• Quand l'enfant commence à maitriser le langage, on assiste à une explosion verbale. Saisissant souvent au premier degré les expressions entendues, le petit enfant exprime spontanément le fond de sa pensée, de ses perceptions et surtout de son ressenti, à tous niveaux  : familial, social, affectif, émotionnel, intellectuel, etc. Les mots d'enfants ne doivent cependant jamais être pris à la légère - et encore moins raillés - mais au contraire être reçus avec respect. Il convient pour la même raison de prendre conscience de l'impact de nos mots d'adultes. Les enfants en entendent de toutes les couleurs  : des mots qui parfois les rassurent, leur font du bien, mais qui parfois aussi génèrent chez eux peurs et pertes de confiance - voire d'estime de soi. Avec son habituel don de conteur Jean Epstein dans cet ouvrage superbement illustré par Zaü nous invite à entendre les enfants et à ré-apprendre à leur parler.

  • Ce livre décrit une histoire. Paru initialement sous le titre Ces enfants qu'on sacrifie pour alerter sur les dangers de la future loi réformant la protection de l'enfance, il rapporte les échanges choquants qui eurent lieu à l'Assemblée nationale à propos de ce texte législatif finalement voté en 2007. Repris ici dans un style plus nuancé qu'au moment des débats, il permet de constater les changements positifs apparus depuis la loi de 2016 sur la protection de l'enfant, mais aussi d'évaluer s'il persiste des lieux où les pratiques peinent à être modifiées. Il présente de nombreuses données scientifiques provenant de travaux étrangers, citées dans aucune autre publication en France, ainsi que le seul travail français sur le placement en famille élargie, une théorisation du dispositif des visites médiatisées, et une recherche
    concernant la comparaison entre quotient de développement et quotient intellectuel, essentielle pour protéger le devenir affectif et cognitif des enfants petits en protection de l'enfance.
    Cette nouvelle édition insiste sur la dimension structurante essentielle de la parole du magistrat qui permet d'articuler la loi avec la vie psychique de l'enfant. Le positionnement du juge des enfants est ainsi la clé de voûte du dispositif de protection de l'enfance.

  • Tous les lieux qui reçoivent des enfants, établissements scolaires, services de pédopsychiatrie et de protection de l'enfance, institutions spécialisées, font l'alarmant constat d'enfants toujours plus jeunes exerçant une violence physique ou sexuelle qui va en s'aggravant. Confrontés à l'absence de sentiments de culpabilité chez ces sujets, les professionnels sont rapidement épuisés et désemparés, avec des questionnements sans réponses :
    - Pourquoi ces enfants présentent-ils un comportement aussi destructeur ?
    - Comment faire en sorte qu'ils commencent à penser au lieu de frapper ?
    - Quels sont les dispositifs contenants institutionnels, physiques, psychiques, pédagogiques nécessaires ?
    - Pourquoi ne parvient-on pas à prévenir l'apparition de tels troubles alors que ce serait possible ?
    Cet ouvrage de référence, fruit de la recherche menée par un service de pédopsychiatrie dirigé par l'auteur, propose une analyse clinique qui rend
    possible une prise en charge de ces enfants. S'appuyant sur la description détaillée de onze situations, il constitue une sorte de manuel précis du travail individuel, groupal et institutionnel qui permet à ces sujets d'être moins débordés par la violence qui les envahit.

  • La psychogériatrie étudie le vieillissement sous l'angle de la relation avec les sujets âgés et plus particulièrement les soins multidisciplinaires de santé mentale qui leur sont fournis. 
    Cet aide-mémoire offre aux professionnels une réponse à toutes les questions qu'ils peuvent se poser au cours de ce difficile chemin de l'aide et du soin,  et s'intéresse aux pratiques soignantes concernant les patients âgés.
    Bénéficier d'une excellente connaissance des processus du vieillissement et savoir reconnaître les particularités de chaque sujet : c'est le pari de cet aide-mémoire qui propose les notions essentielles pour y parvenir.
     

  • Smartphones, consoles de jeux, tablettes, ordinateurs... : quel est l'impact du numérique sur le cerveau de nos enfants ? Comment les écrans affectent-ils leurs capacités de concentration et d'attention ? L'usage d'Internet est-il une aide ou une menace pour leur mémoire ? Améliore-t-il ou entrave-t-il leurs capacités d'apprentissage, à l'école ou ailleurs ? Comment réagir face à l'utilisation simultanée de deux ou trois appareils ? au téléphone posé sur la table où se font les devoirs, ou à côté du lit ? Et pourquoi est-il si difficile de résister à un bon jeu vidéo ou à un texto envoyé tard le soir par un ami ou un camarade de classe ? À toutes ces questions de parents inquiets ou désorientés, Elena Pasquinelli, spécialiste de l'apprentissage et des technologies numériques, répond posément et avec clarté, en s'appuyant sur ce que les neurosciences et les sciences cognitives nous permettent de savoir sur les capacités de notre cerveau quand il est confronté quotidiennement aux écrans. Tout sur les stratégies à adopter pour favoriser un usage réfléchi des écrans pour nos enfants et... pour nous-mêmes ! Elena Pasquinelli est chercheuse en sciences cognitives et philosophe, spécialiste de l'apprentissage. Responsable du Pôle Recherche, innovation, expérimentation de La Main à la pâte, chercheuse associée à l'Institut Jean-Nicod (Institut d'études de la cognition de l'ENS de Paris), elle est également membre du Conseil scientifique de l'Éducation nationale. 

  • A la frontière de la pratique de soin et de la relation d'aide, la musicothérapie se développe au sein des institutions hospitalières et chez beaucoup de soignants, comme dans les services de pédiatrie, de gérontologie en anesthésie, ou encore chez les dentistes. C'est aussi une prise en charge psychothérapeutique qui se propose de traiter différents troubles psychiques.
    Illustré de cas cliniques, cet ouvrage permet de saisir la réalité d'une discipline venant en appoint des pratiques psychothérapeutiques visant à favoriser le mieux-être des patients.
     

  • Le terme d'autisme dérivé du grec autos - « soi-même » - a été utilisé pour la première fois en 1911 par le psychiatre suisse Bleuler pour décrire, chez les patients schizophrènes, la rupture d'avec la réalité et le retrait sur le monde intérieur. En 1943, le psychiatre américain Kanner procéda à la première description de « l'autisme infantile précoce », affection psychiatrique sévère, survenant dès la petite enfance, marquée par l'absence de contact d'avec la réalité et le repli sur soi.
    Cet ouvrage retrace, dans une vision globale de cette affection, l'évolution des théories, des pratiques, et des recherches la concernant. Il insiste sur l'importance du diagnostic précoce. Il propose un panorama des différentes recherches sur les origines de l'affection, et des diverses modalités de prise en charge éducatives et thérapeutiques des enfants et adultes autistes. Il rappelle enfin l'urgente nécessité de créer pour eux des lieux nouveaux d'accueil et de soin. À lire également en Que sais-je ?...
    Les troubles du langage et de la communication chez l'enfant, Laurent Danon-Boileau
    La psychologie de l'enfant, Olivier Houdé

  • La réussite d'un traitement dépend en grande partie de la relation avec le thérapeute.
    Pour l'optimiser, l'utilisation des techniques d'hypnose présente un atout majeur. Des praticiens confirmés présentent dans cet ouvrage les principales règles des
    communications thérapeutiques issues de l'hypnose.
    Trois parties composent cet ouvrage :
    - Une approche théorique, dont le but est de donner une définition exhaustive des notions de base de la communication thérapeutique (communication elle-même, mais aussi information, langage, posture, etc.) ;
    - Une approche pratique, qui présente des cas cliniques, et donne des conseils sur les attitudes à adopter ;
    - Une application des méthodes à des soins spécifiques (pathologies chroniques, pédiatrie, pratique psychothérapeutique, etc.).
    Fort d'une méthode explicative complète et détaillée, cet ouvrage remet la communication au coeur de la pratique thérapeutique et permet au praticien de développer une alliance innovante et créative.
     

  • Qu'est-ce qui, dans la société, la famille et le développement de la personne, amène un individu à commettre un ou plusieurs actes de délinquance, de la délinquance bénigne au crime le plus grave ? Cette 2ème édition actualisée, à jour des recherches les plus récentes dans le domaine de la délinquance, présente les fondements sociaux et psychologiques de la criminologie.

  • On entend souvent dire qu'un prof n'est pas là pour aimer les élèves, et pourtant... Dans ce livre, Mael Virat montre, en s'appuyant sur de nombreuses études encore peu connues, que l'implication affective des enseignants ne nuit pas aux apprentissages des élèves. Bien au contraire, les enfants sont davantage motivés et ont de meilleurs résultats... En France, l'importance de la dimension affective dans la réussite scolaire a souvent été ignorée, mal comprise, voire rejetée. Pour Mael Virat, c'est une erreur que la connaissance des résultats présentés ici doit permettre de dissiper. Pour des enfants plus heureux à l'école, un ouvrage qui combat, preuves à l'appui, un tabou tenace dans notre pays. Chercheur en psychologie à l'ENPJJ, Mael Virat est spécialiste des mécanismes d'apprentissage et des pratiques éducatives. Ses recherches actuelles portent sur la compréhension de la dimension affective impliquée dans la relation éducative, dans le champ de l'enseignement et au-delà. 

  • Parce que qui ne risque rien n'a rien, les ados veulent explorer le monde, tester leurs limites, se mettre à l'épreuve. Ils ont besoin de jouer à se faire peur, rechercher les sensations fortes, s'exposer à un danger pour se prouver qu'ils sont capables, et le faire reconnaître par leurs pairs afin de se singulariser et être populaires... à la prudence que leur recommandent les adultes, ils opposent l'audace.
    Xavier Pommereau explore ces enjeux à la lumière des risques d'aujourd'hui : le numérique et les écrans, les drogues, la sexualité et les rencontres (virtuelles ou réelles), les évitements phobiques... Mais aussi la peau comme surface de projection, le registre alimentaire et ses excès, ou encore, depuis peu, l'appel des sirènes du djihad... Il explique aux parents et aux adultes comment décoder le comportement des ados et, sans être constamment sur leur dos, les laisser prendre des risques en assurant un cadre suffisant et en misant sur le dialogue. Il leur donne des clés, car prévenir vaut toujours mieux que guérir, afin d'accompagner cette belle aventure que peut être l'adolescence.

  • « Une nouvelle génération qui pense en images est née. Cette génération digitale peut vivre le meilleur comme le pire avec sa main, métaphore du moi.

    J'en ai évoqué le meilleur, c'est-à-dire tout ce qui a trait aux modes d'accès au savoir, aux modes d'être, de pensée et de langage, aux modes relationnels et aux compétences aussi. Mais cette génération peut aussi connaître le pire des usages toxiques. Je ne suis pas assez naïf pour le nier.

    La voie de l'avenir me semble être à mi-chemin entre la surexcitation face à tout ce que la main peut entreprendre dans le virtuel et le rejet massif des mondes numériques. J'ai choisi l'enthousiasme parce que je suis confiant dans les ressources humaines pour apprivoiser un outil encore sauvageon, et pourquoi pas, empoisonné, dont je cherche pourtant comme psychanalyste à explorer les usages thérapeutiques.

    Je reste chercheur tout en estimant d'expérience que le virtuel est un outil plein de richesses pour panser des blessures. J'ai surtout voulu montrer que les mondes numériques peuvent réellement aider les enfants à grandir et les adultes à retrouver l'enfant qui est en eux, à cheval entre illusions nécessaires et désillusions constitutives. » M.S.

  • Et si l'histoire de notre famille nous influençait matériellement, sentimentalement et professionnelle ment ? Sous forme de questions-réponses et illustré d'exemples concrets, ce livre vous aidera à en comprendre le fonctionnement et les effets en offrant des clés pratiques pour s'en libérer. Vous découvrirez qu'il existe aussi un véritable « temps généalogique », une horloge familiale interne qui répète les dates importantes de notre lignée (naissance, mariage, etc.) et fait émerger des événements personnels à certains âges et anniversaires. La seconde partie vous invite à un jeu sous forme de dialogue créatif avec l'inconscient familial : partez à la découverte d'un ancêtre intérieur ou Ancêtre-Guide.
    Elisabeth Horowitz est psychogénéalogiste, spécialisée depuis plus de vingt ans dans l'analyse des processus de transmission entre les générations. Elle anime des conférences et des séminaires destinés aux particuliers et aux thérapeutes.
    Pascale Reynaud (1959-2012) était psychothérapeute et animatrice de séminaires en développement personnel.

  • Dans un récit vivant et actuel, l'équipe d'un hôpital de jour témoigne du quotidien, de l'intime, de la rencontre et de l'échange d'une clinique engagée. En suivant la temporalité d'une journée ordinaire, s'y expose une pratique qui allie éducation, pédagogie et thérapeutique, non pas « contre » une pathologie, mais avec l'enfant en souffrance psychique et sa famille.

    Tous les acteurs - éducateurs, infirmière, institutrices, assistante sociale, secrétaire, pédiatre, psychologues, pédopsychiatres, directeurs, psychanalystes, psychomotriciens et cuisinière - racontent leur idée du soin qui s'inscrit dans une expérience collective et plurielle de quarante ans, fière de ses résultats thérapeutiques au long cours.

    Cet essai de transmission vise à rendre de l'espoir aux enfants, aux familles et aux professionnels à partir des valeurs humanistes orientées par la psychanalyse et la psychothérapie institutionnelle d'aujourd'hui, loin d'une psychiatrie dogmatique et culpabilisante qui, associée à une baisse constante des dotations budgétaires, remet en cause tout l'édifice institutionnel du soin psychique destiné aux enfants.

  • Que faire devant la détresse de parents qui ont perdu « leur bébé » à la suite de fausses couches, d'interruptions de grossesse, médicales ou volontaires ?L'affrontement à la mort d'un si petit être se vit souvent dans le silence, entre honte, culpabilité et incompréhension : le père, la mère se débattent dans un deuil particulier, mal reconnu et peu accompagné.Ce livre s'adresse ici non seulement à la famille, mais aussi à l'entourage, médical, psychologique, social et spirituel, qui se sent souvent démuni devant ces douleurs secrètes. Brutalité de la mort, décisions prises dans l'urgence, absence de cérémonies d'adieu... le deuil périnatal a des spécificités qui imposent des conditions particulières pour être traversé. Florence d'Assier de Boisredon en explique chaque étape et ouvre ainsi les chemins qui, une fois la vie perdue inscrite dans la réalité de la famille, permettront à chacun de surmonter l'épreuve et de se reconstruire.Psychologue, psychanalyste, Florence d'Assier de Boisredon est engagée dans l'accompagnement et la formation à l'écoute. Elle a travaillé pendant dix-huit ans aux côtés de Simone Pacot. Elle exerce actuellement comme formatrice, conférencière et superviseur. Elle est l'auteur chez Desclée de Brouwer de Écouter, un art de la présence.

  • Un livre rassurant et thérapeutique pour
    les victimes et leur entourage

  • Le présent ouvrage se consacre aux principaux thèmes de la psychologie gérontologique. Après avoir rappelé les enjeux sociaux de la vieillesse et dressé un état des lieux de la gérontologie en France, il questionne les représentations et la perception de l'âgé à travers l'art. La vieillesse étant indéniablement le temps des pertes (perte de ses proches, de ses relations sociales, départ des enfants, etc.), l'accent est mis sur les environnements qui entourent l'âgé, notamment les relations familiales.
    À côté de ce vieillissement normal inéluctable, il existe un vieillissement pathologique dont les principaux troubles - dépression, maladie d'Alzheimer - sont développés. Pour conclure, est abordée la politique de prise en charge du vieillissement sur le plan institutionnel mais aussi du côté des aidants naturels, ces questions amenant à celles de la négligence et de la maltraitance.
     

  • Pourquoi et comment ment-on à l'autre ? La découverte d'un mensonge est souvent vécue comme un drame dans un couple, mais cela entraîne-t-il forcément la fin de l'histoire ? Confiance, trahison, transparence, goût du secret : Lisa Letessier nous propose dans ce livre de mieux comprendre les ressorts et les répercussions, directes et indirectes, du mensonge sur la vie à deux. Qu'il s'agisse d'adultère, de petits mensonges du quotidien ou de dissimulations répétées à propos du travail ou de l'argent, vous trouverez ici des exercices pratiques, mêlant thérapie comportementale et cognitive, thérapie des schémas et méditation de pleine conscience, pour comprendre ce qui vous arrive, décider si vous restez ou si vous partez et, dans tous les cas, sortir de la souffrance que constitue toujours la trahison de l'autre. Lisa Letessier est psychologue clinicienne. Formée aux thérapies cognitives et comportementales et membre de l'AFTCC, formée également à l'EMDR et membre de l'association EMDR France, praticienne en thérapie des schémas de Young, instructrice en mindfulness et membre de l'Association pour le développement de la mindfulness, elle est spécialisée dans les problèmes de couple. Elle est notamment l'auteur de La Rupture amoureuse, qui a été un grand succès. 

  •  En entreprise, on constate de plus en plus souvent que certaines personnalités font du bien aux autres lorsqu'il y a des difficultés ou des crises à affronter. Empathiques et altruistes, elles sont capables d'améliorer la qualité de vie au travail, tout en jugulant le stress ou les souffrances. On les nomme toxic handlers ou générateurs de bienveillance. Qui sont donc ces toxic handlers ? Comment s'y prennent-ils pour aider les autres salariés, et pourquoi le font-ils ? Quels bénéfices pour leurs collaborateurs ? Et quels avantages pour l'entreprise ? Dans ce livre, Gilles Teneau et Géraldine Lemoine dressent le portrait psychologique de ces cadres, managers ou leaders au profil singulier et encore peu connu en France ; ils en proposent ici, pour la première fois, une typologie précise et utile pour les organisations. « Le fait que l'on puisse s'épanouir ou souffrir en entreprise dépend de très nombreux facteurs. L'un d'entre eux a été peu étudié jusqu'ici : la présence des générateurs de bienveillance. Et ceux-ci font bien plus que venir en aide : ils incarnent l'indispensable humanité dont nulle entreprise, ni communauté humaine, ne saurait se passer. Ce livre décrit remarquablement les caractéristiques de ces personnages aussi discrets qu'indispensables... » Christophe André Gilles Teneau est chercheur associé au LEMNA, université de Nantes, professeur au CNAM et à l'ESG Paris. Il est spécialiste de la résilience organisationnelle et des ressources rares en entreprise. Géraldine Lemoine est sociologue et consultante ; elle anime notamment des formations en communication collaborative, prévention du stress et développement de la créativité.

  • Le guide idéal pour approcher le bonheur de plus près !
    Le bonheur est-il à portée de main ? Quelles sont les clés qui permettraient de l'approcher ? Cet ouvrage ne vous guidera pas vers un bonheur parfait ou idyllique, mais vous permettra de construire un bonheur à votre image, qui vous correspond réellement.
    Se basant sur dix idées universelles, découvertes à différents moments et différents endroits par les civilisations qui peuplent notre Terre, et les plus récentes avancées scientifiques en psychologie, Jonathan Aidt invite à tirer dix leçons à appliquer dans notre vie de tous les jours. Illustré par des anecdotes de la vie quotidienne, ce livre nous invite à comprendre comment nous fonctionnons avec les autres, mais aussi avec nous-même. Il nous guide habilement dans ce voyage entre passé et présent tout en commentant avec humour et pédagogie les méandres des théories psychologiques. Une exploration dont on conclura que la meilleure des vies est, sans doute, celle où l'on parvient à équilibrer les contraires.
    Laissez-vous mener avec légèreté dans une exploration du fonctionnement humain, grâce aux dix leçons issues de ce livre de psychologie et de développement personnel.
    EXTRAIT
    Pour Platon, certaines émotions et passions sont bonnes (par exemple, l'amour de l'honneur) et poussent le moi dans la bonne direction, d'autres sont mauvaises (par exemple, les envies et les désirs). Le but de l'éducation platonicienne était d'aider l'aurige à obtenir le parfait contrôle des deux chevaux. Sigmund Freud nous donnait un modèle similaire 2 300 ans plus tard. Freud 10 affirmait que l'esprit était divisé en trois parties : le moi (partie consciente et rationnelle), le surmoi (la conscience, un engagement parfois trop rigide envers les règles de la société) et le ça (le désir de plaisir, dès que possible). Lorsque je donne un cours sur Freud, j'utilise la métaphore de l'esprit vu en tant que cheval qui tire un fiacre dans lequel le conducteur (le moi) se bat désespérément pour contrôler un cheval affamé, lascif et désobéissant (le ça) alors que le père du conducteur (le surmoi) est assis à l'arrière et lui fait la leçon sur ce qu'il ne fait pas correctement. Pour Freud, le but de la psychanalyse était d'échapper à cet état pitoyable en renforçant le moi et en lui donnant donc plus de contrôle sur le ça et plus d'indépendance par rapport au surmoi.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jonathan Haidt est Professeur de psychologie à l'Université de Virginie. Il a été l'un des premiers chercheurs à attirer l'attention du monde scientifique sur l'importance des émotions dans tout ce qui touche à la moralité. L'ouvrage est traduit, adapté en français par Matthieu Van Pachterbeke, chercheur à l'Université catholique de Louvain.

  • Les contes de fées au service de la (re)construction de soi
    Ce livre, on pourrait - ou plutôt, on devrait - le mettre entre toutes les mains. À travers l'analyse des contes de fées, sous la forme de dialogues vrais avec de jeunes ados de 13 ans, il nous fait entrer, par une porte dérobée, dans le monde des vies cassées et reconstruites. Le recours à des acteurs imaginaires donne naissance à une oeuvre à la fois légère et profonde, simple et complexe, humoristique et sérieuse.
    Il se révèle à ce titre un facilitateur de conscientisation, démarche essentielle pour susciter le changement en comprenant ce qui se passe chez l'enfant et l'adolescent quand il est confronté à des difficultés pour grandir et qu'il faut l'aider à rebondir. Puisse chacun être imprégné des idées fécondes qu'il contient. En alliant idéalisme et réalisme, ce voyage en résilience proposé par Bruno Humbeeck nous emmène sur un chemin plein d'espoir. En ces temps d'incertitude et de désarroi, c'est sans doute le plus beau des cadeaux à offrir aux autres et à soi-même.
    Un ouvrage indispensable pour comprendre la résilience et qui sera utile tant aux adolescents qu'aux parents et aux professionnels de l'éducation !
    EXTRAIT
    Tout un programme... et comment se préparer à faire face à toutes ces charmantes catastrophes que tu nous annonces ?
    On s'y prépare tous les jours. Qu'est-ce que tu crois qu'il apprend le petit enfant qui regarde Bambi ?
    Je ne sais pas moi, l'histoire d'une petite biche, d'un faon...
    Oui, mais il apprend surtout le sens tragique de l'écoulement de la vie quand elle s'emmêle trop brutalement à la mort. En une image, il est confronté brutalement aux trois sources fondamentales de l'angoisse humaine : l'incertitude, la finitude et la solitude. Nous mourrons tous, on ne sait pas quand et comment cela se produira et les gens que nous aimons mourront eux aussi... Voilà pourquoi cette scène fait autant froid dans le dos. « La mort est un définitif non-retour »...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Bruno Humbeeck est docteur en psychopédagogie de l'Université de Rouen. Psychopédagogue, responsable de recherche au sein du service des sciences de la famille (Dir. W. Lahaye) et chargé de cours à l'UMons, il est actif à la fois sur le terrain et dans le domaine de la recherche. Cette double approche des questions de société contribue à rendre sa vision particulièrement convaincante. Spécialiste de la résilience, il travaille à ce titre avec Boris Cyrulnik, auteur de la préface.

  • Rassurant, précis, efficace : ce livre est pour les femmes qui ne se sentent pas épanouies dans leur vie sexuelle. Elles ont mal, ou peur, leur libido est en berne, ça les ennuie. Souvent, elles finissent par se passer de sexe et se réfugient dans la tendresse. S'appuyant sur de nombreux témoignages et sur leur expérience de sexologues, Heidi Beroud-Poyet et Laura Beltran racontent la vie secrète du sexe féminin, ses entraves et les manières de se libérer. Leur message est clair : parler des difficultés permet de dédramatiser et de trouver des solutions. Car nommer les galères sexuelles, c'est aussi une chance : l'occasion d'aller à la découverte de soi, de son plaisir, de son rythme - bref, de s'ouvrir à son potentiel érotique et de choisir une façon personnelle, à soi, d'aimer la sexualité.

  • Depuis les premiers clans, les premières sociétés humaines reflétées par les mythes, l'ombre et le mal s'étendent sur la femme. Dès le commencement coupable avec Ève, elle est considérée comme inférieure, sans âme, dangereuse magicienne, concubine ou épouse donnée évoluant dans un espace de non-droit. Au passage, l'Initié Jésus les aime et leur prodigue son enseignement avant que les siècles ne les renvoient à leur condition première. Victimes des projections à charge haineuse de l'anima des hommes, au fil de l'histoire, la savante Hypatie est sauvagement assassinée, les saintes suppliciées, quand d'autres sont enfermées dans des tours. Des princesses érudites et des aristocrates éclairées subissent les contraintes du mariage forcé, les trahisons de l'époux, la loi patriarcale, le déni de leurs talents. La Révolution guillotine Olympe proclamant le droit des femmes que le Code Napoléon réduit à nouveau. Sur le corps des femmes, les guerres de toutes les époques lâchent les fauves... Au début des temps modernes, Zola, Hugo et d'autres auteurs racontent de tragiques destinées, tandis que la sculptrice Camille meurt à l'asile. Dans l'ombre d'Hitler et de Mussolini, leurs fidèles fanatisées se donnent la mort. Et pourtant, de siècle en siècle, les femmes ont bravé les codes jusqu'à parvenir à prendre la parole dans l'Assemblée. L'actualité a cependant montré que l'archaïque prédateur était encore à combattre. Freud fut l'ami de Lou et de Marie ; Carl Gustav Jung s'entoura de femmes inspiratrices et savantes qui participèrent et contribuèrent à faire connaître son oeuvre, exprimant avec lui l'union des opposés, la réunion du masculin et du féminin.

  • Les nouvelles logiques de production et l'évolution des systèmes d'information ont métamorphosé nos façons de travailler. Ces transformations ne sont pas sans conséquences sur les salariés et de nombreux symptômes de mal-être se font ressentir tandis que le suicide est devenu en quelques années le symbole d'une souffrance impossible à surmonter. Analysant le travail aujourd'hui, sans idéologie ni victimisation, l'auteure entend développer une prévention efficace des risques en s'appuyant sur son expérience en tant qu'intervenante au sein des entreprises.

empty