LE DIAMANTAIRE

  • Le diamantaire

    Esther Kreitman

    « Dans la famille Singer, la soeur. » LibérationGuedalia Berman est un riche négociant anversois. Cupide, arrogant, il mène son commerce de diamants d´une main de fer. Tout comme sa vie familiale. Sa douce femme Rachel est soumise à son autorité absolue. Quant à ses enfants, ils doivent vivre selon sa loi et selon celles qui président à l´existence de toute bonne famille juive.Cependant le royaume de Berman commence à vaciller. Si Jacques et Jeannette, ses cadets, semblent se conformer à sa volonté, David, l´aîné, ne cesse de provoquer l´ire paternelle... Et il en est ainsi de tout ce qui échappe au diamantaire, d´ailleurs.Alors quand la Première Guerre mondiale s´abat sur l´Europe, malgré son obstination farouche, l´univers de Berman vole en éclats. Il aura beau attendre la dernière minute pour évacuer la ville, il devra tôt ou tard se réfugier avec les siens et des milliers d´autres, chez le cousin anglais... où les bouleversements qui l´attendent risquent d´être bien plus grands encore.Esther Kreitman opère par touches, colorées et saisissantes, usant d´ironie légère, pour nous narrer les tribulations d´une famille juive traditionnelle à l´heure où le monde entre dans la modernité.

  • Jack DESLY, cambrioleur de son état, durant ses moments de repos, s'adonne à une peu ordinaire gymnastique de l'esprit pour se détendre : lire la rubrique des « Petites Correspondances » du journal et imaginer qui et quel drame se cachent derrière les annonces.
    Ce jour-là, c'est un entrefilet qui retient son attention : « Prière d'indiquer si les tulipes sont vendues ».
    Étrange cette histoire de liliacées, d'autant que la fleur, il en est sûr, a déjà été évoquée dans les éditions précédentes.
    Aussi, quand l'auteur des missives répond et donne rendez-vous le soir même dans un hôtel, Jack DESLY, attisé par la curiosité, décide de s'y présenter...

  • Le diamantaire anversois Nouv.

    Ovide Lechat, un écrivain que le succès a fui, rentre dans son appartement après avoir passé plusieurs jours à Londres pour négocier ses romans avec des éditeurs anglais.
    Il découvre avec stupeur le corps d'un homme nu et sans vie dans sa baignoire !
    Affolé, il descend en courant prévenir le concierge afin qu'il appelle la police.
    Quand l'artiste remonte dans ses aîtres avec le commissaire de quartier, il constate, encore plus décontenancé, que le cadavre a disparu.
    Pensant à une mauvaise blague d'un auteur à l'imagination fertile, le policer quitte le bâtiment rageant. Dans la cour, il croise l'inspecteur François PESSART et lui raconte la mésaventure qui vient de lui arriver.
    Mais, au lieu de rire de la plaisanterie, François PESSART, porte son intérêt sur les agissements étranges d'un chien...

  • Le diamantaire

    Yasmine Khlat

    «À quarante-cinq ans, dites-moi, quand le bilan est un peu bancal (j'aurais dû plutôt me comporter ainsi, faire ce choix-là, être plus ferme surtout, ne pas céder sur mes désirs. Ne pas faire de coûteux compromis.
    Ne pas aller vers la facilité. Tenir, tenir et avancer), à quoi peut-on s'attendre, à quelle vie nouvelle, quel amour, alors qu'on habite seule avec un voisin invisible une terre où l'air humide, tremblant, est traversé de miaulements de chats, quand votre musique souvent accompagnée d'un surgissement du soleil s'absente, se tait, créant en moi comme un manque. Une brûlure.»

  • En Afrique subsaharienne le diamant résume à lui seul les défis et les enjeux que le continent traverse. Cherchant à s'émanciper des recherches traditionnelles sur l'impact des diamants du sang dans les relations internationales, les auteurs ont cherché à adopter un regard innovant sur le rôle et la place de l'entreprise diamantaire dans la géopolitique africaine et le développement du continent.

  • Du jour au lendemain, un jeune homme décide de tout quitter, sa femme et son fils, pour partir à l'aventure. Il est irrésistiblement attiré par Londres et se lance avec euphorie dans l'inconnu. Malgré de belles rencontres, il est rapidement confronté aux difficultés que lui réserve le statut d'étranger sans travail. L'insistance de sa femme le décide finalement à retourner en France. De retour chez lui, il réalise que le trésor qu'il recherchait éperdument n'était autre que sa propre famille. Réconcilié avec lui-même, il comprend la cause de son insatisfaction et envisage avec sérénité des projets d'avenir. De ce court roman aux airs d'apologue se dégage une morale au bon sens imparable.

empty