (Seine) ; pour le percement des puisards, puits perdus ou boit-tout artificiels faits à l'aide de la sonde, à Villetanneuse et à Bondy. - M. le vicomte HÉRICART DE THURY, rapporteur.
    MESSIEURS,
    J'ai souvent eu l'honneur de vous entretenir du succès des puits forés, au moyen desquels on obtient, de toutes profondeurs, des eaux jaillissantes pures et limpides.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Messieurs, les avantages que l'agriculture et les arts industriels retirent des puits forés sont aujourd'hui trop bien connus et trop généralement appréciés pour que je vous en retrace ici le tableau ; mais ce que je ne puis ni ne dois passer sous silence, ce sont les nouvelles applications qu'a reçues cette branche d'industrie, qui a fait tant de progrès les années dernières.Ainsi, M. le baron de Cressac, ingénieur en chef des mines, nous a fait connaître un fait important qui mérite de fixer votre attention.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • LE plus stupide des hommes suffit pour conduire le plus spirituel des animaux ; il le commande et le fait servir à ses usages, et c'est moins par force et par adresse que par supériorité de nature, et parce qu'il a un projet raisonné, un ordre d'actions et une suite de moyens par lesquels il contraint l'animal à lui obéir ; car nous ne voyons pas que les animaux qui sont plus forts et plus adroits commandent aux autres et les fassent servir à leur usage : les plus forts mangent les plus faibles, mais cette action ne suppose qu'un besoin, un appétit, qualités fort différentes de celle qui peut produire une suite d'actions dirigées vers le même but.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le départ. - La traversée. - Malte. - Débarquement à Alexandrie. - Marche sur le Caire. - Bataille de Chebreiss. - Bataille des Pyramides. - Entrée au Caire.Après avoir passé près de onze mois à Giessen, je reçus à la fin de pluviôse (février 1798) l'ordre de me rendre à poste fixe à Mayence. Dans le même temps, il me vint du ministère, l'avis que je devais être employé dans l'armée d'Angleterre et que sous peu, je recevrais des ordres précis sur ma destination.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • QUELLE que soit l'origine de l'eau produite par un puits foré, soit que cette eau provienne d'une nappe souterraine, soit qu'elle résulte d'un effluve ou courant souterrain, on peut en chercher l'explication dans la théorie des jets d'eau ou dans celle des siphons.En effet, les sources jaillissantes naturelles ayant lieu toutes les fois qu'il existe un bassin supérieur d'où l'eau peut s'écouler par des conduits naturels, on voit 1°, qu'un puits foré à l'aide de la sonde des fonteniers n'est réellement qu'une issue artificielle, ne différant de ces conduits naturels que par la régularité de ses parois et de sa direction, qui doivent faciliter le jaillissement des eaux ;2°.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Ce numéro des Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique témoigne de la grande variété de formes que prend la créativité musicale. Paul Bazin signe un texte sur la « cantate radiophonique » Psaume pour abri de Pierre Mercure appuyée sur des poèmes de Fernand Ouellette et constituant une prise de position claire devant la menace nucléaire. Anthony Grégoire examine, lui, la divergence entre la résultante sonore des performances d'une chorale chrétienne sénégalaise et les partitions utilisées, témoignant ainsi d'une profonde appropriation du répertoire. L'appropriation musicale est aussi au coeur du texte d'Étienne Kippelen, portant sur les différentes fonctions et connotations de la citation en musique contemporaine chez Karlheinz Stockhausen, Alfred Schnittke et Régis Campo. Carolyn Sumner se penche, elle, sur l'implication sociale, politique et artistique du compositeur torontois John Weinzweig, alors qu'Alexis Risler s'attarde à l'art de la transcription, à partir de modèles vocaux, chez Albert de Rippe. Enfin, Patrice Nicolas offre un texte consacré au prélude en do majeur du premier livre du Clavier bien-tempéré de Jean-Sébastien Bach.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty