LA LUCIDITE

  • La lucidité

    José Saramago

    Au lendemain des élections municipales organisées dans la capitale sans nom d'un pays sans nom, la stupeur s'empare du gouvernement: 83% des électeurs ont voté blanc.Incapables de penser qu'il puisse s'agir d'un rejet démocratique et citoyen de leur politique, les dirigeants soupçonnent une conspiration organisée par un petit groupe de subversifs, voire un complot anarchiste international. Craignant que cette "peste blanche" ne contamine l'ensemble du pays, le gou-vernement évacue la capitale. L'état de siège est décrété et un commissaire de police chargé d'éliminer les coupables - ou de les inventer. Aussi, lorsqu'une lettre anonyme suggère un lien entre la vague de votes blancs et la femme qui, quelques années auparavant, a été la seule à ne pas succomber à une épidémie de cécité, le bouc émissaire est tout trouvé. La presse se déchaîne. La machine répressive se met en marche. Et, contre toute attente, éveille la conscience du commissaire.

  • Pour réenchanter le monde, la lucidité sur nous-mêmes semble être pour l'auteur le premier remède. C'est notre malfaisance de dominants omnipotents écrasant en leur pouvoir la fragilité de la vie qui laisse amers, désenchantés, désespérés. Sylvie Portnoy a rencontré très récemment la sagesse des lettrés chinois qui a traversé l'histoire, se référant de façon constante à l'inspiration de Confucius. Cette sagesse chinoise semble la mieux à même de donner une lucidité propre à réenchanter le monde.

  • Un texte essentiel de l'Ancien testament Peut-on être lucide sans être désespéré ? Si « tout est illusion et poursuite du vent », ne nous reste-t-il pas encore, le miracle et la joie de l'instant ? Telles sont les questions qu'il nous pose... Parmi les nombreuses lectures possibles du Qohelet, ou « Livre de l'Ecclésiaste », Jean-Yves Leloup ne choisit pas : Qohelet est à la fois le philosophe de l'absurde et de l'impermanence de toutes choses ; l'apologiste de l'avortement et de l'euthanasie, car dans les conditions d'horreur et d'injustice dans lesquelles nous vivons mieux vaut ne pas être né, et pourtant « mieux vaut un chien vivant qu'un lion mort »... Jean-Yves Leloup montre l'actualité de ce « grand grognard », les paradoxes du Qohelet sont ceux de notre temps. Première étape sur le chemin de la sagesse et de l'amour proposé par les livres bibliques attribués à Salomon, l'archétype du Sage, le livre du Qohelet est le plus décapant : nécessaire lucidité, car sans elle, contemplation et amour ne sont en effet, que vanité et illusion.

  • Le bonheur semble le nouveau Graal de notre époque : plus nous le cherchons, plus il semble se dérober. C'est que la majorité d'entre nous cherche un bonheur idéalisé, impossible à atteindre, une vie sans souffrance, des émotions toujours positives, une estime de soi sans faille et un épanouissement personnel constant - des mirages qui nous rendent tristement nombrilistes et nous font perdre de vue l'essentiel : la possibilité d'être heureux malgré les vicissitudes de la vie.
    Ilios Kotsou nous invite à partager une lucidité rayonnante pour déjouer ces idées trompeuses et découvrir les conditions du bonheur véritable. Il nous explique avec intelligence et humour comment une conscience clairvoyante nous ouvre à la tolérance, à la douceur et à une compréhension plus profonde de nos émotions. Pour accepter notre vulnérabilité comme un trésor, et trouver en soi une joie durable, celle portée par la beauté et la valeur réelles de nos vies.

  • Un économiste part en voyage en Europe en espérant que la distance prise avec la France lui révélera les atouts de son pays. C´est l´inverse qui se produit. Au sud, la Grèce a été décimée par la crise mais le pays commence à se reconstruire. Le Portugal et l´Espagne retrouvent peu à peu l´esprit entrepreneurial des grandes découvertes. À l´est, Autrichiens, Suisses et Allemands considèrent qu´ils ont réglé le problème du chômage. Au nord, les Britanniques se sont attaqués à la question de la pauvreté en mettant en place une immense réforme éducative. Les Hollandais ont réformé de fond en comble leur système de santé. Les Danois, peuple le plus heureux au monde, entendent faire de leur pays un paradis pour les entreprises pour revenir rapidement au plein-emploi. Les Suédois ont sauvé leurs retraites. Dans tous ces pays, les débats politiques sont rudes, sans concession. On désigne les problèmes et on essaie de les régler, avec plus ou moins de bonheur. La France, elle, préfère fermer les yeux et refoule ses difficultés, continuant de vanter en pilotage automatique son hôpital, ses écoles, ses monuments ou ses infrastructures. Les Français ne sont pas déprimés parce qu´ils sont moins intelligents, moins travailleurs ou moins innovants, mais parce qu´ils manquent de lucidité.

  • Par l'intermédiaire de la décentralisation, le débat politique et social met en scène, actuellement avec ferveur, le concept de responsabilité institutionnelle. Pour tenter d'en comprendre la nature et les implications sociologiques, l'auteur nous invite à l'accompagner dans les coulisses de la Fonction Publique Territoriale - une institution quotidiennement façonnée par la responsabilité institutionnelle.

  • La prédication et la théologie de Jean Calvin ont influencé bien au-delà de la communauté religieuse. L'une et l'autre ont inspiré les générations ultérieures qui ont créé la société moderne, fondée sur la responsabilité du citoyen. Aujourd'hui nous interprétons souvent son influence avec les yeux de notre siècle. Cet ouvrage est une biographie succincte qui aide à mieux comprendre l'oeuvre du réformateur à Genève, en France et en Europe à partir du contexte de l'époque. On perçoit ainsi mieux ses affirmations théologiques et son action.

  • « Il est encore temps d'éviter le pire » ; « Demain il sera trop tard » ; « Tout peut changer »... CE LIVRE EST POUR CELLES ET CEUX QUE CES PHRASES NE CONVAINQUENT PLUS. Ce livre est pour celles et ceux qui savent que la planète nous survivra quoi qu'il advienne et que l'humanité ne sera pas sauvée à coups de voeux pieux, de petits pas « qui vont dans le bon sens » et de petits gestes
    bien intentionnés au quotidien. Jean-Marc Gancille porte un regard sans concession sur notre situation. Face à l'impasse écologique, il invite à changer de stratégie, à exercer une légitime défense contre le système et à abandonner l'espoir pour le courage afin de sauver ce qui peut encore l'être. Selon l'auteur, l'heure est venue de ne plus se mentir et de reprendre collectivement notre destinée en main. Ne serait-ce que pour l'honneur.

  • Et si nous acceptions d'être plus lucides sur nous - par exemple, attendons-nous trop des autres ? -, et sur les autres - que sont-ils prêts à nous donner ? Un livre subtil et concret pour cesser de nous gâcher la vie en amour, en amitié ou au travail avec des attentes excessives, irréalistes et forcément sources de déceptions et de tensions dans nos relations.

  • « Être désespéré, c'est la moindre des choses quand on se veut lucide. Le monde est compliqué, plus que je ne peux le comprendre. Les autres sont surtout indifférents, parfois hostiles. Ma vie est insignifiante, et si brève. Je n'y peux rien, c'est le réel. Et pourtant je suis plutôt content de vivre. » Être lucide sur les réalités de l'existence, sur soi-même et continuer à aimer la vie est le défi quotidien de Jean-Louis Servan-Schreiber. Pour lui, la lucidité, notre bouclier contre l'illusion, est indispensable pour ruser avec la déception et l'amertume. En résultent trente petits chapitres ciselés où chacun pourra trouver en écho ses questionnements intimes. Accompagné des pingouins philosophes de Xavier Gorce, Jean-Louis Servan Schreiber nous propose d'approcher l'essentiel avec le sourire.

  • Que disent de nous les premiers essais artistiques de nos plus lointains ancêtres ? Comment l'homme a-t-il commencé de façonner l'espace et le temps avec l'art pariétal ? Serait-ce la beauté qui a engendré le monde ? Une plongée inégalée dans nos origines.
    Animaux et environnement dans l'art depuis le paléolithique supérieur

    L'expression artistique figurative est, chez l'homo sapiens que nous sommes, aussi ancienne que notre arrivée en Europe ou en Asie (40 000 ans). Or, durant presque 30 000 ans notre ancêtre a essentiellement figuré des animaux sans jamais représenter aucun élément d'environnement naturel. La prise en compte de ces deux considérations nous oblige à repenser entièrement l'évolution autant que les enjeux de ce double rapport problématique que nous entretenons à la totalité du vivant, animaux et environnement compris. Et de cela précisément, l'art, depuis 40 000 ans, est le témoin lucide.

  • Connu sous le nom de "Livre des changements" ou "Livre des mutations", le Yi Jing est l'un des textes fondamentaux de la civilisation chinoise. Créé par des chamanes et mis en forme définitive par des lettrés confucéens, il est à la fois source de

  • Depuis maintenant trois ans, Albert Jacquard fait tous les jours une émission de cinq minutes à France-Culture, intitulée « le regard d´Albert Jacquard », dans laquelle il discute brièvement une question d´intérêt général. Son souci est toujours le même : essayer de produire davantage de lucidité, ne pas se contenter des idées toutes faites, récuser la logique exclusivement marchande qui préside à toutes les décisions, réintroduire partout la dimension humaine.
    Nous avons opéré pour ce livre une sélection de quelques-uns de ces textes, de façon à présenter une sorte de panorama complet des grands thèmes de sa pensée : la science, l´avenir de l´humanité, l´imposture économiste, les rencontres, l´engagement citoyen.
    Chaque texte comprend deux ou trois pages.

  • Les enseignants sont fragilisés. Face à l'ampleur des mutations sociales et des défis à surmonter, ils se voient souvent comme de simples exécutants à qui l'on demanderait de vider l'océan avec une petite cuillère. La lucidité, alors, pourrait les amener au bord du découragement, quand ce n'est pas de la dépression.
    L'ouvrage d'Olivier Maulini veut montrer que, précisément, on peut, tout à la fois, être lucide pour ne pas s'en laisser conter... et être quand même engagé dans un métier où rien de ce qui se fait et se dit au quotidien n'est insignifiant ; où l'émancipation peut advenir et contribuer à changer le monde.
    Avec beaucoup de finesse et en s'attachant aux questions vives du métier, en s'appuyant sur de nombreuses situations vécues, ce livre est bien plus qu'un manuel de survie : c'est un véritable bol d'oxygène pour que les enseignants, en rejetant aussi bien la naïveté que le fatalisme, se vivent comme des acteurs sociaux construisant l'avenir du commun.

  • Pierre Mendès France et Gabriel Ardant veulent montrer que la science économique importe au sort de chacun d'entre nous, car il n'est pas un homme qui ne pâtisse lourdement des erreurs d'analyse ou qui, au contraire, ne profite des progrès de la réflexion. Les auteurs ont tenté de débarrasser les problèmes de notre temps - inflation, sous-emploi, inégalité, pollution, etc, de toute l'obscurité qui empêche de comprendre comment se posent - à l'Est comme à l'Ouest - les questions fondamentales dont dépendent le niveau de vie, la qualité de l'existence et parfois l'existence elle-même. Leur propos essentiel : une science économique qui soit au service des hommes, une science économique qui change leur vie.

  • Robert Vansittart, titulaire entre 1930 et 1937 de la plus haute charge du Foreign Office, a lutté aux côtés de Churchill contre la politique d'apaisement vis-à-vis de l'Allemagne hitlérienne et a été démis de ses fonctions fin 1937 par le Premier ministre Chamberlain. L'Appeasement était soutenu moralement par une majorité d'acteurs de tous bords politiques, et par un pacifisme de masse. Vansittart, passant outre l'obligation de réserve, devint le propagandiste anti-allemand le plus influent du monde anglo-saxon.

  • Comment se comportent les vrais pros ?

    Quels sont leurs secrets ?

    Comment se sont-ils construits ?

    Être pro, c'est :

    « faire le job », c'est-à-dire remplir sa mission, bien travailler et atteindre ses objectifs. Le Tout sans suffisance, sans arrogance, sans négligence.
    élever notre niveau d'exigence en nous impliquant dans notre travail avec conscience professionnelle pour prendre du plaisir à créer de la satisfaction.
    retrouver des valeurs humaines dans le travail, l'empathie, l'engagement, la prise de risque, le sens de l'organisation, la ténacité, la coopération.
    bousculer, inventer, innover.
    Lionel Bellenger trace de façon vivante l'itinéraire de la réussite professionnelle en donnant la parole aux principaux acteurs du monde économique, politique
    et sportif.
    Il nous délivre tous les secrets des « vrais pros » manifestant une bonne part d'état d'esprit du professionnalisme dans leurs décisions et leurs comportements.

  • Les précédents recueils de Bruno Quinchez, pour ceux que je connais bien, ont des titres plutôt aimables et sans équivoques. Ils évitent l´écueil d´un pessimisme contemporain et intellectuel...


    Il y a là, dans son nouveau livre, une affirmation de sa quête d'un amour. Celui-là se jouerait dans les méandres de la philosophie, de la rationalité ambiante, et des contorsions autosuffisantes ou trompeuses de la science contemporaine...


    Un amour de la vie qu´il vous propose à tous.

    Marie Ordinis Paris le 16 avril 2002 Gravure de première de couverture R. Menuttaz artiste chilien "Luna Blanca" 1991

empty