Guides Navigation

  • Sables mouvants, tourbillons, trous d'eau... Noyades en série, naufrages de mariniers... Crues terribles qui effacent tout sur leur passage... Plantes invasives allergènes, poissons féroces à la gueule immense... Cyclistes de la Loire à Vélo renversés, kayakistes pendus par les pieds dans les racines des aulnes... Menace des centrales électriques nucléaires qui cacheraient toute sortes de maux...
    La Loire, plus long et plus beau fleuve de France, chargé d'histoire, de patrimoine et de culture, serait-elle un monstre inspirant la défiance, une ogresse avide de dévorer son peuple, une vouivre malfaisante ?
    Elle exige simplement qu'on apprenne à la connaître, à la lire, à savoir évaluer ses dangers. Apprendre à VIVRE LA LOIRE EN SÉCURITÉ.
    Entre croyances, superstitions, rumeurs infondées, inexactitudes parfois volontaires - pour le cas où la peur éviterait le danger - nous apprenons dans ces pages quels risques la cohabitation avec le fleuve nous fait courir, quelles joies il nous fait réaliser quand nous avons vaincu les dangers.
    Découvrez comment vivre avec le fleuve, dans une démarche consciente, responsable, pour cheminer en compagnie de la Loire après s'en être fait une complice. Ce seront alors bien des joies et des émotions à découvrir :

    Tu sais quand le fleuve est l'histoire
    Qu'il nous parle de ses bateaux
    Les plus belles villes sont en Loire
    La Loire c'est comme un berceau

  • Même les marins les plus expérimentés peuvent, un jour, avoir à affronter un accident maritime. Pour y faire face, trois mots d'ordre : o être préparé à faire les bons gestes o agir avec méthode o faire viteCe mémo très pratique, vous donne toutes les clés pour maîtriser chaque situation : o la préparation avant le départ o les règles pour éviter le danger o la bonne réaction en cas d'urgence.

  • Pour naviguer en sécurité, c'est-à-dire pour suivre sa route en évitant les dangers et en profitant des meilleures conditions de météo et de marée, il est essentiel de bien connaître :
    o le balisage en mer o le balisage des plages o les feux d'entrée de port o les signaux de marée o les signaux météo.Ce petit mémo très pratique vous donnera toujours la bonne info, au bon moment.

  • À l'évocation du Midi de la France, de nombreuses images arrivent à l'esprit du plaisancier.
    La Mecque du yachting en Méditerranée, les marinas les plus sophistiquées du monde, des ports pittoresques dans des villes chics, des plages de sable peuplées de créatures de rêve, un ciel sans nuages et la mer bleue, bleue, bleue. Mais aussi un réseau de canaux desservant tout l'arrière-pays du Languedoc et le delta du Rhône, ou les fameuses calanques de Marseille.
    Pour profiter de cette côte, il faudra aimer autant ce qu'il y a à faire à terre qu'en mer.
    La plupart des villes et villages organisent d'innombrables expositions et des festivals d'été qui les animent jusqu'au coeur de la nuit, sans oublier la pétanque et le pastis à l'ombre des platanes, et les terrasses des petits restaurants dans la douceur des soirs d'été...

  • La Riviera française est la région des pré- Alpes comprise entre Nice et Menton. Elle se prolonge au-delà de la frontière italienne jusqu'à Gênes.
    Les géographes ont adopté ce terme pour désigner une région où de hautes montagnes protègent une côte des rigueurs de l'hiver, lui procurant un climat doux tout au long de l'année, sans chaleur ou froid extrême.
    Pour le plaisancier, c'est insensiblement que la Riviera française devient italienne et l'on aimera les balades dans le coeur de villes chargées d'histoire qui sont autant de bases pour découvrir l'arrière-pays.

  • Stéphane Liégard, obscur poète du XIXe siècle, est bien oublié aujourd'hui mais le nom qu'il donna à une partie du littoral méditerranéen pour les besoins d'un guide touristique, « la Côte d'Azur », nous est resté.
    L'expression décrit bien ce jeu de lumière entre le ciel et la mer qui attire les peintres, les écrivains et plus généralement ceux qui sont lassés des ciels gris du Nord. St-Tropez, St-Raphaël, Cannes, Juan-les-Pins, Antibes sont universellement connus et familiers et sont autant de destinations que l'on appréciera, en particulier hors saison.
    Vous aimerez également les mouillages de la côte ou des îles, immanquablement désertés le soir et rendus à la paix et à la tranquillité de leur nature préservée.

  • Stéphane Liégard, obscur poète du XIXe siècle, est bien oublié aujourd'hui mais le nom qu'il donna à une partie du littoral méditerranéen pour les besoins d'un guide touristique, « la Côte d'Azur », nous est resté.
    L'expression décrit bien ce jeu de lumière entre le ciel et la mer qui attire les peintres, les écrivains et plus généralement ceux qui sont lassés des ciels gris du Nord. St-Tropez, St-Raphaël, Cannes, Juan-les-Pins, Antibes sont universellement connus et familiers et sont autant de destinations que l'on appréciera, en particulier hors saison.
    Vous aimerez également les mouillages de la côte ou des îles, immanquablement désertés le soir et rendus à la paix et à la tranquillité de leur nature préservée.

  • La Provence, c'est la Camargue, le calcaire blanc des Calanques, le ciel bleu cobalt qui accompagne le mistral, le vert mat des oliviers, la truculence et le franc-parler des gens, que l'on ne retrouve pas forcément plus à l'est.
    Une halte en Provence vous fera apprécier le charme des terrasses de café à l'ombre des platanes.
    Avec ses joueurs de pétanque, la Provence c'est finalement tout un art de vivre.

  • Cette longue côte basse sablonneuse borde le Golfe du Lion. Seule une petite partie de côte au niveau de la frontière espagnole - la Côte Vermeille - est rocheuse, là où les Pyrénées arrivent jusqu'à la mer.
    Il y a encore quelques décennies, il n'y avait pas grand-chose sur cette côte à part les vieilles villes portuaires de Port-Vendres, Port-La- Nouvelle, Agde et Sète.
    Tout cela a changé avec la construction de stations balnéaires et d'immenses marinas constituant une chaîne allant des Pyrénées jusqu'au delta du Rhône.
    Pour les plaisanciers, il y a maintenant de bons abris séparés de courtes distances sur cette côte autrefois désolée et dangereuse.

  • Les canaux du sud de la France permettent le passage du nord de l'Europe à la Méditerranée mais constituent aussi une destination en elle-même et leur réseau est un vrai bassin de croisière. Pour les bateaux qui ne sont pas limités par le tirant d'air ou d'eau, c'est un dépaysement assuré par rapport à la croisière par la mer.
    Il est extrêmement agréable de glisser sur l'eau au milieu de paysages bucoliques, de passer dans les villages et les villes. C'est une relation intime avec l'intérieur du pays qu'une croisière côtière habituelle ne peut apporter.
    Certains choisissent également d'hiverner sur les canaux, parfaitement abrités des tempêtes d'hiver. Cela coûte beaucoup moins cher qu'une marina sur la côte, et l'on peut être amarré au centre d'une ville ou d'un village, ce qui change de la vie en mer.

empty