• I am not your negro

    ,

    • Robert laffont
    • 5 October 2017

    " Ce que les Blancs doivent faire, c'est essayer de trouver au fond d'eux-mêmes pourquoi, tout d'abord, il leur a été nécessaire d'avoir un "nègre', parce que je ne suis pas un "nègre'. Je ne suis pas un nègre, je suis un homme. Mais si vous pensez que je suis un nègre, ça veut dire qu'il vous en faut un. " James Baldwin. Dans ses dernières années, le grand écrivain américain James Baldwin a commencé la rédaction d'un livre sur l'Amérique à partir des portraits de ses trois amis assassinés, figures de la lutte pour les droits civiques : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King Jr. Partant de ce livre inachevé, Raoul Peck a reconstitué la pensée de Baldwin en s'aidant des notes prises par l'écrivain, ses discours et ses lettres. Il en a fait un documentaire - salué dans le monde entier et sélectionné aux Oscars - aujourd'hui devenu un livre, formidable introduction à l'oeuvre de James Baldwin. Un voyage kaléidoscopique qui révèle sa vision tragique, profonde et pleine d'humanité de l'histoire des Noirs aux États-Unis et de l'aveuglement de l'Occident. " Attention, chef-d'oeuvre ! " La Croix (au sujet du film documentaire I Am Not Your Negro)

  • Au début des années 1860, l'Amérique décide d'en finir une bonne fois pour toutes avec les Indiens. C'est principalement dans les Grandes Plaines que des tribus entendent résister à l'avancée des Blancs. La guerre de Sécession terminée, c'est à l'armée qu'incombe la tâche de régler le "problème indien". Ironie de l'histoire, le 25 juin 1876, le général Custer et son régiment sont anéantis par "l'ennemi" sur les rives de la Little Bighorn. Ce jour-là, Crazy Horse et Sitting Bull infligent à l'Amérique sa plus désastreuse défaite. Et pourtant, elle annonce la fin d'un monde : lors des années qui vont suivre, tous les Indiens finiront parqués sur des réserves. C'est la version indienne de l'Histoire que James Welch s'attache ici à faire revivre. Relatant par-delà les mythes et les malentendus un des épisodes les plus sombres de l'histoire américaine, il dit la fierté et le désespoir d'un peuple privé de ses droits, devenu étranger sur sa propre terre.

  • Le 25 mai 2020 à Minneapolis, l'homicide d'un homme noir par un policier blanc suscite des manifestations géantes dans l'ensemble des États-Unis. En quelques jours, « Black Lives Matter » devient un slogan universel, tout en inscrivant son action dans la longue histoire des luttes politiques des Noirs américains.
    L'histoire des Africains-Américains, nous rappelle Pap Ndiaye, est marquée au fer rouge par l'esclavage, la ségrégation et les
    violences raciales. Sans oublier les résistances, les victoires remportées dans la douleur et les cultures artistiques d'une richesse inouïe, notamment les spirituals, le gospel et le jazz.
    De la révolte de Nat Turner en 1831 à l'abolition de l'esclavage en 1865, des lois qui imposent la ségrégation et la privation du droit de vote dans le Sud des États-Unis au fameux I Have a Dream de Martin Luther King, du mouvement Black Power à l'élection de Barack Obama, l'auteur analyse les combats, les conquêtes et les espoirs vécus par les Noirs américains depuis deux siècles.

  • Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, le territoire couvert aujourd'hui par le Nouveau-Mexique, l'Arizona et le Nord du Mexique fut le théâtre d'une tragédie marquée par la violence, la perfidie et la cruauté. Dans cette lutte sans merci, les chefs apaches n'auront de cesse de défendre leur patrie, alors que leurs ennemis n'aspirent qu'à leur mort, leur déportation ou leur parcage sur des réserves. Peu de chefs indiens auront exercé une aussi grande fascination que les figures désormais légendaires de Cochise et Géronimo. Sous la plume de David Roberts, écrivain et journaliste, cette histoire des guerres apaches devient une véritable épopée. II nous donne à lire une immense fresque épique, remarquablement construite et mise en scène, qui porte un regard particulier sur le rapport entre des cultures différentes et sur les peuples qui combattent pour leur liberté.

  • Automne cheyenne : l'exode du dernier espoir Nouv.

    Automne cheyenne : l'exode du dernier espoir

    Mari Sandoz

    • Editions du rocher
    • 4 May 2022

    En septembre 1878, déportés au sud loin de leurs terres des Grandes Plaines, les Cheyennes croupissent et se meurent, incarcérés à ciel ouvert, dans cette partie hostile du Territoire Indien, futur État de l'Oklahoma. Les promesses non tenues du gouvernement les laissent souffrir des affres de la faim, les rations promises ne viennent pas ou alors au compte-gouttes. Pour survivre ils n'ont plus le choix : à leurs risques et périls, sous le commandement de leurs chefs Dull Knife et Little Wolf, ils décident de regagner à pied leur pays au Montana. Commence alors un des plus terribles exode de l'Histoire : affamés, dépenaillés ils marcheront, durant les quatre mois du terrible hiver 1878-1879, pour retrouver leur Terre. Pourchassés par l'armée, et laissant de nombreux morts, les Cheyennes, une fois arrivés connaîtront l'emprisonnement dans des baraquements où ils endureront - femmes, enfants et vieillards compris... - sévices physiques comme psychologiques, humiliations et tortures.En 1964, John Ford a fait de cette tragédie humaine un western testamentaire qui a rendu justice au peuple cheyenne en en faisant un classique qui reste dans toutes les mémoires.La densité du roman de Mari Sandoz, la subtilité et la précision des descriptions, l'atmosphère et l'esthétique « très indienne » qui s'en dégagent, font que l'ouvrage dépasse de loin une simple histoire de western : c'est tout simplement un chef-d'oeuvre de la littérature américaine.
    Mari Sandoz, 1896-1966, a écrit de très nombreux ouvrages, notamment sur l'Ouest des pionniers et les Indiens. Elle a en l'occurrence écrit la mythique biographie du chef sioux Crazy Horse publiée dans la présente collection.

  • À la fois concis et ambitieux, ce livre retrace l'histoire de la lutte des Noirs américains pour l'égalité et la citoyenneté dans les années 1950 et 1960. S'émancipant d'une histoire focalisée sur les figures iconiques comme Rosa Parks ou Martin Luther King, Thomas Holt propose une histoire
    from below (" par en bas ") qui met les anonymes au centre de la narration pour mieux restituer les logiques profondes du " Mouvement ".
    Symboliquement, l'auteur débute son récit en 1944 par le geste de sa propre grand-mère Carrie s'asseyant à l'avant d'un bus, espace réservé aux Blancs. Loin d'en faire une héroïne, l'auteur rappelle qu'il y eut de nombreux actes de rébellion semblables. Ces multiples actions individuelles, souligne-t-il, permirent l'émergence du Mouvement des droits civiques qui allait s'épanouir au cours de la décennie suivante.
    À côté d'un récit précis des faits majeurs, Thomas Holt montre donc que la résistance a été animée avant tout par des citoyens ordinaires, souvent des femmes, ouvrant la voie aux mouvements féministes de l'après-Seconde Guerre mondiale. Cet ouvrage constitue un apport précieux à l'étude des résistances à l'oppression raciale et une boussole pour penser notre présent et envisager l'avenir.

  • Black America ; une histoire des luttes pour l'égalité et la justice (XIXe-XXIe siècle)

    Caroline Rolland-Diamond

    • La découverte
    • 7 February 2019

    Au-delà du récit convenu, centré sur ses seules grandes figures héroïques, Black America retrace la lutte des Afro-Américains, en redonnant toute leur place aux actrices et acteurs anonymes mais essentiels de cette histoire inachevée. Une grande fresque appelée à devenir une référence incontournable sur cette question centrale de l'histoire des États-Unis.
    Martin Luther King, Malcolm X, Rosa Parks. Dans la mémoire collective, ces trois noms résument trop souvent à eux seuls le long combat des Noirs américains pour l'égalité, la justice et la dignité. Au-delà du récit convenu centré sur ces grandes figures héroïques, ce livre retrace la lutte des Africains-Américains, depuis l'émancipation des esclaves en 1865 jusqu'au mouvement Black Lives Matter aujourd'hui, en redonnant toute leur place aux acteurs - et aux actrices - anonymes mais essentiels de cette histoire inachevée.
    Proposant une analyse globale des mouvements de revendications noirs, l'auteure décrit avec talent la longue sortie de la ségrégation dans l'ancien Sud esclavagiste et les luttes radicales engagées par les Noirs pour y mettre un terme. Mais elle raconte aussi une histoire moins connue : celle de l'" apartheid américain " dans le Nord et l'Ouest et des mobilisations quotidiennes des Africains-Américains pour l'amélioration de leurs conditions de vie.

  • « Si on met de côté les épisodes de révolte et de résistance, ne reste plus qu'une d'histoire inoffensive. J'ai voulu introduire dans notre fresque l'histoire de celles et ceux qui n'ont pas accepté leur situation avec humilité mais qui ont lutté, par la grève, l'insurrection, la désertion, la mutinerie, etc. Il est important que les oubliés de l'histoire officielle sachent qu'il est possible de se défendre, qu'ils trouvent leur propre forme de pouvoir : celui du peuple organisé. Ce qu'ils connaissent de l'histoire de leurs semblables détermine en partie leurs actions : s'ils resteront ou non passifs face à un gouvernement dont la politique ruine leur vie, leur avenir, leurs espoirs ; s'ils continueront de subir ou non la poignée de riches et de puissants qui ont investi le gouvernement pour ne servir que leurs intérêts. Sans ressources, nul ne peut résister longtemps à un pouvoir dépourvu de tout scrupule. Et ces ressources-là, on les trouve en partie dans les mouvements de résistance qui ont jalonné l'histoire du monde. »
    Dans ce livre d'entretiens, menés en 2007 avec le journaliste Ray Suarez, Howard Zinn revient sur les principaux thèmes de son oeuvre majeure, Une histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours (Agone, 2002).

  • Sitting Bull ; héros de la résistance indienne

    Farid Ameur

    • Larousse
    • 22 September 2010

    Le 25 juin 1876, sur les rives de la Little Big Horn, le  7e de cavalerie, commandé par le général Custer, est massacré par une coalition de Cheyennes et de Sioux. Cette victoire, la plus importante jamais remportée par les Indiens, est l'oeuvre de Sitting Bull, un chef sioux. Guerrier, homme-médecine et guide spirituel, il a vécu l'avancée des pionniers américains et les a déjà affrontés dans de longues guerres. Palpitant et remarquablement documenté, cet ouvrage retrace à la fois la vie de Sitting Bull mais également le mode de vie et la conception de la guerre des Sioux.

  • Des ombres à l'aube ; un massacre d'Apaches et la violence de l'histoire

    Karl Jacoby

    • Éditions anacharsis
    • 8 December 2015

    Le 30 avril 1871, sur le Territoire de l'Arizona, dans le canyon d'Aravaipa, une troupe d'Indiens Tohono O'odham, de Mexicains et d'Américains massacrait dans leur sommeil plus de 140 Apaches. il est demeuré une masse d'informations sur ce drame, qui a permis à Karl Jacoby de proposer une approche inédite de l'événement, connu sous le nom de Massacre de Camp Grant.
    Son ouvrage possède un caractère, en quelque manière, totalisant : son enquête interroge les modalités de la reconstitution des faits passés autour de la question de la violence non seulement dans l'histoire, mais en même temps de la violence de l'histoire.
    C'est d'abord par le choix de la structure narrative que la démarche de Karl Jacoby frappe par sa pertinence. Plutôt que de conduire un seul fil narratif, il en propose quatre, chacun constituant l'histoire de chacune des communautés impliquées dans le massacre : ce sont autant de perspectives particulières, contradictoires et complémentaires qui s'ouvrent de la sorte. Le livre en outre se dédouble en deux moments, celui de l'histoire de chacune de ces communautés avant le massacre, puis celui de la mémoire de chacune après le massacre.
    Avec ces regards subjectifs croisés, cette narration entrelacée portant sur le même événement, Karl Jacoby met à jour toute la difficulté de l'entreprise historique ; et, surtout, il stimule remarquablement le lecteur, auquel il propose au fond une méditation sur le travail de l'historien. Cette approche, dès lors qu'il s'agit d'aborder la question de la pulsion génocidaire chez les gens ordinaires, est radicalement originale sur ce terrain.
    Apparenté au maître-ouvrage de Christopher Browning, Des Hommes ordinaires, Des ombres à l'aube, s'agissant de l'histoire américaine, reconsidère ainsi au plus près le problème de la violence faite aux autochtones américains, trop souvent réduite à quelques archétypes, mais aussi propose un examen en profondeur des entreprises mémorielles et de leurs conséquences - parfois terribles - y compris dans et par l'histoire.

  • Little rock 1957

    Thomas Snégaroff

    • Tallandier
    • 1 March 2018

    4 septembre 1957, Little Rock, Arkansas, rentrée des classes sous le signe de la fin de la ségrégation scolaire. Les neuf enfants noirs inscrits au lycée jusque-là réservé aux seuls blancs sont encerclés par une foule hystérique.
    La photographie de l'une des Neuf, Elizabeth Eckford, 15 ans, huée et insultée, fait la une des journaux le lendemain. L'Amérique est bouleversée. Commence alors un bras de fer qui oppose le gouverneur de l'Arkansas Orval Faubus au président des États-Unis Dwight Eisenhower.
    Thomas Snégaroff, spécialiste des États-Unis, est allé sur place pour enquêter sur cet épisode majeur de l'histoire de la lutte pour l'égalité des droits. Grâce à des témoignages inédits et des archives publiques exploitées pour la première fois, il nous livre un récit captivant et émouvant qui brosse un portrait de l'Amérique d'hier et d'aujourd'hui.
    Une plongée fascinante dans un pays toujours hanté par la ségrégation raciale.

  • Histoire des Etats-Unis

    François Durpaire

    • Que sais-je ?
    • 4 November 2020

    Faire l'histoire des États-Unis, le projet permet de lever un premier préjugé, celui d'un pays si « jeune » qu'il n'aurait pas d'histoire. Du jour de l'indépendance à la guerre de Sécession, de la conquête de l'Ouest à celle de la Lune, de la crise de 1929 aux attentats du 11 septembre 2001, cet ouvrage raconte le roman vrai de l'Amérique. Au-delà d'un simple récit chronologique, François Durpaire montre combien les États-Unis résistent à toute compréhension simpliste. Il nous invite à lire l'histoire de ce pays comme celle d'un dialogue ininterrompu entre l'unité et la diversité, qui sont les deux valeurs inscrites dans la devise originelle des États-Unis d'Amérique : e pluribus unum - « de plusieurs, un ».

  • Aux sources de l'impérialisme américain, se trouve la terrible conquête de territoires mexicains. Cette guerre extrême de colonisation est advenue au milieu du XIX e siècle. Mais, aujourd'hui, le traumatisme de la première minorité aux Etats-Unis reste entier. Hier raconte aujourd'hui dans cette plongée abyssale au coeur d'un passé qui ne passe pas :
    S'il est une amnésie dans la mémoire, l'histoire et la conscience contemporaine, c'est l'invasion du Mexique par les États-Unis en 1846-1848. Pour les Nord-Américains, elle n'a pratiquement pas existé. Pour les Européens, elle représente un détail. Pourtant l'annexion de plus de la moitié du territoire d'un pays ne saurait être anecdotique. Et d'autant plus que cette annexion a annoncé toutes les sales guerres du XXe siècle.
    Pour la première fois, Éric Taladoire, spécialiste du Mexique, décrit la disproportion des forces, les atrocités commises, le racisme à l'oeuvre, la politique de superpuissance mise en acte. Le tableau inédit qui en ressort vient écorner le roman national d'une Amérique patrie de la liberté et de la démocratie. C'est là toute la raison de notre méconnaissance totale de ce conflit prototypique.
    Grâce à une documentation exigeante qui démolit les fausses évidences sur cette guerre abominable et qui éclaire ses conséquences encore aujourd'hui prégnantes de part et d'autre du Rio Grande, ce livre constituera l'ouvrage de référence sur la guerre du Mexique. Tout en offrant un aperçu salutaire sur la face obscure des USA.

  • « Le 16 septembre 1620, le célèbre navire qui compte parmi les 102 passagers à son bord ceux que l'on appellera les Pères pèlerins (The Pilgrim Fathers) quitte le port de Plymouth pour les côtes du Nouveau Monde. »

    Quelle est l'origine de Thanksgiving et à quoi renvoie le mythe de la « Destinée manifeste » ? Quels événements ont marqué les esprits et fait débat au coeur de la société américaine ? Quelles sont les grandes figures qui ont façonné le visage de cette « jeune » nation ?
    Depuis le débarquement des premiers colons en Nouvelle-Angleterre jusqu'à la présidence de Donald Trump, en passant par la Déclaration d'indépendance ou encore le mouvement pour les droits civiques, cet ouvrage retrace les étapes charnières qui ont jalonné l'histoire des États-Unis. Présenté sous la forme d'une chronologie raisonnée, il dessine les contours de l'identité américaine et permet de comprendre la place complexe de cette grande puissance dans notre monde.

  • Montana ; la reconquête de l'Ouest

    Isabelle Falconnier

    • Nevicata
    • 15 October 2018

    Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre.
    Cet État américain, plus que tout autre, rime avec aventure. Entre Rocheuses et Canada, terre de grands espaces et de pionniers, le Montana incarne le rêve de la frontière, toujours repoussée, jamais vaincue, toujours recherchée. Sept réserves indiennes, deux parcs nationaux, et l'impression de vivre dans l'un des ultimes sanctuaires sauvages de l'Amérique, aujourd'hui menacé par l'exploitation du gaz de schiste.
    Le Montana est un rêve. Il fut celui des immigrants à la recherche d'un destin pour eux et pour les États-Unis naissants. Il demeure celui des écrivains et des cinéastes qui en ont fait l'ultime destination créative, loin de New York ou d'Hollywood. Et il y a le passé, fait de grandeur et de douleurs. Le Montana, ou la solitude absolue que l'Amérique a érigée en culte.
    Ce petit livre n'est pas un guide. Il dit la part d'ombre et d'héroïsme des États-Unis. Parce qu'au Montana, une Amérique unique vous attend sous le Big Sky, ce grand ciel auquel personne n'échappe.
    Un grand récit suivi d'entretiens avec Zoe Ann Stoltz (Une grande partie du passé du Montana a été romantisé à outrance), Ian Frazier (Nous avons besoin de croire que ces immenses espaces appartiennent à tous les Américains) et Nancy S. Cook (Pour beaucoup d'écrivains, les paysages du Montana sont des outils de travail).
    Un voyage au gré de personnages forts et de lieux marquants, pour mieux connaître les passions américaines. Et donc mieux les comprendre.
    EXTRAIT
    Longtemps la région du Montana a été au-delà de la « frontière », ligne fluctuante, mobile, incertaine, marquant la zone limite de l'implantation des populations d'origine européenne sur le continent américain sur le point d'être conquis, du sud au nord et de l'est à l'ouest. Cette région a été la dernière à se trouver aux confins d'un territoire dit civilisé, avant la « sauvagerie » et la « barbarie », jusqu'à ce qu'en 1890, l'existence officielle de la frontière prît fin lorsque le Bureau de recensement des États-Unis déclara que l'ensemble du territoire était désormais maîtrisé.
    Mais lorsque meurt la frontière, naît l'esprit de la frontière. Soit, selon l'historien Frederick Jackson Turner en 1893 déjà, un esprit d'entreprise, d'innovation, de résurrection perpétuelle et d'expansion qui a entièrement modelé la société américaine. 
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    - "(...) Belle et utile collection petit format chez Nevicata, dont chaque opuscule est dédié à un pays en particulier. Non pas un guide de voyage classique, mais, comme le dit le père de la collection, un «décodeur» des mentalités profondes et de la culture. Des journalistes, excellents connaisseurs des lieux, ont été sollicités (...). A chaque fois, un récit personnel et cultivé du pays suivi de trois entretiens avec des experts locaux. - Le Temps
    - "Comment se familiariser avec "l'âme" d'un pays pour dépasser les clichés et déceler ce qu'il y a de juste dans les images, l'héritage historique, les traditions ? Une démarche d'enquête journalistique au service d'un authentique récit de voyage : le livre-compagnon idéal des guides factuels, le roman-vrai des pays et des villes que l'on s'apprête à découvrir." - Librairie Sciences Po
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Isabelle Falconnier est journaliste. Critique littéraire et chroniqueuse (L'Hebdo, Le Matin Dimanche), elle a présidé le Salon du Livre de Genève et programme les festivals du Livre Suisse de Sion et Lausan'noir à Lausanne.

  • Anglais HU ANGLAIS - CIVILISATION ; civilisation des Etats-Unis

    Marie-Christine Pauwells

    • Hachette éducation
    • 13 January 2021

    Entièrement rédigé en anglais, cet ouvrage présente en douze thèmes la société américaine d'aujourd'hui, ses caractéristiques les plus frappantes, ses forces, ses faiblesses, ses certitudes et ses contradictions.
    Pour chaque thème, cet ouvrage vous propose : un exposé informatif, parfois accompagné d'un bref rappel historique qui permet de replacer les notions dans un contexte plus général ; une série de documents variés - extraits d'ouvrages, cartoons, articles de presse, graphiques - tous pourvus d'une brève présentation et de quelques questions.
     
    SommaireInstitutionsThe Founding MythsA Land of ImmigrantsThe PopulationEthnic MinoritiesEducationAmericans at WorkSocial Protection and Health CareReligionThe MediaSocial IllsThe US and the World 
    L'auteur : Marie-Christine Pauwels est maître de conférences à l'université Paris Nanterre et l'IEP de Saint-Germain-en-Laye, spécialisée en civilisation américaine contemporaine.

  • HU ANGLAIS - CIVILISATION ; les grandes dates de l'histoire américaine

    Pierre Lagayette

    • Hachette éducation
    • 13 January 2021

    19 dates-chapitres qui ont fait l'histoire américaine :un exposé principal en anglais et un éclairage complémentaire en français,des rubriques d'accompagnement (keywords, figures, people, places),des cartes et des illustrations, un index et des tableaux récapitulatifs.

  • Civilisation des Etats-Unis

    Marie-Christine Pauwells

    • Hachette éducation
    • 13 January 2021

    Cet ouvrage propose en treize thèmes une synthèse des connaissances permettant de mieux comprendre ce que sont véritablement les Etats-Unis aujourd'hui.
    Pour chaque thème, le lecteur trouvera un bref rappel historique suivi d'un développement structuré et organisé pour appréhender au plus juste les différents aspects de la société américaine actuelle. De nombreux tableaux et graphiques, à jour des dernières données (dont les élections présidentielles de 2020), nourrissent utilement cette synthèse.
     
    PLAN DE L'OUVRAGELes institutionsLes mythes fondateursL'immigrationLa populationLes minoritésLe monde du travailL'enseignementSanté, protection sociale et pauvretéLa religionLes médiasL'American way of lifeLes dysfonctionnements de la sociétéLes États-Unis dans le monde 
    L'auteur : Marie-Christine Pauwels est maître de conférences à l'université Paris Nanterre et à LIEP de Saint-Germain-en-Laye, spécialisée en civilisation américaine contemporaine.

  • Il y a 225 ans, les Américains inventaient la fonction présidentielle. Plus que jamais, ils sont persuadés - comme la plupart des étrangers - qu'à la Maison-Blanche, « l'homme le plus puissant de la planète » règle les affaires de la nation et, pourquoi pas, du monde entier.
    De George Washington à Donald Trump, en passant par Lincoln, Wilson, Kennedy, Reagan et beaucoup d'autres, les présidents des États-Unis ont marqué de leur empreinte les institutions et leur époque. Mais, à vrai dire, qu'y a-t-il de commun entre le premier d'entre eux et son dernier successeur ? Face au Congrès, à la Cour suprême et aux 50 États fédérés, le président est devenu le symbole de la nation : à lui seul, il incarne les États-Unis. Toutefois, est-il aussi puissant qu'on le croit ?

  • Le président américain fascine. Ses faits et gestes, ses mots et ses silences sont scrutés. Il est le représentant en chef du rêve américain. Dans son corps se joue la confrontation de ce rêve à la réalité. A chaque instant, en campagne comme à la Maison-Blanche, il doit incarner la nation américaine, embrasser ses valeurs, les magnifier.
    Cet essai nous plonge dans la présidence américaine depuis le début du XXe siècle. Il montre à quel point candidats et présidents ont usé et abusé de leur corps et de son image. Comment des destins se sont brisés, faute d'avoir su incarner les valeurs américaines. Et comment la confusion entre corps naturel et corps politique a mis (et met encore) la démocratie américaine en danger.
    Un livre indispensable pour décrypter les campagnes présidentielles américaines jusqu'à l'élection et le bilan de Donald Trump à mi-mandat.

  • L'histoire d'une ville-monde, symbole du rêve américain.Incarnation de l'universalisme et du dépassement, New York est un terre de promesses qui, depuis 400 ans, attire les hommes du monde entier. Pour raconter l'histoire incroyable de cette polyglotte, il faut observer les différentes vagues d'immigrations successives et faire le récit des hommes qui les composent. Ainsi, Tyler Anbinder, revient tour à tour sur le destin des Protestants européens, des Irlandais, des Allemands, des Italiens qui, fuyant la misère qui sévissait dans leurs pays, vinrent bâtir avec leurs rêves la ville-monde par excellence. "New York, la ville des rêves" offre un condensé de l'histoire américaine : le lecteur y suit l'arrivée des premiers européens et le premier peuplement de l'île de Manhattan ; la domination néerlandaise jusqu'à ce que la Nouvelle-Amsterdam cède la place aux Anglais et prenne son nom définitif de New York ; la Guerre d'indépendance et la Guerre civile ; enfin le XXe siècle dans toutes ses grandeurs et ses drames. un livre fleuve pour une ville monumentale.
    City of Dreams est " un récit riche et gratifiant de l'histoire de New York dans ce qu'elle a de plus magistral : le passé et le présent de son immigration racontés de façon exhaustive. C'est un livre nécessaire pour tout lecteur -; new-yorkais ou non -; curieux de connaître cette prodigieuse spirale de migrations transformatrices qui a fait le spectacle grandiose et polyglotte qu'elle est en elle-même. ", Philip Roth.

  • La chute de Nixon

    Georges Ayache

    • Perrin
    • 8 October 2020

    Retour sur une chasse à l'homme qui s'achève par le casse le plus célèbre de l'histoire politique : le Watergate.Issu d'une famille modeste, Richard Milhous Nixon fut juriste et servit dans la Marine durant la Seconde Guerre mondiale avant d'entamer une carrière politique. Membre du Parti républicain, il fut élu sénateur en 1950 (Californie) puis vice-président en 1952, poste qu'il occupera jusqu'en 1961. S'en suivra une traversée du désert jusqu'à son élection à la Maison Blanche en 1969. Son mandat fut marqué par son engagement dans la fin de la guerre du Vietnam, le premier choc pétrolier et, surtout, le Watergate.
    C'est précisément ce scandale qu'interroge Georges Ayache : à travers la fin de sa carrière, il revient sur l'acharnement dont a été victime le 37e président des États-Unis. Dans une Amérique post-soixante-huitarde, en pleine dérive vers le politiquement correcte, le mot d'ordre était de l'abattre. Vilipendé et avili par la bonne conscience libérale, démoli par la presse qui le surnommait " Tricky Dick ", ou " Richard le tricheur ", Nixon fut l'un des hommes les plus détesté de son temps. Pourquoi ?
    D'une plume enlevée, Georges Ayache met en lumière les rouages et les raisons de cette chasse à l'homme lancée par le clan Kennedy, une affaire qui dépasse largement le cas du Watergate.

  • Barracoon : l'histoire du dernier esclave américain

    Zora Neale Hurston

    • Jc lattès
    • 6 March 2019

    Barracoon désigne les bâtiments utilisés pour le confinement des Africains destinés à être vendus et exportés vers l'Europe et les Amériques. Ces bâtiments allaient du modeste « abri à esclaves » aux imposantes « maisons d'esclaves » ou « châteaux d'esclaves ». Les captifs y restaient souvent confinés pendant des mois entiers.
    En 1927, la jeune anthropologue Zora Neale Hurston, qui va devenir l'une des plus grandes écrivaines noires du XXe siècle part rencontrer en Alabama Cudjo Lewis. A 86 ans, Cudjo est l'ultime survivant du dernier convoi négrier qui a quitté les côtes du Dahomey pour l'Amérique. Pendant des mois, Zora va recueillir sa parole, devenir son amie, partager ses souffrances et des fiertés. Le témoignage de Cudjo restitue comme nul autre la condition, la vie d'un esclave  : de sa capture en 1859 par un village voisin à sa terrifiante traversée, de ses années d'esclavage jusqu'à la guerre de sécession, jusqu'à son combat pour son émancipation.
    Un témoignage unique d'une sincérité et d'une précision bouleversante.

  • Pionnières ; héroïnes du Far West

    Grégory Monro

    • Arthaud
    • 2 May 2018

    L'épopée du Far West demeure, dans l'imaginaire collectif, une aventure d'hommes : la figure la plus emblématique de la conquête de l'Ouest est avant tout celle du cow-boy et du hors-la-loi, évoluant dans un monde de violence et de sauvagerie où se multiplient les conflits entre pionniers et Indiens. Pourtant, pareille aventure n'aurait été possible sans l'action des femmes : mères au foyer, prostituées, suffragettes ou encore fermières ont contribué à la construction d'un pays immense. Souvent arrivées à la suite de leur père et de leur mari, parfois veuves ou orphelines, elles ont pour certaines trouvé le chemin de la gloire, réussi à faire valoir leurs idéaux et à s'imposer face au pouvoir masculin. Pour d'autres, les chemins empruntés les ont menées à la disgrâce et à l'oubli.
    Qu'elles soient aussi célèbres que Calamity Jane et Pearl Hart ou totalement inconnues, venues en quête de liberté ou sous la contrainte, toutes ces héroïnes ont oeuvré avec courage à la création d'un monde nouveau.
    À travers les écrits de nombreuses pionnières, Gregory Monro met en lumière, dans un récit polyphonique résolument féministe, le vécu de ces femmes de l'ombre qui, par leurs destinées hors du commun, ont laissé une trace dans l'histoire.

empty