• Et si nous vivions dans une société bavarde où le dialogue n'existe plus ? Marylin Maeso, jeune philosophe camusienne, y voit un vrai danger.

    Polémiques systématiques, procès d'intention, culture de l'esquive... : médias et réseaux sociaux se prêtent de plus en plus à un étrange jeu du silence, sorte d'accord tacite par lequel les camps adverses en arrivent à conspirer à leur insu pour créer un univers caricatural où la communication est rendue impossible. Où l'on trouve des mascarades de débat à foison, où tout est joué d'avance, et où il s'agit bien plus de cataloguer péremptoirement l'adversaire afin de délégitimer son propos que d'écouter ses arguments et d'y répondre.
    Dans cet ouvrage décapant, Marylin Maeso analyse les mécanismes et les enjeux de ce phénomène. Pour elle, le fait que notre époque soit à la fois celle de l'hyper-connectivité et celle de la substitution de la polémique au dialogue n'est pas le moindre de ses paradoxes !

  • Monty est un chien comme n'importe quel autre. Bichon maltais ébouriffé et grincheux, il aime aboyer à la vue de ses congénères et renifler les arbres. Mais, après une énième confrontation avec le rottweiler local, son maître réalise qu'il est temps de lui faire comprendre ce qui fait de lui un bon ou un mauvais chien.
    S'inspirant des pitreries de Monty, Anthony McGowan nous entraîne dans une balade aussi désopilante qu'instructive à travers les grands débats de la philosophie. Kant convaincra-t-il Monty d'arrêter de voler du gâteau ? Combien de temps supporteront-ils que Socrate réfute chaque argument ? Mais aussi, d'un point de vue plus existentiel : y a-t-il un Dieu ? La vie a-t-elle un sens ?
    Dans cette vision unique et divertissante de la morale et de l'éthique, le duo s'est donné pour mission de découvrir qui du maître ou du chien tient le bon bout du bâton éthique et comment accomplir au mieux sa propre vie. Au terme de la dernière promenade, Monty et le lecteur auront non seulement résolu quelques énigmes philosophiques, mais également absorbé sans s'en rendre compte une large part d'histoire de la philosophie occidentale.

  • La nuit, tous les aphorismes sont gris. Dominique Noguez les remet en pleine lumière, révélant l'origine et les sources des meilleurs d'entre eux avant de les commenter, souvent avec humour, toujours avec une érudite précision.
    De Sophocle à Duras, de Labiche à de Gaulle, voici une mine de citations, graves ou graveleuses, philosophiques ou drôles. Un délice pour tous les amis de la sagesse antique et moderne, les curieux d'histoire et d'étymologie, les apprentis écrivains, les amoureux de la langue, les professeurs en quête de sujets de dissertation originaux, et les élèves qui voudraient épater leurs professeurs...

  • Toute philosophie est un combat. Son arme ? La bêtise, le fanatisme, l'obscurantisme. Ses alliées ? Les sciences. Son objet ? Le tout, avec l'homme dedans. Ou l'homme, mais dans le tout. Son bût ? La sagesse : le bonheur, mais dans la vérité. Philosopher, c'est penser par soi-même ; mais nul n'y parvient valablement qu'en s'appuyant d'abord sur la pensée des autres, et spécialement des grands philosophes du passé. La philosophie n'est pas seulement une aventure : elle est aussi un travail, qui ne va pas sans efforts, sans lectures, sans outils. Qu'est-ce que la philosophie ? Les réponses sont aussi nombreuses, ou peu s'en faut, que les philosophes. Cela n'empêche pas toutefois qu'elles se recoupent ou convergent vers l'essentiel : Le bonheur. Il y a du pain sur la planche, comme on dit, et c'est tant mieux : les philosophes ont bon appétit !

  • Et si le bonheur n’était pas vraiment fait pour nous ? Si nous ne l’avions inventé´ que comme un idéal nécessaire et inaccessible ? Nécessaire, car il est l’horizon en fonction duquel nous nous orientons dans l’existence, mais inaccessible, car comme tout horizon, il s’éloigne d’autant qu’on s’en rapproche. Telle est la thèse défendue dans ce livre qui n’est en rien pessimiste.Le bonheur y est présenté´ comme un horizon inaccessible, mais sa poursuite est appréhendée comme la source de toutes nos joies. Parce que l’être humain est désir, il se satisfait plus de la joie que du bonheur. La joie exprime la force de la vie, tandis que le bonheur perçu comme accord avec soi a quelque chose a` voir avec la mort.Cette philosophie de la joie et du bonheur est présentée tout au long d’un parcours qui, sans se vouloir exhaustif, convoque différents penseurs qui se sont interrogés sur la condition humaine et la possibilité´ pour l’être humain d’accéder à la vie heureuse.

  • Aujourd'hui, la mort ne présente plus ce caractère inéluctable qui, par nature, est le sien. Des médecins, de plus en plus performants grâce à la technologie moderne, assistés par un personnel soignant aussi compétent que dévoué, luttent jour et nuit pour en repousser les limites, voire la vaincre.Mais l'homme parviendra-t-il, un jour, à assouvir son vieux rêve d'immortalité ? Les progrès de la science le rassurent quant à l'avenir de l'humanité à moyen terme, et l'hubris, cet orgueil démesuré qui peut s'emparer de l'homme, lui fait croire qu'il sera, un jour, l'égal de Dieu.Heureusement, la philosophie est là pour le ramener sur terre, lui rappeler sa finitude et le placer face à ses responsabilités.Un médecin, un chirurgien et une philosophe ont, un jour, décidé de consacrer leur vie au service de l'humanité. Ils relatent ici leur expérience au chevet des malades et ont à coeur de méditer le rôle de la main comme prolongement du cerveau dans la relation à l'autre...Si la guérison du corps et de l'esprit vont de pair, c'est bien un message d'espoir qui est délivré ici.Laurence Vanin est philosophe, docteur en philosophie politique et épistémologie. Elle enseigne à l'université de Toulon où elle est directrice pédagogique de l'université du Temps Libre. Elle est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages et dirige plusieurs collections, notamment « Chemins de Pensée » aux éditions Ovadia.Henri Joyeux est chirurgien cancérologue et chirurgien des hôpitaux, enseignant à la faculté de médecine de Montpellier. Il a publié de nombreux ouvrages consacrés à l'écologie humaine, notamment sur l'alimentation.Jacques di Costanzo est docteur en médecine, docteur en sciences, praticien hospitalier, spécialiste en médecine interne, en réanimation médicale et gastroentérologie. Il est également directeur de recherche en chirurgie expérimentale et médecin en chef de la Marine nationale.

  • Ce recueil de pensées est inspiré de la vie quotidienne faite de rencontres étonnantes et de situations imprévisibles. Il est également le fruit de réflexions sur la nature humaine et les défis auxquels nous pouvons être confrontés au cours de notre existence. Cet ouvrage est conçu comme une photographie de la pensée qui se veut à la fois concise et expressive, il comporte huit cent vingt-cinq pensées regroupées en douze thèmes.

  • Il s'agit d'un cours de philosophie accessible, destiné en premier lieu aux élèves de terminale, quelle que soit leur section et quelles que soient leurs difficultés présentes. À ce titre, cet ouvrage comporte, outre un cours rédigé, des documents techniques (méthode de devoirs, vocabulaire de base, annales etc.). Au-delà de ce public scolaire, le « cours » s'adresse à tout lecteur qui se sent concerné par les questions philosophiques ou qui est intrigué par la nature et le contenu de cette discipline et qui aspire à une initiation en la matière.

empty