• " On s'est toujours émerveillé devant ces enfants qui ont su triompher d'épreuves immenses et se faire une vie d'homme, malgré tout. Le malheur n'est jamais pur, pas plus que le bonheur. Un mot permet d'organiser notre manière de comprendre le mystère de ceux qui s'en sont sortis. C'est celui de résilience, qui désigne la capacité à réussir, à vivre, à se développer en dépit de l'adversité. En comprenant cela, nous changerons notre regard sur le malheur et, malgré la souffrance, nous chercherons la merveille. " B. C. Boris Cyrulnik est notamment l'auteur, aux Éditions Odile Jacob, des Nourritures affectives et de L'Ensorcellement du monde qui ont été d'immenses succès.

  • Vie bonne et grand âge Nouv.

    La « vie bonne » - question éthique centrale, définie et discutée d'abord par les philosophes de l'Antiquité grecque et romaine, puis réélaborée à l'époque contemporaine - ne concerne pas seulement l'existence agréable et le bien-être quotidien. Elle intègre toutes les dimensions de l'être humain, toutes les conditions nécessaires à sa complète réalisation. En choisissant de placer ce thème de la « vie bonne » au centre de son travail éthique de 2021, Partage & Vie veut d'abord contribuer à orienter les échanges vers des objectifs positifs. Sans oublier les drames de la pandémie, il est temps de se tourner à nouveau vers les moyens de permettre aux personnes de grand âge de mener, à tous points de vue, la meilleure existence possible. Or, la vie bonne a été peu examinée sous cet angle. Que devient-elle, et que peut-elle devenir, dans le grand âge, dans les différents degrés de dépendance ou d'atteintes cognitives, dans les conditions de vie effectives des établissements spécialisés ? Comment discerner les désirs, besoins et souhaits de ceux qui y vivent ? Dans quelles limites les satisfaire ? Au prix de quels changements éventuels des regards et des habitudes ? Avec notamment la participation de Luc Ferry et Francis Wolff

  • Quand les associations oublient de mettre en pratique les valeurs qu'elles défendent avec leurs propres employés...
    Un véritable mythe entoure les associations. Elles sont le creuset de la démocratie, de l'engagement citoyen, désintéressé et collectif. Avec leurs 1,8 million de salariés, elles constituent aussi un véritable monde du travail qui attire chaque année des centaines de milliers de salariés et de volontaires animés par l'espoir de « travailler autrement ». L'expérience n'est pas toujours à la hauteur.
    Car, bien souvent, la pression est forte et le salaire bas... sous prétexte que le poste est motivant et que les employés travaillent pour la bonne cause ! Comment faire pour que le monde du travail associatif tienne ses promesses ? Pour qu'il évite de gâcher les énergies et que l'engagement des salariés (et des bénévoles) ne se transforme pas en espoirs déçus ? Comment faire pour que ces organisations qui veulent changer le monde soient d'abord attentives à leurs propres employés ?
    S'appuyant sur une large enquête, l'auteur montre l'importance de comprendre la spécificité de ces « entreprises associatives », et de penser la signification du travail dans cet univers particulier.

  • Comment mieux prendre en charge la santé globale de nos concitoyens à l'avenir ? Comment penser de nouveaux systèmes de santé ? Nos organisations ont montré lors de la crise du COVID leurs faiblesses et le besoin croissant d'un engagement des territoires, des villes et des régions. La santé est l'une des priorités pour les Français et nous devons imaginer de nouvelles politiques avec toujours plus de proximité. Notre société est aujourd'hui marquée par le retour des pandémies, la digitalisation de la médecine et le vieillissement de la population. Elle doit demain permettre une nouvelle approche : la montée en puissance des villes et des territoires avec des politiques de santé imaginées de manière plus globale.

    Georges Képénékian, conseiller municipal de Lyon, ancien maire de Lyon, est chirurgien et directeur de stratégie au centre hospitalier lyonnais Saint Joseph Saint Luc. Il est à l'origine de cet ouvrage collectif, qu'il a coordonné avec Samuel Bosc et Vincent Aubelle.

  • «  Pour ou contre s'attacher aux enfants  ?  »  ; «  Pour ou contre les laisser commencer leur repas par le dessert  ?  », «  Pour ou contre leur parler de vos propres émotions  ?  », etc. L'objectif  ? Quitter les batailles idéologiques qui figent nos pensées depuis de trop nombreuses années pour se recentrer sur le sens de nos pratiques quotidiennes. Mettre de côté ces codes culturels qui nous collent à la peau pour nous recentrer sur les besoins de l'enfant lui-même. La science a l'avantage de nous fournir des informations solides, fiables, objectives et (presque) détachées de toute idéologie. Alors profitons-en  ! 

  • Les SDF se trouvent à la rue, sous des tentes, dans des centres d'hébergement, au centre de multiples controverses. Mais de qui et de quoi parle-t-on exactement ? Combien sont-ils ? Quels sont les impacts de la crise migratoire ? Que faire face aux campements et aux enfants mendiants ? Que penser d'un objectif comme « zéro SDF » ? Toutes ces interrogations appellent moins de sensationnel et davantage d'examen rigoureux. C'est ce que propose Julien Damon dans cet ouvrage.

    Julien Damon est professeur associé à Sciences Po et conseiller scientifique de l'École nationale supérieure de sécurité sociale. Il a été responsable de la Mission Solidarité de la SNCF, directeur des études à la Caisse nationale des Allocations Familiales (CNAF), chef du service Questions sociales au Centre d'Analyse Stratégique, Président de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale. Il a publié plusieurs ouvrages, notamment aux éditions PUF et Odile Jacob.

  • En ces temps de confinement et d'emprise du digital sur nos vies, Jean Epstein veut, avec ce livre, alerter les professionnels de l'enfance d'un double danger :1. l'isolement croissant des personnes - enfants, adolescents, parents et grands-parents - quand elles devraient normalement vivre ensemble ;2. le recours exclusif aux savoirs scientifiques de spécialistes des pathologies, quand il faudrait retrouver la capacité commune à les prévenir.Réapprendre à vivre ensemble pour prévenir les pathologies de l'isolement, tel est le but et le fruit de la co-veillance. Elle emprunte à la bienveillance le fait d'être un état d'esprit plus qu'un concept. Elle partage avec la co-éducation la capacité à donner aux pratiques un horizon partageable par tous  : parents, enfants et professionnels. Réapprendre à faire à plusieurs ce qu'on ne peut pas faire seul, transformer nos besoins en avantages sociaux : tels sont les principes de la co-veillance.L'ouvrage commence par donner à voir cette co-veillance à l'oeuvre dans des récits hauts en couleurs, pour la proposer ensuite comme cadre d'exercices de pratiques professionnelles déjà existantes.

  • Jouer est une activité essentielle pour le bébé et le jeune enfant. Les professionnels de la petite enfance doivent leur proposer des jeux variés pour qu'ils se développent harmonieusement, mais aussi les laisser jouer librement. Pour les moins de trois ans, place avant tout à la motricité, à l'imitation et aux premiers jeux coopératifs.
    Le jeu est cependant beaucoup plus riche et beaucoup plus compliqué à intégrer dans une démarche éducative qu'on ne l'imagine habituellement. Dans cet ouvrage l'auteur répond à toutes les questions que se posent les professionnels de l'accueil du petit enfant et offrent les outils dont ils ont besoin pour enrichir et diversifier leur approche du jeu.

  • Les professionnels de la petite enfance (auxiliaires de puériculture, assistants maternels, EJE, etc.) exercent des métiers éprouvants. Aujourd'hui encore, ils peinent à être valorisés. Ils participent pourtant à la construction des tout-petits, dans cette période cruciale (avant 3 ans) où leur cerveau se développe et où les tempêtes émotionnelles sont le lot du quotidien.
    Ce guide, plébiscité depuis sa première édition en 2018, est devenu LE véritable manuel de survie pour tous les professionnels confrontés à des situations qui les dépassent parfois ou qui posent question. L'auteure s'appuie sur les neurosciences pour balayer de nombreuses idées reçues et livrer des outils précieux. Son approche empathique et bienveillante permettra au lecteur de mieux vivre cet accompagnement de tous les instants.

  • Accepter et vivre avec la différence de son enfant, c'est possible !
    C'est l'histoire d'un petit garçon, Simon, né « différent des autres », avec des chromosomes « différents des autres ». Et c'est l'histoire d'une maman qui est sortie renforcée de cette confrontation parce que son enfant était justement différent.
    Rossana n'est pas le genre de femme à se laisser abattre. Et oui, elle raconte qu'elle est passée par toutes les questions même les plus brutales et tous les désespoirs pour finir par tous les sourires pour faire de Simon un enfant qui puisse arriver au meilleur de ses capacités.
    Ce livre est à la fois un témoignage, un livre de famille et une boîte à outils pour quiconque, qu'il soit confronté ou non à ce type d'épreuve. C'est aussi une fantastique leçon de vie et d'optimisme, un outil pour faire avancer l'accueil des enfants trisomiques.
    Un ouvrage qui apporte un témoignage sur la trisomie et livre des pistes pour améliorer le quotidien des enfants qui en souffrent.
    EXTRAIT
    Mon coeur vire et chavire, ce silence est si long, si douloureux que je décide de le rompre. Je veux savoir, j'ai besoin de savoir, d'entendre ces mots que personne n'ose prononcer.
    Moi : « Mon fils est trisomique ? »
    Elle : « Vous saviez ? »
    Moi : « Non, vous venez de me l'apprendre ! »
    Mon mari s'assied et s'accroche à la chaise pour ne pas tomber. Moi, je reste debout, statique, je serre mon fils dans mes bras. Trisomique ou pas, il est à moi et je vous défends de le toucher, de lui faire du mal.
    Je ne dis rien, surtout ne rien laisser transparaître, je me veux forte, je pleurerai, mais plus tard, à l'abri des regards indiscrets et sûrement pas devant cette blouse blanche, oiseau de mauvais augure.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Secrétaire, mère de trois enfants, Rossana Tricoli est également membre de deux associations visant à améliorer le quotidien des personnes trisomiques ou ayant un syndrome assimilé. Son livre fait suite à un blog qu'elle a tenu pendant plusieurs années : Simon, pas à pas.

  • La comparaison semblera désuète à certains, absurde ou dangereuse à d'autres, pourtant la métaphore du vin qui, vieillissant, se bonifie ou s'abîme est intéressante à filer, à explorer. Les interactions entre ce qui fait l'individu et son environnement sont multiples, l'art d'élever un enfant vers son épanouissement et l'art de guider un vin vers sa maturité ont sans doute plus d'un point commun, même s'il peut paraître un peu osé de les mettre en évidence ; notre rapport au vin aurait-il une composante trop jouissive pour que l'on se permette d'y faire ainsi référence ?

    Les recommandations d'usage raisonnable du vin ne manquent pas, on le comprend mais il se pourrait cependant que le plaisir du vin et le plaisir de vivre ne soient pas étrangers... Plaisir de vivre, longtemps, très longtemps, à en devenir vieux, très vieux, même.

  • Les politiques sociales constituent un champ complexe de dispositifs et d'actions au profit d'enfants, de familles, de personnes âgées, handicapées... Connaître l'origine de ces politiques est nécessaire à la compréhension des questions
    d'aujourd'hui et des enjeux de demain, en particulier dans le contexte actuel de bouleversement de l'environnement du secteur social et médico-social (loi HPST, loi d'adaptation de la société au vieillissement, société inclusive, logement d'abord, etc.).
    Cet ouvrage présente les repères indispensables pour une vision transversale des politiques sociales, des plus anciennes aux plus récentes. Pour faciliter la compréhension des multiples facettes du secteur social et médico-social, il en propose une lecture par problématiques, par publics, ou par modes d'action.
    Des références juridiques et bibliographiques ordonnées facilitent l'approfondissement des thèmes.
    7e édition entièrement revue et mise à jour

  • La petite enfance est un univers en plein essor. Les établissements d'accueil du jeune enfant (EAJE), les assistantes maternelles et familiales, les accueils de loisirs, les établissements de l'Aide sociale à l'enfance, les lieux de soins et les écoles évoluent.
    De nombreuses initiatives et recherches actuelles permettent aux professionnels de revisiter leurs pratiques. De nouveaux modes relationnels côtoient les approches plus traditionnelles...
    Dans ce grand dictionnaire, écrit à plusieurs mains, 84 auteurs - professionnels de terrain et personnalités du monde de la recherche - croisent leurs regards pour faciliter les échanges et encourager le partage, en équipe et avec les parents, d'une réflexion critique, dynamique et humaniste.
    Cet ouvrage pratique réunit l'ensemble des grandes notions liées aux métiers de la petite enfance et intègre les thématiques et les concepts les plus récents. Il sera utile aux professionnels, aux parents et à tous ceux que le coeur de l'enfance intéresse.

  • Les violences sexuelles sont un phénomène de très grande ampleur dont la reconnaissance par les pouvoirs publics et la société dans son ensemble n'en est qu'à ses balbutiements. L'écart est encore immense entre les faits de violences sexuelles et les condamnations des agresseurs. Il n'est pas excessif de considérer que cela constitue un système d'impunité pour les agresseurs. L'objectif de ce livre est de mieux comprendre les différentes formes de violences sexuelles (viol et agression sexuelle, prostitution, violences au travail, mutilations sexuelles féminines, inceste) et leur impact sur les victimes afin de promouvoir des pratiques professionnelles protectrices. Pour cela il était nécessaire de faire appel aux professionnels les plus reconnus dans leurs différents champs de compétence.
    François Molins  : procureur de la République près le tribunal de grande instance de Paris. Marie-France Casalis  : conseillère technique à la délégation régionale aux droits des femmes et à l'égalité d'Île-de-France. Emmanuelle Piet  : médecin de Protection maternelle et infantile (PMI) en Seine-Saint-Denis, présidente du Collectif féministe contre le viol (CFCV), dont l'action a permis de faire évoluer la loi sur le sujet. Membre du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes. Marilyn Baldeck  : déléguée générale de l'AVFT (Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail). Hélène de Rugy  : déléguée Générale l'Amicale du Nid. Stéphanie Caradec  : directrice du Mouvement du Nid-France. R. Job  : psychologue formateur au centre de formation de la Gendarmerie nationale. Anne Soussy  : cheffe de service de l'Unité Médico-Judiciaire (UMJ) de l'Hôpital intercommunal de Créteil. Patrick Poirret  : 1er avocat général à la Cour de cassation. Christine Gilles  : gynécologue, cheffe du service de Gynécologie-Obstétrique (Bruxelles). Olivier Christen  : Procureur de la République adjoint au tribunal de grande instance de Paris. Cécile Pudebat  : avocate en droit social, membre du Conseil d'administration de l'association FIT, une femme un toit, depuis avril 2017. Linda Tromeleue  : psychologue clinicienne.

  • Souvent considérée comme une méthode de relaxation très efficace, la sophrologie propose plus largement une synthèse articulée des pratiques psychocorporelles de la psychologie et des techniques traditionnelles de méditation de l'orient (yoga, zen, etc.). Elle s'appuie essentiellement sur le phénomène du vécu de conscience, particulièrement mis en valeur par la philosophie existentialiste. utilisée en entreprise, en formation, en développement personnel ou en psychothérapie, elle est également de plus en plus présente en tant que thérapie complémentaire personnalisée dans les soins de support nécessaires au patient tout au long de la maladie. Ce manuel, écrit par une équipe d'auteurs principalement composée de professionnels de santé (psychologues, médecins, infirmiers et paramédicaux), mais aussi de spécialistes de la formation, en propose un parcours intégral - théorique et pratique.Avec la participation de :Alessandra BALSAMO - Nathalie BASTE - Bernard BLANC - Max BRESLER
    Jean-François FORTUNA - Benoit FOUCHÉ - Pascal GAUTIER
    Nathalie HERREMAN - Carole IRIS - Agnès MAILHEBIAU-COUZINET
    Odile MIARA - Gilles MICHAUX - Marie-Christine OSSET - Valfrida PAGOTTO
    Édith PERREAUT-PIERRE - Marie-Édith PINEL - Élisabeth RAOUL
    Yves ROUZIC - Dominique-Sophia TRIPODI

  • En France, les institutions de la République, les juridictions, les autorités administratives indépendantes, les groupements d'intérêt public (les maisons départementales des personnes handicapées  !) n'ont ni l'obligation de recruter des personnes handicapées, ni celle de verser d'amende à un fonds d'insertion... Cette anomalie est le révélateur, parmi tant d'autres, d'une ségrégation de facto de millions de personnes vivant avec un handicap. Les auteurs de cet ouvrage, tous deux non-voyants, dénoncent la complexité imposée par le modèle médical du handicap, centré sur les incapacités du patient objet de soins, pour maintenir un monopole abusif du ministère de la Santé sur des millions de citoyens. Ils analysent et illustrent ce que doivent être de bonnes pratiques valorisant les personnes handicapées dans le domaine de l'éducation, l'emploi, les politiques publiques, l'innovation sociale, etc. Pour redonner aux personnes handicapées leur dignité et l'accès aux droits fondamentaux, il faut un modèle social du handicap, centré sur la personne vivant en toute autonomie au coeur de la société. La France cessera alors d'être le pays des avancées théoriques, pendant que les progrès concrets se font ailleurs.

  • Les familles ont beaucoup changé, les enfants et leurs parents également, néanmoins le constat est clair  : les maltraitances persistent. Heureusement, la prise en compte du psychotraumatisme a progressé, en partie grâce à l'expérience acquise auprès d'un très grand nombre d'expertises judiciaires, associée à de récents moyens d'investigation neuroscientifiques. De ce fait, les modes d'expressions traumatiques liés aux différentes formes d'agressions -  nouvelles ou perpétuelles  - ont rendu indispensable l'actualisation du décryptage des dessins et des tests projectifs, dégagée du carcan des anciens dogmes théoriques.
    L'extrême blessure psychique des enfants victimes d'agressions sexuelles a permis de cibler les indices de destruction et corrélativement, les indices de reconstruction. La thérapie par le Conte créatif, qui relève de l'Art-thérapie et que l'auteur pratique depuis une trentaine d'années, reste innovante et respectueuse car il s'agit d'une véritable création participative et codifiée, l'enfant y activant sa propre résilience. La supervision et l'évaluation par les tests complètent le travail du psychologue formé à cette méthodologie.
    Le Conte créatif est un outil thérapeutique attractif pour la prise en charge d'enfants relevant de toutes sortes de problématiques et de souffrances, du plus petit au plus grand traumatisme. Les professionnels de l'enfance pourront l'utiliser dans le registre qui leur est dédié, en individuel ou en groupe.

  • Vous avez envie de profiter de vos congés pour vous engager, être solidaire et aider autour de vous, mais voilà, vous ne savez pas quoi faire. Encore moins par où commencer. Pas d'inquiétude. Cet ouvrage est pour vous.
    Il existe en effet mille et une façons d'être solidaire aujourd'hui ; en partant à l'étranger, comme en restant chez soi ; que l'on veuille agir seul ou avec des amis, ou même en famille, avec des enfants ou des adolescents. Séjour humanitaire, congé solidaire, missions d'éco-volontariat, wwoofing, chantiers participatifs, accueil d'enfants à son domicile, accompagnement de personnes isolées, jusqu'au montage de son propre projet : les auteurs vous dévoilent peu à peu la palette de solutions qui s'offre à vous, vous interrogent sur vos motivations profondes et vous révèlent vos capacités, afin de vous aider à vous lancer.

  • Avec délicatesse mais sans tabous, l'autrice aborde la question des relations amoureuses avec des personnes en situation de handicap mental.
    Quand on souffre d'un handicap mental, comment aborde-t-on la rencontre amoureuse ? Quelles formes prend la relation ? Quand et comment le corps entre-t-il en jeu ? Qu'est-ce qu'être en couple ? Et qu'est-ce que devenir parent ?
    Blandine Bricka a rencontré des personnes en situation de handicap mental au sein de trois structures qui les accueillent ou les suivent, pour les interroger sur leur façon de vivre la relation amoureuse. Elle a recueilli leurs paroles, celles de leurs parents, mais aussi de professionnels qui les accompagnent, et nous les fait partager dans des récits singuliers où chacun et chacune témoigne du chemin qu'il.elle trace à sa manière.
    Les récits se succèdent et se répondent, par échos ou dissemblances. On y découvre la façon dont les professionnels réfléchissent ces questions et inventent des réponses, toujours sur le fil. Car, alors que cette thématique était encore taboue il y a peu, voire impensable pour les générations précédentes, il s'agit aujourd'hui de trouver comment respecter au mieux la liberté et l'intimité de chacun.e, mais aussi de le.la protéger ; aider chaque personne à formuler ses doutes et questionnements, sans pour autant se montrer intrusif. Il s'agit, d'abord, d'écouter.
    C'est ce que fait cet ouvrage, qui donne la parole aux premiers et premières concerné.es pour raconter tout ce que cela peut être, aimer, au pays du handicap.

  • Quelles sont les conséquences psychiques des violences de notre temps sur les plus vulnérables de nos enfants ? Dans les coulisses de la croissance qui promet le bonheur à portée de consommation, le dénuement fait retour sur les plus fragiles. Le reflux de la misère économique et psychique est la face cachée de la rationalite economique et technocratique.

    Devant les lendemains qui déchantent, les enfants du néolibéralisme cèdent aux mirages de notre temps, et s'étourdissent dans la jouissance de l'instant. Entre violences et addictions, entre régression et agression, entre fuite en avant maniaque et plongée mélancolique, ils sont les naufragés psychiques d'un effondrement symbolique. Ces jeunes sont le symptome social d'une société déboussolée par les promesses illusoires du néolibéralisme et de l'hypermodernité, creuset des inégalités.

    Faire antidote aux mirages de notre temps, c'est leur transmettre la force et le désir de ne pas s'y laisser engloutir, c'est faire de leur rage de vivre le socle d'une implication citoyenne. Tel est l'objectif de cette réflexion. 

  • Cet ouvrage relate douze scènes de la vie d'une éducatrice spécialisée auprès d'enfants, d'adolescents et de jeunes adultes, dans différents lieux d'accueil et d'hébergement. Il montre l'importance de la rencontre authentique, de la disponibilité à l'imprévu, de l'écoute de l'Autre, de l'ouverture à ce qui « fait signe », à ce qui fait sens et priorité chez un humain en mal de « grandir ».

    Les situations rapportées mettent en lumière l'importance de l'engagement dans le champ de l'éducatif. Elles saisissent la poignante complexité des réactions d'un humain privé d'enfance, proie de violences et de tensions incompréhensibles pour lui. Leurs dénouements - parfois improbables - révèlent les possibilités surprenantes de l'éducatif appréhendé en tant que « mise au travail » de personnes se réconciliant avec elles-mêmes et leur environnement, en s'autorisant à exister.

    Les deux auteurs s'accordent sur la place des émotions et sur la prise en compte des vulnérabilités en tant que creusets du travail d'humanisation dont l'éducatif est en charge. Ils insistent sur l'indispensable capacité du professionnel à se reconnaître lui-même vulnérable afin de pouvoir « faire rencontre » avec des personnes démunies. Ils alertent sur la double nécessité de l'implication et de la réflexion, tant personnelle que collective, afin de décrypter le sens sous-jacent qui fait énigme et permettre au professionnel une distanciation de ses propres affects et des « prêts-à-penser ».

  • Comprendre notre système de santé passe nécessairement aujourd'hui par la connaissance des missions respectives de l'assurance maladie obligatoire et des assurances complémentaires - privées, mutualistes ou paritaires - et de la manière dont elles s'articulent. L'une des raisons en est l'augmentation constante des sommes laissées à la charge des ménages, qui se traduit par des difficultés croissantes d'accès aux soins mais aussi par l'essor des assurances maladies complémentaires. L'autre raison est l'enjeu majeur que constitue désormais la régulation des dépenses de santé. Cet ouvrage propose le premier panorama des assurances maladie en France. Il met en lumière les caractéristiques, divergences et convergences de ces deux piliers de la protection sociale contre la maladie et éclaire ainsi les politique de santé menées actuellement.

  • Les technologies numériques ont investi nos espaces quotidiens et bien évidemment celui des personnes âgées, des retraités : déclarations numériques à effectuer, utilisation d'un ordinateur, d'un téléphone portable, utilisation d'un parcmètre numérique au mode d'emploi complexe et ésotérique, disparition des guichets de banque remplacés par des machines, etc. Nous sommes à un tournant de cette révolution et nous devons prendre garde à ne laisser personne sur le bord de la route.

    En effet, Covid et numérisation aveugle aidant, les temps sont durs pour les échanges sociaux sous toutes leurs formes. Le confinement, les mesures de distanciation, la vie en groupe limitée au petit nombre, la persistance d'un virus plus tenace qu'on l'estimait au début de la pandémie rendent aujourd'hui la vie sociale difficile sinon angoissante et nous appellent à réduire nos interactions avec les autres. Le monde de la gérontologie dans ses pratiques n'échappe pas, bien évidemment, à ce tsunami. Les rassemblements conviviaux ou voulus comme tels, entre amis, en famille, entre collègues, etc., sont désormais réduits à leur plus simple expression. Pourtant, dans ce paysage iconoclaste et réduit aux seules limites de nos intérieurs intimes, l'intérêt pour les rencontres, les échanges sociaux s'est trouvé décuplé, comme une revanche sur l'impossible et surtout inattendue privation d'espaces de liberté.

    C'est principalement cette altération des existences humaines des plus fragiles qui se trouve au coeur des préoccupations des auteurs de ce livre.

  • Christine a un père qui souffre d'Alzheimer, Paul un fils en situation de handicap et Claire un mari qui vient d'être victime d'un AVC. Ils sont 11 millions à prendre soin d'un proche fragilisé par la maladie, le handicap et/ou le grand âge. Ils font partie de ces « aidants » qui s'ignorent, qui donnent de leur temps, de leur énergie et leur vie pour des proches, des voisins, des amis. Il faut aujourd'hui réussir à combiner travail, famille et aide à des personnes en difficulté, avec un poids affectif, physique, financier peu considéré. L'auteur a été elle-même aidante à son insu, et cela l'a interrogée. Elle a fondé La Compagnie des Aidants pour former, accompagner, soutenir ces aidants, indispensables auprès de leur proche fragilisé, souvent invisibles aux yeux de tous. En parallèle, elle lutte pour leur reconnaissance et leur prise en compte dans toutes les sphères de la société. Elle nous fait découvrir son histoire et celle de nombreux aidants qu'elle a croisés sur son chemin. Des histoires d'amour, d'engagement, de responsabilité, de culpabilité et, trop souvent, de sacrifices. Mais ce sont aussi de multiples informations, conseils, points d'attention qui font de ce livre un guide précieux pour tout aidant.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    À la suite d'une longue expérience d'aidante, Claudie Kulak a fondé l'association La Compagnie des Aidants. Engagée depuis déjà dix ans sur le sujet, elle a reçu le 18 février 2020 la médaille de Chevalier de l'Ordre national du Mérite pour son engagement à cette cause.

empty