• De leur enfance complice dans le XIVe arrondissement, aux succès de Renaud, en passant par Mai 68, le festival d'Avignon, leur époque " dandys de grand chemin ", la consécration de l'Olympia ou la pente de l'alcoolisme, Thierry Séchan raconte, en trente-trois lettres à son jeune frère, la complicité, mais aussi la rivalité et les rancoeurs qui les ont séparés.Le témoignage d'un homme qui a vécu dans l'ombre d'un frère qu'il n'en finit pas d'aimer et de titiller tout à la fois.Un " air de famille " dans lequel chacun peut se retrouver.

  • Ecrivain, polémiste et parolier, Thierry Séchan compte environ trente millions d'ennemis. Outre la sieste, Richard Brautigan et le whisky pur malt, il a pour passions principales Venise, ses filles et Frédérique. Le reste l'intéresse modérément.

  • Thierry Séchan aggrave son cas. Non content de faire l'éloge de lui-même, de raconter ses procès, de dévoiler le courrier de ses détracteurs et de ses admiratrices, il nous redonne quelques portraits scandaleux mais ressemblants de ses amis les chanteurs : Julien Clerc, Elsa, Yves Simon, Patricia Kaas, encore Bruel et Goldman... Portraits crachés, au propre et au figuré. A la fin du livre, il craque : il dit du bien de quelques-uns de ses contemporains. Qu'on ne l'y reprenne plus !

  • Dix portraits inattendus, tendres ou caustiques, nourris de révélations inédites, drolatiques ou corrosives, qui dévoilent la véritable personnalité des stars de la chanson. Johnny Hallyday ou La pensée abandonnée ; Françoise Hardy ou La pensée voyante ; Bernard Lavilliers ou La pensée tropicale ; Mylène Farmer ou La pensée funèbre ; Jean-Louis Murat ou La pensée éphémère ; Jean-Jacques Goldman ou La pensée frileuse ; Renaud ou La pensée sauvage ; Florent Pagny ou La pensée absente ; Jeanne Mas ou La pensée suffisante ; Patrick Bruel ou La pensée respectueuse. Avec l'indispensable index des 250 « amis » du monde du show-biz.

  • Dix portraits inattendus, tendres ou caustiques, nourris de révélations inédites, drolatiques ou corrosives, qui dévoilent la véritable personnalité des stars de la chanson. Johnny Hallyday ou La pensée abandonnée ; Françoise Hardy ou La pensée voyante ; Bernard Lavilliers ou La pensée tropicale ; Mylène Farmer ou La pensée funèbre ; Jean-Louis Murat ou La pensée éphémère ; Jean-Jacques Goldman ou La pensée frileuse ; Renaud ou La pensée sauvage ; Florent Pagny ou La pensée absente ; Jeanne Mas ou La pensée suffisante ; Patrick Bruel ou La pensée respectueuse. Avec l'indispensable index des 250 « amis » du monde du show-biz.

  • Ce soir, ma chère Ida, nous irons écouter les poètes viennois à la Taverne des Étudiants ! - Mais, Majesté, balbutia la jeune Hongroise, ce n'est pas un endroit pour une impératrice ! - Eh bien, nous irons incognito, voilà tout ! répliqua joyeusement Sissi. Puis, les yeux rêveurs, elle ajouta : Vois-tu, Ida, on m'a donné bien des surnoms depuis que je suis née, mais je préfère toujours celui que me donna mon père lorsque j'avais seize ans. Il m'avait alors surnommée... la sauvageonne ! Treize ans après, Sissi n'avait pas changé mais, désormais, elle régnait sur des dizaines de millions de sujets.

  • Un jour ou une nuit d'octobre 1984, à Bolinas, Californie, Richard Brautigan se tuait d'une balle de 44 Magnum. Né en 1935, le plus bizarre des écrivains américains n'avait pas l'intention d'avoir cinquante ans. Dans son presque demi-siècle de vie, il avait tout connu, à commencer par le malheur, qu'il avait fréquenté très tôt, comme une petite fiancée. Et puis la gloire, fulgurante, avec un petit livre intitulé La pêche à la truite en Amérique. Enfin, l'alcoolisme et la solitude, avec, au bout, le silence étonnant. Disciple en mélancolie, Thierry Séchan a voulu parler d'un poète américain qui fut le digne fils d'Henry David Thoreau et de Mark Twain. Deux ans durant, le temps d'un livre laconique et amoureux, l'auteur a vécu avec le fantôme de Richard Brautigan, lisant et relisant son oeuvre. Sur les traces de celui qu'on surnomma the last of the Beats, il a traversé plusieurs fois l'océan à la poursuite du vent, et puis il a franchi la rivière Brautigan. En fin de course, il a sauvé quelques feuillets d'amour fou, d'une sincérité absolue.

  • Un homme élégant arrive à Trouville. Peintre, âgé d'une cinquantaine d'années, Nicolas Savinski est un milliardaire qui hait l'argent. À peine arrivé, il fait la rencontre d'une jeune Tzigane dont la beauté le bouleverse. Il va, en quelque sorte, l'adopter, et vivre avec elle la plus belle semaine de sa vie, la plus troublante, la plus perturbante, mais aussi la plus riche en événements hors du commun. Nicolas et Soledad vont bientôt quitter Trouville pour Caen, ville où notre Gatsby ira se recueillir froidement sur la tombe de son frère aîné, mort sous les bombardements du 6 juin 1944. La relation entre l'homme et la jeune fille devient de plus en plus houleuse, Nicolas se refusant à devenir le premier amant de Soledad. C'est à Paris que cette idylle improbable va se dénouer, dans une violence extrême. Dans ce second roman, Thierry Séchan a organisé la rencontre de l'eau et du feu, la confrontation de deux individus qui n'auraient jamais dû se croiser.Une semaine dans la vie de Nicolas Savinski est construit à la façon d'une sonate de Beethoven, avec ses envolées brillantes, ses accalmies, mais aussi ses silences. Les couleurs en sont tantôt ternes, tantôt presque crues, comme celles des tableaux de Nicolas de Staël, le génie tutélaire de ce roman sensuel et brutal.

  • Cent nouvelles d'elles, c'est-à-dire cent histoires de femmes, cent regards sur les femmes, sur toutes les femmes, les adolescentes alanguies et les vieilles dames très dignes, les maîtresses fidèles et les passantes absentes, les amours d'une vie et les amantes d'une nuit. Cent nouvelles d'elles, cent portraits de femmes, cent souvenirs de sexe, de souffrance et de volupté, cent esquisses à la craie blanche des petites filles modèles ou à l'encre noire de la mélancolie.

  • La biographie du chanteur Renaud écrite par son frère, Thierry Séchan, décédé en janvier 2019.
    La biographie de référencequi paraît à l'occasion de la sortie de son nouvel albumDe leur enfance complice dans le XIVe arrondissement aux succès de Renaud, en passant par Mai 68, le festival d'Avignon, leur époque " dandys de grand chemin ", la consécration de l'Olympia ou la pente de l'alcoolisme, Thierry Séchan raconte la complicité, mais aussi la rivalité et les rancoeurs qui les ont séparés.Si la précédente édition du Roman de Renaud (Le Rocher) s'achevait en 2006, celle-ci, mise à jour, narre les déboires du chanteur jusqu'à aujourd'hui. Sa disparition des écrans médiatiques, sa vision de l'actualité (dont les attentats qui ont frappé Charlie Hebdo et l'HyperCasher), sa rechute alcoolique...

empty