Sports de montagne / d'hiver

  • Le 10 mai 1996, le Toit du monde fut le théâtre d'une véritable hécatombe. En route vers le sommet, quatre expéditions furent prises dans une violente tempête. En vingt-quatre heures, huit alpinistes, dont deux guides réputés, trouvèrent la mort. Envoyé spécial du magazine américain Outside, Jon Krakauer fait partie des survivants. Tragédie à l'Everest, son récit de ce drame, est un livre lucide et courageux qui passionnera tous les amoureux de récits d'aventures vécues, amateurs de montagne ou non, comme il a fasciné des millions de lecteurs américains. Un classique du genre.

  • Équilibre, résistance, force et maîtrise de soi, l'escalade est un sport complet et envoûtant. Au plaisir de l'expression corporelle s'ajoutent celui du toucher sensuel des différents grains de la roche, et le privilège d'évoluer en pleine nature.Découvrez les différentes pratiques de l'escalade libre : le bloc, la falaise et la grande voie sportive. Au programme, les gestes et les manoeuvres indispensables pour débuter, sans oublier l'acquisition du bagage technique pour grimper en tête, assurer votre progression, et maîtriser votre sécurité comme celle de la cordée.Il s'agit également de pousser votre potentiel en travaillant des voies plus dures pour accroître votre plaisir et accéder à de nouvelles sensations.

  • Vendu à plus de 30 000 exemplaires, cet ouvrage est devenu un support incontournable qui accompagne le parapentiste durant toute sa progression, de l'initiation au perfectionnement.

    Vous découvrirez dans cette nouvelle édition mise à jour et complétée des informations théoriques et pratiques inédites pour que ce manuel soit une aide encore plus efficace et structurée à votre apprentissage.

    Vous apprécierez également les nouvelles photos et les nombreux schémas explicatifs actualisés ayant participé au succès de cet ouvrage. De plus, le format a été agrandi pour une meilleure mise en valeur des illustrations et une maquette aérée ! Techniques fondamentales, principes aérodynamiques, météo et aérologie, matériel, pathologie et accidents...

    Les auteurs, spécialistes unanimement reconnus, vous proposent un manuel de référence, structuré selon un plan pédagogique simple et rigoureux.


    Exhaustif, accessible et concret : voici le livre indispensable à votre envol !

  • Une autre vie

    Ueli Steck

    Le plus célèbre alpiniste du moment revient sur une période charnière de sa vie, au cours de laquelle il a réussi l'un des plus grands exploits de l'histoire de l'alpinisme.
    On ne présente plus l'alpiniste Ueli Steck, surnommée la "Swiss Machine", l'homme le plus rapide des pentes raides qui détient nombres de records d'ascensions sur les parois les plus difficiles de la planète. Dans ce livre, son plus intime, il revient sur l'ascension de la face sud de l'Annapurna (8091 m) par une voie directe et extrêmement difficile, en solitaire et dans le temps record de 28 heures.
    Pour la première fois, il s'exprime sur cet exploit qui a été remis en cause et a déclenché une importante polémique dans le monde de l'alpinisme, parce quelle a été effectuée de nuit, sans aucune preuve, et qu'elle repousse les limites de l'alpinisme extrême en très haute altitude. Ce témoignage, d'une grande sincérité, n'occulte pas la remise en question profonde qui a succédé à l'exploit. Au retour de l'Annapurna, Ueli Steck a en effet pris conscience que cette performance serait pour lui indépassable et qu'il était désormais nécessaire d'imaginer un nouveau parcours, une autre vie...

  • Extrait
    CHAMOIS CLANDESTINS
    C’était au cours d’une jolie traversée estivale du versant est du massif du Mont Blanc avec mon vieux copain d’armée, le Normand Didier Flieg, heureux retraité de la SNCF. L’Aiguille du Tour traversée sous la pluie, nous retrouvons le réconfort de la confortable cabane helvète de Trient.
    Le lendemain, le départ matinal nous enchante dès le passage de la Fenêtre de Saleinaz. Dans la descente du versant ensoleillé, j’aperçois trois chamois venus du col de la Grande Lui, qui déambulent promptement sous la face nord de la massive Aiguille d’Argentière. Parfois ils stoppent leur course, observent, puis poursuivent vers le col du Chardonnet déjà bien déneigé.
    Cachés dans la combe, je les revois bientôt, et je me dis qu’ils se dirigent vers la Fenêtre du Tour, assez accessible. Un peu plus haut, je distingue cette fois le plus gros, sans doute le père, qui retourne vers la Grande Lui. Je me demande où sont passés les deux jeunes puisque je ne les vois pas traverser au-dessus de nous vers la pente de la Fenêtre du Tour.
    Quelle est bientôt notre surprise de les apercevoir à nouveau, tentant de franchir la rimaye sous la brèche frontalière du col du Chardonnet. La pente de cette brèche est plus abrupte que l’étroit couloir du col, mais il y reste davantage de neige. Nos deux jeunes compères s’y engagent, d’abord par une succession de dalles puis, se faufilant d’une minuscule vire à une quelconque rocaille, parviennent en véritables bonds à escalader la face. Stupéfaits par leur agilité, nous admirons la prouesse. Je connais bien cette pente que j’emprunte souvent en hiver pour éviter le « bouchon » des randonneurs malhabiles en cordes et crampons dans la descente du col. C’est une pente raide qui frise les 50° sur une centaine de mètres.
    À notre tour nous parvenons au col au terme de deux grandes longueurs de corde. Nous y retrouvons nos deux échappés. En fait ils ont rejoint deux autres chamois déjà en France. Sont-ils de la même famille ? Le groupe de quatre ainsi reconstitué essaie en vain de monter par l’ancienne voie normale du versant nord-ouest de l’Aiguille d’Argentière. Avec Didier nous redescendons sur le versant encore à l’ombre. Les quatre jeunes chamois n’ayant pu franchir la rimaye du haut, ils reviennent en contournant les faces rocheuses de l’arête Charlet-Straton. Peut-être ont-ils été effrayés par notre présence ? À moins que ce soit par jeu ? Toujours est-il qu’ils commencent à traverser très haut dans les dalles sombres.
    Bientôt, à notre émerveillement, ils bondissent d’une plaque de granit à une autre. Chacun s’immobilise pour nous observer, puis en folles cabrioles et glissades sur la neige encore dure, ils dévalent la pente au-dessous de nous. Alors nous imaginons que leur passage clandestin en France a été décidé et guidé par le père, encore en Suisse, pour trouver un territoire plus propice dans les versants verdoyants en rive droite du glacier d’Argentière.
    Que nenni, ils se décident à remonter le glacier ! Par quel col pourront-ils revenir en Suisse au terme de leur escapade ? Ni les cols du Tour Noir ou d’Argentière ne présentent de passage facile. Alors quel instinct leur permettra-t-il de retrouver une bonne herbe appétissante ?
    Durant toute notre marche, nous avons le loisir de penser à cette famille où le père ouvre la route à sa progéniture, guide ses jeunes vers le passage, mais retourne s’occuper du reste de sa troupe, leur laissant libre cours à l’aventure et la découverte.
    Nous avons eu l’impression d’assister à une sorte de passage discret mais organisé de clandestins. Pour nous les hommes, il existe dans nos montagnes des limites, des frontières. Pour eux, heureusement, rien de tel : la montagne entière leur est offerte, ils s’y épanouissent grâce à leur flair, leur instinct, leur « bon sens » qui leur permet de survivre. Leur seul souci étant de trouver à manger, boire et peut-être bien de s’amuser aussi !
    En poursuivant notre périple jusqu’au sympathique refuge d’Argentière, nous restons sous le charme de cette démonstration. Les chamois sont chez eux dans cet univers de glace et de roc. Je pense à toutes les occasions qui m’ont été données auparavant de les observer dans certaines situations incroyables.
    Ainsi en ce printemps 2000, où nous accédions à ski au sommet de l’Aiguille d’Argentière par le raide glacier du Milieu, nous restâmes stupéfaits de nous être fait précéder par l’un de ces chamois téméraires. Dans la descente abrupte du couloir Barbey en versant suisse, il nous avait suffi de suivre les traces de la biquette qui nous avait devancés. Même avec les skis nous étions plus lents, sauf peut-être dans les derniers virages de la face. Parfois on envie leur dextérité, leur sens du terrain. Et finalement on prend aussi exemple sur leur prudence...

  • L'alpinisme, plus qu'une activité sportive, un mode d'expression sans cesse renouvelé. Et ce n'est pas fini !« Art de gravir les montagnes », selon la définition ancienne du Larousse, l'alpinisme aurait pu trouver son point final en 1953, quand le sommet de l'Everest a été atteint. Lucien Devies, alors « patron » de l'alpinisme français, ne s'est-il pas interrogé : « Pour les alpinistes, le temps du monde fini commence ». Belle formule, qui sera reprise plusieurs fois, sous d'autres formes, par d'autres observateurs un peu trop pressés d'annoncer la mort de l'activité.Les alpinistes, à chaque fois, ont, par leurs réalisations et leur inventivité, opposé un démenti formel à ces prophètes. Ils n'ont jamais cessé d'aller plus vite, de faire plus dur, plus beau, à la recherche de nouveaux défis et de nouveaux plaisirs. Aujourd'hui, on ouvre des voies extrêmes sur les géants de la Terre, à deux, avec pour seul viatique ce qu'un sac à dos peut contenir. On escalade les plus grandes parois en escalade libre, transposant à haute altitude ou dans les climats polaires les difficultés jusque-là réservées aux spécialistes des courtes falaises ensoleillées d'Espagne ou du sud de la France... Mais les auteurs de ces ascensions, s'ils se préparent avec soin, ne se prennent guère au sérieux. Ils savent que leur alpinisme n'est qu'un jeu, qu'ils mènent entre humour et poésie.Quels sont les hauts faits de ces 40 dernières années, quelles sont les évolutions techniques, éthiques et mentales qui ont mené les nouveaux alpinistes à ce haut niveau de conscience et de réalisation ? Ce livre, qui met en scène les plus emblématiques et les plus attachants des acteurs de cette révolution silencieuse, tente d'explorer les différents domaines d'un alpinisme sans cesse renouvelé.

  • Une biographie fournie du célèbre skieur américain hors du commun !
    Il est des grands sportifs dont l'aura dépasse de loin le cadre de leur discipline. Des champions qui ont ébloui par leur talent, leur palmarès et leur caractère hors normes.
    Bode Miller est l'un d'eux.
    Ce fantasque skieur américain aura tout gagné au cours d'une carrière fulgurante : 6 médailles aux Jeux Olympiques, 5 médailles aux Championnats du Monde et 33 victoires en Coupe du Monde !
    Mais c'est aussi par son audace, son style peu académique, sa technique instinctive, artistique, et sa passion de la vitesse qu'il enchantera les fans de ski du monde entier. Une personnalité attachante, entière, romanesque.
    Ce livre est non seulement la première biographie consacrée à ce champion exceptionnel, il raconte aussi le monde peu connu du ski de haut niveau, nous entraînant à folle allure et au mépris du danger dans les descentes mythiques du Cirque Blanc.
    Un récit à couper le souffle, une ode à la liberté, à la recherche de la ligne de pente la plus parfaite.
    EXTRAIT
    Depuis toujours, la vie de Bode est dominée par un fort instinct de liberté. Sans cesse, il le répète.
    - J'ai eu la chance de pouvoir penser par moi-même. Il est essentiel de laisser les enfants utiliser leur imagination, don le plus précieux de la nature humaine. C'est un privilège d'avoir des parents qui vous laissent la cultiver le plus longtemps possible. L'école, elle ronge chaque jour la créativité. La différence qu'il y avait entre les autres garçons de dix ans et moi était que je pouvais exprimer toute ma folie, parcourir les frontières entre la fantaisie et la réalité, et bien souvent sauter la clôture qui les séparait. Cette différence existe encore probablement avec la plupart des adultes.
    Cette ambition nourrit un anticonformisme troublant le règne des fédérations organisatrices de la Coupe du Monde, qui campent sur des principes solides et des règles inébranlables. À force de ne pas fonctionner comme les autres coureurs, Bode intrigue. « Il est différent de tous les autres » explique l'entraîneur de l'équipe de ski des États-Unis, Phil McNichol, qui rit souvent du manque de discipline de son champion. Bode délaisse les nombreuses réunions avec l'équipe, il ignore les rituels avant les départs. McNichol est l'un des rares à accepter que cet individualisme fasse partie intégrante de son génie.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Née dans les Alpes en 1985, Virginie Troussier fait ses premiers virages à l'Alpe du Grand Serre avant de pratiquer le ski en compétition et de l'enseigner à Saint François Longchamp. Elle est aujourd'hui romancière et journaliste pour Montagnes Magazine, Alpes Magazine et Voile Magazine. Établie entre Paris et La Rochelle, elle anime et produit l'émission littéraire Dans les marges sur RCF. Son dernier roman s'intitule Pendant que les champs brûlent (Éditions La Découvrance, 2017).

  • Le 29 mai 1953, pour la première fois dans l'histoire des hommes, l'alpiniste Edmund Hillary et le sherpa Tenzig Norgay atteignent le sommet de l'Everest. Cette victoire, les deux héros la partagent avec les membres de l'expédition britannique à laquelle ils sont associés.
    John Hunt, alpiniste chevronné et militaire anglais, dirigeait cette expédition victorieuse. Dans Victoire sur l'Everest, il relate avec brio et talent les préparatifs et les détails de l'ascension audacieuse, dangereuse et exaltante qui mena son équipe vers le sommet.
    Cet ouvrage de référence, rédigé dans un style riche et vivant, est un magnifique récit d'aventure humaine et sportive.

  • Libres comme l'air

    Bernadette Mcdonald

    • Nevicata
    • 16 December 2014

    Dans les années 1970 et 1980, aux heures les plus sombres du communisme, la Pologne a vu éclore une génération d'alpinistes exceptionnels. Sans espoir d'un avenir décent et assoiffés de liberté, ces grimpeurs téméraires ont réussi, à force d'obstination et d'ingéniosité, à parcourir le monde à la recherche des ascensions les plus extrêmes. Mais c'est surtout en Asie et en Himalaya qu'ils marquèrent l'histoire de l'alpinisme en réalisant des exploits auparavant inimaginables.
    Des villes grises de la Pologne communiste aux cimes étincelantes de l'Himalaya, voici l'histoire magnifique et dramatique de ces hommes partis en quête de leur liberté dans les plus hautes altitudes. Un formidable récit d'aventures à ranger parmi les classiques de la littérature de montagne.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE :
    Ce livre a remporté quatre prix :
    - Grand Prix 2014 du Salon du Livre de Montagne de Passy
    - Prix Boardman Tasker 2011 (Royaume-Uni)
    - Prix Banff Mountain Festival 2011 (Canada)
    - Prix American Alpine Club 2012 (USA)
    "Voici le livre qu'on attendait depuis un quart de siècle sur les himalayistes polonais au temps des Soviets. Un livre majeur! - Montagnes Magazine
    À PROPOS DE L'AUTEUR :
    Bernadette McDonald est la fondatrice du Festival du film de montagne de Banff (Canada) et l'auteur de nombreux livres de montagne, dont une biographie de la célèbre Elizabeth Hawley (2005) et de Tomaz Humar (2008).

  • Plus de 400 descentes à ski dans les massifs du Mont Blanc et des Aiguilles Rouges !
    Le majestueux Mont Blanc figure parmi les plus grands sanctuaires mondiaux du ski. Il offre une fois l'hiver venu un éventail unique de pentes de rêve. Anselme Baud, guide de montagne et précurseur du ski extrême, nous invite à découvrir ce fabuleux terrain de jeu.
    De l'amateur de belles pentes au freerider extrême, les passionnés de grand ski trouveront dans ce guide toutes les informations nécessaires pour tracer des lignes parfaites !
    Des classiques en ski de rando aux pentes les plus extrêmes, ce topo réunit la description précise et complète de plus de 400 descentes, pour un maximum de sensations !
    EXTRAIT
    /> Si le but et l'intérêt du ski hors-piste ou de randonnée est de chercher l'éloignement et de goûter aux délices de la découverte, il est des cas où il devient opportun ou prudent de suivre certaines traces faites par d'authentiques professionnels ou de fins pratiquants. Copier le bon choix devient utile et formateur. Même si le guide se sent un peu trop suivi, il pourra de temps à autre être fier d'avoir aidé, voire protégé certains adeptes. Veiller cependant à garder ses distances et à ne pas déclencher une avalanche au-dessus de lui et de ses clients?!...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Dans son genre, voici une bible. - Alpinisme & Randonnée
    Plus qu'un topo-guide, le dernier ouvrage d'Anselme Baud est un vrai beau livre, agréable à lire, pleins de renseignements et d'idées. - Vertical
    Anselme Baud vient-il de sortir la Bible du ski de montagne dans les massifs du Mont Blanc et des Aiguilles Rouges ? - Montagnes Magazine
    C'est le topo de ski qui manquait dans nos bibliothèques. - Bulletin des Guides
    Une pépite. Un guide complet, pratique et documenté. Petit conseil d'ami : ne sortez pas sans lui. - Ski Français
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né à Morzine en 1948, Anselme Baud a marqué l'histoire du ski de pente raide dans les Alpes. Guide de haute montagne en 1973, il est l'auteur d'un nombre impressionnant de premières descentes extrêmes dans les Alpes, les Andes, en Antarctique ou encore en Himalaya. Professeur à l'ENSA, il a encadré pendant plusieurs années la formation des guides de montagne en Bolivie et au Népal.

  • « Il est encore temps de fuir si vous préférez la mer. »
    Dans ce livre-hymne à la montagne, à sa montagne, Frison-Roche nous invite à le suivre dans sa randonnée autour du mont Blanc et nous introduit à la familiarité des gens de ses sept vallées.
    Dédié à la vallée de Chamonix, ce texte désormais classique exprime toute la passion exigeante de l'homme et de l'alpiniste pour les montagnes de sa jeunesse et ceux qui sont pour lui, au-delà des frontières, les « gens du mont Blanc ».
    À l'origine du fameux tour du Mont-Blanc, cet ouvrage a guidé, depuis sa parution en 1958, des milliers de randonneurs sur ce magnifique parcours qui traverse trois pays : la France, l'Italie et la Suisse.

  • Ode à l'alpinisme, Montagne pour un homme nu est le récit franc et passionné d'un sportif que rien ne destinait à devenir le premier Français à gravir l'Everest. Au fil de cette autobiographie, Pierre Mazeaud communique sa passion de la montagne, lui qui, en dépit de ses nombreux exploits, resta toujours un « alpiniste du dimanche ». Juriste et père de famille la semaine, il ne manque aucune occasion de rejoindre ses amis alpinistes - Bonatti, Bérardini, Paragot, Desmaison, Cassin, Terray - pour des premières toujours plus saisissantes. Du Saussois aux Dolomites, du Hoggar à l'Himalaya, Pierre Mazeaud relate ses plus beaux exploits mais aussi son plus grand drame, la tragédie du pilier du Frêney, dans le massif du Mont-Blanc, dont il réchappera miraculeusement en compagnie de son ami Walter Bonatti. Écrit au lendemain de sa première tentative d'ascension de l'Everest, ce texte intime nous éclaire sur le parcours d'un homme qui ignore encore qu'il deviendra un héros.

  • Les coulisses de la victoire sur l'Everest racontées pour la première fois à l'appui d'archives inédites.
    29 mai 1953. Edmund Hillary et Tenzing Norgay sont les premiers hommes à fouler le sommet de l'Everest, la plus haute montagne au monde. 60 ans plus tard, voici le premier récit complet sur cet exploit historique, fruit de recherches approfondies de l'auteur, qui a eu accès à de nombreuses archives inédites et passionnantes dont celles de membres de l'expédition, du gouvernement britannique ou de la prestigieuse Royal Geographical Society. Et d'apprendre qu'une expédition qui est entrée dans les manuels d'histoire comme un modèle d'organisation fut secouée de nombreuses crises, sur la montagne mais aussi en dehors. Pressions politiques, enjeux diplomatiques, guerre médiatique, ambitions personnelles, controverses étouffées : l'expédition de 1953 est non seulement une histoire humaine de courage et d'aventure, mais un condensé des intérêts et luttes d'un monde effervescent en cette année du couronnement de la reine Elizabeth II. Mick Conefrey éclaire d'une lumière inédite le courage, l'imagination et le talent hors normes dont ont dû faire preuve chaque membre de l'expédition pour aboutir au succès. Un récit palpitant, fourmillant d'anecdotes et d'informations, répondant à de nombreuses questions, dont la célèbre "qui de Hillary ou de Tenzing a foulé le premier le sommet ?".
    Le premier récit complet de cet exploit historique !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
    Un régal ! Un récit humain, drôle et méticuleusement recherché. - The Independent
    Fascinant et poignant. La référence définitive sur cette téméraire ascension. - Daily Mail
    J'ai souvent été ému au cours de ma lecture. Cette histoire est celle du courage et, malheureusement, d'un monde aujourd'hui disparu. - The Guardian
    À PROPOS DE L'AUTEUR 
    Mick Conefrey habite à Oxford, en Angleterre. Il est l'auteur de nombreux livres et documentaires d'aventure et de montagne, dont plusieurs en collaboration avec la BBC.

  • Neiges éternelles

    Anselme Baud

    • Nevicata
    • 1 December 2014

    Extrait
    PRÉFACE
    Il est des noms qui marquent pour toujours notre imaginaire. Les héros de notre enfance, par exemple, tels certains sportifs légendaires.
    Pour moi qui suis né dans les montagnes, les grands champions de ski ont évidemment occupé une place particulière dans mes rêves. Les plus jeunes, comme Jean-Claude Killy, Guy Périllat ou Jules Melquiond – un remarquable champion local et un cousin, qui allait devenir mon mentor –, mais aussi les glorieux anciens, comme Émile Allais ou Henri Oreiller. Mais il en est un qui m’a toujours fasciné, c’est James Couttet, le plus jeune Français à remporter des championnats du monde de ski, en 1938, à l’âge de seize ans ! Le Chamoniard a marqué des générations de futurs champions par sa classe, sa virtuosité, sa grande maîtrise. Une très longue carrière, couronnée de multiples victoires, en a fait un modèle et un visionnaire, sur les pistes comme dans la vie.
    D’autres noms évoquent des exploits hors du commun. Il en est ainsi d’Anselme Baud, dont je me souviens, alors que j’étais enfant, à quel point j’ai eu le souffle coupé en découvrant les photos d’un skieur descendant pour la première fois des faces d’une raideur hallucinante.
    Anselme, je l’ai rencontré la première fois à Kitzbühel, en 1995. Ce jour-là, je venais de remporter les deux descentes mythiques de la Streif, un des grands souvenirs de ma carrière de skieur. Quel ne fut pas mon plaisir de voir arriver, au sein de la foule immense de cette grande fête du ski, un petit groupe de supporters français… un peu particuliers : des guides-professeurs de l’ENSA, qui avaient fait le voyage pour encourager l’équipe de France ! Parmi eux, Anselme, avec qui j’ai dignement fêté l’événement au cours d’une soirée mémorable !
    Notre passion partagée du ski et de la montagne a rapidement tissé entre nous les liens d’une réelle amitié. Ce qui m’a toujours particulièrement touché chez Anselme, c’est ce bonheur profond qu’il éprouve à chaque fois qu’il est en montagne. Un bonheur simple et sincère qu’il a toujours su partager avec ses nombreux amis, clients et stagiaires des cours de guide. Voilà un homme heureux en montagne, tout simplement.
    Et c’est bien ce que j’ai ressenti en lisant ces pages, où transparaît à travers les étapes de la vie de ce vrai montagnard, le bonheur sincère d’être « là-haut ». Une enfance heureuse, sous l’autorité d’un père admiré, les étés dans les alpages, l’automne dans les forêts et l’hiver sur les skis ! Une jeunesse où se précise de plus en plus clairement la vocation de guide. Et une vie professionnelle longue et riche d’expériences sur les montagnes du monde entier.
    Très conscient de la chance d’être né dans cet environnement, Anselme a toujours manifesté un profond respect pour la montagne et une grande modestie à son égard. Une qualité indispensable dans ce monde parfois hostile, mais tellement magique. Cette modestie l’a souvent aidé à prendre les bonnes décisions dans son métier de guide et à surmonter de terribles épreuves… Tant de ses amis et collègues ont disparu en montagne au cours des années. Aucun drame cependant ne pèse autant que la disparition en 2004 d’Édouard, son fils aîné, fauché par un sérac lors d’une descente à ski.
    Lire ce livre d’Anselme Baud, c’est parcourir un siècle d’histoire de nos montagnes, de l’alpinisme et du ski, conté à travers la mémoire de son beau-père James Couttet, de son père Jacques, de son cher Édouard, et bien sûr de ses propres souvenirs. La plume est juste, le ton sensible et les enseignements précieux.
    Ces pages touchent chez moi une corde sensible, à quelques jours de me lancer dans d’autres aventures, sur les mers cette fois, aidé par Eric Loizeau, notre ami commun, un grand marin devenu alpiniste.
    Je n’ai qu’une envie en posant ce livre d’Anselme Baud : remonter « là-haut », simplement pour le bonheur d’y être !
    Luc Alphand
    Serre-Chevalier, septembre 2011

  • L'épopée du ski Nouv.

    L'épopée du ski

    Yves Ballu

    Si le ski est aujourd'hui un sport et un loisir plébiscité par un grand nombre de passionnés, son histoire reste entourée de mystères. Moyen de transport rustique et indispensable à la survie des montagnards, le ski est devenu en quelques décennies un accessoire sophistiqué au service des sportifs.
    De son invention préhistorique aux premiers champions olympiques, cette épopée illustrée recense les aventures étonnantes de ceux qui sont à l'origine du ski moderne.
    Peintures rupestres, illustrations fantaisistes du XVIe siècle, affiches de promotion des sports d'hiver... cette histoire du ski regorge de documents étonnants.

  • L'audacieux voyage des profondeurs de la mine au toit du monde !
    Andy Cave naît en 1966 dans une famille de mineurs du Yorkshire, au nord de l'Angleterre. Il quitte l'école sans diplôme à l'âge de seize ans pour travailler dans les mines de charbon, suivant une tradition familiale de plusieurs générations. "Un travail sale et harassant, dans un véritable enfer." À la même époque, il découvre l'escalade sur les falaises de sa région et c'est une révélation. Pris dans la tourmente de la grande grève des mineurs de 1984-1985, il quitte son job à la mine, reprend des études et devient l'un des meilleurs alpinistes britanniques, réalisant nombre d'ascensions d'envergure dans les Alpes et en Himalaya.
    En 1997, il se lance avec cinq compagnons à l'assaut de la formidable face nord du Changabang, au nord de l'Inde. Une des plus belles montagnes au monde et une des ascensions les plus difficiles qui soient. Cette aventure marquera durablement l'alpinisme d'une page héroïque et tragique. 
    Ce livre est lauréat du Grand Prix 2013 du Salon du Livre de Montagne de Passy.
    Témoignage émouvant d'un monde disparu et grand récit de montagne, ce livre conte l'histoire d'un destin hors du commun d'une incroyable odyssée des ténèbres de la mine aux neiges de l'Himalaya.
    EXTRAIT
    Ma passion pour l'escalade et ce besoin de mettre toujours un pied devant l'autre avait commencé il y a bien longtemps, lorsqu'enfant, curieux de tout, j'escaladais sans cesse tous les versants du terril du puits local. Plus tard, comme jeune mineur, las de ce monde de crasse et d'obscurité, j'étais tombé amoureux du vrai jeu qu'est l'alpinisme. Cette nuit-là, approchant de notre tente sur l'arête en lame de couteau du Changabang, mon histoire d'amour avec l'alpinisme était sur le point de prendre fin. Les quatre jours suivants allaient être les plus éprouvants de ma vie.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Des tréfonds suffocants des mines du Yorkshire aux divins sommets himalayens, Andy Cave joue avec nos émotions aussi habillement que de ses piolets... - Detoutlahaut
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alpiniste britannique mondialement réputé, Andy Cave a commencé sa vie active comme mineur dans les charbonnages du Yorkshire. Outre son métier de guide de montagne, il est aujourd'hui un conférencier très demandé et un écrivain maintes fois récompensé.

  • Chaque randonneur, chaque grimpeur du dimanche, chaque alpiniste amateur se retrouvera dans les aventures et mésaventures loufoques du premier volume de ces Tribulations alpines. Ils sont quatre, comme... Les Trois Mousquetaires, en un peu moins héroïques. Comme Les Quatre Filles du docteur March, en un poil plus frustres. Comme Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse, à peine moins hallucinés, mais indiscutablement plus foutraques. Quatre montagnards ordinaires qui parcourent cimes et arêtes à la recherche de quelque bonheur embusqué. Le fil doré d'un pilier, les perles argentées d'un ruisseau saisi par le gel ou les courbes voluptueuses d'une randonneuse croisée sur le chemin !  " - On a combien à l'altimètre ? demande Gégé.Après avoir secoué la fine pellicule de givre qui recouvre son duvet et sorti un boîtier métallique dissimulé sous plusieurs couches de vêtements, Claude répond :- Plus ou moins 6 300 mètres.- Tu vois, je n'imaginais pas qu'on puisse autant s'emmerder à 6 300 mètres d'altitude.Trois jours d'immobilité sous la tente avaient transformé la section d'assaut de l'équipe des Français en un ramassis de vauriens contrariés et maussades. L'image du sommet s'était racornie à celle d'un indiscernable repli de terrain à la surface du globe ; relief infécond et dérisoire. Retrouver le camp de base, la tente collective, ses chants, Dina, Irina, Sérafim, le réfectoire et ses patates bouillies leur apparaissait désormais comme le seul horizon enviable. La montagne, sans le rêve, n'est qu'une géologie abstraite et périlleuse."

  • La vie de l'un des grands aventuriers de notre temps, le « miraculé de l'Everest », disparu au sommet et réapparu plusieurs semaines après. « Ceci est le récit de ma vie, la vie passionnée d'un homme qui a toujours foncé au bout de ses rêves. » Une existence consacrée à l'ascension des plus hauts sommets et à l'étude du ciel, en quête de plus grand, avec les étoiles et les montagnes pour guides. Après une enfance bruxelloise, la découverte des joies de l'escalade sur les bords de la Meuse dans les années 1950 conduit Jean Bourgeois à parcourir les grandes faces des Alpes, puis les plus hautes montagnes de la terre. Étoile montante de l'alpinisme mondial, il connaîtra des aventures extraordinaires, telle cette dramatique survie en 1966 sur une montagne glacée du Pamir après des jours d'une effroyable tempête. Curieux des hommes et du vaste monde, ses séjours avec sa femme parmi les derniers nomades d'Afghanistan, dont il rapportera de fabuleux témoignages et d'étonnantes découvertes archéologiques, auront un écho retentissant. Mais une histoire surtout fera le tour du monde, en 1982, le faisant connaître à un grand nombre. Sa disparition à quelques mètres du sommet de l'Everest et sa miraculeuse réapparition parmi les hommes plusieurs semaines plus tard... Voici le récit ardent de la vie d'un superbe aventurier, doublé d'un grand écrivain. Un homme pour qui la quête de ses limites a peut-être été plus importante que l'arrivée au bout du chemin.

  • Aventures et mésaventures loufoques sont toujours au rendez-vous de ce deuxième volume des Tribulations alpines. Mais cette fois, par l'extravagance de leurs réactions, nos trois mousquetons, plus si ordinaires, vont faire vibrer l'alpe et pas seulement chez les demoiselles. Extrait du récit « Grimpeurs humanitaires » :« Le concept de la chaussure biodégradable serait écologique, lance Daniel.- Je te parie que c'est déjà dans les tuyaux, pronostique Claude.- Ça sert à quoi ? questionne Raph.- Au cas où ça tourne mal... Tes chaussures, tu les bouffes. C'est un classique de la littérature d'aventure ! l'informe Gégé.- Pas idiot, siffle Raph avec admiration.- C'est l'avantage sur le plastique... » ajoute Claude en tapotant amoureusement le cuir de ses chaussures.Assis sur le toit de l'Europe, les mousquetons devisent en se réchauffant aux premiers rayons du soleil. La nuit a été fraîche, mais le rêve de Claude s'est accompli : dormir sur le plus haut sommet des Alpes.Dans l'air cristallin couleur de miel, les quatre amis contemplent les innombrables sommets qui s'embrasent les uns après les autres.« C'est marrant, j'entends comme un bourdonnement » remarque Raph au bout d'un moment.Le front de Claude vient de se froisser d'une ride. Il se lève, une main en visière. Du fond de la vallée, côté italien, un minuscule insecte s'élève vers eux suivant une rectiligne impeccable. Un éclat de métal en fusion gicle bientôt de sa carapace comme il atteint le bas du glacier.« On ne peut être tranquille nulle part ! » lâche Claude. Où il se révèle que nos trois mousquetons sont de furieux poètes opposés à la société de consommation. Sensibles à la musique des cimes, un peu moins à celles des poulies de la modernité, les voici tels des Quichotte et Sancho des sommets, partis combattre les envahisseurs de la montagne, même les plus avenants. Ça va cogner, et pas que pour enfoncer du piton...

  • Cette simple formule séduit aujourd'hui près de huit millions de Français. Par amour de la nature, par goût de la découverte, entre amis ou en famille...
    Adaptée à tous les âges et toutes les conditions, la randonnée tient à la fois de la pratique sportive et du plaisir philosophique, répond autant au besoin de se dépenser qu'à celui de se ressourcer...
    Dans ce manuel résolument pratique et très illustré, Roger CALMÉ s'appuie sur sa longue expérience de journaliste spécialisé et de randonneur confirmé.
    Il vous livre les conseils essentiels pour bien aborder cette activité, sereinement et en toute sécurité : des repères sur la préparation, l'approche de l'environnement et de la météo, la meilleure façon de marcher et de s'orienter, le choix d'un équipement adapté, les bons réflexes pour s'alimenter et prévenir d'éventuelles blessures...
    Tout au long de l'ouvrage, des spécialistes vous donnent également leurs avis et des conseils sur ces différentes thématiques.

    Un guide pour tous, accessible et pragmatique, à lire absolument avant de partir... et à glisser dans son sac entre la gourde et la polaire !

  • Le plus grand alpiniste de notre temps a 70 ans ! Dans le monde de l'aventure, les légendes vivantes sont rares. Pour avoir échappé au destin tragique de nombre de ses compagnons et parce qu'il continue de mener plusieurs existences en une, Reinhold Messner est un « plus que vivant ». Il signe ici son livre le plus personnel.Reinhold Messner revient sur sept décennies d'une vie aux confins de l'extrême. Au coeur de son propos, la vie dans ce qu'elle a de plus essentiel, la passion, le courage et la responsabilité. Très tôt confronté à la mort lors de ses expéditions, Messner a appris à survivre. Aujourd'hui, il s'exprime sans fard au sujet de l'ambition, la culpabilité, les cauchemars qui l'ont hanté, le vieillissement, les nouveaux départs et le renoncement.
    On retrouvera dans ces pages les étapes d'une vie d'exception qui ont conduit un petit montagnard du Tyrol du Sud à devenir l'aventurier le plus célèbre au monde, mais aussi un homme politique combatif, un agriculteur engagé, un conseiller recherché par les chefs d'entreprise, le fondateur d'un musée des montagnes du monde unique en son genre, et le père de quatre enfants.
    Reinhold Messner témoigne de cette vie au superlatif en évoquant l'odeur du pays natal, l'espace de liberté dont a besoin un enfant, l'importance de la peur, de l'égoïsme et de l'instinct pour qui doit survivre.C'est un livre d'aventure passionnant qu'il nous offre pour ses 70 ans.

  • Depuis les temps les plus anciens, les « chasseurs de cristaux » font partie des figures fascinantes de l'univers alpin. Cathy Feray, femme de cristallier, nous emmène à la rencontre de l'un d'entre eux. Mais qui sont réellement ces hommes férus de montagne, courageux, solidaires, qui n'hésitent pas à prendre des risques pour atteindre le fameux « four » où se cache leur trésor minéral ? D'où leur vient cette passion pour les cristaux, et comment la vivent-ils ? Reste-t-il de la place pour les autres ?À travers son parcours personnel - ses rencontres, son travail au sein de l'hôpital de Chamonix, sa propre expérience de la montagne, son implication dans les bourses aux minéraux... -, Cathy Feray nous fait pénétrer dans l'univers quelque peu confidentiel des cristalliers et de cette activité ancestrale régie par un code d'honneur. Elle nous raconte, avec sincérité et humour, les aventures qui ont jalonné sa vie de femme aux côtés d'un homme amoureux des minéraux, la peur quand l'attente se fait trop longue, l'émerveillement devant la beauté des cristaux... et toutes les émotions partagées en vivant la passion de l'autre.« On n'enlève pas à quelqu'un sa passion, ce serait le tuer ! Alors on compose, et l'amour aidant, on finit par accepter de vivre la passion de l'autre. »

  • Voici à peine un siècle, on trouvait encore indécent de voir une femme en tenue de ski. En 1974, une expédition féminine atteint pour la première fois un sommet de plus de 8 000 mètres. Trente-cinq ans plus tard, parmi les vingt-deux alpinistes parvenus au sommet des quatorze plus de 8 000, se trouvent deux femmes. Comme dans de nombreux domaines, le XXe siècle a donc été déterminant pour ouvrir au deuxième sexe les portes de l'alpinisme. Quelles ont été les pionnières en la matière ? Et à quel prix ? Reinhold Messner brosse le portrait de ces femmes d'exception : Hettie Dyhrenfurth, qui conserva longtemps le record d'altitude pour une femme, Junko Tabei, surnommée « Madame Everest », ou, plus récemment, l'Espagnole Edurne Pasaban, l'Italienne Nives Meroi, l'Allemande Gerlinde Kaltenbrunner, sans oublier bien sûr la Française Catherine Destivelle...

  • Voler l'Himalaya

    Maurice Wilson

    Maurice Wilson, à l'aube de ses 35 ans, entreprend de se rendre en monoplan monomoteur à cockpit ouvert sur les flancs de l'Everest pour planter le premier drapeau à son sommet
    Ce projet semble fou à bien des égards : l'Anglais n'est ni aviateur, ni alpiniste. Il ne connaît de la marche que les quelques cent kilomètres qu'il aura parcouru dans le Yorkshire en guise d'entraînement. De plus, en 1935, l'aviation en est encore à ses balbutiements et peu auront, avant lui, parcouru de si longues distances sans dommages.
    En s'appuyant sur le journal qu'il a tenu tout au long de son voyage, Ruth Hanson relate la formidable épopée de Maurice Wilson. Plus que l'entreprise, c'est l'homme qui fascine : sa foi, son ambition, son obstination... tout chez lui n'est que démesure. Si bien que la finalité du projet (malheureusement trop prévisible), n'est en rien la finalité du récit. Mieux vaut s'attacher à l'homme et aux raisons qui le poussèrent au-delà du raisonnable. Son rêve n'était-il que pure folie ?
    Quoi qu'il en soit, son exploit aura marqué l'histoire de l'Everest, quant à sa réussite, certains aiment à y croire encore...
    Un récit de voyage captivant !
    EXTRAIT
    Gravir l'Everest en solitaire ! On dirait un projet fou, rêvé dans un bar, à la f in d'une longue soirée... Mais Maurice Wilson était abstinent, ne fréquentait aucun pub et voulait vraiment voler jusqu'au Tibet, atterrir sur les pentes inférieures de la montagne, continuer à pied et devenir le premier homme à atteindre le sommet ! Il n'avait aucune expérience de l'alpinisme et ne savait pas piloter, mais il pensait que là était son destin et que Dieu guiderait ses pas sur les rochers et les glaciers himalayens.
    J'ai entendu parler de Maurice Wilson pour la première fois un jour de l'an, alors que j'étais en vacances avec des amis en Écosse. Recroquevillée sur un divan, avec du thé et des crêpes, après une marche glaciale, je parcourais un livre sur l'Everest, donné à Noël par un ami. Soudain, une photographie jaunie éveille mon attention. Elle montre Maurice Wilson, debout devant un petit biplan. Il a les mains sur les hanches, un casque en cuir sur la tête, il porte des lunettes d'aviateur et f ixe la caméra avec un léger sourire narquois. Je lis le passage qui le concerne et quelque chose chez cet homme me frappe. Son projet insensé peut-être, ou alors d'avoir été si loin sachant que la plupart des gens - dont moi - l'aurait pris pour un fou ou encore nos racines communes du Yorkshire.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Comme Maurice Wilson, Ruth Hanson est née et a grandi à Bradford. Depuis 1991, elle a voyagé de nombreuses fois au Népal, mais aussi au Tibet, au Sikkim et au Bhoutan. Elle travaille dans un cabinet juridique et vit avec son compagnon dans le Yorkshire du Nord. Ruth Hanson entendit parler pour la première fois de Maurice Wilson pendant des vacances en Écosse, un jour de l'an. Plus elle en apprenait sur cet homme, plus elle était intriguée.
    « Il était bien connu dans le milieu des alpinistes et son histoire avait déjà été racontée, mais malgré cela, je fus captivée et pensais qu'il y avait plus à dire. »
    C'est ainsi que l'idée de ce livre prit forme, un livre qui non seulement raconterait l'histoire de Wilson, mais décrirait la couleur et la beauté d'une région - l'Himalaya - à laquelle Ruth est familière.

empty