• Le jardinier paysagiste, voyageur du monde et écrivain Gilles Clément imagine : puisque, après l'incendie qui a détruit la toiture de Notre-Dame, la lumière est enfin entrée dans ce lieu, on pourrait en faire un jardin ! « La dernière aventure de Notre-Dame est un envol du chapeau par la force des flammes. Et brutalement, on y voit clair. Pourrait-on bénéficier de cette offre en ce siècle délicat des gestions de l'énergie ? Alors installons une serre, un jardin et, pourquoi cultivons-y une vigne grimpante pour en tirer un vin de messe unique au monde ! » Dans un texte drôle, roboratif et poétique, Gilles Clément montre avec brio que Notre-Dame-de-Paris est un roman et que l'incendie en est un chapitre. Un édifice en perpétuelle transformation qui bouleverse la notion de patrimoine en lui donnant un statut d'oeuvre changeante. Et aujourd'hui, si un tel projet venait à se réaliser, l'auteur en serait le monde vivant non-humain, un ensemble végétal et animal aux imprévisibles décisions.

  • Au-delà des théories classiques dont il retrace l'histoire de façon érudite, cet essai novateur propose une philosophie politique de l'architecture, conçue comme un art de la construction des possibles. Là où Michel Foucault étudiait l'architecture en tant que technologie de pouvoir, Ludger Schwarte tente à l'inverse de cerner son rôle dans les mouvements d'émancipation.
    Au-delà des théories classiques dont il retrace l'histoire en remontant à Platon ou à Vitruve, cet essai novateur propose une philosophie politique -; et non pas simplement esthétique ou symbolique -; de l'architecture.
    Partant du constat que la Révolution française s'est déroulée dans des rues et sur des places qui avaient été construites moins d'un siècle auparavant, et que les masses révolutionnaires n'auraient pas pu se rassembler si ces nouveaux espaces publics n'avaient pas existé, il s'interroge sur les conditions architecturales de la démocratie : quels types d'espaces rendent possibles ou impossibles certains types d'actes ou d'événements ? Où l'on apprend que le cours de l'histoire dépend de la construction de l'espace...
    Là où Michel Foucault avait étudié l'architecture en tant que technologie de pouvoir, Ludger Schwarte tente de cerner son rôle dans les mouvements d'émancipation. Si l'on conçoit les espaces publics comme des théâtres de l'action collective, alors la question est de savoir si leur configuration permet des interactions événementielles, des expérimentations créatrices. En ce sens, tout espace public authentique est fondamentalement anarchique.

  • Trendenser, c'est l'art d'être bien chez soi en suédois. Et si tout n'était qu'une question de logique ? Pour une déco intérieure réussie, nul besoin de mettre des milliers d'euros ! Il suffit de suivre les conseils de Frida Ramstedt. Appliquer le nombre d'or cher à Léonard de Vinci pour installer des tableaux, savoir préserver les proportions d'une pièce en posant son parquet, apprendre à disposer ses meubles pour mieux circuler, quel mur peindre en couleur pour avoir une pièce cocooning ou au contraire lui redonner du volume ? Toutes ces réponses dans le guide ultime proposé par Frida !

  • Quels sont les matériaux écologiques pour une construction durable ? Comment utiliser les prescriptions d'un PLU ou PLUi pour compléter les informations requises pour un dossier de permis de construire ou une déclaration préalable de travaux ? Quelle différence existe-t-il entre une surface de plancher, une surface dite Carrez, une surface habitable ou une emprise au sol ? Quels sont les moyens de chauffage peu énergivores et faiblement émissifs en carbone, qui satisfont aux nouvelles réglementations environnementales ? Les nouveaux modes de conception de l'habitat seront-ils nécessairement bioclimatiques et participatifs ?
    Ce manuel illustré, à la fois pratique et didactique, est une introduction complète, claire et synthétique aux en jeux de l'architecture et de l'habitat. Traitant des aspects techniques, artistiques, sociologiques et juridiques, il aborde :
    - les styles architecturaux, avec des descriptions simples pour reconnaître l'époque de construction des maisons et immeubles, et se familiariser avec le vocabulaire spécifique des formes architecturales ;
    - la morphologie et l'aménagement des bâtiments (taille, configuration, agencement, calculs de surfaces utilisées en construction et en immobilier) ;
    - les règles d'urbanisme encadrant les projets urbains, permis de construire et déclarations préalables de travaux, et les outils opérationnels d'aménagement ;
    - les moyens de protection et de préservation du patrimoine architectural ;
    - les éléments techniques de la construction, du gros oeuvre au second oeuvre, ainsi que l'ensemble des diagnostics immobiliers obligatoires ;
    - l'isolation et les équipements du logement ;
    - le concept de développement durable à l'échelle du logement et des quartiers.
    Cette 2e édition intègre une mise à jour de l'arsenal juridique et réglementaire concernant l'urbanisme et la construction (loi LCAP et loi ELAN, nouvelle réglementation environnementale...).
    Elle développe également le propos sur la gestion des risques et aléas environnementaux et technologiques, particulièrement au coeur du débat public aujourd'hui.
    Cet ouvrage s'adresse principalement aux étudiants en licence et master urbanisme, ou suivant une formation BTS Professions immobilières, Bâtiment et travaux publics, Économie sociale et familiale, Design d'espace, Agencement de l'environnement architectural, etc. mais également à tout professionnel soucieux de découvrir les sujets dont il n'est pas spécialiste.
     

  • Ce mémento présente les principes et exigences de la réglementation issus de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005, au moyen de tableaux synoptiques, d'échéanciers, de recommandations pratiques et de schémas d'ensemble et de détail.
    Il récapitule les obligations et procédures : dates d'entrée en vigueur, demandes d'autorisation, attestations, possibilités de dérogation, etc.
    Il détaille ensuite, sous forme de fiches illustrées, classées dans l'ordre logique de la chaîne de déplacement, l'ensemble des prescriptions techniques à respecter pour tous les types de bâtiments, neufs ou existants :
    - établissements recevant du public ;
    - installations ouvertes au public ;
    - bâtiments d'habitation collectifs et maisons individuelles ;
    - logements destinés à l'occupation temporaire ou saisonnière.
    Cette 7e édition intègre notamment les nouvelles dispositions introduites
    par la loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 dite « Loi ELAN » donnant la possibilité au maître de l'ouvrage de prévoir 20 % de logements accessibles et les autres logements évolutifs lors de la construction d'un bâtiment d'habitation collectif ainsi que les dispositions modifiant l'article R. 111-5 du CCH relatif à l'obligation d'un ascenseur devenant applicable à compter de trois étages.
    Ce livre au format pratique, facile à transporter et à consulter, a été conçu pour guider au quotidien les maîtres d'ouvrage, maîtres d'oeuvre, architectes, bureaux d'études et entreprises dans la mise en oeuvre des règles d'accessibilité.
     



  • "Michel Possompès nous montre que l'architecture peut être comprise de tous. Chaque chapitre nous place à un poste privilégié qui permet d'observer comment elle se fait. Et où se fait- elle ? Partout, semble-t-il. Sur les chantiers, dans

  • L'incendie de Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019, nous a sidérés comme si une part de nous-mêmes avait brûlé, une part d'enfance avec notre Mère. Et Marie-Amélie Tek en a été d'autant plus bouleversée qu'elle a voué son travail d'architecte à la préservation du patrimoine.
    Dans cet essai, écrit avec le coeur et un style d'une poésie éblouissante, l'auteur revient sur la signification profonde de ce bâtiment, sur le rapport à la matière et à l'harmonie, s'effrayant que l'on dissocie l'usage du lieu et sa construction. Elle appelle les architectes à respecter le bois de la charpente, vivante matière qui vit aussi de la fonction qu'on lui donne et de l'âme de ceux qui la travaillent. À s'effacer derrière les mille ans de prières qui ont façonné Notre-Dame. À ne pas oublier les habitants de l'édifice, âmes du passé qui demeurent entre les murs, hommes du présent qui espèrent et ceux du futur à qui l'on se doit de parler de nous.
    À la suite de Victor Hugo qui voyait en Notre-Dame une oeuvre d'art totale, Marie-Amélie Tek nous propose un texte visionnaire qui nous questionne sur notre rapport à la cathédrale Notre-Dame de Paris, mais aussi sur la résonance du patrimoine en chacun de nous.
    Préface de Christophe Barbier
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Née en 1982, Marie-Amélie Tek est diplômée de l'école nationale supérieure d'architecture Paris-Malaquais et de l'école de Chaillot. En tant qu'Architecte du Patrimoine, elle intervient sur des monuments historiques prestigieux de notre patrimoine.

  • Toutes les cultures urbaines ont produit des écrits sur la ville et l'architecture. Mais - le sait-on ? - c'est en Occident qu'est apparu, pour la première fois, au XVème siècle, un discours théorique qui prétend fonder sur sa seule autorité les procédures d'engendrement du monde bâti. Ce discours "instaurateur" a, depuis, envahi la planète. Nous avons oublié qu'il fut insolite, voire scandaleux. Sous la forme des "théories d'urbanisme", il nous semble désormais aller de soi.
    Banalité fallacieuse. La Règle et le Modèle s'attache à le démontrer à travers la singularité des textes instaurateurs. Ainsi découvre-t-on que deux livres inauguraux, qui sont devenus les paradigmes des traités d'architecture et des utopies, le De reaedificatoria (1452) d'Alberti et l' Utopie (1516) de Thomas More, déterminent aujourd'hui encore la démarche des théories d'urbanisme. Ils ne lui ont pas seulement légué deux procédures opposées : la règle générative albertienne, ouverte à la demande et même au désir des utilisateurs, mais d'un usage précaire et périlleux ; le modèle spatial moréen, qui continue d'imposer presque partout l'ordre totalitaire de l'utopie. Davantage : la rationalité de surface dissimule, ici comme là, des formes textuelles apparentées au mythe et avec lesquelles, en dépit de ses prétentions scientifiques, la théorie d'urbanisme n'a jamais rompu.
    Découverte essentielle, qui devrait nous aider à renouveler la problématique de l'édification et nous réinviter, du même coup, à l'action.

  • "En architecture la compétition phallique continue."
    "L'architecte qui réussit est toujours un paranoïaque."
    "La villa Sam suffit est l'horizon architectural des narcos."
    "On peut sortir Jean Nouvel du Lot-et-Garonne, on ne sortira jamais le Lot-et-Garonne de Jean Nouvel."
    De l'Iran à la Chine, de Beyrouth à Rio, des îles Grecques au Texas, Philippe Trétiack parcourt le monde pour y récolter autant de règles d'architecture que d'histoires. En voici 56, échevelées, dures et exotiques, concrètes et désopilantes. Après son fameux Faut-il pendre les architectes ? nous voici pris sous le feu de snippers à Abidjan, envoûtés par une danseuse du ventre au Caire, précipités dans des émeutes à Buenos Aires, ficelés dans un side-car de compétition, terrifiés par le Président Poutine à Moscou... Manuel de globe-trotter et de déconstruction mené à cent à l'heure, L'Architecture à toute vitesse fait de l'irrévérence une vertu, et transforme l'architecture en une réflexion personnelle sur un monde absurde où les portes claquent comme des coups de feu.
    Architecte et urbaniste, Philippe Trétiack est grand reporter et écrivain. Depuis trente ans, il collabore au Monde, à Madame Figaro, ELLE Décoration et Beaux Arts Magazine. Il a publié une vingtaine d'ouvrages et ses reportages ont été plusieurs fois récompensés, entre autres, par le Prix Louis Hachette pour son enquête sur la mode chez les Mollahs en Iran. Il est correspondant de l'Académie des Beaux-Arts, Institut de France et membre associé de l'Académie d'Architecture.

  • Le château de Versailles... comme vous ne l'avez jamais vu !
    Les photographes du château vous ouvrent toutes ses portes, même les plus secrètes.
    Une visite exceptionnelle dans les pas de Louis XIV, de Madame de Pompadour ou de Marie-Antoinette...

  • Une somme sur les liens entre l'architecture traditionnelle et les conceptions religieuses et spirituelles du temps et de l'éternité.  Premier tome d'une trilogie, ce volume vient combler une lacune dans la panorama culturel français. Autour de l'architecture c'est un véritable panorama des principales civilisations traditionnelles de l'humanité qu'entreprend l'auteur Adrian Snodgrass dans cette introduction générale reliant architecture religieuse, traités et enseignements spirituels qui en sous-tendent la conception. Cette souligne les liens qu'elle entretient avec le symbolisme astronomique et temporel (conceptions du cosmos cruciforme, symbolique astrale, etc.). A noter l'accent qui est mis sur l'architecture islamique à titre d'exemple.  Un texte indispensable dans la lignée de Mircea Eliade ou Baltrusaïtis.

  • Pour le sens commun, l'architecte conçoit et construit ce qui constitue le cadre matériel de notre vie quotidienne. Mais que fait-il vraiment ? Comment s'y prend-il pour faire exister les différentes architectures ? C'est à ces questions que ce livre s'efforce de répondre. Plus précisément, il développe une sociologie de l'architecture, qui analyse le métier, les compétences, les pratiques et la culture de l'architecte, en s'appuyant sur un rigoureux travail d'observation.

  • Solution leader de modélisation des données du bâtiment BIM), Autodesk® Revit®, dédié à la technologie BIM, permet un travail collaboratif pluridisciplinaire à travers une maquette numérique pour tout projet de construction ; sa version dédiée aux bureaux d'étude propose des outils conçus spécifiquement pour la conception et l'analyse de structure.
    Cet ouvrage, le plus complet du marché, a été conçu pour vous familiariser avec les concepts de la création de modèles de construction 3D, des principes de la
    conception de bâtiments à l'édition de la documentation (nomenclatures, feuilles, rendu d'images et visite virtuelle, plans, etc.). Vous y découvrirez l'interface utilisateur et les fonctionnalités clés du logiciel. Ce véritable guide vous permettra de mettre à profit les fonctionnalités pour créer, modifier, analyser, documenter le modèle paramétrique et effectuer tous types de simulations. Enfin, vous
    découvrirez les meilleurs outils pour mettre en oeuvre un projet collaboratif en vous initiant à l'échange de données.
    Particulièrement pédagogique, ce manuel propose :
    o de nombreux cas pratiques pour découvrir en détail chaque fonctionnalité du logiciel ;
    o des conseils et astuces éprouvés par les formateurs d'ASCENT pour optimiser votre pratique de Autodesk Revit ;
    o des exercices de prise en main du logiciel grâce à des fichiers d'entraînement dédiés (fournis sur simple demande).
    Que vous soyez ingénieur, technicien ou projeteur dans un bureau d'études Structure, techniques ou bureau de contrôles, ou dans une entreprise de construction, ce manuel, véritable mode d'emploi du logiciel, vous accompagnera au quotidien pour tirer pleinement parti du BIM, en gagnant en temps et en efficacité à chaque étape du projet, ainsi que dans vos prises de décision et dans la réalisation des documents finaux, tout en améliorant la qualité générale des produits livrés à vos clients.
     

  • S'inscrivant aujourd'hui dans le cercle des objets patrimoniaux et bénéficiant du label UNESCO, le patrimoine Le Corbusier est un objet de recherche en soi. Les textes et les écrits qui lui sont associés en font partie, tout comme leurs auteurs. Cet ouvrage, issu d'une trilogie, se situe entre la synthèse ethnographique et le complément . Enrichi de témoignages directs d'anciens habitants de l'Unité d'habitation de Firminy (Loire), il reconsidère l'histoire originale de cet ensemble qui fêtera ses 50 ans fin 2017.

  • Un magazine pour se tenir informé dans le domaine de l'architecture
    Ce quatrième numéro de la revue CLARA Recherche/Architecture s'ouvre à l'international. Des contributions en français et en anglais y questionnent la pertinence d'interventions architecturales et urbaines modernistes dans les pays du Sud, et leur réception par les habitants et usagers.
    Dans le dossier « Modernisme(s) approprié(s) ? », une dizaine d'auteurs examinent la manière dont les modèles et les principes du modernisme en architecture et en urbanisme ont été modifiés par la rencontre avec un contexte autre que ceux dans lesquels et pour lesquels ils furent initialement conçus. Les auteurs nous emmènent dans la vie quotidienne des habitants et usagers d'utopies modernistes - immeubles de logements collectifs, grands ensembles, anciens complexes hospitaliers habités, habitations destinées aux officiers des administrations coloniales... - à la recherche des transformations, adaptations, voire subversions apportées à ces architectures par les usages quotidiens, les coutumes locales, les traditions indigènes. Ce faisant, les oeuvres et les idées du modernisme acquièrent un visage neuf, dépaysant, qui invite à s'interroger à nouveau sur la pertinence et la capacité de cette idéologie apparemment désuète à résister à l'épreuve du temps et du lieu.
    Un dossier « archives » revient sur le rôle d'architectes belges dans la configuration du territoire congolais, tel Guillaume Serneels (présentation de ses plans pour la ville nouvelle de Mbuji-Mayi, anciennement Bakwanga).
    Dans un tout autre registre, CLARA propose également dans ce numéro un retour sur une rencontre avec Eduardo Souto de Moura, architecte portugais prix Pritzker 2011, ainsi que sur un cycle de rencontres autour de la pensée de Bruno Latour, organisé par un collectif de jeunes chercheuses et chercheurs.

  • Les travaux présentés dans cet ouvrage concernent l'enseignement de la conception contemporaine en architecture. La conception non formelle est l'ensemble de procédures d'improvisation qui permettent aux concepteurs de s'écarter de la planification et de la modélisation, créant une architecture du moment. Cette conception est basée sur l'idée que savoir théorique et raison pratique, conception et réalisation, ne sont pas opposés mais qu'au contraire ils se nourrissent mutuellement.

  • Au plan théorique, l'analyse de la ville n'a jamais beaucoup mobilisé les économistes en France. L'intérêt de l'ouvrage de Pedro Abramo, est de nous montrer que la ville a été et reste un objet de controverse théorique pour les économistes. Il analyse en particulier comment une figure particulière de la ville - la ville comme ordre résidentiel-a été construite par extension à l'urbain de la problématique libérale de coordination par le marché. Il procède à l'examen critique de cetteconstruction théorique et de ses applications variées. Des réflexions stimulantes qui renouent avec l'ambition de penser la ville.

  • Après leur indépendance, les pays du Maghreb ont mis en place des établissements destinés à former des architectes et ingénieurs pour faire face à une demande croissante de logements. Mais le besoin se fit rapidement sentir de former des urbanistes et cela dès les années 1980, afin de former aussi bien professionnels de l'aménagement qu'enseignants chercheurs dotés de compétences universitaires. Le présent texte témoigne, à partir de l'expérience de l'auteur, principalement algérienne et tunisienne, de la fabrique aventureuse des territoires et de la diversité des compétences qu'une planification toujours en souffrance requiert.

  • En 2007, Nathalie Franck et Yves Ballot sont devenus lauréats de la 25e édition du Prix de l'Équerre d'Argent suite à leur projet de restructuration et d'extension du groupe scolaire Nuyens à Bordeaux. Pour les deux architectes, pour la profession et la ville de Bordeaux, l'événement était de taille et ne fit pas que des heureux. Un certain nombre de voix se sont fait entendre pour contester le choix du jury. Au travers d'entretiens, cet ouvrage livre ici la manière dont les récipiendiaires ont vécu cette expérience qui agita le champ de production architecturale français d'alors.

  • Le périurbain a longtemps eu mauvaise presse. Il lui a été reproché tout à la fois de contrecarrer les objectifs de sobriété énergétique, d'artificialiser les sols et de favoriser la sécession sociale des classes moyennes. Par-delà ces critiques longtemps reprises par les décideurs politiques, de nombreuses recherches, portant sur des terrains variés ont montré que s'y inventaient de multiples solutions portant sur les mobilités, les modes d'habiter, les pratiques agricoles ou les formes de sociabilité. Le contexte est en train de changer. La crise climatique qui s'inscrit dans le temps long conduit à repenser les modèles de ville compacte, la pandémie heurte brutalement les habitudes et les pratiques et contribue à accélérer le processus. Cet ouvrage se propose de mettre en lumière certaines des transformations souterraines en maturation. Différentes générations de chercheuses et chercheurs travaillant sur les espaces périurbains y ont participé : des pionniers et pionnières des études périurbaines aux jeunes doctorantes et doctorants. Tous témoignent que les espaces périurbains sont des territoires d'innovation où il devient concevable de répondre à certains des défis auxquels sont confrontées nos sociétés.

  • Ce volume réunit deux thématiques complémentaires : le choix du premier thème est la volonté d'affirmer que la professionnalisation nécessaire des formations universitaires n'est nullement incompatible avec une recherche scientifique de qualité, et qu'au contraire l'une soutient l'autre et qu'elles se nourrissent mutuellement. Le second thème montre concrètement comment les pratiques et les politiques culturelles s'articulent avec les politiques urbaines.

  • Entre 1976 et 1984, l'américain Chad Floyd, alors architecte au sein de l'agence d'architecture de Charles Moore, imagine et organise les Designathons : une série d'émissions d'une heure rassemblant les architectes de la firme et les téléspectateurs pour réfléchir sur la ville. Dans ce projet, la proximité avec le public est de toute importance et se traduit par sa participation lors d'ateliers de réflexion organisés dans plusieurs villes, mais également par l'exposition des architectes en train de travailler dans des vitrines ouvertes sur la rue. La scénarisation des architectes, l'ouverture des discussions collectives au sujet des aménagements urbains, s'inscrivent au sein d'une dynamique de sensibilisation et d'une pratique populaire et participative. Que pouvons-nous apprendre du Designathon ? Pourquoi ne se sert-on plus de la télévision pour sensibiliser le public à l'architecture ?

  • En 1986, on prenait en photo de nombreux paysages de la MRC de Memphrémagog jugés d'intérêt supérieur. Trente années plus tard, on refaisait l'exercice en photographiant à nouveau quelque 50 de ces sites, dans des conditions semblables, afin de pouvoir en comprendre l'évolution. Que sont devenus ces paysages ? Pourquoi certains sont-ils restés inchangés alors que d'autres se sont profondément transformés ?

    Cet ouvrage unique au Québec présente une sélection de photos de cet ambitieux projet, tout en prenant appui sur les informations recueillies auprès des habitants et des intervenants de la région. Par-delà le plaisir qu'il nous donne de voir comment les lieux évoluent, il fait une démonstration éclatante de l'utilité de ce genre d'observatoire photographique. Cela permet de réfléchir non seulement à l'avenir de nos paysages, leur mise en valeur et leur protection, mais aussi à l'importance qu'ils revêtent auprès de la population. On y trouvera les outils et les voies d'actions dont disposent les municipalités et les MRC pour un aménagement durable de leur territoire et, plus particulièrement, des réponses pratiques et théoriques sur les moyens de valoriser notre patrimoine paysager.

  • Ces enquêtes inaugurent une nouvelle approche de l'art dont le champ d'investigation est l'imagination considérée à partir de la pensée des artistes. Elles abordent le cas de l'architecture, car la pensée des architectes est sûrement celle où sont le plus clairement identifiés ces échanges entre la vie physique (matérielle et pratique) et la vie de l'imagination (diaphane et spirituelle). Elles retracent le cheminement intérieur de douze grands architectes et théoriciens à la recherche d'une nouvelle innocence de l'architecture : E.L. Boullée, A.C. Quatremère de Quincy, K. F. Schinkel, J.I. Hittforff, Gottfried Semper, Eugène Viollet-le-Duc, John Ruskin, Henry Van de Velde, Frank Lloyd Wright, Le Corbusier, Ludwig Mies ven der Rohe et Louis Kahn.

empty