Généalogie

  • Aux Antilles, l'origine de son patronyme prend un relief particulier car il est l'héritage d'un ordre social esclavagiste, où le nom était la manifestation de l'appartenance à l'un des groupes socio-ethniques composant la société de cette époque : blancs, gens de couleur libres, esclaves. Ce livre situe l'existence, l'importance, les origines ethniques et donne les significations linguistiques de certains noms de famille martiniquais d'origine africaine : prénoms, surnoms et patronymes, attribués lors de l'abolition de l'esclavage de 1848.

  • « René Magritte s'intéressait à la généalogie. Les Magritte n'étaient-ils pas issus de la même famille que le Général Margueritte, ce héros tragique de la charge de Reichshoffen, à propos de laquelle le roi de Prusse, futur empereur Guillaume 1er, avait dit "qu'elle avait été d'autant plus belle qu'elle avait été inutile" ? René devait être apparenté aux fils du Général, Paul et Victor Margueritte, et de préférence à Victor (auteur du roman à scandales La Garçonne - cette grand-mère littéraire de la femme libérée d'aujourd'hui - et qui avait été rayé de la Légion d'honneur pour avoir "insulté la femme française"), car sa généalogie était élective. D'après sa femme, trois frères Margueritte seraient venus, lors de la Révolution française, de France à Pont-à-Celles en Hainaut.Léopold Magritte, père de René, aurait été le descendant direct de l'un de ces trois frères, Jean-Louis Magritte dit de Roquette, la prononciation locale ayant altéré l'orthographe. » Harry TorczynerDans le prolongement de ces conjectures généalogiques, des découvertes progressives entraînèrent Jacques Roisin à étudier des sujets improbables : l'origine du scénario reliant René Magritte à des ancêtres venus de France, l'histoire lointaine du patronyme « Magritte », la signification magique de la présence transgénérationnelle du prénom « Ghislain » chez les Magritte depuis l'année 1831, l'abandon par le grand-père du peintre des choix traditionnels des Magritte de Pont-à-Celles en matière de profession et de domiciliation...

  • Edité, remanié et réédité tout au long de la deuxième moitié du XIXe siècle (jusqu'en 1895) ce Nobiliaire et Armorial est un des monuments de l'héraldique et de la généalogie de la Bretagne ancienne. Cette nouvelle édition, entièrement recomposée se composera de quatre tomes (les trois tomes du Nobiliaire « stricto sensu » habituellement réédités, augmentés d'un quatrième reprenant la seconde partie du tome III de l'édition de 1890, - souvent tronquée ou oubliée -, qui se rapporte notamment aux nombreuses listes de titulaires de charges personnelles dans la Bretagne d'Ancien Régime.

  • Dans ce livre, je raconte mes origines, mon enfance, ma formation intellectuelle, ma rencontre avec les maîtres qui m'ont donné le goût de la recherche: Gilles Deleuze, Michel de Certeau, Louis Althusser, d'autres encore. Au-delà de l'exposé de la méthode qui m'a permis de collecter les archives nécessaires à mes travaux sur le freudisme, j'ai l'impression de témoigner pour une génération: celle qui trouva dans le structuralisme, dans cette alliance particulière de la littérature, de la linguistique, de la philosophie et du marxisme, de quoi alimenter un engagement distinct de celui de Sartre.
    J'ai prolongé ce travail généalogique par un développement consacré à la genèse du troisième volume de l'histoire de la psychanalyse en France: Jacques Lacan. Esquisse d'une vie, histoire d'un système de pensée. J'y explique l'état de l'historiographie freudienne dans le monde, les difficultés posées par le traitement des archives, la crise des institutions psychanalytiques et le développement d'un courant " révisionniste " lié en partie à la question américaine de la political correctness, du culte des minorités, de l'anti-universalisme. J'y réponds aussi aux critiques qu'a inspirées cet ouvrage et aux questions toujours plus personnelles qui m'étaient posées dans les débats consacrés à la place de ce maître paradoxal dans la descendance des interprètes de la découverte de l'inconscient.
    En contrepoint, ce livre propose une chronologie du freudisme depuis le 6 mai 1856, date de la naissance de Sigmund Freud, jusqu'à nos jours. On y trouve, année après année, les événements qui ont marqué l'histoire de la psychanalyse dans le monde, immergés dans l'histoire générale, politique et intellectuelle. Ces annales, qui dépouillent le freudisme de ses légendes et de ses rumeurs, forment la trame à partir de laquelle j'ai rédigé les 2500 pages de mes travaux sur la question.
    Historienne, docteur ès lettres, Elisabeth Roudinesco est directeur de recherche à l'université de Paris-VII, chargée de conférences à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, vice-présidente de la Société internationale d'histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un jeune étudiant se marie le jour anniversaire de la naissance de sa mère, un chef d'entreprise connaît des soucis d'emploi lorsqu'il parvient à quarante ans, âge de son propre père lors de son décès... Loin d'être de simples coïncidences, ces exemples montrent l'influence de l'histoire familiale sur notre vie à tous. Permettant de comprendre facilement le rôle décisif des dates, de décoder les répétitions familiales et d'anticiper les âges sensibles, la chronogénéalogie est une méthode d'analyse novatrice, une aide très précieuse dans la vie quotidienne et la plus récente avancée en matière de psychogénéalogie. Découvrez l'importance de la chronogénéalogie dans votre vie, la façon dont vous pouvez comprendre et analyser les chiffres du destin familial pour faciliter les grandes transitions et étapes de votre existence.


  • Comment est né notre nom ? Que signifiait-il à l'origine ?
    Plus qu'un guide, un passionnant voyage à travers la vie de nos ancêtres.

    Notre nom fait partie de notre patrimoine le plus intime. Nous y sommes profondément attachés, et pourtant qu'en savons-nous ? Que connaissons-nous de l'origine de ce mot qui nous vient du fond des âges ? Pourquoi l'a-t-on donné à l'un de nos ancêtres et comment a-t-il pu se transmettre jusqu'à nous, au fil d'un long parcours souvent semé d'embûches ? Que signifiait-il à l'origine, dans le contexte de la région de France où il a vu le jour ?
    Spécialiste de généalogie et de l'étymologie des patronymes, bien connu pour ses émissions radiophoniques et télévisées sur ces sujets, Jean-Louis Beaucarnot analyse ici six mille noms de famille. Il les dissèque minutieusement et leur fait livrer mille secrets qui nous font revivre la vie de nos ancêtres. Métiers disparus, habitudes, patois, mentalités d'autrefois, mots oubliés... Avec la passion qu'on lui connaît, Jean-Louis Beaucarnot raconte la curieuse histoire de nos vieux noms de France.

  • Publié à partir de 1863, l'Armorial des Landes du Baron de Cauna est un des ouvrages indispensables pour qui s'intéresse au li­gnage des familles nobles des Landes et de la Gasco­gne.
    Il est également un des ouvrages de référence pour ce qui concerne la généalo­gie dans le Sud-Ouest de la France.
    La présente réédition, entièrement recomposée, et qui se décline en quatre volumes, vient compléter utilement les réé­ditions de même ordre de : A. de Jaurgain (La Vasconie), de A. Dufau de Maluquer (Armorial de Béarn), de J. de Cauna (Généalogie de la maison de Mar­san de Cauna).

  • Publié à partir de 1863, l'Armorial des Landes du Baron de Cauna est un des ouvrages indispensables pour qui s'intéresse au li­gnage des familles nobles des Landes et de la Gasco­gne.
    Il est également un des ouvrages de référence pour ce qui concerne la généalo­gie dans le Sud-Ouest de la France.
    La présente réédition (réalisée en quatre volumes), entiè­rement recomposée, vient compléter utilement les réé­ditions de même ordre de A. de Jaurgain (La Vasconie), de A. Dufau de Maluquer (Armorial de Béarn), de J. de Cauna (Généalogie de la maison de Mar­san de Cauna).
    Le tome III-a contient la suite de l'Armorial des Landes tandis que le tome III-b reprend le manuscrit de Laborde de Péboué de Doazit relatif à « la relation véritable des évènements de Chalosse de 1638 à 1670 », partie plutôt liée à l'histoire des Landes durant le XVIIe siècle.

  • La généalogie, c'est avant tout l'histoire familiale, la connaissance des ancêtres, ceux de la première génération comme ceux de la dixième. Elle est le résultat d'un ensemble de recherches d'ordre biographique, démographique et sociologique réalisées à partir des archives manuscrites et des sources imprimées, et permet de découvrir à travers l'histoire ceux qui nous ont précédés dans l'espace-temps. Le lecteur trouvera dans ce guide une approche pragmatique permettant de réaliser la généalogie de sa famille. Il découvrira de nombreuses ressources, des trucs de recherche et plusieurs sites Internet reliés à la généalogie au Québec et ailleurs dans le monde.

  • Publié à partir de 1863, l'Armorial des Landes du Baron de Cauna est un des ouvrages indispensables pour qui s'intéresse au li­gnage des familles nobles des Landes et de la Gasco­gne. Il est également un des ouvrages de référence pour ce qui concerne la généalo­gie dans le Sud-Ouest de la France.
    La présente réédition (qui reprend l'édition originale en quatre volumes), entiè­rement recomposée, vient compléter utilement les réé­ditions de même ordre de A. de Jaurgain (La Vasconie), de A. Dufau de Maluquer (Armorial de Béarn), de J. de Cauna (Généalogie de la maison de Mar­san de Cauna).

  • Certains ont traversé les époques, d'autres semblent être spontanément apparus dans les pouponnières. Courants ou inusités, de souche latine, biblique ou américaine, les prénoms féminins d'ici témoignent des nombreuses influences qui ont marqué le Québec. Ils ont nourri la toponymie, donné à chaque génération un visage unique et, parfois, marqué l'imaginaire collectif. Aurore, Donalda, Céline, Pauline: plusieurs prénoms portent avec eux un pan d'histoire. Demain, laquelle de Jade, Mégane ou Océane se taillera une place parmi les «grands noms» québécois? Dans cet ouvrage, découvrez 700 dénominations féminines, leur origine, leur âge d'or, leurs dérivés et les femmes remarquables qu'elles évoquent.

  • D'où viennent, étymologiquement et géographiquement, nos noms de famille ? Ce livre, issu des recherches effectuées pour les auditeurs de France Bleu à l'occasion d'une émission hebdomadaire, essaie de répondre à cette question pour 373 patronymes gascons.
    Savoir ce que signifiait initialement un nom de famille demande un savoir particulier et, le plus souvent, de longues et laborieuses recherches : il convient en premier lieu d'identifier la langue ancienne qui a produit le mot (ibero aquitain, celte, latin, germanique...) afin de connaître les pistes à suivre. Il faut ensuite découper le mot en « unités de signification », (tout en évitant les pièges, mission difficile car les évidences sont trompeuses, et les homonymies nombreuses).
    Il faut enfin essayer d'imaginer les conditions sociales dans lesquelles il a été attribué...

  • Table des matières
    132. — Jean DE CAMGRAN.
    I.
    II. Seigneurs de Lagarde d’Oràas.
    III.
    133. — N... DE MONSEGUR.
    I. Seigneurs de Maumusson.
    II. Seigneurs de Honteras-Bétérette.
    134. — Pierre DABBADIE.
    135. — Adrienne DE LA PLACE-ESTIBAIRE.
    136. — Jean DE LICERASSE.
    Branche des seigneurs de Cescau.
    137. — L’EVÊCHÉ DE LESCAR.
    138. — Isaac DE LANECAUBE.
    139. — Jacques DE FORTANER DE GONIER.
    141. — Therese DU PLAA.
    I. Seigneurs d’Escout, Escou, Herrère, Gabarn, abbés laïques de Gelos.
    II. Branche de Saragosse.
    III.
    142. — Magdeleine DE COLBERT, marquise DE GASSION.
    I. Abbés laïques et seigneurs de Goès, seigneurs de Montlaur.
    II. Seigneurs du Pontet et du Coin, en Bretagne.
    III. Abbés laïques et seigneurs de Goès.
    IV. Seigneurs de Bergeré, de Pondoly, de Gerbais-Gendron, d’Arbus et d’autres lieux, marquis de Gassion.
    V. Seigneurs de Gayon.
    VI. Seigneurs d’Osserain, en Soule, et de Giliberry de Charre, en Béarn.
    VII. Seigneurs de Pondoly de Jurançon, de La garde, d’Abère d’Asson, abbés laïques d’Asson.
    VIII. Familles, du nom de Gassion, paraissant distinctes de la maison du maréchal.
    Gassion, d’Arbus.
    Gassion, d’Audaux.
    Gassion, de Bruges.
    Gassion, de Bugnein.
    Gassion, de Cardesse.
    Gassion, de Cassaber.
    Gassion, de Castillon.
    Gassion, de Ledeuix.
    Gassion, de Méritein.
    Gassion, de Navarrenx.
    Gassion, de Nay.
    Gassion, de Bugnein, de Cardesse et de Ledeuix, établis à Oloron.
    Gassion, d’Orthez.
    Gassion, de Pontacq.
    Gassion, de Susmiou.
    Gassion, de Paris.
    Seigneurs de Garges.
    143. — Jean DARRAC.
    I. Seigneurs d’Arrac de Gan
    II
    IV. Arrac-Lescudé
    V. Abbés laïques de Castèide-Cami.
    VI. Arrac, dit « lo chicoy », (le petit).
    VII. Arrac, dit de Cucade.
    VIII. Arrac, des bordes de Gan.
    IX. Arrac, dit « lo Hayton. ».
    X. Arrac, dit « du Taxo. ».
    XI. Arrac, dit le seigneur.
    XII. Arrac de Vignes.
    XIII. Arrac, de Rébénac.
    XIV. Seigneurs de Casenave d’Aussevielle.
    145. — Henry DE TRISTAN.
    146. — Charles DE CAMPAGNE.
    147. — Catherine DE NEYS.
    I I .
    III. Seigneurs d’Uzein, de Soumoulou et d’Aast, en Béarn, de Gardères,de Luquet, de Séron et d’Ast, en Bigorre, barons de Day.
    Notice sur les demoiselles de Day, de Gardères.
    IV. Seigneurs de Castillon et de La Hagède, abbés laïques de Juillac.
    V. Seigneurs de Lendresse et de Mont.
    148. — N... DE LA LANNE.
    149. — Jacques LA CROIX.
    150. — Pierre DE PINSUN-ABBADIE.
    Armes des Pinsun, abbés de Denguin.
    151. — Jacques DE LOUSTOURET.
    152. — Isaac FOURRON.
    I. Seigneurs de Lagos et de Boeil, en sa partie.
    II.
    III.
    153. — [Jean DE] BEQUEL.
    154. — Germain DE BONNECASE.
    155. — Jean [DE] LANUSSE.
    156. — Jean-Jacques DABBADIE.
    Extrait

  • Cet ouvrage vise à apporter un complément aux ouvrages existants, mais aussi à proposer quelques idées nouvelles pour aborder cette discipline complexe.
    On y trouvera des remarques sur les différentes langues sources, des rapprochements entre noms équivalents de langues voisines ainsi qu'une exploitation systématique des racines consonantiques, qui sont typiques des langues chamito-semitiques.
    Cette deuxième version a été corrigée et complétée, en particulier par des noms spécifiques des départements d'outre-mer (DOM).

  • Une initiation à la généalogie par l'auteur référence. Vous voulez savoir d'où vous venez, qui étaient vos ancêtres, où sont vos racines ? Vous rêvez d'avoir votre arbre généalogique ? Si la perspective d'une enquête vous séduit, ce livre est fait pour vous. Il se propose de vous aider à bien commencer, afin d'éviter erreurs et donc les découragements, de tomber dans les pièges, qui guettent tous les débutants.

  • Un dictionnaire onomastique des noms de lieux en France. Un complément indispensable à l'Origine des noms de lieux en France par Stéphane Gendron.

  • Edité, remanié et réédité tout au long de la deuxième moitié du XIXe siècle (jusqu'en 1895) ce Nobiliaire et Armorial est un des monuments de l'héraldique et de la généalogie de la Bretagne ancienne. Cette nouvelle édition, entièrement recomposée se composera de quatre tomes (les trois tomes du Nobiliaire « stricto sensu » habituellement réédités, augmentés d'un quatrième reprenant la seconde partie du tome III de l'édition de 1890, - souvent tronquée ou oubliée -, qui se rapporte notamment aux nombreuses listes de titulaires de charges personnelles dans la Bretagne d'Ancien Régime.

  • Cet ouvrage constitue « la suite » des Noms de famille d'origine africaine de la population martiniquaise d'ascendance servile. Il est ici question des noms non africains des affranchis et surtout de ceux que l'on a appelés les « nouveaux libres », patronymes attribués en Martinique à la faveur de l'abolition de l'esclavage de 1848. Sont proposés ainsi, pour pratiquement plus de 15 700 noms, soit une explication étymologique ou linguistique, soit une définition, un commentaire, une observation... (CD inclus).

  • Osmin Ricau, auteur d'une "Histoire des Cagots" et natif de la Bigorre, s'est intéressé à l'origine des noms de famille, et bien évidemment à ceux de son "pays", la Gascogne.
    De l'origine des noms à leur histoire, en passant par la langue qui les a forgés - le gascon -, vous découvrirez, au fil des pages, les raisons et les explications de ces surnoms devenus des patronymes au cours des siècles. Index final et notes donneront au lecteur des éléments qui lui permettront de mener ses recherches personnelles.

    Osmin Ricau, autor d'ua "Istòria deus Gahets" e vadut en Bigòrra, que s'interessè a l'origina deus noms de familha e plan segur a'us deu son país, la Gasconha.

    />
    De l'origina deus noms a la lor istòria, en bèth passar per la lenga qui'us a hargats - lou gascon -, que descobriratz, en har virar la paja, las rasons e las esplicas d'aqueths subernoms vaduts patronimes au briu deus sègles. Indèx finau e nòtas que balharan au legidor mestior enta-d aviar las soas recèrcas personaus.

  • L'histoire de vie des personnes est un enchaînement continu d'événements de nature diverse concernant, entre autres, leur famille, leur résidence et leur profession. Pour appréhender les rythmes d'évolution multiples et imbriqués de ces différents phénomènes, il est nécessaire de disposer de données spécifiques que les enquêtes biographiques permettent de saisir au mieux dans leurs interactions. Cet ouvrage confronte, en termes directement comparables, quatorze expériences de collectes biographiques menées entre 1974 et 1997 dans divers pays du Nord (France, Pologne, Italie, Roumanie), mais aussi du Sud (en Afrique : Sénégal, Mali, Cameroun; en Amérique latine : Colombie, Mexique ; en Asie : Inde) avec des objectifs et des moyens divers. Ainsi, le cheminement théorique et les options méthodologiques qui ont présidé à chacune de ces expériences sont présentés en détail et selon un plan commun dans chaque chapitre. Ces présentations sont précédées d'une analyse comparative systématique. Ce bilan est le fruit des présentations et des discussions qui ont eu lieu lors d'un séminaire international en juin 1997, organisé par l'Ined, l'Orstom (IRD) et le Réseau Socioéconomie de l'Habitat sur « l'apport des collectes biographiques pour la connaissance de la mobilité ». Les études présentées ici apportent d'utiles éléments de réflexion aux chercheurs, enseignants et étudiants, intéressés par la collecte de données susceptibles d'améliorer la connaissance des comportements individuels, en particulier dans le domaine de la mobilité. Afin de poursuivre les travaux dans cette direction, les organisateurs ont, à l'époque, constitué le Groupe de réflexion sur l'approche biographique (Grab), animé par Éva Lelièvre, dont les activités ultérieures ont donné lieu à des rencontres régulières et à de nouvelles publications (voir http://grab.site.ined.fr).

  • Comment retrouver vos ancêtres ? Quelles sont les sources privées ou publiques auxquelles vous pouvez avoir accès ? Que vous apprendront les registres de l'état civil, les minutes des notaires, les tables des archives ? Quand faut-il se déplacer ? Et si vos ancêtres vivaient à l'étranger ? Comment exploiter vos informations, réaliser votre arbre ou le livre de vos aïeux ? Répondant à un besoin profond, celui de se retrouver à travers ceux qui nous ont faits, la généalogie suppose des qualités de patience, de curiosité, de perspicacité. C'est un professionnel qui vous guide, révélant - exemples à l'appui - ses secrets, ses astuces, ses adresses et répondant à toutes vos questions. Pratiquer la généalogie avec méthode devient possible avec ce livre. Franchir un siècle dans son fauteuil, c'est facile, mais retrouver les 62 ascendants qui représentent les 5 générations vous ayant précédé ressemble bel et bien à une chasse au trésor ! L'arbre généalogique illustré contenu dans ce guide vous invite à tenter l'aventure. La recherche de ses ancêtres en est une, et des plus passionnantes...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Edité, remanié et réédité tout au long de la deuxième moitié du XIXe siècle (jusqu'en 1895) ce Nobiliaire et Armorial est un des monuments de l'héraldique et de la généalogie de la Bretagne ancienne. Cette nouvelle édition, entièrement recomposée se composera de quatre tomes (les trois tomes du Nobiliaire « stricto sensu » habituellement réédités, augmentés d'un quatrième reprenant la seconde partie du tome III de l'édition de 1890, - souvent tronquée ou oubliée -, qui se rapporte notamment aux nombreuses listes de titulaires de charges personnelles dans la Bretagne d'Ancien Régime.

empty