serge safran

  • La lumière, la musique et les couleurs d'un paysage du Gers deviennent autant de prétextes à raconter la vie. Les lettres seront gersoises et comme dans une peinture, par touches, elles diront les sentiments parfois extrêmes inspirés par l'être aimé quand la distance s'étire d'un coeur à un pays.
    Un récit pour les amoureux du Gers et de son art de vivre.

    La Maison d'édition "Serge Safran éditeur" a été créée et animée par Serge Safran, écrivain et poète français et cofondateur des éditions Zulma.

  • « Il est rare que me soit donnée l'occasion de faire ce que ne font pas les autres. Particulièrement dans le domaine de l'écrit, dit de littérature. Un récit sur une région (Lettres gersoises), sous forme épistolaire, comme au XVIIIe siècle, mon siècle de prédilection. Ou celui d'une année entière, 1986, (L'Année Alison, ou comment survivre en amour à l'âge fatidique de trente-six ans), publié en même temps que des historiettes érotiques extraites de mes écrits intimes. C'était des propositions inattendues d'éditeurs qui m'offraient cette opportunité. Duetto ainsi me permet d'extraire des milliers de pages de mon Journal intime, intitulé « L'Écueil de naître », ce que m'a inspiré la lecture du Journal littéraire de Léautaud.» Serge Safran
    L'auteur: Serge Safran Poète, romancier, essayiste, critique, il est aussi cofondateur des éditions Zulma et fondateur des éditions qui portent son nom.

  • Il s'était dit que ce séjour changerait radicalement le sens de sa vie. Et, en même temps, il jouissait d'espérer que ce changement fût totalement utopique.
     
    Philippe, poète d'une trentaine d'années, vient chercher à Paris reconnaissance, relations, travail. Mais la mue qui s'annonce le plonge dans la mélancolie. Comment abandonner la vie libre, endiablée, qu'il a menée jusque-là ? Comment se séparer de Sandra, l'adolescente avec qui il vit une passion sans pareille ? Les années 70 s'achèvent, bientôt l'élan libertaire qui les a portées retombera, et Philippe, comme toute sa génération, est obsédé par la crainte que le bonheur, à l'heure où une vie nouvelle s'apprête à commencer, ne soit derrière lui.
     
    Serge Safran est né à Bordeaux et vit à Paris. Auteur de recueils de poésie, récits de voyages, lettres et journaux intimes, d'un essai, d'un roman et de textes érotiques, il est également directeur littéraire aux éditions Zulma et fondateur de Safran & Cie.

  • La stagiaire

    Serge Safran

    Même pour aller trois ou quatre jours à Barcelone, en sachant que le temps risquait de n'être pas clément, il me fut difficile de partir sans la revoir. Lors d'une matinée plutôt calme, elle vint vers moi pour me demander conseil, pour me montrer son travail, pour me proposer du thé. Ce désir de servir était-il inné ? C'était pour le moins une gentillesse qui dépassait la norme car rares étaient les stagiaires avant elle qui m'avaient porté une telle attention. De là à me faire des idées, à m'imaginer que. Nous avions reparlé des soirées à venir... Les occasions allaient se présenter de se voir en dehors du lieu de travail. Lui parler ? »
     
    Serge Safran est né à Bordeaux et vit à Paris. Auteur de recueils de poésie, récits de voyage, lettres et journaux intimes, d'un essai et de textes érotiques, il partage son temps entre une activité de journaliste au Magazine littéraire et de directeur littéraire aux éditions Zulma. La Stagiaire est son premier roman.

  • Heures tendres

    Serge Safran

    Rencontres éphémères mais intenses, expériences sexuelles ou affectives, ruptures et " disparitions ', les nouvelles de ce recueil sont autant d'" heures tendres ' qui parviennent à créer un univers profondément charnel. L'érotisme, très cru, y est distillé par petites touches percutantes.
    Qu'il s'agisse d'écrire un conte de Noël aux côtés de jeunes gens aux moeurs légères, de se noyer dans les yeux d'amours interdites, d'évoquer d'exquises maîtresses, tantôt soumises, tantôt indomptables, la chaleur italienne de Catia, les désirs fous de Pascale, la naïveté de Nadine, la beauté de Bérénice ou la fougue provocante de l'adolescente Lydia...

  • Un oiseau migrateur Nouv.

    Une femme iranienne, mère de deux enfants, vit aux côtés d'un mari qui ne la comprend pas et veut migrer au Canada pour une vie meilleure. Elle affronte son quotidien de femme qui n'a pas le choix, lassée de sa vie de famille, de ses déménagements et rêvant de liberté.
    Au fil des années, la narratrice - seul personnage à ne pas être nommé - exorcise ses peurs d'enfant, sa hantise du sous-sol où elle a vu mourir son père. Elle apprend à vivre en harmonie avec elle-même, à conquérir son indépendance, à se contenter de ce que le destin lui laisse. Et fait preuve d'un humour vif, parfois grinçant, mais en fin de compte plutôt optimiste.
    Chacun suit l'oiseau de ses rêves. La vie commune est-elle possible quand ces rêves ne peuvent rejoindre la réalité ?


  • En Corée du Sud, dans les années soixante, Chun et un copain de lycée abandonnent les cours pour vivre dans une grotte puis faire une virée dans leur pays.


    De retour à Séoul, ils se retrouvent avec leurs amis au café Mozart. Chun et Mia entament une relation amoureuse qui les entraîne vers l'île de Cheju. Mais Chun, arrêté pour avoir manifesté, rencontre Lieutenant avec qui il part travailler sur des chantiers, et en mer. C'est alors qu'il découvre l'« étoile du chien qui attend son repas », à savoir Vénus, et une autre façon de voir le monde.


    Un tumultueux périple initiatique à plusieurs voix, largement autobiographique, qui se termine avec ironie par le départ de Chun pour le Viêt Nam et une guerre qui n'est pas la sienne. Un subtil portrait de la jeunesse coréenne comme de celle de tous les pays, de toutes les époques. Et une méditation sur le sens à donner à sa vie au lieu de suivre des chemins tout tracés par les aînés.

  • Rien ne semble plus satisfaire Aude : sa vie à Lyon, son mari, son métier... Une douleur jamais guérie revient la hanter, la disparition de son amie Alice, quarante ans auparavant.
    Que s'est-il donc passé en 1976, à Venise, où Aude avait rejoint Alice, étudiante aux beaux-arts ? Pourquoi cette fille passionnée, idéaliste, a-t-elle disparu du jour au lendemain, laissant un vide que rien ni personne n'a pu combler ?
    Aude décide de mener l'enquête, contre la volonté de ses proches. Alternent alors les souvenirs de sa jeunesse, qui n'ont d'autre référence que Venise, une vie de bohème dans un palais abandonné, et un retour dans la Sérénissime d'aujourd'hui. Une confrontation entre passé et présent qui met à jour les failles de la personnalité d'Aude et dévoile une Alice sous un autre jour que celui idéalisé par le temps.
    L'histoire d'une amitié forte et singulière, à travers la vie d'une communauté de jeunes, dans les années soixante-dix et une Venise qu'aucun des protagonistes n'a pu oublier, tissée de rêves et de violences...


  • Il y a trente mille ans environ, Maÿtio, jeune femme de la tribu de Neandertal, est sauvée de la mort par l'une des trois divinités qui veillent sur son destin. Suite à la disparition tragique de son clan, il ne lui reste plus que les animaux sauvages pour compagnons qu'elle passe des jours à contempler, à s'imprégner de leur fougue. Maÿtio jette alors son dévolu sur une jument, E'wã, qui lui redonne la force de vivre, avant que celle-ci ne lui soit arrachée.
    Un jour, désespérée, Maÿtio se met à dessiner sur la paroi d'une grotte. Ce geste s'avère être son premier pas sur le chemin de l'art. Rejointe par d'autres femmes et hommes de sa tribu à chaque printemps, elle leur transmet sa vision du monde qui éveille en eux la joie, la mélancolie, la peur ou l'espoir.
    Grâce à l'originalité du tracé, du phrasé, de la forme, et au fil de la mélodie de ses mots, Béatrice Castaner fait revivre par son imaginaire toute une époque d'une splendide et sauvage beauté.


  • En banlieue parisienne, au 42 de la rue Marcelle, la cour de l'immeuble est devenue le lieu d'affrontement permanent entre Mme Fillolit, vieille femme acariâtre, et Dlahba, éternel bougon, membre de « L'Union des maçons de Billancourt ». Camille, leur voisin et ami, toujours prêt à rendre service, tente de maintenir un climat apaisé.


    Bientôt, l'irruption de Merveille, croisée sur le palier de Mme Fillolit, vient bouleverser ce fragile équilibre. Littéralement envoûté par la jeune femme, Camille va de surprises en surprises et découvre que Merveille est la fille unique de ses voisins ennemis. Mais plus étonnant encore, eux que tout oppose habituellement, s'accordent sur un point. Leur fille est une manipulatrice perverse déterminée à leur nuire.


    De foire en foire, de la région parisienne au sud de la France, Camille et sa meilleure amie Nadège, tous deux vendeurs itinérants, vont tenter de percer à jour les mystères entourant la très charmante Merveille.

  • 1934. Bérénice Capel, une adolescente juive, réussit le concours d'entrée au Conservatoire, contre la volonté paternelle. Rompant avec sa famille, la jeune fille au prénom prédestiné entame sa formation théâtrale dans la classe de Louis Jouvet grâce à l'aide de madame de Lignières, qui lui offre son nom. Bérénice de Lignières est douée, travailleuse, passionnée. Sa vie est désormais rythmée par l'apprentissage des plus grands rôles du répertoire, elle croise Édouard Bourdet, Véra Korène, Jean Gabin, Jacques Copeau, Jean-Louis Barrault. En 1937, elle est admise à la Comédie-Française.
    La montée du fascisme en Europe, les tensions politiques en France, les rivalités professionnelles, les intrigues amoureuses, rien n'entache le bonheur de Bérénice qui devient rapidement une comédienne de renom. Au tout début de l'Occupation, avant même la promulgation des lois raciales, la Maison de Molière exclut les Juifs de sa troupe. La belle et brillante sociétaire est rattrapée par son passé. Continuera-t-elle à cacher sa véritable identité, au risque de se perdre ? Va-t-elle rejoindre alors le compositeur Nathan Adelman pour une nouvelle vie en Amérique ?
    Bérénice 34-44, premier roman d'une impressionnante maturité, nous plonge dans les ors, arcanes et velours de la Comédie-Française et dans cette période trouble de l'histoire à travers le prisme d'un destin exceptionnel. Une trajectoire artistique captivante qui rend justice ainsi aux destins brisés par la folie meurtrière de la Seconde Guerre mondiale.

  • Avec une honnêteté qui n'exclut ni l'enthousiasme ni la critique, Salim Jay, de par ses origines et sa double culture, explore avec passion la littérature née de l'autre côté de la Méditerranée.
    Ce Dictionnaire des romanciers algériens, travail de presque un demi-siècle, accorde une priorité évidente aux romanciers, des grands classiques aux jeunes plumes. Sans délaisser pour autant récits, témoignages et références à la poésie, au théâtre ou au cinéma. Arabophones, francophones, issus de l'immigration ou natifs, tous les auteurs élus ici et classés par ordre alphabétique sont le plus souvent associés au contexte de leur temps. Ils révèlent l'histoire de l'Algérie, son rayonnement, ses impasses, ses combats, ses métamorphoses et l'évolution des moeurs.
    De Belamri à Sénac, de Dib à Myriam Ben, sans oublier Albert Camus et tant d'autres, voici plus de deux cents écrivains, toutes générations confondues, à découvrir ou à reconsidérer à l'aune de la liberté d'une lecture exigeante.

  • L'égout

    Andrija Matic

    En 2024, dans une Serbie devenue un État totalitaire, Bojan Radi´c, jeune professeur d'anglais au chômage, est contacté par Velibor Stretenovi´c, chef du Service national de la Sécurité, pour enseigner l'anglais à ses enfants, langue pourtant interdite de l'Occident ennemi. D'abord sur ses gardes, Bojan se rapproche de Stretenovi´c et commence à voir d'un meilleur jour la politique du Gouvernement de l'Unité populaire dont la devise est : UNITÉ FOI LIBERTÉ. Mais quand Bojan perd la confiance de Stretenovi´c, suite à sa rencontre avec Vesna, jeune femme séropositive, c'est le début d'une descente aux enfers.
    Sur les traces du 1984 de George Orwell, L'Égout donne une vision étourdissante d'un sombre avenir.


  • Un éleveur de chevaux aime raconter des histoires à ses deux fils.
    Un jour, une tempête les force à abandonner leurs travaux autour d'un étang. Un poulain y perd la vie, plusieurs de leurs chevaux sont embourbés.



    Brubeck, le cadet, est chargé de se rendre auprès de l'intendant militaire Peck, leur plus grand acheteur. Au bout de huit jours, inquiet de ne pas voir revenir son jeune frère, Anton part à sa recherche, fait de mauvaises rencontres, se retrouve ivre dans une maison close.
    Et le voilà enrôlé dans l'armée, à la veille d'une guerre dont il ignore tout. Grâce à son talent de conteur, hérité de son père, et à l'amitié de Spinoz, il tient le coup et apaise le coeur des soldats. Jusqu'à ce qu'il raconte l'histoire du « labyrinthe du fou » !



    L'auteur de Candide ne désavouerait pas cet envoûtant conte métaphysique contemporain.


  • Jack, marginal épris de liberté, élève des chevaux. Aidé par Chayton, individu troublant, il peine à joindre les deux bouts. Débarque sa fille, une adolescente qu'il connaît à peine tandis qu'à ses côtés Célie, jeune femme énigmatique, se débat dans une histoire familiale qui agonise.
    Jack prend alors la route pour essayer de s'en sortir, allant au- devant de drôles d'aventures. Et puis un jour, un industriel lui propose d'acquérir une partie de son élevage. Et d'aller choisir un étalon à Séville. Cette offre inespérée permettra-t-elle à Jack de reprendre sa vie en main ?
    Le corps-à-corps entre idéal et réalité, parfois épique, souvent émouvant, imprègne de manière captivante tout l'entourage de Jack et son cheptel aux allures de ranch du Far West.


  • Paul Esnault prend le train pour se rendre à des obsèques dans une petite ville nommée Lahaye. Il y a autrefois passé les vacances d'été chez ses grands-parents. Il se remémore le dernier été, l'été 1964, à partir duquel il n'est plus revenu dans cette petite ville de Touraine. Ce fut l'été des initiations amoureuses, l'été où il sortit de l'enfance. Un été qu'il passa entouré de Suzanne, sa grand-mère devineresse, son grand-père spécialiste en appareils ménagers, ses oncles Dédé, revenu d'Algérie, et Bertrand doué pour bidouiller n'importe quel circuit électrique. À la table familiale il y avait aussi sa mère, Louise, et la femme de Bertrand, Marie-Claire. Et parfois Joseph, voisin et ami du grand-père Brain, un ancien professeur qui bricole dans le jardin et le verger et qui, aux dires de Suzanne, a la langue bien pendue. Pouvait aussi s'y asseoir monsieur Bourgueil, ami de pêche d'André. Mais surtout, de derrière le mur de la cour, on pouvait entendre le piano de Charlotte Versini...

  • Pianiste de talent reconvertie dans le journalisme, avec une vie de couple qui bat de l'aile, Olga part en reportage à Toulon. Elle doit y recueillir le témoignage d'une vieille femme russe pensionnaire depuis longtemps d'un sanatorium. Maria Koltchak, qu'on a dit folle, affirme être une ancienne détenue du goulag stalinien et désire se confier avant de mourir.
    Au fil des entretiens, on assiste à une tragédie familiale sur fond d'histoire de l'URSS. Aidée par le directeur de l'hôpital, Olga tente de renouer chacun des fils d'un récit palpitant marqué par la trahison et l'espoir. Elle remonte avec Maria dans les profondeurs de ses souvenirs, notamment celui de la recherche de sa fille disparue.
    À travers ses yeux, la jeune femme découvre Moscou, la Sibérie, elle retourne là où tout a commencé, lors d'un dernier printemps à Paris...

  • Circulus

    Marie Rouzin

    Dans les bois, à la périphérie d'une très grande ville, une jeune femme solitaire rencontre une future mère, Andronica. Elle l'accompagne dans une roulotte pour assister à son accouchement. Naissent deux garçons, fruits d'une grossesse non désirée. Commence alors un long voyage pour ces deux femmes, bientôt rejointes par d'autres, pour retrouver le père. Avec la volonté farouche de les lui faire reconnaître. Ce voyage initiatique est riche de rencontres : une veuve vendeuse de beignets, une femme éperdue de colère, deux frères prêts à élever les enfants, des ouvriers sur un chantier, une troupe de cirque. Violence et difficulté d'exister prédominent dans cette quête non sans le lyrisme d'une parole quasi incantatoire.

    Prix littérature de la ville de Caen-Normandie 2019

  • La rébellion des Gilets-jaunes depuis novembre 2018 ? Au-delà des raisons politiques et sociales, un historien s'est intéressé à l'événement comme un cas de figure de la rumeur au XXIe siècle : Puissance des réseaux sociaux, fake news et bobards d'État, guérilla de l'intox et de la contre-intox ont forgé les enchaînements et les événements de la colère française. Sylvain Boulouque, spécialiste des radicalités politiques fait le récit d'un conflit hors normes. Il explique comment monte une rumeur moderne, s'organise un mouvement en ligne, interfèrent des extrémistes de droite et de gauche, contrecarre l'État sur le même terrain de l'intox. Il nous fait mieux comprendre comment les Gilets-jaunes marquent une rupture dans l'histoire violente de la France manifestante. Quand les nouvelles technologies et les techniques de communication écrivent l'histoire immédiate, l'historien doit et peut aider plus que jamais à démêler le vrai du faux.

  • Deux siècles en arrière. 24 mars 1905. Louis Capelle voit sa scierie réduite en cendres suite à un incendie ravageur. Endetté, il décide alors de partir à l'aventure en Patagonie, terre qui regorgerait de richesses minières et en laquelle il a de grands espoirs.
    C'est sur ce début d'aventure ambitieuse que la narratrice du même patronyme commence son enquête dans la maison familiale suite au décès de son père. C'est en se plongeant dans ces correspondances épistolaires partagées entre deux continents qu'elle retrace les pas de cet homme.
    Périple, solitude, pauvreté, amour à sens unique, son histoire singulière en apparence se trouve être le véritable puzzle généalogique, dont l'aboutissement n'élucide pas tous les mystères

  • Mal aimé par ses parents dans son enfance, ignoré par sa compagne Béatrice (alias BB-Béa) et relégué dans la chambre du bébé (des anciens locataires !), Barthélémy Martin est un « désolé chronique ». Il se demande bien pourquoi il existe, cherche un sens à sa vie et se demande si elle vaut la peine d'être vécue avec une droguée aux séries tv. D'où une série de lettres qu'il poste à un psy inconnu. Ne sachant pas s'il est dépressif ou non, il décide parallèlement de consulter. S'ensuit un enchaînement de séances loufoques chez le docteur Blavar, psychiatre fantaisiste, puis chez son frère jumeau, également psy mais adepte des « questionnaires à choix multiples ».
    Dans sa quête, Barthélémy croise une « dame aux pigeons », des beaux-parents qui lui sont cachés et une mystérieuse femme à imperméable rouge...
    Humour, satire et belle méditation sur la relation à l'autre, ce roman épistolaire impose la musique très personnelle d'Isabelle Minière, porteuse de tendresse et d'espoir.

  • Sonja, jeune femme à la chevelure rousse, fuit son passé militaire en Afghanistan et lutte contre ses cauchemars. Elle se déplace et dort dans un van. Tout en enchaînant des petits boulots, elle erre dans le sud de la France.
    Échouée à Mèze, dans l'Hérault, elle rencontre Pierre, ancien champion olympique de saut à la perche, homme aux rêves brisés. Puis se lie d'amitié avec Sabine qui la fait embaucher dans un supermarché, et Abbes, fils de harki au casier judiciaire bien rempli.
    Entre Mèze, Sète et Balaruc-les-Bains, sur les bords de l'étang de Thau, tous les quatre vont tenter, chacun et ensemble, de s'inventer de nouveaux horizons, un nouvel avenir.

  • Loki 1942

    Pierre Benghozi

    Stavanger, Norvège, hiver 1942. L'institutrice Ida Grieg et ses cinq plus mauvais élèves sont condamnés à mort en représailles à un attentat commis contre l'occupant Allemand.
    Des six personnes présentes dans la classe, une seule, choisie au hasard, sera épargnée. Or Ida, résistante, est détentrice d'un poème de la mythologie scandinave qui renferme un message destiné à son réseau. Elle n'a qu'une nuit pour essayer d'apprendre à ses cancres les vers de Loki, l'ancien dieu de la discorde.


  • « Voilà comment moi, ex-Gaston Galibert, vivant depuis peu sous une identité falsifiée, de femme s'il vous plaît, juive de surcroît, je suis devenu un meurtrier. Fantôme, travesti, assassin. Une fois les faits établis, je n'ai eu qu'à traverser la boutique en trombe, à prendre mes jambes à mon cou et à me tirer aussi loin que possible de l'endroit où se trouvaient encore Ezra Yankelowitz et sa grosse bagnole. » Gaston Galibert se fait passer pour mort afin de commencer une nouvelle vie. Il laisse derrière lui femme et enfants, se procure de faux papiers. Mais, contre toute attente, il se voit contraint de vivre sous l'identité de « Marguerite Schwartz ». D'Étretat à Paris, de Buenos Aires à Valparaíso, le voici plongé dans un univers interlope peuplé de travestis, transsexuels.


    Au fil de ce voyage insolite, le lecteur, tout à la fête, ne sait plus où donner de la tête !

empty