XIXe siècle

  • NOUVELLE ÉDITION DE L'UN DES PLUS GRANDS BEST SELLERS DE LA DERNIERE DECENNIEEn 1875, un chef cheyenne demanda au président Grant de lui faire présent de 1000 femmes blanches à marier à 1000 de ses guerriers afin de favoriser l'intégration.
    Prenant pour point de départ ce fait historique, Jim Fergus retrace à travers les carnets intimes d'une de ceS femmes blanches, May Dodd, les aventures dans les terres sauvages de l'Ouest de ces femmes recrutées pour la plupart dans les prisons ou les asiles psychiatriques.
    C'est à la fois un magnifique portrait de femme qu'il nous offre ainsi, un chant d'amour pour le peuple indien, et une condamnation sans appel de la politique indienne du gouvernement américain d'alors.
    Cette épopée fabuleusement romanesque, qui s'inscrit dans la grande tradition de la saga de l'Ouest américain, a été un événement lors de sa publication aux États-Unis. Elle a été encensée par les plus grands écrivains américains. Les droits de ce livre ont été achetés par Hollywood.À sa parution en 2000, Mille Femmes blanches a inauguré la littérature étrangère au cherche midi.

  • Captive

    Margaret Atwood

    1859. Grace Marks, condamnée à perpétuité, tourne lentement en rond dans la cour d'un pénitencier canadien. À l'âge de seize ans, elle a été accusée de deux meurtres horribles. Personne n'a jamais su si elle était coupable, innocente ou folle. Lors de son procès, après avoir donné trois versions des faits, elle s'est murée dans le silence : amnésie ou dissimulation ? Le docteur Simon Jordan, jeune et prometteur spécialiste de la maladie mentale, veut découvrir la vérité. Il obtient l'autorisation de rencontrer Grace, de la faire longuement parler... Avec lui, la prisonnière va dévider le terrible fuseau de ses souvenirs : son enfance irlandaise, l'agonie de sa mère sur le bateau qui les emmène au Canada, ses emplois de domestique, la mort de sa seule amie... À écouter ce récit, Grace ne semble ni démente ni criminelle, et pourtant, que sont ces troublants rêves qu'elle cache à Jordan : cauchemars, hallucinations ou réminiscences d'actes monstrueux ? Inspiré d'un fait divers sanglant qui a bouleversé le Canada au XIXe siècle, Captive plonge le lecteur dans un fascinant mystère, oscillant sans cesse entre vérité et mensonge. Après l'adaptation de La Servante écarlate pour le petit écran, unanimement saluée par la critique, ce roman est lui aussi devenu une série TV, sous le titre Alias Grace, avec Sarah Gadon, Zachary Levi et Anna Paquin au casting.

  • Édition enrichie (Préface, notes, commentaires sur l'oeuvre, chronologie et bibliographie)A tous ceux  qui crevèrent d'ennui au collège ou qu'on fit pleurer dans la famille, qui, pendant leur enfance, furent tyrannisés par leurs maîtres ou rossés par leurs parents, je dédie ce livre.
    Jules Vallès
    Fils d'un professeur de collège méprisé et d'une paysanne bornée, Jules Vallès raconte : « Ma mère dit qu'il ne faut pas gâter les enfants et elle me fouette tous les matins. Quand elle n'a pas le temps le matin, c'est pour midi et rarement plus tard que quatre heures. » Cette enfance ratée, son engagement politique pour créer un monde meilleur, l'insurrection de la Commune, Jules Vallès les évoqua, à la fin de sa vie, dans une trilogie : L'Enfant, Le Bachelier et L'Insurgé. La langue de Jules Vallès est extrêmement moderne. Pourtant, l'histoire de Jacques Vingtras fut écrite en 1875 et c'est celle des mal-aimés de tous les temps !
    Préface de Philippe Bonnefis.
    Commentaires et notes de Dolorès Rogozinski. 

  • Quelques enfants, Catherine, ses frères et ses soeurs, sont les héros de ce roman. Avec eux, nous voici transportés en Limousin dans les années 1875.
    Leur enfance, lorsque la famille aura été chassée de la ferme qu'elle exploitait, ne sera qu'une longue suite d'épreuves dans les faubourgs de la ville où ils ont trouvé refuge. Et pourtant leur pauvre histoire - la misère chaque jour surmontée, courageusement, patiemment, sans vaine révolte, mais comme avec la prescience d'un avenir moins inhumain -, cette histoire exemplaire, s'auréole d'une lumière de tendresse et de joie qui continue longtemps à rayonner en nous. C'est que ce livre où s'affirme un grand romancier est aussi l'oeuvre d'un véritable poète, d'un homme qui, avec les mots les plus simples, transfigure ce qu'il raconte sans lui enlever rien de sa force ni de sa vérité.
    Lisez la suite de l'histoire de Catherine et de ses amis dans :
    Tome 2: La Fabrique du roi

    Tome 3: Les Drapeaux de la ville

    Tome 4: La Dernière saison

  • Un hommage appuyé à ceux qu'on appelait les nouveaux bâtisseurs de cathédrales au XIXe siècle, magiciens de l'ingénierie, adorateurs du dieu Progrès, dont Gustave Eiffel.

    Au XIXe siècle, il y eut une nouvelle génération de bâtisseurs. Ils travaillaient l'acier, le fer, le cuivre ou la pierre, partaient à l'assaut du ciel et vénéraient tous le même dieu, qu'ils nommaient Progrès.
    Juin 1863, deux hommes aux tempéraments opposés mais unis par la même passion vont se rencontrer dans l'immensité désertique de la plaine d'Andalousie. L'un, Gustave Eiffel, jeune ingénieur ambitieux, veut s'établir à son compte comme constructeur. L'autre, Clément Delhorme, pionner des vols d'altitude en ballon, à la tête d'une famille bohème établie à l'Alhambra de Grenade, est à l'origine des premiers modèles de prévision météorologique.
    À partir de ce jour, les deux génies vont lier leurs vies et leurs envies de records, et se façonner un destin à la hauteur de leurs rêves.

  • Avec La Fabrique du roi - qui poursuit le cycle du Pain noir mais forme un roman indépendant - l'histoire de Catherine continue. La mère est morte ; le père, accablé par le chagrin, n'est plus qu'un homme brisé. C'est à Catherine, avec ses treize ans, que revient soudain la charge de toute la maison : il faut élever les deux petites soeurs, il faut contraindre le père à vivre, il faut vivre. Dans ce combat contre la misère, Catherine n'est pas seule : il y a son frère Francet et ses amis, Julie, Amélie, Aurélien ; il y a le père Baptiste, le tourneur, qui ouvre devant eux les portes de " La Fabrique du roi " et d'un monde nouveau ; il y a aussi la belle Émilienne qui se dresse sur la route obscure de l'enfant comme un espoir insensé. C'est le temps de l'adolescence : les rires se mêlent aux pleurs, les jeux aux travaux, l'amour naît de l'amitié...
    Il n'est pas possible, ayant rencontré Catherine, de ne point l'aimer et ne pas souhaiter marcher longtemps avec elle sur le chemin de sa vie. Tendre, fière et courageuse, elle est la lumière de cette oeuvre rayonnante qui place son auteur au nombre des grands romanciers d'aujourd'hui.
    Lisez la suite de l'histoire de Catherine et de ses amis dans :
    Tome 3: Les Drapeaux de la ville

    Tome 4: La Dernière saison


  • Le Pain noir, La Fabrique du roi, Les Drapeaux de la ville - les années passent, la vie dans le Limousin de la fin du siècle dernier et du début de celui-ci poursuit son cours. Pour Catherine et les siens sonne la fin de la grande pénitence ; le bonheur, auquel on avait cessé de croire, sourit enfin. Mais aussi l'Histoire a tourné. Dans la grande ville industrielle où tous se sont transportés, un monde nouveau naît chaque jour de l'effort de ceux qui travaillent à éveiller la conscience des pauvres : des drapeaux éclatants surgissent à côté du tricolore dans les rues de la ville. Avec l'année 1900, un immense espoir se lève...
    Sur cette toile de fond ardente et colorée, des figures nouvelles apparaissent auprès de Catherine, d'Aurélien, de Francet et de leurs amis. Sur l'ancien monde immobile, souffle un vent plus vif qui exalte et emporte. Catherine elle-même n'échappe pas à la folie de cette curieuse " Belle Époque ". Chaque volume de ce grand cycle romanesque forme un roman indépendant ; mais, à suivre les héros de G.-E Clancier de livre en livre, on éprouve ce plaisir rare : retrouver des amis très chers et constater qu'ils restent fidèles à eux-mêmes.
    Lisez le dernier tome du grand cycle romanesque de Georges-Emmanuel Clancier dans:
    Tome 4: La Dernière saison.

  • Pour la famille Charron le combat quotidien contre la faim et la misère est terminé, mais d'autres luttes plus terribles menacent les hommes.
    L'aube du XXe siècle n'a pas teu ses promesses de liberté et de justice pour les porcelainiers. 1905: la révolte gronde chez les jeunes syndicalistes et le sang coule sur les pavés de Limoges. 1914: les hommes partent à la guerre pour en revenir mutilés dans leur chair et blessés dans leur âme.
    Il y aura d'autres grèves, d'autres guerres, mais pour Catherine, après la mort d'Aurélien, son compagnon de toujours et son époux, après le départ de Frédéric, devenu le maître des ouvriers, lui le fils de l'ouvrière trop souvent humiliée, après la souffrance et le désenchantement, c'est le temps de la sérénité et des souvenirs...
    L'ultime tome du grand cycle romanesque de Georges-Emmanuel Clancier.

  • Écrit entre Les Trois Mousquetaires et Le Comte de Monte Cristo, un formidable roman d'Alexandre Dumas enfin tiré de l'oubli.
    À la mort du roi Louis XIV, son neveu, Philippe d'Orléans, est nommé régent du royaume de France. Tout en continuant à mener une vie frivole, il gouverne le pays avec son âme damnée, le machiavélique abbé Dubois - comme, en son temps, Louis XIII l'avait fait avec le cardinal Richelieu.
    Lorsque le récit commence, le Régent fait sortir du couvent breton, où elle est enfermée depuis son plus jeune âge, sa fille cachée et illégitime, Hélène de Chaverny. Amoureuse du jeune chevalier Gaston de Chanlay, celle-ci ignore qu'il est mêlé à une conspiration, initiée par la noblesse bretonne, visant à assassiner le Régent. Dubois, dont les espions sont partout, compte bien mettre à profit cette situation pour assouvir ses ambitions personnelles.
    On retrouve dans ce roman, écrit avec la collaboration d'Auguste Maquet, tous les ingrédients qui ont fait le succès des chefs-d'oeuvre de Dumas : une description vive de la France de l'époque, son pouvoir, ses révoltes, ses complots. Après d'Artagnan le Gascon, c'est au tour de Chanlay le Breton de se retrouver bien malgré lui au milieu de l'échiquier politique. Avec le Régent et Dubois, Dumas nous offre un duo fascinant qui, à l'ombre de la raison d'État, pactise ou s'affronte selon les circonstances. Sans conteste un très grand cru qui se savoure avec délice.

  • Automne 1910. Voici longtemps que Sherlock Holmes et le docteur John Watson combattent R'luhlloig, l'Esprit Caché lié au professeur James Moriarty.
    L'Europe glisse inexorablement vers la guerre, et un autre conflit, d'ampleur cosmique, approche de son point culminant ; en une seule nuit, les membres les plus éminents du Club Diogène connaissent une mort atroce, apparemment de leur propre main. Holmes soupçonne un espion allemand qui travaille pour R'luhlloig...
    Retranché sur la côte anglaise, le duo est confronté à une nouvelle menace. Trois femmes ont disparu de la ville voisine de Newford.
    D'après la légende, d'étranges créatures amphibies, habitant une cité bâtie au fond de l'eau, viennent sur la terre ferme tous les deux ou trois siècles chercher de nouvelles proies.
    Le décor est planté pour l'ultime bataille qui verra s'opposer Sherlock Holmes et John Watson aux démons marins du Sussex, et peut-être à Cthulhu lui-même...
    « Lovegrove est un maître de l'hommage à Sherlock Holmes et décrit à merveille les horreurs lovecraftiennes. Passionnant. » The Guardian
    « Lovegrove crée un monde qui pourrait tout aussi bien être né de la plume de Sir Arthur Conan Doyle, et dans lequel naturel et surnaturel se mêlent harmonieusement. » Set the Tape
    « Une histoire captivante et prenante. » The Tattooed Book Geek

  • Automne 1880. Le Dr John Watson rentre tout juste d'Afghanistan. Blessé et prêt à tout pour oublier une expédition cauchemardesque qui l'a conduit à douter de sa santé mentale, Watson voit sa vie changer lorsqu'il fait la connaissance de l'extraordinaire Sherlock Holmes. Le détective enquête sur une série de décès survenus dans le quartier londonien de Shadwell. Plusieurs victimes qui semblent mortes d'avoir été affamées pendant des semaines ont été retrouvées, alors que des témoins les ont vues vivantes et en bonne santé à peine quelques jours plus tôt... De plus, d'inquiétants témoignages évoquent des ombres furtives qui inspireraient l'effroi à quiconque les approcherait.
    Holmes établit un lien entre les morts et un sinistre baron de la drogue qui cherche à étendre son empire criminel. Cependant, Watson et lui sont bientôt obligés d'admettre que des forces sont à l'oeuvre dont la puissance dépasse l'imagination. Des forces que l'on peut invoquer, à condition d'être assez audacieux ou assez fou...
    « Avec un talent consommé, Lovegrove évoque le style de Doyle tout en ajoutant une bonne dose d'éléments macabres et fantastiques caractéristiques du mythe de Cthulhu... Avec ce roman, il met la barre très haut. » - San Francisco Book Review
    « Incontournable. » - Bio Gamer Girl

  • Le troisième volet des aventures de Ross Poldark. La saga culte de Winston Graham, dont la série est actuellement diffusée sur Netflix et RMC Story.
    Le troisième volet de la saga culte, diffusé actuellement sur Netflix et RMC StoryEn ces années 1790, la vie de couple de Demelza et de Ross, déjà pleine de péripéties, traverse une de ses périodes les plus orageuses au moment où le dernier pari en date de Ross, une spéculation minière, semble aboutir à un échec.Les relations de Ross avec Elizabeth, veuve de son cousin Francis, deviennent telles que Demelza, poussée par le chagrin et la colère, se laisse dangereusement tenter par un bel officier écossais, et doit faire un choix dramatique entre celui-ci et sa fidélité à Ross.D'autres personnages surgissent autour d'eux, notamment Drake, l'un des frères de Demelza, qui aime d'un amour partagé, mais apparemment impossible, Morwenna, une nièce d'Elizabeth.En contrepoint de ces événements, il y a la haine qui oppose depuis toujours Ross à George Warleggan, et la périlleuse expédition que Ross entreprend pour délivrer son vieil ami, le docteur Dwight Enys, d'un camp de prisonniers de guerre anglais en France.

  • La vie de Tseu-hi, dernière impératrice de Chine, contée par Pearl Buck, prix Nobel de littérature 1938. Un classique devenu indisponible.
    Issue d'une famille pauvre, Yehonala devient à 17 ans l'une des centaines de concubines de l'Empereur, au sein de la Cité interdite. Mais sa beauté et ses dons pour la manipulation lui permettent vite de devenir l'une des favorites du souverain. Jusqu'au jour où, accouchant d'un héritier, elle est nommée... impératrice !L'accession au pouvoir de cette femme redoutée au sein de la cour, mais adulée par les masses, témoigne aussi de la transformation de la Chine archaïque. Jusqu'où, à force de volonté et de ruse, ne montera-t-elle pas ?Pearl Buck fait revivre les traditions sacrées, les rites et les moeurs de la Chine impériale. Elle retrace le destin prodigieux et la vie intime de Tseu-hi, l'impératrice qui tint sous sa coupe, pendant un demi-siècle, la plus grande nation du monde.

  • Jane Austen

    Jane Austen

    Le Classcompilé n° 89 comprend les 6 romans achevés de Jane Austen. Il s'agit des traductions françaises contemporaines de Jane Austen.
    Jane Austen, née le 16 décembre 1775 à Steventon, dans le Hampshire en Angleterre, et morte le 18 juillet 1817 à Winchester, dans le même comté, est une femme de lettres anglaise. Son réalisme, sa critique sociale mordante et sa maîtrise du discours indirect libre, son humour décalé et son ironie ont fait d'elle l'un des écrivains anglais les plus largement lus et aimés. (Wikip.)
    Version 1.3
    On consultera les instructions pour mettre à jour ce volume sur le site lci-eBooks, rubrique "Mettre à jour les livres"
    CONTENU DE CE VOLUME :
    ROMANS
    Raison et Sensibilité (1811)
    Orgueil et Prévention (1813)
    Emma (1814)
    Le Parc de Mansfield (1815)
    Persuasion (1818)
    L'Abbaye de Northanger (1818)
    VOIR AUSSI
    Mansfield-Park
    La Nouvelle Emma (critique de Villeneuve)
    Revue des Romans/Jane Austen
    Le Roman classique en Angleterre - Jane Austen
    Miss Austen
    Le Roman réaliste en Angleterre avec Jane Austen
    Une romancière réaliste d'autrefois - Jane Austen
    Jane Austen (Rague)

    Note : l'orthographe de 1800 est conservée : Les "t" finaux des adjectifs sont omis au pluriel.

    Les livrels de lci-eBooks sont des compilations d'oeuvres appartenant au domaine public : les textes d'un même auteur sont regroupés dans un eBook à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur. On trouvera le catalogue sur le site de l'éditeur.

  • - 50%

    Victoria

    Daisy Goodwin

    « Daisy Goodwin parvient à créer du suspense en donnant vie à Victoria à partir de ses lettres et son journal intime, tout en rendant justice à l'esprit et à l'indépendance qui ont fait de cette reine l'un de nos plus grands monarques. » - The Times
    « Pétillant et plein de charme... Une lecture délicieuse et pleine d'esprit. » - The Sunday Times
    « À mes yeux, Madame, vous êtes en tout une reine. »
    Alors qu'elle vient tout juste d'avoir dix-huit ans, Alexandrina Victoria devient reine de Grande-Bretagne et d'Irlande. Dès lors, la jeune souveraine surprend tout le monde : elle abandonne son prénom détesté pour adopter celui de Victoria, insiste pour avoir ses propres appartements et est déterminée à rencontrer ses ministres seul à seul. L'un d'entre eux, Lord Melbourne, devient très vite son secrétaire particulier. Il aurait peut-être pu devenir davantage... si tout le monde n'avait pas soutenu que la reine devait épouser son cousin, le taciturne prince Albert.
    Mais ce que Victoria ignore encore c'est qu'en amour comme en politique, il ne faut pas se fier aux apparences.
    Une nouvelle fresque pour tous les inconditionnels de Downton Abbey ! Victoria est diffusé sur ITV, avec un scénario écrit par Daisy Goodwin. Parfait pour les fans d'épopées comme Guerre et Paix, Poldark ou Grantchester...
    Mot de l'éditeur :
    Tirant parti des journaux intimes de Victoria et de son indiscutable talent à donner vie à l'Histoire, Daisy Goodwin nous révèle l'intériorité de la jeune reine de manière plus riche que jamais dans ce magnifique roman.
    « Un excellent roman historique et un nouveau talent majeur. » - Sunday Express
    « Un récit tout à fait évocateur de la période et qui vous happe vraiment. » - Woman & Home
    « Une roman intelligent et divertissant. » - Good Housekeeping
    « Des personnages incroyablement bien dessinés, des détails historiques exquis... une lecture pétillante. » - Elizabeth Buchan
    « Un travail de documentation irréprochable, un souci du détail parfait, et l'impressionnante Victoria prend vie sous nos yeux. » - Sunday Mirror
    « Daisy Goodwin démontre sa capacité admirable à mêler l'étendue de ses connaissances sur la période à ses talents de conteuse. » - The Sunday Times
    « Méticuleusement documenté et narré de main de maître, voici le parfait divertissement de cet hiver. » Mail on Sunday
    « Captivant et passionnant. » - My Weekly

  • Dans cette nouvelle grande saga, Michel David nous entraîne au coeur de l'histoire québécoise, cette fois au temps de la colonisation, dans une province en plein développement. En 1870, au bord de la rivière Nicolet, une région agricole s'affirme et veut devenir une paroisse autonome. Des cultivateurs francophones et anglophones s'affrontent : les Canadiens contre les Irlandais, les Beauchemin contre les Ellis, les Rouges contre les Bleus, le rang Saint-Jean contre le rang Sainte-Ursule. Seules une mission et une religion communes les forcent à cohabiter. Émotions intenses, dialogues colorés, personnages attachants : les fidèles lecteurs de Michel David retrouveront avec plaisir le ton et l'univers uniques de ce grand romancier populaire trop tôt disparu.

  • Conan Doyle avait raison de considérer "La Compagnie blanche" et "Sir Nigel" comme ses oeuvres les plus réussies: les descriptions des personnages (physique et psychologique), des paysages, du système féodal, des voyages, de la situation politique à l'époque des aventures de Sir Nigel donne l'impression au lecteur d'être transporté au Moyen Âge.

    Nous retrouvons ici un Sir Nigel bien jeune, dont le seul titre de noblesse est celui d'écuyer: il cherche à rendre une renommée à sa famille et à gagner le coeur de Mary, son aimée, en se livrant à une course aux honneurs et aux exploits. Tout cela sur un rythme qui vous tiendra en haleine...


    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • 1871. Affligé par la maladie, Baptiste ne peut plus marcher ni parler. La famille Beauchemin est forcée de se réorganiser autour de Donat, le fils aîné, qui hérite de toutes les tâches qu'exige l'exploitation de la ferme.
    En plus de veiller sur son époux, Marie tente de garder le contrôle sur la maisonnée. Xavier s'affaire au défrichage de sa terre, Bernadette fait l'école alors que Camille s'affirme de plus en plus comme une femme forte et déterminée.
    Le village de Saint-Bernard-Abbé est toujours aussi animé avec Samuel Ellis qui se prend pour le maire, Liam Connolly seul avec quatre enfants, le curé acariâtre, Constant Aubé qui courtise Bernadette, sans compter soeur Marie du Rosaire qui étourdit tout le monde avec son bavardage incessant.
    Si les affrontements entre Irlandais et Canadiens sont exacerbés à l'occasion de l'élection d'un certain Wilfrid Laurier, le mariage entre une Beauchemin et un Connolly est le signe irréfutable que les temps changent.

  • Lorsqu'il écrit Histoire d'un crime, Victor Hugo rend hommage à Juliette Drouet en ces termes : « L'ordre de me fusiller si j'étais pris avait été donné dans les journées de décembre 1851. Si je n'ai pas été pris et, par conséquent, fusillé, si je suis vivant à cette heure, je le dois à Mme Juliette Drouet qui, au péril de sa propre liberté et de sa propre vie, m'a préservé de tous les pièges (...) » En retraçant le contexte historique et affectif de cette période exceptionnelle où Victor Hugo, l'un des pires opposants à Napoléon III, se bat sur les barricades, l'auteur révèle une facette de cet homme, peu connue du public, protégé par une femme. C'est aussi un hommage particulier à Juliette Drouet, à la femme, à l'actrice, à la mère, à l'amante, à la force de son amour devenu légendaire, à son talent d'écriture, à ses émotions et à son intelligence. Autant de raisons qui cristallisent ces dix jours de fuite incessante dans un contexte social de crise et de révolution.

  • Le quatrième roman de la saga Au bord de la rivière nous plonge une dernière fois dans le quotidien agité du petit village de Saint-Bernard- Abbé, théâtre des discussions animées entre francophones et anglophones, personnages colorés et savoureux dont seul Michel David a le secret.

  • Le géomètre Jacques Duplessis a rejoint tardivement le corps expéditionnaire français en Égypte et s'est établi dans la petite ville de Rosette. Un soir de mars 1801, il est témoin à ses dépens d'une scène ésotérique étrange où apparaît l'ombre d'une tête de chacal. Il décide de percer le mystère. Au cours de son enquête menée conjointement avec le lieutenant Jean-Baptiste Desfournaux, il fait la connaissance de Julie, une orpheline adoptée par son oncle paternel. Or, ce dernier n'est pas tout à fait étranger à cette affaire, ce que ne perçoit pas tout de suite Jacques, fasciné par la jeune femme et guidé par une fausse piste. Tandis qu'ils assistent impuissants à l'effondrement de la domination française en Égypte, les deux hommes tentent de dénouer l'imbroglio qui les mène jusque dans des catacombes au milieu de moines franciscains aux pratiques douteuses.

  • Montréal, 1884: la plus grande ville du Canada. À peine descendue du train, Félicité mesure tous les dangers de la métropole. Heureusement, un bon ange veille sur elle, incarné en Phébée, une jolie blonde. Avec elle, l'institutrice déchue fait la connaissance d'une faune humaine bigarrée, de lieux plus ou moins licites et de plaisirs jusque-là inconnus. Tirée de l'isolement subi dans une école reculée, Félicité commence une nouvelle existence. Elle découvre d'abord une maison où des locataires vivent dans la promiscuité et puis une manufacture où des centaines de femmes tentent péniblement de s'arracher à la misère. Mais Montréal, c'est aussi les parcs et surtout le carnaval, où les garçons abordent les jeunes filles et où la morale se relâche un peu. Or, là encore, des hommes en soutane veillent, assistés des plus curieux auxiliaires, prêts à fustiger le péché où qu'il se trouve. D'autres fardeaux se font omniprésents: la pauvreté et l'effroyable saleté de la ville pèsent sur chacun. Dans l'univers de Félicité, la vie demeure d'une infinie fragilité.

  • Baptiste Beauchemin s'est éteint. Après l'hommage rendu au disparu, la vie reprend son cours au bord de la rivière. Irlandais et francophones se querellent encore, que ce soit sur l'ouverture d'une nouvelle école de rang bilingue ou sur le site du futur presbytère. Mais ces rivalités s'estompent lorsqu'il est question de contenir le curé Désilets, toujours aussi haïssable. Le village accueille deux nouveaux habitants: Paddy Connolly et le notaire Valiquette, qui deviendront rapidement des figures importantes de la nouvelle paroisse, n'en déplaise à certains...
    Chez les Beauchemin, Xavier est bien décidé à demander la main de la belle Catherine dont la réputation fait beaucoup jaser. Emma doit affronter une grande épreuve, alors que Camille voit son mariage se dégrader. Donat, lui, s'impose de plus en plus comme le chef de la ferme, ce qui fera de la chambre des maîtres un sujet chaud entre sa femme et sa mère.

  • Le roman s'ouvre sur le naufrage de l'Empress of Ireland, le 29 mai 1914, dont Alfred Picard est l'une des nombreuses victimes. Avec l'aide de ses enfants, Marie assumera l'avenir du commerce. Maintenant adolescente, Thalie désire devenir médecin, un rêve presque impossible pour une Canadienne française de l'époque. Mathieu, de son côté, poursuit ses études dans le but d'être avocat.L'autre famille Picard, celle de Thomas, continue de vivre avec les conséquences des événements survenus en 1908. Les funérailles d'Alfred fournissent l'occasion à Fernand Dupire de renouer avec Eugénie. Son jeune frère Édouard, enfin libéré des études classiques, a entrepris son apprentissage de futur commerçant au détail et courtise une jeune beauté du Faubourg Saint-Roch.Le calme relatif de ces existences se trouve bouleversé par le déclenchement de la Première Guerre mondiale, pendant l'été 1914. Durant des mois, la vie ne semble guère différente, excepté les emplois devenus plus nombreux. Mais l'enlisement du conflit rend bientôt probables des mesures de conscription. Les nationalistes de langue française s'opposent de façon véhémente à cette éventualité, alors que les Canadiens de langue anglaise exigent qu'ils partagent avec eux le «prix du sang». Mathieu et Édouard sont en âge de grossir les rangs de l'armée. Le premier verra de près la boucherie; le second tentera d'y échapper, préférant les plaisirs de la vie bourgeoise et de la chair aux horreurs de la guerre.À la fin du mois de mars 1918, alors que la tension est à son comble, les militaires tirent sur la foule. Le sang coule dans les rues de la Basse-Ville. Le prix du sang, les Canadiens ne le paieront pas qu'en Europe.

empty