• Victor Bérard (1864-1931), illustre savant, helléniste en barbe à pointe et cheveux au vent, consacra une bonne partie de son existence à l'Odyssée, en offrit une traduction inoxydable et sillonna la Méditerranée sur les traces d'Ulysse.

    Il s'est ainsi fabriqué d'un tome l'autre une oeuvre foisonnante, son odyssée propre. De même que Victor Bérard a réinventé l'Odyssée, Sophie Rabau invente ici Victor Bérard en Victor B., son double créatif, figure de l'imagination en train de pratiquer l'enchantement du monde.

    Dans cet essai romanesque plein d'une joie - d'une gaieté - dangereusement contagieuse et d'une érudition sans faille et sans complexe, elle nous pousse ainsi d'une main assurée au bord des abîmes de l'interprétation littéraire et offre de nouvelles couleurs à l'un des plus beaux poèmes qui soit.

  • Carmen, pour changer est un roman qui raconte l'histoire de Sophie Rabau s'appliquant à introduire des variations dans la nouvelle de Prosper Mérimée de facon à ce que Carmen ne meure pas.
    C'est un essai de critique littéraire créative qui dynamite facon puzzle le mythe tragique de la femme fatale.
    C'est un texte politique, joyeux et féministe.
    C'est une invitation à lire les livres activement. Pour changer.

    Sophie Rabau est enseignante-chercheuse en littérature générale et comparée à l'université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Théoricienne de la littérature, elle travaille sur la poétique de la philologie classique, la critique créative et la lirécriture. Elle est notamment l'auteure de Quinze (brèves) rencontres avec Homère (Belin, 2012). Elle est également membre du comité de rédaction de la revue Vacarme, où elle publie régulièrement.

empty