• Cette synthèse originale propose une histoire complète des sciences du vivant, de l'Antiquité à aujourd'hui, incluant des domaines souvent négligés comme l'écologie, l'éthologie ou la biologie végétale et donnant une grande place au contexte socio-technologique. Son ambition est d'aider à comprendre la biologie actuelle : les modèles utilisés par les biologistes contemporains et les débats qui animent les sciences du vivant portent en eux l'histoire dont ils sont le fruit.Un tel ouvrage est indispensable aux chercheurs et aux étudiants en sciences de la vie, qui méconnaissent trop souvent l'histoire de leur discipline, aux historiens eux-mêmes pour qui les sciences prennent une importance croissante et à tout lecteur intéressé par l'évolution des idées.Michel Morange, biologiste, est professeur à l'université Pierre-et-Marie-Curie et à l'École normale supérieure de Paris. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Histoire de la biologie moléculaire et Les Secrets du vivant : contre la pensée unique en biologie.

  • La part des gènes

    Michel Morange

    Sommes-nous gouvernés par nos gènes ? Pouvons-nous espérer d'une thérapie génétique la fin de tous nos maux ? Devons-nous craindre des manipulations génétiques une dénaturation des êtres vivants qui nous plongerait dans l'aventure ? Comment poser ces questions si, lorsqu'il sera déchiffré, le génome humain doit rester inintelligible, suite de caractères dont on ne voit ni la signification ni la raison d'être ? Pour élucider ce paradoxe d'une génétique toute-puissante et vide de sens, ce livre montre comment l'histoire en a fait une discipline phare. Est-elle pour autant la discipline fondamentale ?Michel Morange nous donne de bonnes raisons d'en douter. Qu'est-ce qui est le plus important pour réussir un gâteau : le moule ou la cuisson ? Qu'est-ce qui est le plus important pour comprendre la vie : les gènes ou les protéines ?Michel Morange est professeur à l'université Paris-VI et directeur d'un groupe de recherche sur la biologie moléculaire du stress à l'École normale supérieure.

  • Une révolution se produit actuellement en biologie. Les êtres vivants ne sont pas gouvernés par un programme génétique omnipotent. Il est maintenant clairement démontré que le hasard se niche au coeur des organismes, dans le fonctionnement des gènes et des cellules, et y joue un rôle encore largement sous-exploré. Alors que pendant longtemps, la biologie a été dominée par des théories finalistes puis « déterministes », les résultats expérimentaux obtenus ces toutes dernières années annoncent un changement de perspective radical. La nouvelle biologie, par son caractère probabiliste, rendra caduque l´idée même de programme et de déterminisme génétique - conception communément qualifiée de thèse du « tout génétique » - forgée à la suite de ce qu´il a été convenu d´appeler le « dogme central de la biologie moléculaire » (Francis Crick, 1958). Mais, cette nouvelle biologie ne doit pas être comprise comme une négation des acquis antérieurs de la biologie moléculaire. Bien au contraire, elle constitue une extension de la conception physicochimique du vivant. Inévitablement, elle aura également de profondes conséquences philosophiques. En effet, ce n´est pas seulement le finalisme - religieux ou immanent - qui est de facto évacué, mais c´est encore la conception cartésienne de l´animal-machine qui doit être abandonnée. Si l´homme est une machine, il est aussi un homme-aléatoire !
    Les principaux aspects, expérimentaux et théoriques, de cette révolution et les débats philosophiques qu´elle suscite sont exposés ici par les meilleurs spécialistes, biologistes et philosophes. La question passionnante qui s´ouvre alors consiste à comprendre comment, à partir du hasard moléculaire, se construit le vivant.


    Olivier Gandrillon (codirecteur du volume) est biologiste moléculaire, université Lyon 1.

    Jean-Jacques Kupiec (codirecteur du volume) est biologiste moléculaire et épistémologue, Inserm et Centre Cavaillès (ENS Paris).
    Michel Morange (codirecteur du volume) est biologiste moléculaire et historien des sciences, université Paris 6, directeur du Centre Cavaillès (ENS Paris).
    Marc Silberstein est le fondateur des éditions Matériologiques et membre du Centre Cavaillès (ENS Paris).

  • Annoncéà grand fracas, le décryptage du génome humain devait nous révéler le secret ultime de la vie et ouvrir la voie à de nouvelles thérapies miracles. Espoirs déçus : à l´ère de la postgénomique, les secrets du vivant sont maintenant recherchés dans les théories de la complexité, dans la convergence des efforts des biologistes, des physiciens et des mathématiciens. Comment comprendre la signification de cette succession rapide d´objectifs apparemment différents, de cette alternance d´espoirs et de désillusions ? Dans ce livre novateur, Michel Morange propose une clé pour rendre compte de ces difficultés, et de beaucoup d´autres analogues touchant toutes les branches de la biologie. Les annonces sensationnelles reflètent l´espoir toujours déçu qu´une explication unique pourrait suffire. Or les faits biologiques - comme ceux relevant de bien d´autres disciplines scientifiques - ne peuvent être expliqués par un principe d´intelligibilité unique.
    Exemples à l´appui et de façon très pédagogique, Michel Morange montre pourquoi des explications différentes doivent être articulées pour décrire le fonctionnement des macromolécules aussi bien que l´évolution humaine ou le développement des cancers. Admettre une idée aussi simple n´est pas évident, car tout scientifique a été forméà privilégier un principe d´intelligibilité particulier. L´articulation entre explications différentes est pourtant indispensable pour le progrès des connaissances ; elle est aussi une exigence éthique.

  • Nombre de progrès les plus spectaculaires enregistrés aujourd´hui dans les sciences de la vie sont les fruits d´une discipline très récente, la biologie moléculaire, née dans les années 1940. C´est l´histoire passionnante - et trop peu connue - de cette jeune science que ce livre retrace, en explorant ses différentes facettes, scientifique, philosophique et sociale. Une histoire qui court de la convergence progressive de ses deux disciplines mères, la génétique et la biochimie, au début du XXe siècle, jusqu´à la mise en oeuvre de la technique PCR d´amplification des gènes au cours des années 1980. En mobilisant systématiquement les nombreuses études spécialisées, peu connues du public français, et ses propres recherches, Michel Morange offre ici aux lecteurs non spécialistes des explications claires sur une théorie et des techniques complexes, et apporte aux spécialistes une mise en perspective historique indispensable pour mieux comprendre les enjeux actuels des recherches en biologie.

  • Les disciplines étudiant la formation de la connaissance scientifique ont toujours occupé une place à part dans le paysage intellectuel. a l'instar de la recherche scientifique, l'histoire, la philosophie et la sociologie des sciences, ont toutes pour ambition d'augmenter la rationalité du monde. Ce que le scientifique fait dans l'urgence de la recherche, avec enthousiasme, n'est pas différent du travail postérieur de l'historien et du philosophe. Si ces derniers y perdent en intensité, ils ont le recul qui leur permet de mieux apprécier les raisons de la transformation des sciences. C'est par surcroît de rationalité que l'histoire, la philosophie et la sociologie des sciences peuvent contribuer à la formation des scientifiques.

  • Les commémorations récentes autour de Darwin et de L'Origine des espèces ont surtout visé à défendre le darwinisme. On a un peu négligé les questions demeurées sans réponses dans les sciences du vivant, ainsi que leur désormais longue désunion. Cet ouvrage met au jour la convergence nouvelle qui semble au contraire apparaître entre les deux grands pans de la biologie, celui qui se concentre sur les mécanismes et celui qui prétend rendre compte de leur existence par des explications évolutionnistes. Il en sort ainsi une vision nouvelle du vivant. Ce grand rapprochement a aussi une autre conséquence : il oblige à repenser les rapports de la biologie au temps. Bref, pour Michel Morange, la vie est histoire(s). Dès lors, sciences biologiques et sciences historiques, sans se confondre, sont appelées à se rejoindre et à se féconder. Où en est la pensée biologique ? Quelle définition du vivant émerge des recherches récentes ? Michel Morange réussit une synthèse rare autour des fondements théoriques des sciences de la vie. Michel Morange est biologiste, professeur à l'université Paris-VI et à l'École normale supérieure. Il dirige le Centre Cavaillès d'histoire et de philosophie des sciences. Il est l'auteur, notamment, de La Part des gènes et de La Vie expliquée ?

  • « Il y a cinquante ans, Francis Crick et James D. Watson découvraient la structure en double hélice de l'ADN, constituant des gènes, support de l'hérédité. Ils pensaient avoir ainsi, selon l'expression même de Francis Crick, percé le « secret de la vie ». Le premier objectif de ce livre sera de prolonger cette histoire au-delà de la double hélice et d'en interpréter les évolutions récentes par les transformations intervenues en biologie pendant les cinquante dernières années. Ces transformations sont souvent passées inaperçues auprès du grand public, comme si la biologie moléculaire était restée figée autour de la double hélice. Mais le retour de la question « Qu'est-ce que la vie ? » est aussi le fruit d'événements extérieurs à la biologie, d'une évolution générale des idées que nous essaierons d'esquisser. » M. M. Michel Morange est biologiste, professeur à l'université Paris-VI et à l'École normale supérieure. Il dirige le Centre Cavaillès d'histoire et de philosophie des sciences. Il est l'auteur, notamment, de La Part des gènes.

  • Anglais Life explained

    Michel Morange

    "Fifty years ago, Francis Crick and James D. Watson discovered the double-helix structure of DNA, the carrier of genetic information, the basis for heredity. They believed they had, according to Francis Crick's own expression, found "the secret of life." The main aim of this book is to continue the story beyond the double helix and interpret recent developments through transformations that have occurred in biology in the last fifty years. These transformations are often unknown by the general public, as if molecular biology had remained stalled around the double helix. But the return of the question "What is life?" is also the result of events that have occurred outside biology, of a general evolution of ideas that we will undertake to investigate." M. M. Michel Morange is a biologist, and professor at the University of Paris-VI, and at the École normale supérieur. He is director of the Centre Cavaillès d'histoire et de philosophie des sciences. He is the author of La Part des gènes [The Misunderstood Gene]. 

  • La publication presque simultanée de L´Ordre biologique d´André Lwoff (1969), de La Logique du vivant de François Jacob (1970), du Hasard et la nécessité de Jacques Monod (1970) et les débats qui s´ensuivirent, ont constitué un moment fort de la vie intellectuelle française. Comme il serait difficile aujourd´hui d´imaginer des échanges analogues, réunissant philosophes et scientifiques autour de questions aussi fondamentales que la nature de l´objectivité scientifique et l´explication des phénomènes vivants ! Le contexte scientifique et culturel explique la genèse de ces trois ouvrages et les réactions qui suivirent leur publication. Dès 1971, un bel article de Georges Canguilhem en soulignait les convergences. Ce livre montre qu´ils sont le fruit des avancées rapides survenues dans la description moléculaire des organismes vivants. L´impact de ces découvertes est d´autant plus important en France que les transformations précédentes des sciences du vivant, l´essor de la génétique et de la synthèse moderne dans les années 1930 -nouvelle version de la théorie de l´évolution-, y étaient passés inaperçus. Ce recueil vise à rappeler, mais surtout à faire mieux comprendre, ce moment exemplaire des relations entre la science, notamment la science du vivant, et la philosophie.Avant-propos de Pierre Nora

empty