LE PIETON DE PARIS

  • Poète amoureux de l'âme parisienne, éternel flâneur qui sait trouver des trésors au coin de la rue la plus anonyme, Fargue raconte sa ville dans ce livre célèbre, qui aujourd'hui nous restitue le parfum du Paris de l'entre-deux-guerres.
    Le quartier de prédilection de Fargue, peu exploré par d'autres écrivains, c'est le boulevard Magenta, Belleville, le boulevard de la Chapelle, la gare de l'Est et la gare du Nord, "vastes music-halls où l'on est à la fois acteur et spectateur".
    Le titre de ce livre est devenu le nom que l'on donne à Fargue. C'est lui qui est à jamais "le piéton de Paris".

  • Benoît Duteurtre a des soucis. Parfois, au milieu de la nuit, une étrange créature - qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Anne Hidalgo - vient le réveiller et lui ordonne d'enfourcher un Vélib' pour mettre Paris à l'heure « vertueuse  » et «  responsable  ».
    Le matin, pourtant, lorsqu'il arpente les rues, une autre réalité s'impose : celle d'une ville dégradée où les mesures censées combattre l'automobile aggravent les embouteillages et la pollution, tandis que les adeptes des «  circulations douces  » vous foncent dessus au milieu des trottoirs.
    Observateur minutieux et piéton impénitent, Duteurtre décrit les transformations du mode de vie urbain. La fête organisée, la touristification intensive, l'uniformisation des marques et l'affichage des bonnes causes caractérisent désormais une «  ville-propagande  » où la communication l'emporte sur le réel... Mais la maire n'a pas dit son dernier mot.
    Cette chronique fantaisiste poursuit, sur un mode très personnel, le décryptage des moeurs contemporaines amorcé par Benoît Duteurtre dans ses romans et dans ses essais.
     

empty