• Jomo Kenyatta, Aimé Césaire, Ruben Um Nyobè, Frantz Fanon, Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah, Malcolm X, Mehdi Ben Barka, Amílcar Cabral, Thomas Sankara : ces noms reviennent aujourd'hui à l'ordre du jour. Avec l'atmosphère de révolte que l'on sent monter aux quatre coins du monde, ces figures majeures de la libération africaine et de la pensée en action suscitent un intérêt croissant dans les nouvelles générations. Jomo Kenyatta, Aimé Césaire, Ruben Um Nyobè, Frantz Fanon, Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah, Malcolm X, Mehdi Ben Barka, Amílcar Cabral, Thomas Sankara... Longtemps regardés avec dédain par ceux qui, depuis les années 1980, décrétèrent la mort du tiers-mondisme et le triomphe du néolibéralisme, ces noms reviennent à l'ordre du jour. Avec l'atmosphère de révolte que l'on sent monter aux quatre coins du monde, ces figures majeures de la libération africaine suscitent un intérêt croissant auprès des nouvelles générations. Refusant d'en faire de simples icônes, Saïd Bouamama redonne corps et chair à ces penseurs de premier plan qui furent aussi des hommes d'action. Leurs vies rappellent en effet que la bataille pour la libération, la justice et l'égalité n'est pas qu'une affaire de concepts et de théories : c'est aussi une guerre, où l'on se fourvoie parfois et dans laquelle certains se sacrifient. S'il ne cache pas son admiration pour ces figures rebelles, dont la plupart moururent effectivement au combat, Saïd Bouamama n'en fait pas des martyrs absolus : la pensée en action est toujours située, incertaine, inachevée. C'est pourquoi ce livre s'attache, avec beaucoup de pédagogie, à inscrire ces parcours dans leurs contextes sociaux, géographiques et historiques. On comprend mieux dès lors comment ces hommes, qui ne vécurent pas tous sur le continent africain, mais furent tous confrontés à l'acharnement des puissances impériales, cherchèrent les armes pour sortir l'Afrique de la nuit coloniale et faire émerger une nouvelle universalité. À l'heure où l'on se demande comment avoir prise sur le monde, ce portrait politique collectif rappelle qu'il a toujours été possible, hier comme aujourd'hui, de changer le cours des choses.

  • Les "nouveaux discours" sur l'égalité des chances, la promotion d'une élite méritante, la mixité sociale, ou encore la cohésion sociale sont les nouveaux masques idéologiques de la domination. De la marche pour l'égalité en 1983 aux sans-papiers aujourd'hui, de multiples combats ont mis en avant la fonction sociale de l'inégalité raciste de traitement : organiser une concurrence ethnique entre force de travail pour maximiser les profits. Mener ces combats efficacement suppose de s'attaquer aux racines de l'inégalité.

  • « On dirait qu'une fois de plus dans l'histoire de la France, ce sont les populations victimes de l'exclusion qui initieront des innovations politiques dont tout le monde ressent le besoin. Face à une vie sociale et à un lien social en décomposition, les cités sont peut-être l'un des lieux importants où s'amorcent d'ores et déjà des solutions. Les exclus d'aujourd'hui seront peut-être ceux qui malgré eux et sans forcément le vouloir poseront les jalons d'une démocratie plus réelle, moins illusoire. » Événement majeur de la décennie 80, la première Marche contre le racisme et pour l'égalité, partie de Marseille en octobre 1983 pour déferler sur Paris deux mois plus tard, a été l'acte de naissance d'un mouvement social : l'entrée en politique des jeunes des banlieues issus de l'immigration. Ce nouvel acteur collectif questionnait de manière critique les rapports entre pouvoir, démocratie et citoyenneté. Puis, initiatives et expériences se multiplient, même si la plupart se font plus discrètes ou plus locales. Mais, en dépit de leur fragilité, elles contribuent à l'émergence de nouvelles formes de citoyenneté. En ce sens, la décennie 83-93 est un véritable laboratoire en matière d'innovation sociale. À partir d'entretiens menés auprès d'une vingtaine d'acteurs de la Marche des banlieues de 1983 et de l'après-marche, cet ouvrage tente de restituer une mémoire remarquable par sa richesse et sa diversité, celle d'une décennie de « passions citoyennes », et à partir de son analyse critique, de tracer des perspectives pour une transformation politique et sociale de la société française.

empty